Le génocide des pauvres

13-03-2010 centpapiers.com 7 min #37184

Publié sur  Louispréfontaine.com

Pendant qu'on nous demande de nous serrer la ceinture, de faire des efforts, bref, de nous appauvrir, on apprend aujourd'hui que le Canada est un des pays au monde  imposant le moins ses entreprises. Si des pays comme le Japon et les États-Unis - pourtant pas des républiques socialistes - ont des taux d'imposition avoisinant le 40%, le Canada a une cible de près de 25% d'ici deux ans, et le Québec, en gros Wal-Mart de la copie bon marché, offre 11,9%. Et si, en gagnant cette course aux bas impôts, on ne contribuait pas simplement à accepter l'inacceptable?

En effet, il faudra un jour se poser la question. La logique néolibérale est simple: puisqu'on ouvre toutes grandes les frontières, les entreprises sont en compétition les unes contre les autres. Ainsi, si des pays leurs imposent des normes environnementales, sociales ou financières « trop » sévères, elles quittent pour un endroit plus laxiste. Alors, dites-moi, à quand l'imposition zéro?

Illustrons en exagérant: pourquoi se contenter de baisser un peu les impôts, d'attendre qu'une autre nation les baissent davantage, puis les rebaisser de nouveau? Pourquoi ne pas simplement abolir les impôts des entreprises? On pourrait même imaginer leur offrir de l'argent, des bâtiments neufs, des subventions. Et pourquoi pas des toilettes en or? Puisque l'État est incapable, selon les tenants de la droite économique, de la moindre efficacité, il faut jouer le jeu de la compétition et assurer aux entreprises un cadre financier leur permettant de faire des milliards de dollars sans jamais redonner le moindre sou à la collectivité. Et on appelle cela le progrès? Et on appelle cela « compétitivité »?

En fait, ce n'est pas seulement au niveau des impôts aux corporations que l'État se délaisse de son rôle de redistribution de la richesse. Comme je l'écrivais  ici, le Canada a également un des taux d'imposition des particuliers aisés parmi les plus faibles au monde. Seulement 27% d'imposition pour un individu seul gagnant 167% du revenu moyen; des pays comme le Danemark, la Belgique, l'Allemagne et les Pays-Bas imposent à plus de 40% ces individus qui ont les moyens de payer. Et - surprise, surprise - ce sont également des pays parmi ceux-ci qui ont le plus faible taux de pauvreté des personnes en âge de travailler. Le lien doit être répété: l'impôt permet la redistribution de la richesse; les pays qui imposent moins leur population sont également ceux où il y davantage de pauvreté.

Un génocide des moins-nantis

Avec la pauvreté issue d'un manque de redistribution de la richesse vient, immanquablement, la mort. On  savait déjà que le système de santé états-unien, par exemple, qui n'offre pas la moindre protection à plus de 47 millions de personne, entraîne la mort de plus de 101 000 personnes par an. On apprend, aujourd'hui, sur le blogue de  Jean-François Lisée, qui cite une étude du  British Medical Journal, que c'est plus de 1,4 millions de personnes qui meurent, ANNUELLEMENT, à cause des inégalités sociales, dans les trente pays les plus développés.

Dès que le coefficient de Gini, qui calcule ces écarts, dépasse 0.30, le nombre de morts augmente en flèche. Si 103 personnes meurent de l'inégalité au Canada (Gini 0.301), c'est plus de 11 000 en Angleterre (Gini 0.326), 16 000 en Italie (Gini 0.347), 883 000 aux États-Unis (Gini 0.357) et 425 000 au Mexique (Gini 0.480)! Soyons clair: l'inégalité tue. Tout ce qui permet au coefficient de Gini d'augmenter, que ce soient les baisses d'impôts aux mieux-nantis ou les hausses de tarifs pour la classe moyenne et les plus pauvres, résulte en la mort d'individus.

Or, il n'est que trop facile de se déresponsabiliser du fait que ces morts ne sont pas nécessairement visibles. Si on prenait 1,4 millions d'individus, qu'on les entassait dans des camps de concentration avant de les enfermer dans des chambres à gaz, tout ceci sous la direction d'un seul homme, on descendrait dans la rue, avec justesse, et on exigerait la tête du dictateur. Ce crime-là est inhumain. Tuer 1,4 millions d'individus de cette façon, c'est impensable.

Mais si on tue 1,4 millions de personnes par les milliers de mains d'un système économique bien huilé, personne ne bronche. Quand un homme meurt du cancer des poumons parce qu'il a travaillé dans des mines insalubres pour survivre, personne ne réagit. Quand une femme se prostitue pour payer les comptes, attrape le SIDA ou se fait battre à mort, ce n'est qu'un fait divers. Quand un enfant de douze ans sniffe de la colle pour oublier la tragédie de son quotidien, ce n'est qu'une histoire pathétique de plus, au mieux de la matière première pour journalistes en mal de pipole.

Les mêmes morts; seule la manière de les tuer qui diffère. D'un côté, la mort est organisée, planifiée, voulue, souhaitée, de l'autre elle est le résultat de la soi-disant faiblesse de personnes qu'on a laissé seules à elles-mêmes, des dommages collatéraux dans une société qui, au nom de la compétitivité, a fait de la loi de la jungle sa raison d'être. D'un côté, les morts justes, les victimes d'Holocaustes qu'on célèbre à chaque année avec des fleurs et des minutes de silence; de l'autre, des inconnus, des « faibles » qu'on lance dans la fosse commune de l'oubli.

Pourtant, une mort, une seule mort d'une personne qui a été privée de la chance de voir le soleil se lever un autre matin, est une mort de trop. Qu'on tue avec une machette, dans des chambres à gaz, sur une chaise électrique, avec une cuillère à crème glacée dans l'oeil ou en laissant les inégalités transformer notre société en tombeau des plus démunis, le résultat est le même: on se prive du talent d'un individu, et on laisse les plus faibles crever, comme dans la nature, comme chez les animaux. On commet l'indéfendable; d'un eugénisme à la Hitler ou d'un génocide mécanique des plus démunis, le résultat est le même: l'homme redevient animal, il se saborde, il détruit son âme et sa conscience.

Non, ce refus d'imposer les mieux-nantis, entreprises ou individus, ne constitue pas un fait divers. C'est la prémisse d'un changement de l'ordre social, d'une attaque non seulement contre l'État-providence, mais également contre la civilisation, contre nos valeurs humaines, contre cette conception que la vie est sacrée et que chaque humain a le droit de la vivre pleinement.

Peu importe les discours, peu importe les arguments économiques fallacieux d'économistes à la solde de leurs propres intérêts, et peu importe les manigances et les sermons quant à l'importance du serrage de - notre - ceinture, toute cette mécanique génocidaire et violente débute d'un système qui utilise les humains comme autant de boulons d'une complexe machine alors que ceux-ci devraient constituer, précisément, la finalité de toute entreprise.

Qu'on nous demande, aujourd'hui, d'accepter ces morts, de consentir à la diminution de notre niveau de vie pendant qu'on laisse les entreprises et les mieux-nantis continuer leur party, n'est pas seulement indécent: c'est criminel.

S'il y avait un semblant de justice sur la Terre, ceux qui votent de tels budgets, qui façonnent de telles politiques, et ceux qui en font la promotion, seraient jugés pour crimes contre l'humanité et collaboration à commettre ces crimes.

La pauvreté n'est pas innée ni volontaire; elle est la résultante de choix politiques. Notamment celui de ne pas imposer plus équitablement les entreprises et les mieux-nantis.

Louis Préfontaine

 centpapiers.com

 Proposer une solution