En Syrie, agression impérialiste à visage découvert

07/04/2017 89 articles 5 min legrandsoir.info  agression massacre guerre propagande  Bruno Guigue  agression militaire armes chimiques  Donald Trump  Syrie 127207

Bruno GUIGUE

Des missiles Tomawhak, hier, ont frappé l'aéroport militaire syrien de Sharyat à une trentaine de kilomètres au sud-est de Homs. L'événement fait la Une des gazettes, mais cette agression militaire américaine contre la Syrie souveraine n'est pas la première. Le 17 septembre 2016, l'aviation US avait tué 80 soldats de l'armée arabe syrienne à Deir Ezzor. Loin d'être fortuite, cette attaque avait eu lieu au moment précis où l'armée nationale, loin de ses bases, affrontait une vigoureuse offensive de Daech.

Bis repetita ! Avec ce bombardement, la Maison-Blanche, pour la deuxième fois, vole au secours de ses "proxys" lobotomisés qui font la guerre pour son compte contre la Syrie souveraine. En frappant par les airs l'appareil militaire syrien, Donald Trump sait bien qu'il ne modifie pas le rapport de forces. Ce qu'il veut, c'est humilier Damas. Il veut montrer qu'il peut atteindre le sol syrien, où il veut et quand il veut, faisant ainsi la démonstration que cet Etat est vulnérable. L'armée syrienne et l'allié russe ont été pris par surprise. Il n'est pas sûr que ce soit le cas la prochaine fois.

Quasi providentiel, le massacre chimique de Khan Cheikhoun fournit à Trump un prétexte en or. Il lui permet de reprendre pied dans un conflit où Washington n'a essuyé que des revers depuis des mois. Obéissants, les médias dominants orchestrent la compassion sur commande destinée à justifier l'agression, et le tour est joué. Pour cette opération de propagande, Trump peut compter, comme d'habitude, sur l'impressionnante servilité des médias français, le torchon sioniste qui ose s'appeler "Libération" obtenant sans difficulté la palme de la manipulation émotionnelle.

Ce faisant, les faux-culs de la presse parisienne oublient un petit détail. Aucune preuve, aucune, n'a été fournie de la culpabilité de Damas. Selon les autorités syriennes et russes, l'aviation syrienne a bombardé un dépôt de munitions appartenant aux factions islamistes qui contenait des armes chimiques. Cette explication est d'autant plus vraisemblable qu'on a déjà eu la preuve de l'utilisation d'armes chimiques par Al-Nosra et que l'arsenal chimique syrien, lui, a été démantelé sous contrôle onusien en 2014.

On se demande bien pourquoi, d'ailleurs, le gouvernement syrien aurait eu envie, subitement, de gazer sa propre population. Non seulement cette accusation est infondée, faute de preuves, mais elle insulte le bon sens. Il y a évidemment des victimes innocentes dans cette guerre. Mais si le gouvernement syrien se moquait du sort des civils, il y a longtemps que Raqqa ou Idleb aurait été rasée. Attribuer à Bachar Al-Assad la responsabilité d'un tel massacre n'a aucun sens. C'est grotesque. Il est vrai que plus c'est gros, plus ça passe. Colin Powell avait exhibé une fiole de jus de pomme, l'ambassadrice américaine à l'ONU exhibe des photos, et l'histoire se répète. Tant qu'il y aura des gogos pour y croire, la supercherie continuera de plus belle.

Jamais à court d'imagination, certains "experts" ont quand même inventé une variante. Ce n'est pas Bachar Al-Assad, mais "l'aile dure du régime syrien" qui aurait ordonné cette tuerie. Pourquoi ? Pour faire échouer les négociations sur la fin du conflit, imposer une solution militaire et montrer aux Russes qui est le patron. On comprend que la fonction de journaliste au "Figaro" impose certaines concessions à l'employeur, mais bon, on n'est pas obligé de suivre Georges Malbrunot, qui soutient cette thèse, lorsqu'il doit justifier sa fiche de paie.

Cette explication abracadabrante, en fait, n'est que la resucée de ce que disaient certains commentateurs à propos de l'attaque chimique du 21 août 2013 faussement imputée à Damas. Des généraux syriens, disait-on, auraient commis ce massacre de leur propre initiative. Tout en épargnant M. Assad, cette version des faits présente l'avantage propagandiste d'incriminer le "régime syrien", ce qui permet de remplir le contrat journalistique. Elle permet aussi de se donner l'air plus intelligent que la moyenne, ce qui n'est pas difficile étant donné le niveau de bêtise atteint par la meute télévisuelle. Mais elle n'est pas plus fondée, ni plus vraisemblable que la précédente.

