philosophie

4 articles1 7 jours 30 90 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 Tout
21-01-2019 histoireetsociete.wordpress.com 15 min #151025

Pathologies de la démocratie par Evelyne Pieiller

Les intellectuels au chevet de la souveraineté populaire

Le fonctionnement du « gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple » suscite aujourd'hui de plus en plus de critiques, sinon de doutes. Les analyses des limites et des dérives de la démocratie en désignent comme principales responsables soit l'impuissance du politique, soit l'incapacité des citoyens mêmes. Serait-on donc condamné à l'oligarchie ou au populisme ?

19-01-2019 legrandsoir.info 16 min #150950

« Hélas, nous vivons tous maintenant dans une zone de guerre »

Martin E. Jay

Mohsen Abdelmoumen : Vous avez écrit "Marxism and Totality : The Adventures of a Concept from Lukacs to Habermas". Pourquoi, d'après vous, la totalité a-t-elle été au centre de la pensée des premiers philosophes marxistes tels que Lukács, Korsch, Gramsci et Bloch ?

Prof. Martin E. Jay : La catégorie de la totalité, dont l'importance pour la théorie marxiste a été soulignée par Lukács dans Histoire et Conscience de classe (1923), a été introduite pour surmonter le rôle exagéré donné à l'économie par le traditionnel, deuxième internationale marxiste.

16-01-2019 cetri.be 3 min #150855

L'esprit du capitalisme ultime

 Thierry Amougou

Lorsqu'on parle de l'esprit du capitalisme, il s'agit, le plus souvent, d'une pensée analytique ou critique du centre du capitalisme pour le centre du capitalisme. L'esprit du capitalisme ultime dont traite cet ouvrage est issu de la réification de « la fin de l'histoire ». À la liberté des « Anciens » et des « Modernes », il propose d'ajouter le fait que la liberté de l'Homme ultime, épilogue de l'Homme moderne d'après « la fin de l'histoire », est de jouir des produits finis en évacuant l'historicité, la mémoire, les identités, les cultures et les subjectivités.

15-01-2019 elcorreo.eu.org 8 min #150809

Orwell est à revisiter dans ces temps de bascule du siècle

Jean-Claude Michéa

Pour Jean-Claude Michéa, Orwell est un maître à penser : il lui permet de prendre ses distances avec le marxisme léniniste sans pour autant se réconcilier avec le capitalisme. C'est ainsi qu'il développe dans plusieurs ouvrages un concept fondamental emprunté à Orwell, la « common decency » (décence ordinaire).

Ce concept lui permet de penser ce que serait une société « décente » : une société où la vie commune serait fondée sur des normes morales et philosophiques partagées, reposant sur le don, l'entraide et la civilité.