{"136968":{"id":"136968","parent":"136305","time":"1516010997","url":"http:\/\/arretsurinfo.ch\/je-ne-regrette-pas-nour-tamimi-explique-pourquoi-elle-a-gifle-un-soldat-israelien\/","category":"Murs","title":"\u00ab Je ne regrette pas \u00bb : Nour Tamimi explique pourquoi elle a gifl\u00e9 un soldat isra\u00e9lien","lead_image_url":"http:\/\/w41k.com\/img\/newsnet_136968_13sj8tTAkVk.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"je-ne-regrette-pas-nour-tamimi-explique-pourquoi-elle-a-gifle-un-soldat-israelien","admin":"newsnet","views":"486","priority":"3","length":"15567","lang":"fr","content":"\u003Cp\u003E\u003Cb\u003ENour Tamimi est sortie de prison apr\u00e8s avoir \u00e9t\u00e9 arr\u00eat\u00e9e en compagnie de sa cousine, Ahed, qui avait gifl\u00e9 des soldats isra\u00e9liens - lesquels avaient abattu leur cousin Mohammed. \u003Ci\u003E\u00ab Si la m\u00eame chose devait se reproduire \u00bb\u003C\/i\u003E, explique Nour aujourd'hui, \u003Ci\u003E\u00ab elle r\u00e9agirait de la m\u00eame fa\u00e7on. \u00bb\u003C\/i\u003E\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPar Gideon Levy\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPubli\u00e9 le 12\/1\/2017 sur \u003Ca href=\"https:\/\/www.haaretz.com\/israel-news\/.premium-1.834446\"\u003EHaaretz\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EUn h\u00f4te inattendu est arriv\u00e9 au domicile de Nour Tamimi, le week-end dernier :Mohammed Tamimi, le cousin et voisin de 15 ans, qui avait re\u00e7u une balle dans la t\u00eate. Il est venu pour f\u00e9liciter Nour de sa lib\u00e9ration sous caution d'une prison isra\u00e9lienne. Elle \u00e9tait contente de le voir l\u00e0, en d\u00e9pit de sa grave blessure \u00e0 la t\u00eate. \u003Ca href=\"http:\/\/www.pourlapalestine.be\/lhistoire-derriere-la-gifle-dahed-tamimi-la-tete-de-son-cousin-fracassee-par-la-balle-dun-soldat\"\u003ELa semaine derni\u00e8re, lorsque nous avions rendu visite \u00e0 Mohammed\u003C\/a\u003E, on ne lui avait pas dit que Nour, 21 ans, et leur cousine\u003Ca href=\"http:\/\/www.pourlapalestine.be\/?s=Ahed+tamimi\"\u003EAhed\u003C\/a\u003E, 16 ans, avaient \u00e9t\u00e9 arr\u00eat\u00e9es. Il ne savait pas non plus que c'\u00e9tait la balle qu'on lui avait tir\u00e9e dans la t\u00eate \u00e0 tr\u00e8s courte distance qui avait incit\u00e9 les deux cousines \u00e0 sortir et \u00e0 s'en prendre \u00e0 deux soldats qui violaient leur propri\u00e9t\u00e9.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/youtube.com\/watch?v=13sj8tTAkVk\" target=\"_blank\"\u003E\u003Cspan class=\"philum ic-chain\"\u003E\u003C\/span\u003E youtube\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAujourd'hui, chez elle, entour\u00e9e de cam\u00e9ras de t\u00e9l\u00e9vision, Nour confirme que l'incident avec les deux soldats avait \u00e9t\u00e9 motiv\u00e9 en partie par le fait qu'ils avaient envahi la cour d'Ahed ce 15 d\u00e9cembre - mais la raison principale \u00e9tait qu'elles venaient de lire sur \u003Ci\u003EFacebook\u003C\/i\u003E que Mohammed avait re\u00e7u une blessure apparemment mortelle. Il avait \u00e9t\u00e9 abattu \u00e0 quelques dizaines de m\u00e8tres de la maison de Nour. La maison d'Ahed se trouve \u00e9galement \u00e0 quelques pas de l\u00e0 - tous les cousins vivent \u00e0 proximit\u00e9 de l'entr\u00e9e du village de Nabi Saleh, pr\u00e8s de Ramallah.