Un rapport circonstancié du "Massachussets Institute of Technology" avait montré que l'attaque chimique du 21 août 2013 ne pouvait venir que de la zone rebelle. Le journaliste indépendant Seymour Hersch avait affirmé la même chose au terme d'une enquête minutieuse. Il faudra sans doute attendre le résultat d'investigations comparables pour connaître les détails du drame de Khan Cheikhoun où des innocents, une fois de plus, ont fait les frais d'une guerre voulue par Washington et ses larbins. En attendant, les menteurs professionnels tenteront l'impossible pour nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

Le bombardement du 17 septembre 2016 fut le dernier cadeau de Barack Obama aux coupeurs de têtes. Le bombardement du 6 avril 2017 est le premier que leur offre Donald Trump. En agressant Damas, le président américain montre que rien n'a changé à Washington. Les déclarations du candidat républicain laissaient espérer un changement. Les actes du président élu dissipent définitivement cette illusion. Cette agression impérialiste à visage découvert marque donc la fin d'une séquence politique. Comme les autres, Trump est le pantin du lobby militaro-industriel. Les USA, c'est la guerre. Ils en vivent, ils aiment ça, et ça ne changera jamais tant qu'ils ne se seront pas pris une bonne dérouillée.

Bruno GUIGUE

legrandsoir.info

 commentaire

articles affiliés plus récents en premier

Bachar al-Assad : « Khan Cheikhoun est une fabrication, nous n'avons pas d'armes chimiques »

documentaires 24/04/2017 21 min mondialisation.ca  propagande terrorisme Etat profond  Bachar al-Assad  complexe militaro-industriel armes chimiques Al-Qaïda agression militaire  Syrie 127908

Par DR Bachar al-Assad

Transcription :

Journaliste : Monsieur le Président, je voudrais d'abord vous remercier de me recevoir pour cette interview. Monsieur le Président, avez-vous donné l'ordre d'attaquer Khan Cheikhoun avec des armes chimiques mardi dernier ?

Bachar al-Assad : En fait, personne n'a enquêté sur ce qui s'est passé ce jour-là à Khan Cheikhoun jusqu'à présent.

Le fournisseur d'armes chimiques aux terroristes révélé par Assad

21/04/2017 2 min pravdafrance.com  armes chimiques  Syrie Turquie  armes 127827

Les autorités syriennes sont sûres à 100% que les terroristes reçoivent des armes chimiques de la Turquie, a déclaré le président syrien Bachar el-Assad. Selon lui, une partie des preuves de ce fait a déjà été publiée.

D'après le président, les terroristes n'ont pas d'autres sources d'approvisionnement dans le nord de la Syrie ce qui prouve qu'ils reçoivent de l'argent et du matériel militaire de la Turquie.

Khan Cheikhoun, Syrie : « L'attaque neurotoxique qui n'a pas eu lieu »

documentaires 21/04/2017 11 min mondialisation.ca  Syrie  armes chimiques  enquête 127799

Par Dr. Theodore Postol

La semaine dernière nous partagions une première analyse de Theodore Postol, professeur émérite en Sciences, Technologie et Sécurité nationale au prestigieux Massachussets Institute of Technology (MIT) qui contestait le rapport déclassifié de la Maison Blanche paru le 11 avril.

Bachar el-Assad : la soi-disant attaque chimique du 4 avril était «une opération sous faux drapeau»

documentaires 20/04/2017 6 min francais.rt.com  provocation mascarade  état islamique Al-Qaïda CIA  Syrie  Bachar al-Assad 127793

Source: Reuters

Dans une interview à Sputnik, le président syrien est revenu sur l'attaque chimique qui aurait frappé la ville de Khan Cheikhoun. Selon lui, il s'agit d'une mascarade visant à justifier le bombardement d'une base syrienne par les Etats-Unis.

Depuis l'utilisation présumée d'armes chimiques sur la ville de Khan Cheikhoun le 4 avril, Bachar el-Assad est voué aux gémonies par la majorité des chancelleries et de la presse occidentales.

Le porte-parole de la Maison Blanche : Hitler ne s'est pas abaissé « à utiliser des armes chimiques »

USA 19/04/2017 5 min mondialisation.ca  génocide mensonge provocation médiatique propagande  armes chimiques 127717

Par Clara Weiss

Lors de la conférence de presse de mardi, le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, a osé prétendre que le dirigeant nazi Adolf Hitler n'avait pas utilisé d'armes chimiques. Son affirmation a provoqué une vague de colère et de dégoût populaire aux États-Unis et internationalement

Spicer avait fait ce commentaire dans le cadre de la dénonciation du président syrien Bachar al Assad que le gouvernement américain accuse, sans présenter aucun élément de preuve, d'avoir perpétré la semaine dernière une attaque à l'arme chimique dans la province d'Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie.

