{"169004":{"id":"169004","parent":"0","time":"1581671935","url":"http://reseauinternational.net/il-est-temps-de-retrouver-la-voie-du-redressement-de-la-syrie/","category":"War","title":"Il est temps de retrouver la voie du redressement de la Syrie","lead_image_url":"http://w41k.com/img/","hub":"newsnet","url-explicit":"il-est-temps-de-retrouver-la-voie-du-redressement-de-la-syrie","admin":"newsnet","views":"30","priority":"3","length":"8931","lang":"fr","content":"<img src="http://w41k.com//img/newsnet_169004_801a1a.jpg" /><p><b>par Pepe Escobar.</b></p><p><i>Erdogan soutient de facto ce qui reste d'Al-Qaïda, faisant face soit à une retraite humiliante, soit à une guerre totale contre la Syrie</i>.</p><p>Recep Tayyip Erdogan, néo-Ottoman extraordinaire, n'est pas vraiment enclin à commettre le seppuku, l'acte japonais de suicide rituel.</p><p>Mais si ce n'est à travers la perspective du néo-Ottomanisme, comment expliquer qu'il soutienne de facto les survivants d'Al-Qaïda en Syrie, se retrouvant confronté à deux options peu recommandables&nbsp;: un retrait humiliant ou une guerre totale contre l'Armée Arabe Syrienne&nbsp;?</p><img src="http://w41k.com//img/newsnet_169004_e1d7e6.jpg" /><p>Tout l'échiquier désordonné d'Idlib repose sur les autoroutes&nbsp;: l'impératif pour le gouvernement de Damas de contrôler à la fois l'autoroute M5 entre Damas et Alep et l'autoroute M4 entre Latakia et Alep. La récupération complète de ces deux axes cruciaux permettra enfin de relancer l'économie syrienne en difficulté.</p><p>Très peu d'acteurs se souviennent aujourd'hui de l'important <a href="http://www.bic-rhr.com/sites/default/files/inline-files/PDF%20-%20Sochi_0.pdf" target="_blank">mémorandum d'entente de Sotchi</a> signé entre la Russie et la Turquie en septembre 2018.</p><p>La question de savoir si Damas allait s'y conformer a toujours été au centre des préoccupations occidentales. C'est absurde. Dans le mémorandum, Ankara garantissait la protection du trafic civil sur les deux autoroutes. C'est Ankara qui ne se conforme pas, non seulement en ce qui concerne la garantie de la sortie des «&nbsp;groupes terroristes radicaux&nbsp;» de la zone démilitarisée, mais surtout sur le point numéro 8&nbsp;: «&nbsp;Dans l'intérêt de la libre circulation des résidents et des marchandises locales, ainsi que du rétablissement des liens commerciaux et économiques, le trafic de transit sur les routes M4 (Alep-Latakie) et M5 (Alep-Hama) sera rétabli avant la fin de 2018&nbsp;».</p><p>De vastes étendues d'Idlib sont en effet sous le joug de Hayat Tahrir al Shams (HTS), autre nom d'Al-Qaida en Syrie. Ou «&nbsp;rebelles modérés&nbsp;», comme on les appelle à Washington - même si le gouvernement américain le qualifie d'organisation terroriste.</p><p>À toutes fins utiles, le système d'Erdogan soutient et arme les HTS à Idlib. Lorsque l'Armée Arabe Syrienne (AAS) réagit contre les attaques de HTS, Erdogan se met en colère et menace de faire la guerre.</p><p>L'Occident achète sans esprit critique la propagande d'Ankara. Comment le «&nbsp;régime Assad&nbsp;» ose-t-il reprendre la M5, qui «&nbsp;était sous le contrôle des rebelles depuis 2012&nbsp;»&nbsp;? Erdogan est loué pour avoir averti «&nbsp;l'Iran et la Russie de mettre fin au soutien au régime d'Assad&nbsp;». L'OTAN condamne invariablement les «&nbsp;attaques contre les troupes turques&nbsp;».</p><p>L'explication officielle d'Ankara pour la présence turque à Idlib repose sur l'apport de renforts aux «&nbsp;postes d'observation&nbsp;». N'importe quoi. Ces postes ne sont pas destinés à disparaître. De plus, Ankara exige que l'AAS se retire aux postes qu'elle occupait il y a des mois - loin d'Idlib.</p><p>Il n'y a aucune chance que Damas «&nbsp;se conforme&nbsp;» car ces troupes turques sont de facto un corps d'occupation protégeant les «&nbsp;rebelles modérés&nbsp;» luttant pour la «&nbsp;démocratie&nbsp;» qui ont été exclus de manière décisive par Moscou - et même Ankara - du mémorandum de Sotchi. Ce genre de choses ne s'invente pas.</p><p><b>Avoir la puissance aérienne, voyager</b></p><p>Examinons maintenant les faits sur le terrain - et dans le ciel. Moscou et Damas contrôlent l'espace aérien au-dessus d'Idlib. Des avions à réaction Su-34 patrouillent tout le nord-ouest du territoire syrien. Moscou a des navires de guerre - remplis de missiles de croisière - déployés en Méditerranée orientale.</p><p>Toute l'offensive de l'AAS de ces derniers mois pour libérer le territoire national a été une démonstration graphique des meilleurs renseignements russes - planification, exécution, logistique.</p><p>Ce qui est mis en place est un chaudron classique - une réplique en Asie du Sud-Ouest du chaudron du Donbass en 2014 qui a détruit l'armée de Kiev. L'AAS encercle les Turcs par le nord, l'est et le sud. Il n'y aura qu'une seule issue pour les Turcs&nbsp;: le passage de la frontière à Bab al-Hawa. Retour en Turquie.