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EVoil\u00e0 trois semaines maintenant qu'Ahed et sa m\u00e8re sont en prison. Mohammed se remet de sa blessure et Nour est de retour chez elle apr\u00e8s 16 jours de d\u00e9tention - une \u00e9preuve qu'elle n'aurait jamais d\u00fb affronter si elle n'avait pas \u00e9t\u00e9 palestinienne. Nour \u00e9tait impliqu\u00e9e dans l'incident avec les soldats, mais la vid\u00e9o r\u00e9alis\u00e9e \u00e0 ce propos montre clairement qu'elle avait \u00e9t\u00e9 nettement moins agressive qu'Ahed : Elle avait \u00e0 peine touch\u00e9 les soldats.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELundi soir, \u00e0 Nabi Saleh. Une jeune femme avenante, portant des lunettes, un pantalon moulant et une courte veste, entre avec assurance, s'excuse d'\u00eatre en retard et n'a l'air en rien effray\u00e9e par les nombreuses cam\u00e9ras qui l'attendent dans la salle de s\u00e9jour de ses parents. Depuis qu'elle a \u00e9t\u00e9 rel\u00e2ch\u00e9e, elle a \u00e9t\u00e9 interview\u00e9e sans arr\u00eat par les m\u00e9dias du monde entier. Elle est moins embl\u00e9matique qu'Ahed,mais elle est libre.\u003C\/p\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/w41k.com\/\/img\/newsnet_136968_ea1634.jpg\" \/\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/w41k.com\/\/img\/newsnet_136968_be9084.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003ENour, qui attend son jugement pour l'instant, revient tout juste de l'\u003Ci\u003EUniversit\u00e9 Al-Qud\u003C\/i\u003Es (dont elle suit les cours \u00e0 l'ext\u00e9rieur de J\u00e9rusalem, en tant qu'\u00e9tudiante en deuxi\u00e8me ann\u00e9e de journalisme), o\u00f9 elle est all\u00e9e expliquer son absence \u00e0 un examen qui vient d'avoir lieu. Raison : sa r\u00e9cente d\u00e9tention \u00e0 la prison de Sharon. Mais elle \u00e9tait en retard pour rentrer \u00e0 la maison et ses parents, Bushra et Naji, \u00e9taient pr\u00e9occup\u00e9s. Elle n'avait pas r\u00e9pondu au t\u00e9l\u00e9phone.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn fait, les gens, ici, semblaient plus inquiets de son retard qu'ils ne l'avaient \u00e9t\u00e9 de son arrestation. Ses parents et fr\u00e8res et sœurs ont une grande exp\u00e9rience de l'emprisonnement en Isra\u00ebl. Nabi Saleh est le village de la r\u00e9volte civile et cette famille est la famille Tamimi. Ils ont l'habitude d'\u00eatre arr\u00eat\u00e9s. Pendant que nous attendions Nour, son p\u00e8re nous a parl\u00e9 de la famille.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ENaji a 55 ans et il parle tr\u00e8s bien l'h\u00e9breu, apr\u00e8s avoir appris la langue dans les ann\u00e9es 1980, quand il travaillait en Isra\u00ebl dans le polissage de pavements. Il faut passer du temps avec Naji et Bushra - et aussi avec les parents d'Ahed, Bassem et Nariman - pour se rendre compte \u00e0 quel point la propagande de la droite isra\u00e9lienne est avilissante, incendiaire et ignorante pour traiter ces personnes impressionnantes de \u00ab \u003Ci\u003Efamille d'assassins \u00bb.\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ENaji travaille au \u003Ci\u003EBureau de coordination et de liaison de l'Autorit\u00e9 palestinienne\u003C\/i\u003E, mais il insiste pour dire qu'il n'a pas de contacts directs avec des Isra\u00e9liens. C'est un homme affable, sociable et un v\u00e9t\u00e9ran du Fatah. Il est le p\u00e8re de trois filles et de deux gar\u00e7ons. Le texte sur l'affiche r\u00e9cemment \u00e9pingl\u00e9e au-dessus de sa t\u00eate, dans la spacieuse salle de s\u00e9jour, dit : \u003Ci\u003E\u00ab Personne n'\u00e9teindra la lumi\u00e8re\u003C\/i\u003E [nour, en arabe]. \u003Ci\u003E#FreeNur\u003C\/i\u003E [lib\u00e9rez Nour]. \u00bb\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ENaji est un oncle de Nariman et un cousin de Bassem - les parents d'Ahed. Les deux familles sont tr\u00e8s proches ; les enfants ont grandi dans ces maisons adjacentes.