Human Rights Watch accuse Washington de bombarder à l'aveuglette en Syrie

19/04/2017 3 min wikistrike.com 127705

Le Pentagone nie avoir délibérément ciblé une mosquée, lors d'un raid aérien ayant causé la mort de dizaines de civils. Or, selon l'ONG HRW, une surveillance aérienne aurait pu permettre de savoir qu'il s'agissait d'une infrastructure civile. « Les forces [armées] des Etats-Unis semblent avoir échoué à prendre les précautions nécessaires pour éviter [de provoquer] des victimes civiles » lors de la frappe aérienne menée le 16 mars sur une mosquée syrienne, a dénoncé Human Rights Watch (HRW), dans un rapport paru le 18 avril.

Syrie : toujours pas de preuves tangibles d'attaque chimique

documentaires 18/04/2017 2 min pravdafrance.com  propagande  armes chimiques Casques Blancs  Syrie 127676

Le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov a déclaré que plus de deux semaines après l'attaque chimique présumée à Khan Cheikhoun, les preuves confirmant l'implication des forces gouvernementales n'ont pas été encore fournies.

« Cela fait plus de deux semaines que l'incident présumé impliquant des armes chimiques a eu lieu. Cependant, les seules "preuves" d'utilisation des armes chimiques demeurent toujours deux images faites par les Casques blancs », a déclaré M.

L'analyse militaire de la guerre en Syrie

18/04/2017 voltairenet.org  géostratégie stratégie  documents  Karl Müller  état islamique  Syrie 127670

Champs de bataille du Proche-Orient - la guerre contre l'« Etat islamique ». Analyses selon la théorie militaire et la géostratégie, par Jürgen Rose / Tir de sommation ou guerre mondiale ? Suite à l'attaque américaine, Willy Wimmer pointe une situation alarmante, Interview de Willy Wimmer / Et ils souhaitent toujours la victoire... Pour quelles raisons la paix est absente en Syrie, p

Une menace pâtissière au goût de chocolat

documentaires 18/04/2017 8 min ism-france.org  Badia Benjelloun  provocation  Daesh  Corée du nord 127668

Par Badia Benjelloun

Démonstration par l'absurde
Le ciel syrien semblait être devenu inviolable depuis que la DCA de l'armée syrienne avait abattu un chasseur israélien le 17 mars 2017 (1 ). Déjà en septembre 2016, la Syrie affirmait avoir détruit deux appareils de l'entité sioniste (2 ). Dans l'intervalle, en janvier 2017, les forces d'occupation de la Palestine avaient attaqué un dépôt d'armes près de l'aéroport de Damas par tirs de missiles lancés depuis un avion de combat au nord du lac Tibériade.

«Acte irrationnel d'invasion» : Kim Jong-un dénonce les frappes contre la base d'Al-Chaayrate

Monde 18/04/2017 2 min francais.rt.com  agression invasion  armes chimiques  Syrie Corée du nord  solidarité 127657

© Mikhail Voskresenskiy Source: Sputnik

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a félicité Bachar el-Assad à l'occasion du 71e anniversaire de l'indépendance de la Syrie en lui envoyant un télégramme dans lequel il a également dénoncé les frappes américaines contre sa base aérienne.

«Nous dénonçons le dernier acte d'agression des Etats-Unis contre votre pays. Nous exprimons notre soutien déterminé et notre solidarité aux actions du gouvernement syrien et du peuple de la république pour atteindre la justice», dit le télégramme adressé par le dirigeant de la Corée du Nord Kim Jong-un à Bachar el-Assad à l'occasion du 71e anniversaire de l'indépendance de la Syrie, le 17 avril.

Une analyse à plusieurs niveaux de l'attaque de missiles américains sur la Syrie et de ses conséquences

documentaires 18/04/2017 40 min wikistrike.com  trahison tromperie agression violation Etat profond légalité armes nucléaires oligarchie impuissance impérialisme  droit international armes chimiques Blackwater  Syrie Corée du nord 127649

Source : The Saker

Traduit par Diane, vérifié par Julie, relu par Hervé pour le Saker francophone

La dernière attaque de missiles de croisière américaine contre la base aérienne syrienne est un événement extrêmement important à tellement d'égards qu'il est important de l'examiner en détail.

Vidéo. États-Unis: Trump a décidé de bombarder la Syrie autour d'une part de gâteau au chocolat

USA 17/04/2017 4 min mondialisation.ca  Donald Trump  Syrie 127620

Par Marie Lombard

Donald Trump a révélé, dans une interview donnée à Fox News mercredi 12 février, qu'il avait décidé de bombarder la Syrie durant un copieux repas avec le président chinois Xi Jinping...

