11/10/2007 42 min #11545

L’altermondialisme et les Forums sociaux

En juillet dernier, le Forum social congolais a eu lieu à Kinshasa. Nos amis congolais ont demandé à François Houtart, directeur du Centre Tricontinental, de lancer la discussion en faisant le lien avec les avancées et les défis du FSM.

jeudi 11 octobre 2007 par François Houtart

Introduction

Le Forum social congolais est un événement important qui se situe au sein d’un grand courant international. Il l’est d’abord pour le Congo, mais aussi comme expression de la dimension mondiale de ce fait social nouveau. Personnellement, je me sens particulièrement heureux et honoré d’avoir été invité à participer à cette première réunion d’un Forum social à la dimension du Congo.

1.L’histoire de l’altermondialisme

C’est à la fin des années 1990 qu’un phénomène de convergence des résistances sociales s’est manifesté en plusieurs points du monde. Les résistances ont évidemment toujours existé. Nous avons connu en Afrique en particulier, les luttes contre l’esclavage, les guerres contre le colonialisme et les multiples formes de résistances civiques qui ont mené à l’indépendance des Etats. En Europe, ce fut l’histoire de la résistance de la classe ouvrière contre l’exploitation du capital. Elle a été longue et coûteuse en vies humaines. Partout le combat contre l’injustice est le fait même d’une humanité consciente de sa dignité.

Ce qui est nouveau, c’est précisément la convergence d’un grand nombre de mouvements et d’organisations qui n’avaient rien en commun précédemment. Il s’agit notamment de mouvements paysans, ouvriers, de peuples autochtones, de femmes, de défenseurs de l’environnement, de groupes luttant pour les droits de l’homme, etc. C’est bien ce que nous voyons ici dans ce forum, où se côtoient un très grand nombre d’organisations qui, certes, n’ont pas attendu le Forum social congolais pour se concerter dans certains domaines, mais qui pour la première fois arrivent tous ensemble sur un pied d’égalité, pour échanger leurs expériences et mettre en commun leurs préoccupations.

A l’échelle mondiale, on a vu se développer deux lignes de convergences. La première est caractérisée par la protestation. On l’a vu à Seattle en 1999, lors de la première réunion de l’Organisation mondiale du Commerce, où se sont retrouvés les syndicats ouvriers américains, les zapatistes représentant les populations indigènes du Chiapas au Mexique, les mouvements de femmes, les organisations des populations noires d’Amérique du Nord, les mouvements écologistes, et bien d’autres encore. Tous ont manifesté contre les décisions qui allaient être prises par l’OMC et ils contribuèrent par leur convergence à l’échec de ces premières négociations. Cette première grande manifestation fut suivie par nombreux d’autres, notamment contre le G8, les huit nations les plus industrialisées du monde, à Gènes, à Evian, à Leningrad, à Rostock ou encore contre les réunions de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, de même que face au Forum économique mondial de Davos. Les protestations se multiplièrent, de Washington à Bangkok, de Hong Kong à Sidney, de Cancun (Mexique) à Mar del Plata (Argentine). S’y ajoutèrent les manifestations contre les décisions du Sommet européen, notamment à Séville et à Bruxelles. Bref, les initiatives furent mondiales et si l’Afrique fut relativement absente de ce genre d’événement, c’est parce que les centres de décision se situent généralement en dehors du continent.

L’autre ligne de convergence a été l’organisation des Forums. Au début 1999, une première initiative avait été prise, intitulée L’Autre Davos et qui réunit cinq grands mouvements sociaux du monde avec quelques analystes pour discuter des conséquences de l’étendue de l’économie néolibérale à l’ensemble de l’univers et, dans une conférence de presse tenue à Davos au moment de la réunion du Forum économique mondial, de dire : non. Les décisions sur l’économie du monde ne peuvent plus continuer à être orientées de cette manière, car des millions d’êtres humains en sont les victimes et la destruction de l’environnement naturel est au bout du chemin.

L’année suivante, les Brésiliens qui avaient participé à cette réunion prirent l’initiative de convoquer pour 2001 le premier Forum social mondial, la même semaine que la réunion annuelle du Forum économique mondial de Davos. Cette rencontre eut lieu à Porto Alegre en 2001. L’idée avait été de rassembler de 4 000 à 4 500 personnes et dès le premier Forum, la participation dépassait les 20 000. Le deuxième eut lieu également à Porto Alegre en 2002, avec 60 000 participants. Le troisième, dans la même ville réunit 100 000 personnes. En 2004, le Forum se tint en Inde, à Mumbai, avec 110 000 participants. Une des caractéristiques fut la présence pendant toute la durée du Forum d’un nombre important, environ 20 000, des plus pauvres, les Dalits (les hors-castes) et les peuples autochtones, qui par leur présence étaient un rappel constant de la lutte des plus pauvres pour la survie.

Il y eut ensuite un retour à Porto Alegre en 2005, avec 155 000 personnes, puis une décentralisation du Forum mondial en 2006, à Bamako, Caracas et Karachi et enfin le Forum mondial de Nairobi en 2007, où pour la première fois de façon globale, le Forum tenait ses assises en Afrique. A cela s’ajoutèrent les Forums continentaux, africains, européens, asiatiques, américains et les Forums thématiques, sur l’eau, sur l’Amazonie, sur l’éducation, sur l’émigration et les Forums nationaux. En quelques années plus de 250 réunions de ce genre eurent lieu dans le monde. Aujourd’hui se tient le premier Forum social congolais et la même semaine, le premier Forum social des Etats-Unis à Atlanta. L’Autre Davos avait réuni 50 personnes. Au cours de moins d’une décennie, ce sont plusieurs millions de gens qui se sont manifestés dans le monde pour se mettre ensemble et affirmer leur désir de construire un autre monde.

2.Le pourquoi de l’altermondialisme

Si les convergences se sont construites, c’est parce que tous les groupes humains concernés se trouvaient face au même ennemi. En effet, avec la mondialisation du capital, plus aucun groupe social dans le monde n’échappe à la domination de la loi du marché et par conséquent à la soumission du travail au capital. Tous sont victimes du même système, au Nord comme au Sud. Il y a quinze jours, à Brasilia, j’avais l’occasion de m’adresser au Cinquième Congrès du Mouvement des paysans sans terre (MST), réunissant quelque 20 000 paysans, parmi les plus pauvres, qui exprimaient leur désir de voir se réaliser une réforme agraire, dans un pays grand comme un continent et où plus de quatre millions de paysans n’ont pas de terre, ces dernières étant absorbées par les latifundistes et les grandes multinationales de l’agrobusiness.