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ENour n'avait jamais \u00e9t\u00e9 arr\u00eat\u00e9e, mais son p\u00e8re a pass\u00e9 cinq ans dans les prisons isra\u00e9liennes. Il est pass\u00e9 en jugement \u00e0 quatre reprises pour divers d\u00e9lits, g\u00e9n\u00e9ralement mineurs ou de nature politique. Le fr\u00e8re de Naji a \u00e9t\u00e9 tu\u00e9 en 1973, lors d'une attaque des \u003Ci\u003EForces a\u00e9riennes isra\u00e9liennes\u003C\/i\u003E contre Tripoli, au Liban, et le fils du fr\u00e8re mort a pass\u00e9 plus de vingt ans dans les prisons isra\u00e9liennes. Bushra a \u00e9t\u00e9 arr\u00eat\u00e9e trois fois pendant de br\u00e8ves p\u00e9riodes. Leur fils Anan a \u00e9t\u00e9 arr\u00eat\u00e9 quatre fois, y compris un s\u00e9jour de sept mois en prison.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIl y a environ six mois, il y avait des manifestations r\u00e9guli\u00e8res, \u00e0 Nabi Saleh, pour protester contre la saisie de terres en vue de la construction de la colonie de Halamish et contre la confiscation d'une source locale au profit des colons, et c'est alors que l'arm\u00e9e a commenc\u00e9 \u00e0 se servir de balles r\u00e9elles pour disperser les manifestants. C'est un petit village de 500 ou 600 habitants qui n'ont pas \u00e9t\u00e9 \u00e0 m\u00eame de surmonter les blessures qui en ont r\u00e9sult\u00e9 et, dans certains cas, la mort m\u00eame. Mais le discours du pr\u00e9sident am\u00e9ricain Donald Trump, le mois dernier, a relanc\u00e9 les protestations.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIl y a quelques jours, un jeune villageois, Abdel Karim Ayyub, a \u00e9t\u00e9 arr\u00eat\u00e9 (pour des raisons inconnues) et il se trouve depuis lors dans les locaux d'interrogatoire du service de s\u00e9curit\u00e9 du Shin Bet, \u00e0 Petah Tikva. Les r\u00e9sidents de Nabi Saleh sont s\u00fbrs que, suite \u00e0 son arrestation, il va y avoir un autre raid \u00e0 grande \u00e9chelle de l'arm\u00e9e ainsi qu'une vague d'arrestations.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECe vendredi 15 d\u00e9cembre, Nour et Ahed allaient et venaient entre leurs deux maisons, comme d'habitude. Elles \u00e9taient dans la maison d'Ahed l'apr\u00e8s-midi, quand elles ont appris que Mohammed avait \u00e9t\u00e9 abattu. Dans la cour, un officier et un soldat se comportaient, raconte-t-elle, comme s'ils \u00e9taient dans leur propre maison. Ces incursions quotidiennes font perdre la t\u00eate aux villageois. Il n'y a pas que l'incursion effront\u00e9e dans la vie priv\u00e9e, il y a aussi le fait que, parfois, les jeunes de l'endroit jettent des pierres aux soldats. Parfois, les pierres frappent les maisons et, parfois, les soldats ouvrent le feu \u00e0 partir des cours de ces m\u00eames maisons. \u003Ci\u003E\u00ab Nous n'accepterons pas une situation dans laquelle nos maisons deviennent des postes de l'arm\u00e9e isra\u00e9lienne \u00bb\u003C\/i\u003E, explique Naji.