L'irruption de Donald Trump dans le conflit syrien n'est pas passée inaperçue. Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, le président américain a ainsi ordonné le bombardement de la base aérienne d' Al-Chaayrate, à l'ouest du pays, en réponse aux attaques chimiques présumées perpétrées par le régime syrien contre la localité de Khan Cheikhoun, mardi 5 avril.

Syrie : A qui profite le crime ? (Counterpunch)

Murs 17/04/2017 9 min legrandsoir.info  Uri Avnery  crime de guerre  Syrie Golan  Daesh CIA  Donald Trump 127603

Uri AVNERY

Cui bono - « Qui en profite ? » - est la première question qu'un détective expérimenté doit se poser lorsqu'il enquête sur un crime.

Comme j'ai été moi-même détective dans ma jeunesse, je sais ce que cela veut dire. La plupart du temps celui qu'on soupçonne de prime abord n'est pas le coupable. Quand on se demande « cui bono ? », un autre suspect, auquel on ne pensait pas, apparaît.

Bombardements américains en Syrie et droit international

Justice 17/04/2017 5 min mondialisation.ca  légalité violation  droit international  Syrie Afghanistan 127597

Par Rémi Bachand

Depuis au moins l'intervention en Afghanistan en 2001, il existe un débat parmi les différents intervenants du champ du droit international concernant l'usage de la force entre les États. Rappelons que la Charte des Nations unies prévoit que ses membres doivent s'abstenir, « dans leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l'emploi de la force, ...

Syrie : retour sur une date

documentaires 16/04/2017 5 min mondialisation.ca  ingérence  droit international  Syrie 127578

Par Antoine Charpentier

Le vendredi 17 mars 2017 restera une date charnière dans les annales de la guerre syrienne. Ce n'est ni plus ni moins qu'une nouvelle étape qui a été franchie. Dès le début de la guerre en Syrie, Israël n'a cessé d'intervenir, sans scrupule et de différentes façons dans le conflit, tout en affirmant qu'il se tient à l'écart de ce qu'il se passe en Syrie.

Interview de Bashar al-Assad à l'Afp (texte intégral)

documentaires 15/04/2017 20 min legrandsoir.info  Etat profond armes propagande  complexe militaro-industriel Casques Blancs armes chimiques Al-Qaïda CIA  Syrie  Bachar al-Assad  interview 127551

Ndt : Comme toujours, la « grande » presse n'a relayé que quelques phrases, plutôt isolées de leur contexte. Pour cette presse-là, informer (ou pas) est une « liberté » dont ils abusent copieusement. Pour ceux qui pensent qu'informer n'est pas une « liberté » pour la presse, mais un devoir, voici l'interview complète.

Question 1 : Monsieur le Président, je tiens tout d'abord à vous remercier de me recevoir pour une entrevue.

Le moment « des hommes d'influence » de Trump

USA 15/04/2017 12 min mondialisation.ca  Robert Parry  néocon propagande provocation stratégie  Afghanistan  état islamique Al-Qaïda armes chimiques 127545

Par Robert Parry

Le président Trump a reçu les applaudissements des néoconservateurs pour sa décision hâtive d'attaquer la Syrie, et pour avoir tué une douzaine de syriens environ, mais son acte irréfléchi présente tous les signes d'un moment « Des hommes d'influence », écrit Robert Parry.

Deux jours seulement après que la nouvelle a éclaté d'une attaque présumée au gaz toxique dans le nord de la Syrie, le président Trump a balayé les conseils de certains analystes du renseignement des États-Unis doutant de la culpabilité du régime syrien, et a lancé en représailles une frappe de missiles meurtrière contre un terrain d'aviation syrien.

La politique de Trump, c'est « colossale finesse »

USA 15/04/2017 5 min mondialisation.ca  lobby alliance Etat profond stratégie  Bruno Guigue  Donald Trump  présidentielle  Syrie Corée du nord Afghanistan 127544

Par Bruno Guigue

Depuis que son équipe a été amputée de ses conseillers les plus atypiques (Michael Flynn et Steve Bannon), le président républicain investi le 20 janvier est en roue libre. Le "style Trump” dans les relations internationales, c'était surtout une rhétorique. Personnage truculent, il cultivait l'ambiguïté, disant tout et son contraire au risque d'en décevoir beaucoup et de surprendre tout le monde.

Les premières images de la frappe Us contre un dépôt d'armes chimiques de Daech

14/04/2017 2 min pravdafrance.com  coalition armes  Syrie  armes chimiques état islamique 127533

La vidéo de l'attaque US contre des sites de stockage appartenant aux terroristes a été publiée sur Internet. La frappe américaine a entraîné des conséquences catastrophiques. L'attaque, qui a provoqué l'intoxication aux substances chimiques, a fait des centaines de victimes parmi les terroristes ainsi que parmi les civils. La vidéo a été publiée par un journaliste du quotidien allemand Bild.

Référencé par