Cependant, les injustices accrues par cette logique économique ne touchent pas seulement le Sud. Au Nord également, le phénomène s’accroît. On annonce en Angleterre, que le nombre de pauvres s’est accru considérablement et que les inégalités sont revenues à leur taux d’avant 1940. En France, le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté dépasse les trois millions et demi d’habitants, alors que les 0,01% les plus riches du pays ont augmenté leur richesse de plus de 40% au cours des cinq dernières années. Est-il étonnant alors de voir les victimes d’un tel système manifester leur désaccord. Et cela nous oblige à nous demander de qui l’ensemble de ces personnes sont les victimes ? En fait, le néolibéralisme signifie la libéralisation totale des échanges, tant de capitaux, que de biens et de services, ce qui établit la loi du plus fort. Entre les multinationales de l’agrobusiness et le petit paysan, il n’y a guère d’hésitation pour savoir qui sera le gagnant ? Les Traités de libre-échange entre les pays puissants et les pays les plus pauvres sont l’équivalent, comme le disait un sociologue nicaraguayen, d’un Traité entre le requin et les sardines. Mais pourquoi désire-t-on libéraliser l’économie ?

C’est dans les années 1970, qu’un accord de fait se réalisa autour de quelques grandes orientations de l’économie mondiale, que l’on a appelé par après le Consensus de Washington, parce qu’il concernait les grandes institutions financières internationales, telles que la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, de même que la Réserve fédérale américaine (la Banque centrale) et les grandes multinationales des Etats-Unis. Il s’agissait de relancer l’accumulation du capital, qui pour de nombreuses raisons, avait eu tendance à décliner et à cet effet, de lancer une véritable offensive, à travers le monde, aussi bien dans le Nord que dans le Sud, d’une part contre le travail et d’autre part contre l’Etat, afin de diminuer leur part respective dans le produit social mondial. Diminuer la part du travail signifiait faire baisser son coût, démanteler les systèmes de sécurité sociale et de pension, favoriser les délocalisations là où le travail est moins cher, désorganiser les mouvements des travailleurs. L’offensive contre l’Etat s’est manifestée par les privatisations, souvent sauvages et équivalant à une véritable piraterie des richesses communes, en faveur du capital privé.

Dans le Sud, les conséquences furent très graves. Sur le plan du travail, on a vu fleurir les zones franches, fonctionnant avec des travailleurs sous-payés et souvent dans des conditions de travail extrêmement pénibles. En même temps, s’est accélérée l’extraction des richesses, plus fortes encore que du temps du colonialisme, par des mécanismes nouveaux, n’exigeant pas l’établissement de colonies, mais bien le contrôle des mécanismes économiques : fixation des prix des matières premières et des produits agricoles, dette extérieure, mainmise sur les ressources naturelles, politiques agricoles des pays riches, paradis fiscaux permettant l’évasion des richesses locales, évasion des cerveaux. Dans le Nord, la même logique s’est imposée, avec la diminution aussi bien en Europe qu’au Etats-Unis des salaires réels dans le produit général, le démantèlement de certains volets de la sécurité sociale et un affaiblissement de l’Etat.

Tout cela s’est réalisé avec l’appui des organismes internationaux, tels que la Banque mondiale, le Fonds monétaire international, de même que l’OMC et même de plus en plus certains organismes spécialisés des Nations Unies, dépendant pour leur financement de firmes multinationales. Un exemple intéressant est celui de Sri Lanka où, en 1996, un rapport de la Banque mondiale proposait de supprimer la production du riz dans ce pays situé au Sud de l’Inde. Or, cela fait plus de 3000 ans que l’on produit du riz à Sri Lanka, que ce dernier forme la base de l’alimentation, que 80% des petits paysans vivent de cette production et que le riz fait partie de la culture, de la littérature, de la poésie, du paysage. Et cependant, la Banque mondiale a décidé qu’il devait disparaître. La raison : cela coûte moins chez de l’acheter au Vietnam ou en Thaïlande. C’est donc un calcul purement économique basé sur le marché qui oriente les propositions de décision. La sécurité alimentaire, le bien-être des paysans, la diète alimentaire de la majorité de la population, tout cela n’entre pas en ligne de compte. Les mesures proposées par la Banque furent triples : abolir les organes régulant le marché interne du riz ; mettre un impôt sur l’eau d’irrigation de manière à rendre la production du petit producteur de riz non rentable ; donner un titre de propriété à chaque paysan. En effet, la propriété des rizières était restée collective dans un grand nombre de cas, ce qui formait un obstacle à leur marchandisation. Le but de cette dernière mesure n’était pas le bien-être du paysan, mais bien de les mettre en état de vendre à vil prix leur terre aux corporations nationales ou internationales, prêtes à les racheter.

Comme le gouvernement sri lankais n’allait pas assez vite en besogne, la Banque supprima les crédits internationaux pendant un an. Un nouveau gouvernement accepta les principes de la Banque mondiale et remit son rapport dans le cadre de la lutte contre la pauvreté en disant que l’idée n’était pas mauvaise, car la suppression du petit paysannat permettrait de disposer d’une main-d’oeuvre abondante et à bon marché, capable d’attirer les capitaux étrangers. Cependant, comme cette politique avait été suivie par divers gouvernements de Sri Lanka depuis une quarantaine d’années, les travailleurs s’étaient organisés et avaient réussi à faire remonter les salaires, obliger l’Etat à organiser une sécurité sociale appréciable et à mettre sur pied un système de pension. D’où le prix de la main-d’oeuvre est devenu trop élevé à Sri Lanka et déjà des capitaux extérieurs quittent le pays pour s’investir au Vietnam ou en Chine, où cette dernière est moins chère. Le gouvernement a donc dû conclure qu’il fallait diminuer le prix du travail et pour cela faire voter des lois diminuant les salaires réels, démantelant une partie importante de la sécurité sociale et diminuant le taux des pensions. Voilà le résultat de la loi du marché et ce que signifie la soumission de l’ensemble du travail au capital.

