14/02/2020 reseauinternational.net  7 min #169003

La propagande occidentale exagère le danger du virus

par Andre Vltchek.

Il devient maintenant évident qui sont les amis de la Chine, et qui sont ses ennemis. En Occident, de nombreuses nations et personnes célèbrent les difficultés à court terme auxquelles le peuple chinois est confronté, mettant du sel sur la plaie, tout en faisant naître un sentiment anti-chinois.

L'Organisation Mondiale de la Santé a averti de ne pas imposer d'interdiction de voyage aux pays touchés par le coronavirus. Elle a également félicité Pékin, à plusieurs reprises et à voix haute, pour ses performances dans la lutte contre le nouveau virus.

Mais quoi qu'en disent les médecins et quelles que soient les données objectives, plusieurs pays occidentaux ont malicieusement sali les efforts déterminés et fructueux de la Chine pour contenir et combattre l'épidémie. Ils exagèrent le danger, semant la peur parmi les populations du monde entier. D'une manière malveillante, manipulatrice et illogique, ils relient l'épidémie à l'ensemble du système chinois.

Alors que la Russie, qui est un proche allié de la Chine, et le Japon, qui est souvent politiquement antagoniste de Pékin, maintiennent un calme relatif et travaillent fébrilement à la mise au point d'un vaccin efficace, les États-Unis et de nombreux pays européens répandent de fausses nouvelles, émettent des avertissements aux voyageurs, interdisent à leurs citoyens de se rendre en Chine continentale, et interdisent même l'entrée aux étrangers qui se sont récemment rendus dans ce pays (dans les 14 jours).

Suivant une logique bizarre, le Secrétaire américain à la Santé et aux Services Sociaux, Alex Azar, a récemment défendu les actions de son gouvernement :

« Le risque d'infection pour les Américains reste faible et, grâce à ces mesures et à celles que nous avons prises précédemment, nous nous efforçons de maintenir ce risque à un bas niveau ».

La xénophobie anti-chinoise aux États-Unis est en hausse. Les Chinois se voient interdire l'entrée de certains restaurants et des coups de poing racistes sont distribués partout.

Certaines déclarations sont tellement racistes qu'elles sont en fait illégales, même aux États-Unis. L'un des lecteurs, du nom d'emprunt de « @melpol », du site médiatique Unz.com, a commenté mon essai sur la lutte déterminée de la Chine contre la maladie : « Les Chinois sont des escrocs dégoûtants et sans âme (sic). J'espère que le coronavirus les éliminera TOUS jusqu'aux derniers ».

De telles déclarations sont choquantes, mais pas vraiment isolées.

Même le philosophe slovène de renommée mondiale Slavoj Zizek, qui n'est pas toujours du côté de Pékin, a récemment critiqué l'Occident et ses attitudes racistes envers la Chine, dans son essai écrit pour RT :

« Les coronavirus font la une des journaux, et je ne prétends pas être un médecin spécialiste, mais il y a une question que j'aimerais soulever : Où finissent les faits et où commence l'idéologie ?

La première énigme évidente : il y a des épidémies bien pires qui se déroulent, alors pourquoi cette obsession alors que des milliers de personnes meurent chaque jour d'autres maladies infectieuses ?

Bien sûr, un cas extrême a été la pandémie de grippe de 1918-20, connue sous le nom de grippe espagnole, où le nombre de décès est estimé à au moins 50 millions. À cette époque, la grippe a infecté 15 millions d'Américains : au moins 140 000 personnes ont été hospitalisées et plus de 8 200 personnes sont mortes rien que cette saison.

Il semble que la paranoïa raciste soit manifestement à l'œuvre ici - souvenez-vous de tous les fantasmes sur les Chinoises de Wuhan écorchant des serpents vivants et buvant de la soupe de chauvessouris. Alors qu'en réalité, une grande ville chinoise est probablement l'un des endroits les plus sûrs au monde ».