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESa fille partage cet avis elle aussi. Elle et Ahed, perturb\u00e9es d'avoir appris que Mohammed avait \u00e9t\u00e9 abattu, \u00e9taient sorties ce jour-l\u00e0 et s'\u00e9taient mises \u00e0 narguer les soldats afin qu'ils s'en aillent. Selon Naji, l'incident \u00e9tait tout \u00e0 fait habituel et aucun des soldats n'en avait \u00e9t\u00e9 d\u00e9contenanc\u00e9. Il est \u00e9galement convaincu que les soldats avaient r\u00e9agi avec cette retenue parce qu'ils s'\u00e9taient rendu compte que la sc\u00e8ne \u00e9tait film\u00e9e.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003E\u00ab Ce n'est qu'une petite partie de l'image g\u00e9n\u00e9rale \u00bb\u003C\/i\u003E, explique-t-il. \u003Ci\u003E\u00ab Pour les soldats, c'\u00e9tait aussi quelque chose de tout \u00e0 fait ordinaire. Ils ne pensaient pas non plus qu'ils \u00e9taient en danger. \u00bb\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ENour \u00e9tait alors rentr\u00e9e chez elle et avait \u00e0 peine mentionn\u00e9 l'incident ; pour elle comme pour Ahed, c'\u00e9tait en effet de la routine. Avant l'aube du mardi, c'est-\u00e0-dire quatre jours apr\u00e8s l'incident et deux jours apr\u00e8s la publication en ligne du clip vid\u00e9o qui allait inciter les gens de la droite isra\u00e9lienne \u00e0 d\u00e9noncer la passivit\u00e9 des soldats, l'arm\u00e9e arr\u00eatait Ahed.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'affaire a eu lieu \u00e0 la fin de la nuit et a impliqu\u00e9 une force importante ; c'est le modus operandi habituel, pour les arrestations, m\u00eame dans le cas de mineurs d'\u00e2ge comme Ahed. Vingt-quatre heures plus tard, vers 3 h 30 du matin \u00e9galement, les militaires faisaient irruption dans la maison de Nour. Nariman \u00e9tait arr\u00eat\u00e9e au moment o\u00f9 elle arrivait au bureau de police le m\u00eame jour, pour son implication dans l'agression contre les soldats.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans le cas de Nour, les soldats ont fait irruption dans la maison et ont exig\u00e9 de voir les cartes d'identit\u00e9 de toutes les sœurs. Naji explique que, d\u00e8s qu'Ahed avait \u00e9t\u00e9 arr\u00eat\u00e9e, la famille savait que les soldats allaient venir pour Nour aussi. Personne, Nour y compris, n'\u00e9tait effray\u00e9 ; personne n'a essay\u00e9 de r\u00e9sister. Une quinzaine de soldats sont entr\u00e9s dans la maison et sept ou huit v\u00e9hicules attendaient \u00e0 l'ext\u00e9rieur. Nour s'\u00e9tait habill\u00e9e, avait \u00e9t\u00e9 menott\u00e9e et s'en \u00e9tait all\u00e9e dans la nuit froide et sombre.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003E\u00ab Il est impossible de se dresser contre l'arm\u00e9e \u00bb\u003C\/i\u003E, dit maintenant Naji, \u003Ci\u003E\u00ab et puisque c'\u00e9tait la premi\u00e8re fois pour Nour, nous ne voulions pas qu'il y ait de violence. \u00bb\u003C\/i\u003E Dans la jeep, on lui avait mis une capuche sur les yeux. Elle n'avait pas pu dormir au cours des 22 heures suivantes, entre les interrogatoires et les transferts soudains entre les locaux de d\u00e9tention et les locaux d'interrogatoire.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDeux jours plus tard, les soldats \u00e9taient revenus \u00e0 la maison familiale, pour une perquisition. Ils n'avaient rien emmen\u00e9. De cette proc\u00e9dure aussi, Naji dit s\u00e8chement : \u003Ci\u003E\u00ab Nous y sommes habitu\u00e9s. \u00bb\u003C\/i\u003E Au m\u00eame moment, chez Ahed, ils avaient confisqu\u00e9 tous les ordinateurs et t\u00e9l\u00e9phones cellulaires.