Il y a quelques années, je rencontrais en Afrique de l’Ouest un économiste qui déclarait : nous sommes tous différents en Afrique, mais nous avons tous le même ministre des finances : le FMI. Cette boutade indiquait bien quelle était la logique qui orientait l’ensemble des économies du continent.

Le résultat de ces politiques est que tous les groupes sociaux sont aujourd’hui affectés par la logique du marché et la domination du capital. Les travailleurs ouvriers du secteur formel doivent très souvent accepter des conditions d’exploitation particulièrement pénibles. Les paysans sont dépouillés de leur terre, au profit de l’agrobusiness et l’on assiste bien souvent à de véritables contre-réformes et à une nouvelle concentration de la terre. Les peuples autochtones perdent leur territoire, au profit d’activités d’extraction, soit du bois, soit des mines, soit du pétrole et leur existence même est remise en cause. Les femmes sont les premières victimes de l’informalisation de l’économie, car une bonne partie du poids du maintien de la famille leur incombe. Ce sont elles aussi qui souffrent en premier lieu des privatisations, de l’eau, de l’électricité, de la santé, de l’éducation, qui par le fait même de leur marchandisation, deviennent inaccessibles aux plus pauvres. Les jeunes ont des difficultés à trouver du travail et à s’insérer dans la société. Quant à la destruction de la nature, elle devient effrayante et débouche même sur des changements climatiques aux conséquences qui peuvent être dramatiques pour des centaines de millions de personnes.

Tout cela ne va pas sans crise : crise classique du capitalisme, avec la surproduction de certains biens et donc la sous-consommation ; crises financières, qui se sont succédées dans différentes parties du monde au cours des deux dernières décennies et finalement crise climatique. Face à celles-ci, le système capitaliste mondial recherche de nouvelles frontières d’accumulation, il s’agit surtout de trois secteurs. Le premier est l’agriculture paysanne, qu’il faut transformer en agriculture productiviste capitaliste, car elle ne contribue guère à l’accumulation du capital. Elle se situe en effet dans le cadre de l’autoconsommation ou dans les trocs ou leurs équivalents sur un plan régional. Les documents de la Banque mondiale indiquent que la direction à suivre est l’instauration d’une agriculture productiviste, exigeant d’importants investissements financiers, capables seulement d’être supportés par des entreprises de grande dimension, qui par la monoculture ou le contrôle des diverses économies rurales permettront des retours rapides et importants, susceptibles de produire une forte accumulation.

Le deuxième secteur est constitué dans les services publics, qui en tant que tel, ne contribuent que de manière assez marginale à l’accumulation du capital. Par contre, si des secteurs tels que les besoins de base, comme l’eau, l’électricité, les communications, sans parler de la santé et de l’éducation deviennent des marchandises, à ce moment ils peuvent contribuer de manière considérable à l’accumulation du capital. Or, il s’agit, dans le monde, de centaines de milliards de dollars qui constituent un filon particulièrement rentable pour l’investissement, dans la mesure où il reste privé. Le troisième secteur est celui de la biodiversité, aujourd’hui fortement recherché pour sa contribution aux nouvelles orientations biologiques des secteurs tels que la pharmacie, les cosmétiques, les carburants.

Terminons en indiquant la tendance grandissante de la militarisation du système économique néolibéral. Ce sont les Etats-Unis, la seule force mondiale militaire, qui assument ce rôle de manière principale. Il y a dans le monde plus de 700 bases militaires des Etats-Unis, avec un demi million de soldats et un budget de plus de 500 milliards de dollars. Ces bases coïncident avec la nécessité du contrôle géopolitique des ressources naturelles, tout particulièrement des ressources énergétiques. La militarisation débouche également sur des guerres réelles, telles que nous les connaissons en Irak et en Afghanistan.

3.La logique d’un système

En fait, les effets dont nous avons parlé sur les populations du Sud et du Nord ne sont pas simplement des accidents de parcours ou le résultat d’abus et d’excès. Il s’agit bien d’une logique fondamentale. Le modèle de développement tel qu’il existe aujourd’hui et qui s’étend dans l’ensemble du monde se manifeste par une croissance spectaculaire de la capacité économique d’environ 20% de la population mondiale. Cela signifie que les 80% autres, ou bien restent très vulnérables ou bien se situent dans une zone de pauvreté. Or, un tel modèle est particulièrement favorable à une accumulation rapide du capital. En effet, il est plus intéressant de développer la consommation de 20% de la population capable d’acheter des biens et des services sophistiqués, à haute valeur ajoutée, que de produire pour les autres 80%, qui ont très peu de pouvoir d’achat ou aucun et donc ne sont pas susceptibles de contribuer à une accumulation rapide et forte. Il en résulte que jamais tant de richesse n’a été produite dans l’histoire du monde, mais que jamais nous n’avons eu autant de pauvres sur la terre. N’oublions pas qu’une personne meurt de faim toutes les quatre secondes.

Le système capitaliste se présente comme le plus efficace pour la production de biens et de services. C’est exact, dans la mesure où l’on ne s’interroge pas trop sur la manière dont il produit et la manière dont il distribue le produit. Cependant, on peut se demander à qui sert une telle efficacité ? En effet, quand nous analysons l’ensemble de l’économie mondiale, les conclusions sont passablement différentes. Si l’économie est l’activité humaine destinée à produire la base nécessaire à la vie physique, culturelle et spirituelle de l’ensemble des êtres humains dans le monde, le système capitaliste est le plus inefficace que l’humanité n’ait jamais produit. Il est donc indispensable de le délégitimer, d’abord sur un plan économique : il ne répond pas à la fonction de l’économie, mais ensuite également sur un plan éthique. Il est en effet impossible d’accepter moralement un système qui privilégie une minorité aux dépens d’une majorité. D’où l’importance du rôle joué par des groupes religieux, dont l’éthique sociale dénonce l’injustice et l’inégalité. En particulier, Jésus dans sa société lorsqu’il vivait en Palestine, s’est identifié aux plus pauvres et a dénoncé les injustices dans tout le système social, politique et religieux de sa société. Quand il disait qu’il allait détruire le temple en trois jours, ce n’était pas une cathédrale ou une basilique, mais bien le système politique, économique et religieux, dont les pouvoirs étaient concentrés dans le temple, devenu le symbole de toutes les injustices. Une spiritualité chrétienne qui n’inclut pas ces dimensions dans ces perspectives, signifie une véritable réduction du christianisme et du message de Jésus-Christ.