Cependant, les médecins spécialistes sont loin d'être désespérés par l'épidémie. Le coronavirus tue, mais à un rythme beaucoup plus lent que beaucoup d'autres maladies.

Une analyse du célèbre magazine médical britannique The Lancet, a été mentionnée dans un rapport de la BBC, Elle révèle essentiellement que les craintes concernant le coronavirus en Occident sont exagérées :

« Un rapport sur les premiers stades de l'épidémie, publié par le journal médical The Lancet, a indiqué que la plupart des patients qui sont morts du virus avaient des conditions préexistantes.

Le rapport a constaté que, sur les 99 premiers patients traités à l'hôpital Jinyintan de Wuhan, 40 avaient le cœur faible ou des vaisseaux sanguins endommagés. Douze autres patients étaient diabétiques.

Mais la plupart des personnes infectées ont des chances de se rétablir complètement - tout comme elles le feraient d'une grippe normale.

Un expert de la Commission Nationale Chinoise de la Santé a déclaré qu'une semaine était suffisante pour se remettre des légers symptômes du coronavirus ».

Certains experts médicaux, en Asie et dans le monde entier, sont évidemment sur la même longueur d'onde que Zizek et The Lancet. Selon les derniers chiffres, le taux de mortalité du virus était d'environ 2 %, ce qui est comparativement inférieur à celui de nombreuses autres maladies.

Mes amis médecins à Hong Kong ont fait des commentaires pour cet essai :

« Il est certain que c'est un virus très infectieux. Mais sa gravité est bien moindre que celle du SRAS. Il est compréhensible qu'un pays ne veuille pas accueillir un tel virus. Mais comme d'habitude, l'Occident voudrait salir et affaiblir la Chine. Ce virus tue généralement les personnes âgées avec d'autres morbidités. Celui qui est mort à Hong Kong n'avait que 39 ans, mais il avait d'autres maladies. La bonne nouvelle est qu'ils ont trouvé deux agents antiviraux très efficaces pour traiter ce problème. Les habitants du « camp jaune » essaient d'exagérer l'attaque virale pour obtenir des gains politiques. C'est dégoûtant, surtout avec une partie du personnel médical en grève ».

Plusieurs compagnies aériennes ont annulé des vols vers la Chine continentale pour toutes les destinations ou du moins certaines d'entre elles, notamment Air France, United, American Airlines, Delta et British Airways. De toute évidence, lorsque le moment est venu de tirer profit du marché chinois en pleine expansion, ces compagnies aériennes étaient prêtes à expédier leurs plus gros oiseaux, dont l'Airbus 380-800. Mais pendant la crise, au lieu de soutenir ses nouveaux clients, elles ont laissé les passagers en plan sans cérémonie. Une de mes bonnes amies à Pékin, par exemple, n'a pas pu rejoindre son importante mission de travail à Santiago du Chili parce que son billet d'Air France avait été transformé en un simple bout de papier inutile.

Une fois de plus, plus la performance de la Chine est bonne, plus elle est salie, plus les mensonges contre elle sont pitoyables.

Commentant cet essai, Mira Lubis, une universitaire indonésienne, a rappelé comment elle a été mise en quarantaine à Wuhan, il y a plusieurs années. Elle est toujours impressionnée par les autorités sanitaires chinoises :

« Je pense que la Chine traite très soigneusement tous les cas de virus. Et cela ne veut pas dire que ce dernier coronavirus est plus nocif que les autres virus. J'ai été mise en quarantaine à Wuhan juste pour avoir eu une grippe normale, ce qui signifie qu'ils ont des normes de procédure très strictes, par rapport à d'autres pays, même ceux d'Europe ou des États-Unis. Et ils le font pour défendre la santé des gens ».

Cependant, il est très difficile d'attendre de l'objectivité des pays qui ont été, pendant des années et des décennies, endoctrinés par la propagande anti-chinoise !

 Andre Vltchek

source :  Western propaganda plays up virus danger

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter