14/01/2020 wsws.org  8 min #167438

Le nouveau gouvernement espagnol du Psoe-Podemos s'engage dans l'austérité et la guerre

Par Alejandro López
14 janvier 2020

L'installation d'un gouvernement minoritaire du Parti socialiste et Podemos en Espagne la semaine dernière soulève des questions politiques essentielles auxquelles sont confrontés les travailleurs en Europe et dans le monde. Qualifié par ses architectes du gouvernement le plus progressiste depuis la Seconde République espagnole (1931-1939), il est en fait déterminé à imposer l'austérité, les attaques contre les droits démocratiques et le militarisme.

Il se déroulera dans une rhétorique d'avant-guerre civile des partis de droite - Parti populaire (PP), Citoyens et Vox d'extrême droite - qui cherchent à faire tomber le Premier ministre Pedro Sánchez. Lors du débat d'investiture, ils ont accusé Sánchez d'être un «traître» et un «sociopathe» pour avoir accepté le soutien des partis nationalistes catalans et basques. Vox a demandé à l'État d'intervenir pour empêcher l'investiture de Sánchez, après que l'Espagne eut connu quatre coups d'État au 20ème siècle, le coup d'État de 1936 ayant conduit à une guerre civile de trois ans et à une dictature fasciste de 39 ans sous Francisco Franco.

Le caractère du nouveau gouvernement ne peut toutefois pas être mesuré sur la base des attaques de la droite, mais par son programme politique et l'histoire des partis qui le composent.

La vice-première ministre de l'économie sera Nadia Calviño, connue pour sa défense des politiques néolibérales dans l'Union européenne. Elle sera chargée de mettre en œuvre des réductions et des augmentations d'impôts afin de respecter la promesse faite par le gouvernement à l'Union européenne de imposer cette année à des mesures d'austérité de 8 milliards d'euros. Podemos et le Parti socialiste (PSOE) se sont engagés à «respecter les mécanismes de la discipline budgétaire.»

Le gouvernement PSOE-Podemos sera le premier touché par la modification de l'article 135 de la Constitution, visant à «assurer la stabilité budgétaire», adoptée par le gouvernement PSOE de José Luis Rodríguez Zapatero en 2011, avec le soutien du PP. Cet amendement fait du remboursement de la dette publique une priorité sur les dépenses sociales à tous les niveaux de gouvernement. La loi prévoyait un délai de neuf ans jusqu'à son entrée en vigueur complète. L'amendement exige désormais que le gouvernement PSOE-Podemos réduise de 25 milliards d'euros et diminue la dette nationale d'un demi-milliard d'euros.

Selon l'accord entre le PSOE et Podemos, l'impôt sur le revenu pour les personnes gagnant plus de 130.000 euros par an augmentera de 2 % (4 % pour les personnes gagnant plus de 300.000 euros). Cela signifie que les 0,5 % de la population les plus riches paieront 49 %, ce qui reste inférieur à d'autres pays comme la Belgique (60 %) ou la France (55 %). Même le prédécesseur de droite de Sánchez avait un impôt sur le revenu plus élevé pour la tranche la plus riche (52 pour cent) entre 2012 et 2014.

L'impôt sur les plus-values augmentera également de quatre points de pourcentage pour ceux dont les revenus sont supérieurs à 140.000 euros, et l'impôt sur les sociétés aura un nouveau taux minimum de 15 pour cent, tandis que les banques et les entreprises énergétiques devront payer 18 pour cent. Tous ces taux sont encore inférieurs à la moyenne européenne.

Les travailleurs supporteront le poids des nouvelles taxes par le biais d'une augmentation des taxes sur le diesel, les billets de train, les péages routiers et les cotisations des travailleurs indépendants à la sécurité sociale. En raison de la précarité croissante, de nombreux travailleurs sont de «faux» indépendants, car les entreprises les décrivent comme des entrepreneurs alors qu'ils effectuent un travail régulier.

Les plafonds de loyer largement espérés sur le marché du logement ont été réduits à une promesse de laisser les autorités municipales locales imposer des plafonds de loyer «temporaires» si elles découvrent des augmentations de loyer indéfinies et «abusives». Au cours des cinq dernières années, cependant, les loyers ont augmenté d'environ 50 pour cent dans des villes comme Madrid et Barcelone.