4.Le passage des résistances aux alternatives

On pourrait dire que la description de la situation mondiale et même la référence à la convergence des résistances pourrait offrir un panorama assez pessimiste. En effet, il ne faut pas se cacher l’immensité du problème et les horreurs du système. Faire autrement, signifie tomber dans le jeu de l’adversaire. En même temps, il est important d’affirmer de manière très claire qu’il existe des alternatives et cela à tous les niveaux. Que ce soit celui de l’utopie, c’est-à-dire ce que nous ne pouvons pas faire maintenant mais qui peut exister demain ou les perspectives à moyen et à court terme, que ce soit dans les secteurs de l’économie, de la culture, de la politique, des équilibres sociaux, partout il existe des alternatives et les Forums sociaux sont des lieux où l’on s’informe à ce sujet. Ils ont permis en effet d’arriver à la conclusion qu’il est possible de construire un autre monde.

Ce qui manque c’est la volonté politique de pouvoir mettre en oeuvre ces alternatives, qui ne correspondent évidemment pas aux intérêts des plus puissants et qui ne peuvent voir le jour que sous la pression des milieux populaires sur les instances politiques. Or, il y a un endroit du monde où nous voyons des choses bouger. C’est en Amérique latine, où de nouvelles situations ont été créées. Tout d’abord, il y a eu l’échec de l’ALCA (le Traité de libre-échange entre l’Amérique latine et les Etats-Unis et le Canada), qui fut une grande victoire populaire. Il y eut réellement sur cet objectif une véritable convergence de l’ensemble des mouvements sociaux et des organisations non gouvernementales progressistes pour construire un front populaire contre ce projet nord-américain. Il s’agissait en effet d’intégrer l’économie latino-américaine dans celle du Nord. Dans tous les pays un regroupement s’est réalisé, des mouvements paysans, ouvriers, des peuples autochtones, des femmes, des défenseurs de l’environnement, des Eglises. Au Brésil, il y eut quatre millions de signatures. Des convergences se sont construites entre mouvements sociaux et partis politiques et même avec des gouvernements, comme ceux du Venezuela, de la Bolivie, du Brésil et qui ont conduit finalement à l’échec du projet, lors de la réunion de Mar del Plata en 2006.

En même temps des initiatives nouvelles ont été prises pour l’intégration économique, sociale et culturelle de l’Amérique latine. C’est tout d’abord l’ALBA, c’est-à-dire l’initiative alternative bolivarienne pour l’intégration latino-américaine, basée non pas sur la compétition, mais sur la complémentarité et la solidarité. C’est aussi la Fondation de la Banque du Sud, réunissant pour commencer cinq pays importants de l’Amérique latine, destinée à mettre en commun une partie des réserves de ces différents pays, pour servir de banque de développement, permettant de court-circuiter la Banque mondiale, le Fonds monétaire international et la Banque interaméricaine de Développement.

Sur le plan social, on peut citer l’"Opération miracle" destinée à guérir les malades des yeux qui en Amérique latine s’élèvent à dix millions de personnes. La condition est d’être dans l’incapacité, à cause de la pauvreté, d’avoir accès aux soins dans son propre pays. Le programme est d’ailleurs ouvert aux pauvres de l’Amérique du Nord. En un an de temps, près de 600 000 personnes ont pu en bénéficier. Cela signifie une transformation véritable de leur vie. Aujourd’hui le programme se décentralise. On ne soigne plus uniquement ces personnes à Cuba, amenées par avion et dont le voyage était financé par le Venezuela, mais des médecins cubains opèrent dans divers pays latino-américain. Le nom de cette opération a évidemment une référence biblique : "les aveugles verront". Un tel type d’intégration sociale du continent correspond à une orientation tout à fait nouvelle, qui n’a plus rien à voir avec la logique du capital.

Enfin, il y a les efforts d’intégration culturelle, notamment les campagnes d’alphabétisation, telle que celle réalisée au Venezuela, avec la méthodologie cubaine, patronnée par l’Unesco, au point que ce pays vient d’être déclaré fin 2006 comme nation libérée de l’analphabétisme. Le programme est mis en route actuellement en Bolivie, où l’on espère résoudre le problème dans un laps de 18 mois. Il y eut également la Fondation de Telesur, une chaîne de télévision destinée à l’ensemble du continent latino-américain et permettant l’expression des peuples et non plus uniquement des pouvoirs économiques.

Tout cela a supposé évidemment la disposition de moyens financiers importants, grâce à leur établissement de la souveraineté sur les ressources naturelles. Ce fut le cas au Venezuela, mais également en Bolivie. Dans ce dernier pays, en un an, le pays a réussi à renverser la proportion de ses revenus du pétrole et du gaz, qui dans le temps étaient de 82% en faveur des multinationales et 18% pour le pays et sont devenus 82% pour le pays et 18% pour les multinationales. Cela a permis au pays de rétablir son équilibre budgétaire, pour la première fois depuis pratiquement son indépendance, de diminuer sa dette extérieure d’un tiers et de mettre en route des programmes sociaux et d’alphabétisation, de lutte contre la faim et d’habitats populaires. De telles initiatives supposent une bonne gestion des biens collectifs, car la corruption est évidemment le pire ennemi que ces programmes peuvent rencontrer. En Bolivie, le président Evo Morales a décrété une diminution de 50% des salaires des hauts fonctionnaires de l’Etat, ce qui permit de constituer un fonds pour le développement de l’éducation, mesure sans doute symbolique et peut-être provisoire, mais qui a valeur d’exemple.

Conclusion

Tout cela nous permet de dire combien il est important de construire la convergence de la société civile d’en bas, c’est-à-dire essentiellement des mouvements sociaux et des organisations non gouvernementales progressistes. Une telle convergence permet la création d’une conscience commune indispensable à la construction d’acteurs collectifs pour une transformation des sociétés. Ce pas, actuellement en construction au Congo, est de la plus grande importance, afin de permettre le développement d’une dynamique nouvelle, qui donne au peuple la maîtrise de son propre sort, le contrôle de ses dirigeants pour que leur action se situe dans la ligne du bien commun afin que le Congo entre, avec l’ensemble des forces populaires dans le monde, dans une dynamique nouvelle, de reconstruction, de transformation et de bien-être.Introduction

Le Forum social congolais est un événement important qui se situe au sein d’un grand courant international. Il l’est d’abord pour le Congo, mais aussi comme expression de la dimension mondiale de ce fait social nouveau. Personnellement, je me sens particulièrement heureux et honoré d’avoir été invité à participer à cette première réunion d’un Forum social à la dimension du Congo.

1.L’histoire de l’altermondialisme

C’est à la fin des années 1990 qu’un phénomène de convergence des résistances sociales s’est manifesté en plusieurs points du monde. Les résistances ont évidemment toujours existé. Nous avons connu en Afrique en particulier, les luttes contre l’esclavage, les guerres contre le colonialisme et les multiples formes de résistances civiques qui ont mené à l’indépendance des Etats. En Europe, ce fut l’histoire de la résistance de la classe ouvrière contre l’exploitation du capital. Elle a été longue et coûteuse en vies humaines. Partout le combat contre l’injustice est le fait même d’une humanité consciente de sa dignité.

Ce qui est nouveau, c’est précisément la convergence d’un grand nombre de mouvements et d’organisations qui n’avaient rien en commun précédemment. Il s’agit notamment de mouvements paysans, ouvriers, de peuples autochtones, de femmes, de défenseurs de l’environnement, de groupes luttant pour les droits de l’homme, etc. C’est bien ce que nous voyons ici dans ce forum, où se côtoient un très grand nombre d’organisations qui, certes, n’ont pas attendu le Forum social congolais pour se concerter dans certains domaines, mais qui pour la première fois arrivent tous ensemble sur un pied d’égalité, pour échanger leurs expériences et mettre en commun leurs préoccupations.

A l’échelle mondiale, on a vu se développer deux lignes de convergences. La première est caractérisée par la protestation. On l’a vu à Seattle en 1999, lors de la première réunion de l’Organisation mondiale du Commerce, où se sont retrouvés les syndicats ouvriers américains, les zapatistes représentant les populations indigènes du Chiapas au Mexique, les mouvements de femmes, les organisations des populations noires d’Amérique du Nord, les mouvements écologistes, et bien d’autres encore. Tous ont manifesté contre les décisions qui allaient être prises par l’OMC et ils contribuèrent par leur convergence à l’échec de ces premières négociations. Cette première grande manifestation fut suivie par nombreux d’autres, notamment contre le G8, les huit nations les plus industrialisées du monde, à Gènes, à Evian, à Leningrad, à Rostock ou encore contre les réunions de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, de même que face au Forum économique mondial de Davos. Les protestations se multiplièrent, de Washington à Bangkok, de Hong Kong à Sidney, de Cancun (Mexique) à Mar del Plata (Argentine). S’y ajoutèrent les manifestations contre les décisions du Sommet européen, notamment à Séville et à Bruxelles. Bref, les initiatives furent mondiales et si l’Afrique fut relativement absente de ce genre d’événement, c’est parce que les centres de décision se situent généralement en dehors du continent.

L’autre ligne de convergence a été l’organisation des Forums. Au début 1999, une première initiative avait été prise, intitulée L’Autre Davos et qui réunit cinq grands mouvements sociaux du monde avec quelques analystes pour discuter des conséquences de l’étendue de l’économie néolibérale à l’ensemble de l’univers et, dans une conférence de presse tenue à Davos au moment de la réunion du Forum économique mondial, de dire : non. Les décisions sur l’économie du monde ne peuvent plus continuer à être orientées de cette manière, car des millions d’êtres humains en sont les victimes et la destruction de l’environnement naturel est au bout du chemin.

L’année suivante, les Brésiliens qui avaient participé à cette réunion prirent l’initiative de convoquer pour 2001 le premier Forum social mondial, la même semaine que la réunion annuelle du Forum économique mondial de Davos. Cette rencontre eut lieu à Porto Alegre en 2001. L’idée avait été de rassembler de 4 000 à 4 500 personnes et dès le premier Forum, la participation dépassait les 20 000. Le deuxième eut lieu également à Porto Alegre en 2002, avec 60 000 participants. Le troisième, dans la même ville réunit 100 000 personnes. En 2004, le Forum se tint en Inde, à Mumbai, avec 110 000 participants. Une des caractéristiques fut la présence pendant toute la durée du Forum d’un nombre important, environ 20 000, des plus pauvres, les Dalits (les hors-castes) et les peuples autochtones, qui par leur présence étaient un rappel constant de la lutte des plus pauvres pour la survie.

Il y eut ensuite un retour à Porto Alegre en 2005, avec 155 000 personnes, puis une décentralisation du Forum mondial en 2006, à Bamako, Caracas et Karachi et enfin le Forum mondial de Nairobi en 2007, où pour la première fois de façon globale, le Forum tenait ses assises en Afrique. A cela s’ajoutèrent les Forums continentaux, africains, européens, asiatiques, américains et les Forums thématiques, sur l’eau, sur l’Amazonie, sur l’éducation, sur l’émigration et les Forums nationaux. En quelques années plus de 250 réunions de ce genre eurent lieu dans le monde. Aujourd’hui se tient le premier Forum social congolais et la même semaine, le premier Forum social des Etats-Unis à Atlanta. L’Autre Davos avait réuni 50 personnes. Au cours de moins d’une décennie, ce sont plusieurs millions de gens qui se sont manifestés dans le monde pour se mettre ensemble et affirmer leur désir de construire un autre monde.

2.Le pourquoi de l’altermondialisme

Si les convergences se sont construites, c’est parce que tous les groupes humains concernés se trouvaient face au même ennemi. En effet, avec la mondialisation du capital, plus aucun groupe social dans le monde n’échappe à la domination de la loi du marché et par conséquent à la soumission du travail au capital. Tous sont victimes du même système, au Nord comme au Sud. Il y a quinze jours, à Brasilia, j’avais l’occasion de m’adresser au Cinquième Congrès du Mouvement des paysans sans terre (MST), réunissant quelque 20 000 paysans, parmi les plus pauvres, qui exprimaient leur désir de voir se réaliser une réforme agraire, dans un pays grand comme un continent et où plus de quatre millions de paysans n’ont pas de terre, ces dernières étant absorbées par les latifundistes et les grandes multinationales de l’agrobusiness.

Cependant, les injustices accrues par cette logique économique ne touchent pas seulement le Sud. Au Nord également, le phénomène s’accroît. On annonce en Angleterre, que le nombre de pauvres s’est accru considérablement et que les inégalités sont revenues à leur taux d’avant 1940. En France, le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté dépasse les trois millions et demi d’habitants, alors que les 0,01% les plus riches du pays ont augmenté leur richesse de plus de 40% au cours des cinq dernières années. Est-il étonnant alors de voir les victimes d’un tel système manifester leur désaccord. Et cela nous oblige à nous demander de qui l’ensemble de ces personnes sont les victimes ? En fait, le néolibéralisme signifie la libéralisation totale des échanges, tant de capitaux, que de biens et de services, ce qui établit la loi du plus fort. Entre les multinationales de l’agrobusiness et le petit paysan, il n’y a guère d’hésitation pour savoir qui sera le gagnant ? Les Traités de libre-échange entre les pays puissants et les pays les plus pauvres sont l’équivalent, comme le disait un sociologue nicaraguayen, d’un Traité entre le requin et les sardines. Mais pourquoi désire-t-on libéraliser l’économie ?

C’est dans les années 1970, qu’un accord de fait se réalisa autour de quelques grandes orientations de l’économie mondiale, que l’on a appelé par après le Consensus de Washington, parce qu’il concernait les grandes institutions financières internationales, telles que la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, de même que la Réserve fédérale américaine (la Banque centrale) et les grandes multinationales des Etats-Unis. Il s’agissait de relancer l’accumulation du capital, qui pour de nombreuses raisons, avait eu tendance à décliner et à cet effet, de lancer une véritable offensive, à travers le monde, aussi bien dans le Nord que dans le Sud, d’une part contre le travail et d’autre part contre l’Etat, afin de diminuer leur part respective dans le produit social mondial. Diminuer la part du travail signifiait faire baisser son coût, démanteler les systèmes de sécurité sociale et de pension, favoriser les délocalisations là où le travail est moins cher, désorganiser les mouvements des travailleurs. L’offensive contre l’Etat s’est manifestée par les privatisations, souvent sauvages et équivalant à une véritable piraterie des richesses communes, en faveur du capital privé.

Dans le Sud, les conséquences furent très graves. Sur le plan du travail, on a vu fleurir les zones franches, fonctionnant avec des travailleurs sous-payés et souvent dans des conditions de travail extrêmement pénibles. En même temps, s’est accélérée l’extraction des richesses, plus fortes encore que du temps du colonialisme, par des mécanismes nouveaux, n’exigeant pas l’établissement de colonies, mais bien le contrôle des mécanismes économiques : fixation des prix des matières premières et des produits agricoles, dette extérieure, mainmise sur les ressources naturelles, politiques agricoles des pays riches, paradis fiscaux permettant l’évasion des richesses locales, évasion des cerveaux. Dans le Nord, la même logique s’est imposée, avec la diminution aussi bien en Europe qu’au Etats-Unis des salaires réels dans le produit général, le démantèlement de certains volets de la sécurité sociale et un affaiblissement de l’Etat.

Tout cela s’est réalisé avec l’appui des organismes internationaux, tels que la Banque mondiale, le Fonds monétaire international, de même que l’OMC et même de plus en plus certains organismes spécialisés des Nations Unies, dépendant pour leur financement de firmes multinationales. Un exemple intéressant est celui de Sri Lanka où, en 1996, un rapport de la Banque mondiale proposait de supprimer la production du riz dans ce pays situé au Sud de l’Inde. Or, cela fait plus de 3000 ans que l’on produit du riz à Sri Lanka, que ce dernier forme la base de l’alimentation, que 80% des petits paysans vivent de cette production et que le riz fait partie de la culture, de la littérature, de la poésie, du paysage. Et cependant, la Banque mondiale a décidé qu’il devait disparaître. La raison : cela coûte moins chez de l’acheter au Vietnam ou en Thaïlande. C’est donc un calcul purement économique basé sur le marché qui oriente les propositions de décision. La sécurité alimentaire, le bien-être des paysans, la diète alimentaire de la majorité de la population, tout cela n’entre pas en ligne de compte. Les mesures proposées par la Banque furent triples : abolir les organes régulant le marché interne du riz ; mettre un impôt sur l’eau d’irrigation de manière à rendre la production du petit producteur de riz non rentable ; donner un titre de propriété à chaque paysan. En effet, la propriété des rizières était restée collective dans un grand nombre de cas, ce qui formait un obstacle à leur marchandisation. Le but de cette dernière mesure n’était pas le bien-être du paysan, mais bien de les mettre en état de vendre à vil prix leur terre aux corporations nationales ou internationales, prêtes à les racheter.

Comme le gouvernement sri lankais n’allait pas assez vite en besogne, la Banque supprima les crédits internationaux pendant un an. Un nouveau gouvernement accepta les principes de la Banque mondiale et remit son rapport dans le cadre de la lutte contre la pauvreté en disant que l’idée n’était pas mauvaise, car la suppression du petit paysannat permettrait de disposer d’une main-d’oeuvre abondante et à bon marché, capable d’attirer les capitaux étrangers. Cependant, comme cette politique avait été suivie par divers gouvernements de Sri Lanka depuis une quarantaine d’années, les travailleurs s’étaient organisés et avaient réussi à faire remonter les salaires, obliger l’Etat à organiser une sécurité sociale appréciable et à mettre sur pied un système de pension. D’où le prix de la main-d’oeuvre est devenu trop élevé à Sri Lanka et déjà des capitaux extérieurs quittent le pays pour s’investir au Vietnam ou en Chine, où cette dernière est moins chère. Le gouvernement a donc dû conclure qu’il fallait diminuer le prix du travail et pour cela faire voter des lois diminuant les salaires réels, démantelant une partie importante de la sécurité sociale et diminuant le taux des pensions. Voilà le résultat de la loi du marché et ce que signifie la soumission de l’ensemble du travail au capital.

Il y a quelques années, je rencontrais en Afrique de l’Ouest un économiste qui déclarait : nous sommes tous différents en Afrique, mais nous avons tous le même ministre des finances : le FMI. Cette boutade indiquait bien quelle était la logique qui orientait l’ensemble des économies du continent.