</p><p>Face à une catastrophe certifiée, pas étonnant qu'Erdogan ait dû parler de «&nbsp;désescalade&nbsp;» avec Poutine mardi. Les lignes rouges, du côté de Moscou, sont immuables&nbsp;: les autoroutes seront libérées (selon l'accord de Sotchi). Le sultan néo-ottoman ne peut pas se permettre une guerre avec la Russie. Alors, oui&nbsp;: <a href="https://www.moonofalabama.org/2020/02/syria-turkey-invades-idleb-but-its-bluff-will-be-called.html#more">il bluffe</a>.</p><p>Mais pourquoi bluffe-t-il&nbsp;? Il y a trois possibilités principales. 1) Washington le force à le faire, en promettant un soutien total à «&nbsp;notre allié de l'OTAN&nbsp;». 2) Les forces armées turques ne peuvent pas se permettre de perdre la face. 3) Les «&nbsp;rebelles modérés&nbsp;» se fichent d'Ankara.</p><p>L'option 1 semble la plus plausible - même si Erdogan est en fait contraint d'affronter directement un Moscou avec lequel il a signé des contrats économiques/énergétiques extrêmement importants. Erdogan n'est peut-être pas un Général Joukov, mais il sait qu'une bande de jihadistes et seulement 6 000 soldats turcs démoralisés n'ont aucune chance contre l'AAS et la puissance aérienne russe.</p><p>Il est intéressant de comparer la situation actuelle de la Turquie avec l'alliance des Turcs et de l'Armée Syrienne Libre (ASL) lorsqu'ils combattaient les Kurdes à Afrin.</p><p>Ankara avait alors le contrôle du ciel et un énorme avantage d'artillerie - de leur côté de la frontière. Aujourd'hui, la Syrie et la Russie contrôlent le ciel et l'artillerie turque ne peut tout simplement pas entrer dans Idlib. Sans compter que les lignes de ravitaillement sont épouvantables.</p><p><b>Le néo-Ottomanisme, revisité</b></p><p>Alors, que fait Erdogan&nbsp;? Ce qui se passe, c'est que le réseau des Frères Musulmans d'Erdogan gère désormais Idlib sur le terrain - une man&oelig;uvre de repositionnement fascinante capable de garantir qu'Erdogan reste un homme fort avec lequel Bachar al-Assad devra parler affaires le moment venu.</p><p>La fin partielle du jeu d'Erdogan sera de «&nbsp;vendre&nbsp;» à Assad qu'il était finalement responsable de se débarrasser des nébuleuses djihadistes HTS/ASL. Pendant ce temps, le cirque l'emporte - ou plutôt un opéra minable, avec Erdogan qui, une fois de plus, prend plaisir à jouer le méchant. Il sait que Damas a pratiquement gagné une guerre de proxies vicieuse de neuf ans et qu'elle est en train de récupérer tout son territoire souverain. Il n'y a pas de retour en arrière possible.</p><p>Et cela nous amène à la dynamique complexe du puzzle turco-iranien. Il faut toujours se rappeler que tous deux sont membres du processus de paix d'Astana, aux côtés de la Russie. En ce qui concerne la Syrie, Téhéran a soutenu Damas dès le début tandis qu'Ankara a misé sur les nébuleuses du djihadisme - et les a armées - du «&nbsp;combattant de la liberté démocratique&nbsp;».</p><p>Du XVIe siècle au XIXe siècle, l'Iran chiite et l'Empire Ottoman sunnite se sont engagés dans une politique d'endiguement mutuel sans relâche. Et sous la bannière de l'Islam, la Turquie a de facto régné sur le monde arabe.</p><p>Au XXIe siècle, le Ministre turc des Affaires Étrangères, Ahmet Davutoglu, a codifié le néo-Otomanisme. Davutoglu a eu l'idée que l'Anatolie orientale ne se terminait pas par les frontières avec l'Arménie et l'Iran, mais s'étendait jusqu'à la côte occidentale de la Mer Caspienne. Et il a également eu l'idée que l'Anatolie orientale ne se terminait pas aux frontières avec l'Irak et la Syrie, mais s'étendait jusqu'à Mossoul.</p><p>Pour l'essentiel, Davutoglu a fait valoir que le Moyen-Orient devait être l'arrière-cour de la Turquie. Et que la Syrie serait la porte d'or par laquelle la Turquie «&nbsp;récupérerait&nbsp;» le Moyen-Orient.</p><p>Tous ces plans élaborés sont maintenant partis en fumée. La vue d'ensemble, bien sûr, demeure&nbsp;: les États-Unis déterminés par tous les moyens nécessaires à empêcher l'unité eurasienne, et le partenariat stratégique entre la Russie et la Chine d'avoir accès aux routes maritimes, en particulier en Méditerranée orientale, en passant par la Syrie et l'Iran.</p><p>La micro-image est beaucoup plus prosaïque. Il s'agit pour Erdogan de s'assurer que ses troupes d'occupation ne soient pas mises en déroute par l'armée d'Assad. Comment les puissants (néo-Ottomans) sont tombés.</p><p><a href="https://reseauinternational.net/author/pepeescobar">Pepe Escobar</a></p><p>source&nbsp;: <a href="https://www.asiatimes.com/2020/02/article/its-time-to-reclaimsyrias-road-to-recovery">It's time to reclaim Syria's road to recovery</a></p><p><i>traduit par <a href="https://reseauinternational.net">Réseau International</a></i></p><p><a href="http://reseauinternational.net/il-est-temps-de-retrouver-la-voie-du-redressement-de-la-syrie/">reseauinternational.net</a></p>"}}