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDeux jours apr\u00e8s l'arrestation de Nour, ses parents l'ont vue au tribunal militaire de la prison d'Ofer, pr\u00e8s de Ramallah. Elle avait l'air de tenir le coup, \u00e0 voir son \u00e9tat d'esprit, mais elle \u00e9tait \u00e9puis\u00e9e physiquement, disent-ils.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAhed se trouvait \u00e0 la section des mineurs d'\u00e2ge de la prison de Sharon, dans le centre du pays. Nour \u00e9tait d\u00e9tenue dans l'aile des prisonni\u00e8res pour raison de s\u00e9curit\u00e9, o\u00f9 se trouve Nariman \u00e9galement. Toutes trois se rencontraient parfois dans la cour de la prison, au moment des exercices.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ENour explique qu'elle a \u00e9t\u00e9 \u00e9pouvant\u00e9e, lors de sa premi\u00e8re prise de contact avec une prison isra\u00e9lienne. Le sort des autres prisonniers - les souffrances qu'ils endurent et les conditions physiques de d\u00e9tention - lui font avoir des insomnies. Elle d\u00e9sire d\u00e9sormais servir de voix aux prisonni\u00e8res palestiniennes. Elle est un peu tendue et inhib\u00e9e, durant notre conversation, peut-\u00eatre \u00e0 cause de la langue (elle ne parle pas h\u00e9breu et son anglais est limit\u00e9), ou peut-\u00eatre parce que nous sommes isra\u00e9liens. Ce qu'elle a trouv\u00e9 le plus p\u00e9nible, nous dit-elle, c'est d'avoir \u00e9t\u00e9 priv\u00e9e de sommeil durant 22 heures d'affil\u00e9e et, pendant tout ce temps, on ne lui a m\u00eame pas permis de fermer les yeux. Le but de ses ravisseurs, dit-elle, \u00e9tait de la mettre sous pression afin qu'elle fasse des aveux et qu'elle donne les noms des activistes du village.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003E\u00c0 quoi vouliez-vous en venir en vous en prenant aux soldats ?\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003E\u00ab Nous voulions les mettre dehors. \u00bb\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EAvez-vous \u00e9t\u00e9 surprise de ce qu'ils n'aient pas r\u00e9agi ?\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003E\u00ab Il y avait quelque chose d'\u00e9trange dans leur comportement. Quelque chose de suspect. Ils agissaient en fonction de la cam\u00e9ra. \u00bb\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EM\u00e9ritiez-vous d'\u00eatre punie ?\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003E\u00ab Non, et je ne regrette pas ce que j'ai fait. Ils ont fait irruption dans notre maison. C'est notre maison, pas la leur. \u00bb\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003ELe referiez-vous ?\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003E\u00ab Je r\u00e9agirais de la m\u00eame mani\u00e8re, s'ils devaient se conduire comme cela - s'ils envahissaient la maison et blessaient ma famille. \u00bb\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAhed est forte, dit sa cousine. Elle sait qu'elle est devenue une h\u00e9ro\u00efne au vu des \u00e9missions de t\u00e9l\u00e9vision palestiniennes qu'elle voit en prison. Des douzaines de chansons ont d\u00e9j\u00e0 \u00e9t\u00e9 \u00e9crites \u00e0 son sujet, dit Nour, ajoutant que ce n'est pas \u00e0 cause d'Ahed qu'elle est boulevers\u00e9e actuellement - ce qui \u00e9pouvante le plus Nour, c'est le sort des autres