Le résultat de ces politiques est que tous les groupes sociaux sont aujourd’hui affectés par la logique du marché et la domination du capital. Les travailleurs ouvriers du secteur formel doivent très souvent accepter des conditions d’exploitation particulièrement pénibles. Les paysans sont dépouillés de leur terre, au profit de l’agrobusiness et l’on assiste bien souvent à de véritables contre-réformes et à une nouvelle concentration de la terre. Les peuples autochtones perdent leur territoire, au profit d’activités d’extraction, soit du bois, soit des mines, soit du pétrole et leur existence même est remise en cause. Les femmes sont les premières victimes de l’informalisation de l’économie, car une bonne partie du poids du maintien de la famille leur incombe. Ce sont elles aussi qui souffrent en premier lieu des privatisations, de l’eau, de l’électricité, de la santé, de l’éducation, qui par le fait même de leur marchandisation, deviennent inaccessibles aux plus pauvres. Les jeunes ont des difficultés à trouver du travail et à s’insérer dans la société. Quant à la destruction de la nature, elle devient effrayante et débouche même sur des changements climatiques aux conséquences qui peuvent être dramatiques pour des centaines de millions de personnes.

Tout cela ne va pas sans crise : crise classique du capitalisme, avec la surproduction de certains biens et donc la sous-consommation ; crises financières, qui se sont succédées dans différentes parties du monde au cours des deux dernières décennies et finalement crise climatique. Face à celles-ci, le système capitaliste mondial recherche de nouvelles frontières d’accumulation, il s’agit surtout de trois secteurs. Le premier est l’agriculture paysanne, qu’il faut transformer en agriculture productiviste capitaliste, car elle ne contribue guère à l’accumulation du capital. Elle se situe en effet dans le cadre de l’autoconsommation ou dans les trocs ou leurs équivalents sur un plan régional. Les documents de la Banque mondiale indiquent que la direction à suivre est l’instauration d’une agriculture productiviste, exigeant d’importants investissements financiers, capables seulement d’être supportés par des entreprises de grande dimension, qui par la monoculture ou le contrôle des diverses économies rurales permettront des retours rapides et importants, susceptibles de produire une forte accumulation.

Le deuxième secteur est constitué dans les services publics, qui en tant que tel, ne contribuent que de manière assez marginale à l’accumulation du capital. Par contre, si des secteurs tels que les besoins de base, comme l’eau, l’électricité, les communications, sans parler de la santé et de l’éducation deviennent des marchandises, à ce moment ils peuvent contribuer de manière considérable à l’accumulation du capital. Or, il s’agit, dans le monde, de centaines de milliards de dollars qui constituent un filon particulièrement rentable pour l’investissement, dans la mesure où il reste privé. Le troisième secteur est celui de la biodiversité, aujourd’hui fortement recherché pour sa contribution aux nouvelles orientations biologiques des secteurs tels que la pharmacie, les cosmétiques, les carburants.

Terminons en indiquant la tendance grandissante de la militarisation du système économique néolibéral. Ce sont les Etats-Unis, la seule force mondiale militaire, qui assument ce rôle de manière principale. Il y a dans le monde plus de 700 bases militaires des Etats-Unis, avec un demi million de soldats et un budget de plus de 500 milliards de dollars. Ces bases coïncident avec la nécessité du contrôle géopolitique des ressources naturelles, tout particulièrement des ressources énergétiques. La militarisation débouche également sur des guerres réelles, telles que nous les connaissons en Irak et en Afghanistan.

3.La logique d’un système

En fait, les effets dont nous avons parlé sur les populations du Sud et du Nord ne sont pas simplement des accidents de parcours ou le résultat d’abus et d’excès. Il s’agit bien d’une logique fondamentale. Le modèle de développement tel qu’il existe aujourd’hui et qui s’étend dans l’ensemble du monde se manifeste par une croissance spectaculaire de la capacité économique d’environ 20% de la population mondiale. Cela signifie que les 80% autres, ou bien restent très vulnérables ou bien se situent dans une zone de pauvreté. Or, un tel modèle est particulièrement favorable à une accumulation rapide du capital. En effet, il est plus intéressant de développer la consommation de 20% de la population capable d’acheter des biens et des services sophistiqués, à haute valeur ajoutée, que de produire pour les autres 80%, qui ont très peu de pouvoir d’achat ou aucun et donc ne sont pas susceptibles de contribuer à une accumulation rapide et forte. Il en résulte que jamais tant de richesse n’a été produite dans l’histoire du monde, mais que jamais nous n’avons eu autant de pauvres sur la terre. N’oublions pas qu’une personne meurt de faim toutes les quatre secondes.

Le système capitaliste se présente comme le plus efficace pour la production de biens et de services. C’est exact, dans la mesure où l’on ne s’interroge pas trop sur la manière dont il produit et la manière dont il distribue le produit. Cependant, on peut se demander à qui sert une telle efficacité ? En effet, quand nous analysons l’ensemble de l’économie mondiale, les conclusions sont passablement différentes. Si l’économie est l’activité humaine destinée à produire la base nécessaire à la vie physique, culturelle et spirituelle de l’ensemble des êtres humains dans le monde, le système capitaliste est le plus inefficace que l’humanité n’ait jamais produit. Il est donc indispensable de le délégitimer, d’abord sur un plan économique : il ne répond pas à la fonction de l’économie, mais ensuite également sur un plan éthique. Il est en effet impossible d’accepter moralement un système qui privilégie une minorité aux dépens d’une majorité. D’où l’importance du rôle joué par des groupes religieux, dont l’éthique sociale dénonce l’injustice et l’inégalité. En particulier, Jésus dans sa société lorsqu’il vivait en Palestine, s’est identifié aux plus pauvres et a dénoncé les injustices dans tout le système social, politique et religieux de sa société. Quand il disait qu’il allait détruire le temple en trois jours, ce n’était pas une cathédrale ou une basilique, mais bien le système politique, économique et religieux, dont les pouvoirs étaient concentrés dans le temple, devenu le symbole de toutes les injustices. Une spiritualité chrétienne qui n’inclut pas ces dimensions dans ces perspectives, signifie une véritable réduction du christianisme et du message de Jésus-Christ.

