{"167381":{"id":"167381","parent":"0","time":"1578910538","url":"http://histoireetsociete.wordpress.com/2020/01/13/morning-star-il-ny-a-pas-de-contradiction-entre-patriotisme-et-socialisme/","category":"documentaires","title":"Morning star : il n'y a pas de contradiction entre patriotisme et socialisme","lead_image_url":"http://w41k.com/img/","hub":"newsnet","url-explicit":"morning-star-il-n-y-a-pas-de-contradiction-entre-patriotisme-et-socialisme","admin":"newsnet","views":"22","priority":"2","length":"6598","lang":"fr","content":"<blockquote>Nous devons articuler le patriotisme socialiste un véritable amour de notre pays et de son peuple - en opposition au militarisme et à l'impérialisme, écrit MATT WIDDOWSON. C'est une question qui monte de partout et qui est battue actuellement en brèche, quitte à en faire les frais comme on l'a vu récemment à propos du brexit, par une certaine gauche qu'il s'agisse des lubies trotskistes ou de la social démocratie pro-UE. Le Morning star, le journal des communistes britanniques dit une tout autre position qui concerne un autre pays colonialiste comme la France et qui comme nous l'avons vu à propos de la Chine tente d'élaborer partout à partir justement de la décolonisation et de la classe ouvrière un destin commun pour l'humanité (note et traduction de Danielle Bleitrach).</blockquote><img src="http://w41k.com//img/newsnet_167381_520bf2.jpg" /><p>L'appel de l'invite de REBECCA LONG BAILEY d'avoir à « raviver ce patriotisme progressiste » (Guardian, 29 décembre 2019) a semblé être accueilli avec horreur par » Left Twitter ». Bien que l'article de Long Bailey n'ait pas développé davantage ce qu'elle entendait par «patriotisme progressiste» ou quelles politiques seraient menées à travers ce slogan, il semble que ce soit le mot même de «patriotisme» qui soit si choquant.</p><p>Les médias sociaux étaient inondés d'un mélange de dédain libéral (principalement de ceux qui ont des drapeaux de l'UE dans leurs tiroirs Twitter - apparemment, tous les drapeaux ne sont pas mauvais) et des plaintes ultra-gauchistes typiques sur le «socialisme dans un seul pays».</p><p>La vérité est que le patriotisme peut être compatible avec le socialisme et l'internationalisme - en fait, à l'ère actuelle des États-nations, il est nécessaire de parvenir au socialisme. Rejeter complètement toute forme de patriotisme, c'est rejeter toute l'histoire de la libération nationale qui a lutté (et, dans certains cas, lutte toujours) pour renverser la domination coloniale par des puissances impérialistes telles que la Grande-Bretagne.</p><p>Le rejet pur et simple du patriotisme découle également d'un manque d'analyse de classe qui ne parvient pas à discerner la différence entre le nationalisme de la classe dirigeante et l'histoire et les aspirations cachées de la classe ouvrière.</p><p>Peut-être que certains des critiques de Long Bailey sur les médias sociaux rejettent le patriotisme en raison d'un engagement à la place du «socialisme international». Autant l'idéal du socialisme mondial est souhaitable et une nécessité éventuelle, autant nous vivons toujours à une époque où l'État-nation reste le seul véhicule réaliste des premiers pas vers le socialisme: il n'existe aucune autre communauté politique existante capable d'apporter la transformation nécessaire à l'instauration du socialisme; il n'y a pas de meilleur moyen de défendre le socialisme.</p><p>Et, alors que certains peuvent se tourner vers des forums internationaux tels que l'ONU pour réformer ou défendre certains droits, le fait est que la lutte spécifique pour le socialisme et la démocratie ne se déroule que dans le cadre de l'État - elle reste le «seul jeu réel».</p><p>Peut-être existe-t-il également une crainte parmi les opposants au «patriotisme progressiste» de céder du terrain au nationalisme réactionnaire (en particulier l'ethno-nationalisme de l'extrême droite). Cela est peut-être compréhensible car il y a eu un changement notable et troublant vers la droite dure dans le monde. Mais encore une fois, cela marque la différence entre le nationalisme «officiel» promu par la classe dirigeante et le potentiel d'un patriotisme socialiste basé sur la souveraineté populaire et la solidarité internationale.</p><p>C'est peut-être parce que nous connaissons tous de l'intérieur les nationalismes officiels de la classe dirigeante. C'est soit le nationalisme de droite - les histoires de grands Britanniques, les grandes batailles et les «réalisations» de l'Empire; ou le nationalisme de style «Cool Britannia» plus doux, libéral - plus favorable aux affaires - cultivé pendant la période du New Labour.</p><p>Ces deux nationalismes s'appuient sur la nostalgie d'un soi-disant âge d'or - que ce soit une version fantasmée des années 1950 (pensez Heartbeat) ou un simulacre de Carnaby Street des années 60 (pensez à Austin Powers). Ces deux nationalismes ont tendance à ignorer les horreurs de l'Empire - avec la version de droite célébrant le passé impérial de la Grande-Bretagne et la version «Cool Britannia» tentant de désinfecter les symboles de l'Empire - une Spice Girl portant une minijupe en tablier de boucher.</p><p>Le sentiment nationaliste repose sur des histoires et des symboles et, une vision progressiste doit s'appuyer sur le contre-récit des peuples à l'histoire officielle de la Grande-Bretagne. C'est l'histoire radicale de la Grande-Bretagne. C'est l'histoire des niveleurs, des martyrs de Tolpuddle, des suffragettes, de Red Clydeside, des camps de Greenham Common et des grèves des mineurs.</p><p>Il s'agit d'une histoire nationale propre, alors que les luttes des groupes minoritaires s'entremêlent et deviennent une partie importante de l'histoire de la Grande-Bretagne radicale - le boycott du bus de Bristol; la grève des machines à écrire impériales; la bataille de Cable Street. C'est aussi une histoire internationaliste qui comprend une pléthore de mouvements de solidarité et une forte tradition d'activisme pour la paix.</p><p>Avec un gouvernement de gauche au pouvoir, un patriotisme alternatif devrait s'appuyer sur ce passé radical pour regarder vers l'avenir: quelle sorte de société devrions-nous construire? Comment devons-nous tendre vers un monde plus pacifique et plus coopératif?</p><p>Le patriotisme devient alors un engagement dans un projet national; un patriotisme inclusif car il ne dépendrait pas de l'ethnicité ou du pays de naissance, mais de l'engagement envers l'objectif collectif. Qu'est-ce que le NHS, sinon un projet national collectif impliquant des gens du monde entier qui ont été galvanisés par un engagement envers ses principes fondateurs?</p><p>Pour que la gauche réussisse, nous devons commencer à parler de concepts tels que le patriotisme et le nationalisme sans simplement réaffirmer un dogme inflexible ou recourir à l'hystérie. Dans un monde où l'État-nation demeure une réalité et la seule voie réaliste vers le socialisme, la gauche britannique doit articuler son propre patriotisme socialiste en contraste avec le chauvinisme, le conservatisme et le militarisme qui caractérisent le nationalisme de droite.</p><p><a href="http://histoireetsociete.wordpress.com/2020/01/13/morning-star-il-ny-a-pas-de-contradiction-entre-patriotisme-et-socialisme/">histoireetsociete.wordpress.com</a></p>"}}