prisonni\u00e8res, et surtout la situation d'\u003Ca href=\"http:\/\/samidoun.net\/2018\/01\/israa-jaabis-cry-for-justice-israeli-occupation-high-court-hears-appeal-freeisraa-helpisraa\"\u003EIsraa Jaabis\u003C\/a\u003E dont la voiture, selon les charges retenues contre elles, a pris feu au cours d'une tentative d'attentat terroriste en 2015, alors qu'elle avait 31 ans. Jaabis a \u00e9t\u00e9 condamn\u00e9e \u00e0 11 ans de prison et elle souffre terriblement de ses br\u00fblures, et plus particuli\u00e8rement la nuit, selon Nour. \u003Csup\u003E1\u003C\/sup\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn dehors de la mission qu'elle a entreprise - s'exprimer au nom des prisonniers - l'arrestation n'a pas chang\u00e9 sa vie, dit Nour. Elle a \u00e9t\u00e9 lib\u00e9r\u00e9e jeudi dernier par la cour militaire d'appel, sous quatre conditions relativement mod\u00e9r\u00e9es, malgr\u00e9 l'insistance du procureur pour qu'elle soit gard\u00e9e en d\u00e9tention. Le juge a ordonn\u00e9 qu'elle soit lib\u00e9r\u00e9e le m\u00eame jour et les autorit\u00e9s carc\u00e9rales ont obtemp\u00e9r\u00e9, mais l'ont quand m\u00eame retenue jusque minuit ou presque, comme par d\u00e9pit. Son p\u00e8re l'attendait au check-point de Jabara. C'\u00e9tait la veille d'une \u00e9norme temp\u00eate qui allait d\u00e9ferler sur le pays, et tous deux s'\u00e9taient h\u00e2t\u00e9s \u00e0 rentrer chez eux.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAucune c\u00e9l\u00e9bration ne les attendait sur place. Nour attend toujours son proc\u00e8s, puisqu'elle est accus\u00e9e d'agression et, la semaine derni\u00e8re, dans le village voisin de Deir Nizam, dont une grande partie de la population est apparent\u00e9e \u00e0 la famille Tamimi, un adolescent de 16 ans a \u00e9t\u00e9 tu\u00e9. Au cours des fun\u00e9railles, un ami de la victime a re\u00e7u une balle dans la t\u00eate et son \u00e9tat des critique.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECe n'est nullement un temps pour des c\u00e9l\u00e9brations.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPubli\u00e9 le 12\/1\/2017 sur \u003Ca href=\"https:\/\/www.haaretz.com\/israel-news\/.premium-1.834446\"\u003EHaaretz\u003C\/a\u003E\u003Cbr \/\u003E\nTraduction : Jean-Marie Fl\u00e9mal et Alex Levac\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EGideon Levy, \"\u003Ca href=\"http:\/\/www.pourlapalestine.be\/gideon-levy-le-journaliste-le-plus-hai-disrael\"\u003Ele journaliste le plus ha\u00ef d'Isra\u00ebl\u003C\/a\u003E \u003Cb\u003E\",\u003C\/b\u003E est un chroniqueur et membre du comit\u00e9 de r\u00e9daction du quotidien Haaretz.\u003Cbr \/\u003E\nIl a obtenu le prix Euro-Med Journalist en 2008, le prix Leipzig Freedom en 2001, le prix Israeli Journalists' Union en 1997, et le prix de l'Association of Human Rights in Israel en 1996. Il est l'auteur du livre The Punishment of Gaza, qui a \u00e9t\u00e9 traduit en fran\u00e7ais : Gaza, articles pour Haaretz, 2006-2009, La Fabrique, 2009\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESource:\u003Ca href=\"http:\/\/www.pourlapalestine.be\/je-ne-regrette-pas-nour-tamimi-explique-pourquoi-elle-a-gifle-un-soldat-israelien\"\u003EPourlapalestine.be\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/arretsurinfo.ch\/je-ne-regrette-pas-nour-tamimi-explique-pourquoi-elle-a-gifle-un-soldat-israelien\/\"\u003Earretsurinfo.ch\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}