4.Le passage des résistances aux alternatives

On pourrait dire que la description de la situation mondiale et même la référence à la convergence des résistances pourrait offrir un panorama assez pessimiste. En effet, il ne faut pas se cacher l’immensité du problème et les horreurs du système. Faire autrement, signifie tomber dans le jeu de l’adversaire. En même temps, il est important d’affirmer de manière très claire qu’il existe des alternatives et cela à tous les niveaux. Que ce soit celui de l’utopie, c’est-à-dire ce que nous ne pouvons pas faire maintenant mais qui peut exister demain ou les perspectives à moyen et à court terme, que ce soit dans les secteurs de l’économie, de la culture, de la politique, des équilibres sociaux, partout il existe des alternatives et les Forums sociaux sont des lieux où l’on s’informe à ce sujet. Ils ont permis en effet d’arriver à la conclusion qu’il est possible de construire un autre monde.

Ce qui manque c’est la volonté politique de pouvoir mettre en oeuvre ces alternatives, qui ne correspondent évidemment pas aux intérêts des plus puissants et qui ne peuvent voir le jour que sous la pression des milieux populaires sur les instances politiques. Or, il y a un endroit du monde où nous voyons des choses bouger. C’est en Amérique latine, où de nouvelles situations ont été créées. Tout d’abord, il y a eu l’échec de l’ALCA (le Traité de libre-échange entre l’Amérique latine et les Etats-Unis et le Canada), qui fut une grande victoire populaire. Il y eut réellement sur cet objectif une véritable convergence de l’ensemble des mouvements sociaux et des organisations non gouvernementales progressistes pour construire un front populaire contre ce projet nord-américain. Il s’agissait en effet d’intégrer l’économie latino-américaine dans celle du Nord. Dans tous les pays un regroupement s’est réalisé, des mouvements paysans, ouvriers, des peuples autochtones, des femmes, des défenseurs de l’environnement, des Eglises. Au Brésil, il y eut quatre millions de signatures. Des convergences se sont construites entre mouvements sociaux et partis politiques et même avec des gouvernements, comme ceux du Venezuela, de la Bolivie, du Brésil et qui ont conduit finalement à l’échec du projet, lors de la réunion de Mar del Plata en 2006.

En même temps des initiatives nouvelles ont été prises pour l’intégration économique, sociale et culturelle de l’Amérique latine. C’est tout d’abord l’ALBA, c’est-à-dire l’initiative alternative bolivarienne pour l’intégration latino-américaine, basée non pas sur la compétition, mais sur la complémentarité et la solidarité. C’est aussi la Fondation de la Banque du Sud, réunissant pour commencer cinq pays importants de l’Amérique latine, destinée à mettre en commun une partie des réserves de ces différents pays, pour servir de banque de développement, permettant de court-circuiter la Banque mondiale, le Fonds monétaire international et la Banque interaméricaine de Développement.

Sur le plan social, on peut citer l’"Opération miracle" destinée à guérir les malades des yeux qui en Amérique latine s’élèvent à dix millions de personnes. La condition est d’être dans l’incapacité, à cause de la pauvreté, d’avoir accès aux soins dans son propre pays. Le programme est d’ailleurs ouvert aux pauvres de l’Amérique du Nord. En un an de temps, près de 600 000 personnes ont pu en bénéficier. Cela signifie une transformation véritable de leur vie. Aujourd’hui le programme se décentralise. On ne soigne plus uniquement ces personnes à Cuba, amenées par avion et dont le voyage était financé par le Venezuela, mais des médecins cubains opèrent dans divers pays latino-américain. Le nom de cette opération a évidemment une référence biblique : "les aveugles verront". Un tel type d’intégration sociale du continent correspond à une orientation tout à fait nouvelle, qui n’a plus rien à voir avec la logique du capital.

Enfin, il y a les efforts d’intégration culturelle, notamment les campagnes d’alphabétisation, telle que celle réalisée au Venezuela, avec la méthodologie cubaine, patronnée par l’Unesco, au point que ce pays vient d’être déclaré fin 2006 comme nation libérée de l’analphabétisme. Le programme est mis en route actuellement en Bolivie, où l’on espère résoudre le problème dans un laps de 18 mois. Il y eut également la Fondation de Telesur, une chaîne de télévision destinée à l’ensemble du continent latino-américain et permettant l’expression des peuples et non plus uniquement des pouvoirs économiques.

Tout cela a supposé évidemment la disposition de moyens financiers importants, grâce à leur établissement de la souveraineté sur les ressources naturelles. Ce fut le cas au Venezuela, mais également en Bolivie. Dans ce dernier pays, en un an, le pays a réussi à renverser la proportion de ses revenus du pétrole et du gaz, qui dans le temps étaient de 82% en faveur des multinationales et 18% pour le pays et sont devenus 82% pour le pays et 18% pour les multinationales. Cela a permis au pays de rétablir son équilibre budgétaire, pour la première fois depuis pratiquement son indépendance, de diminuer sa dette extérieure d’un tiers et de mettre en route des programmes sociaux et d’alphabétisation, de lutte contre la faim et d’habitats populaires. De telles initiatives supposent une bonne gestion des biens collectifs, car la corruption est évidemment le pire ennemi que ces programmes peuvent rencontrer. En Bolivie, le président Evo Morales a décrété une diminution de 50% des salaires des hauts fonctionnaires de l’Etat, ce qui permit de constituer un fonds pour le développement de l’éducation, mesure sans doute symbolique et peut-être provisoire, mais qui a valeur d’exemple.

Conclusion

Tout cela nous permet de dire combien il est important de construire la convergence de la société civile d’en bas, c’est-à-dire essentiellement des mouvements sociaux et des organisations non gouvernementales progressistes. Une telle convergence permet la création d’une conscience commune indispensable à la construction d’acteurs collectifs pour une transformation des sociétés. Ce pas, actuellement en construction au Congo, est de la plus grande importance, afin de permettre le développement d’une dynamique nouvelle, qui donne au peuple la maîtrise de son propre sort, le contrôle de ses dirigeants pour que leur action se situe dans la ligne du bien commun afin que le Congo entre, avec l’ensemble des forces populaires dans le monde, dans une dynamique nouvelle, de reconstruction, de transformation et de bien-être.

alternatives-international.net

 commentaire