La coalition s'est également engagée à revenir sur certaines dispositions de la réforme du travail du PP de 2012, mais pas sur celle adoptée par le PSOE en 2010. Ces deux mesures ont contribué à réduire les niveaux de salaire en augmentant le nombre de contrats temporaires et à temps partiel, en favorisant les stages et les apprentissages non rémunérés, en facilitant les licenciements et en laissant les entreprises procéder à des réductions de salaire unilatérales si elles prévoyaient une perte.

Les dernières statistiques montrent les effets désastreux de ces politiques. Le revenu moyen des travailleurs de moins de 35 ans a chuté de plus de 23 %, passant de 35.600 euros en 2011 à 27.300 euros en 2017. Plus de 90 % des nouveaux contrats sont à temps partiel ou temporaires, allant de quelques jours à quelques semaines. Sur environ 17 millions de salariés en Espagne, près de 6 millions, soit 35 pour cent, sont des travailleurs précaires.

La nouvelle ministre du Travail, la stalinienne Yolanda Díaz, ne révoquera pas la plupart de ces agressions contre les travailleurs. Au contraire, le gouvernement s'engage à modifier les parties les plus controversées de la réforme du travail, comme l'autorisation de licencier les travailleurs en congé de maladie ou de modifier unilatéralement les contrats de travail.

Le gouvernement affirme également qu'il augmentera le salaire minimum de 1050 € à 60 % du salaire mensuel moyen en Espagne, soit 1970 €, d'ici la fin 2024. Il s'agit d'une augmentation de moins de 2,4 % par an.

José Luis Escrivá dirigera le ministère de la sécurité sociale, de l'intégration et des migrations. Ancien employé de la Banque d'Espagne, de la Banque centrale européenne, de l'Autorité indépendante pour la responsabilité fiscale de l'Espagne et de la banque BBVA, il présidera les centres de détention pour migrants, où ils sont détenus dans des conditions proches de celles de la prison. Le dernier gouvernement du PSOE a brutalement réprimé les migrants, travaillant en étroite collaboration avec le Maroc pour empêcher les navires de migrants d'atteindre les côtes espagnoles.

M. Escrivá sera également chargé de sabrer dans le système des retraites pour le rendre «viable». Ces dernières années, les appels se sont multipliés au sein de l'establishment politique en faveur de coupes claires dans les dépenses publiques consacrées aux pensions.

Le sociologue Manuel Castells (Podemos) sera le ministre des Universités. Castells a ouvertement défendu le système universitaire américain, où chaque université a des structures «indépendantes» et peut attirer des investissements du secteur privé - et où les étudiants paient des dizaines de milliers d'euros de frais de scolarité annuels.

Arancha González Laya présidera la politique étrangère de l'impérialisme espagnol. Le nouveau gouvernement devra également répondre à une pétition de Washington visant à augmenter de 50 % la présence navale américaine à la base navale de Rota en Espagne, ce qui en ferait la plus grande base navale américaine du sud de l'Europe. Cela fait partie de la campagne mondiale de guerre, y compris le renforcement militaire en cours contre l'Iran dans le golfe Persique.

En ce qui concerne les droits démocratiques, le nouveau gouvernement a affirmé qu'il modifierait la loi sur la sécurité des citoyens (la «loi bâillon») qui restreint sévèrement le droit à la liberté de réunion et de protestation. Cependant, le précédent gouvernement du PSOE n'a pas changé cela, et l'année dernière a adopté une loi sur la censure d'Internet, la «Loi sur la sécurité numérique». Podemos s'est abstenu lors du vote pour permettre l'adoption de la loi sur la censure. Cette loi permet à l'État de fermer les communications numériques, les sites web et les applications à volonté, sans ordonnance du tribunal.

La campagne anti-catalans, le principal cadre utilisé par la classe dirigeante pour justifier son programme de droite, se poursuivra. Le nouveau gouvernement a signalé qu'il ne s'opposera pas à la campagne des tribunaux contre les nationalistes catalans et qu'il ne libérera pas neuf politiciens catalans emprisonnés dans un procès spectacle frauduleux supervisé par le PSOE.

La semaine dernière, la Commission électorale de Barcelone a libéré le siège du premier ministre régional catalan Quim Torra au Parlement catalan, le destituant ainsi de son poste de premier ministre régional. Cette décision fait suite à une décision de la Cour suprême espagnole soutenant l'ordre de la Commission électorale centrale de le suspendre de son poste de membre du Parlement. Le même organe a décidé que le dirigeant catalan incarcéré Oriol Junqueras, qui a reçu 1,7 million de voix, ne peut pas quitter la prison pour occuper son siège de député européen. Le gouvernement du PSOE et de Podemos n'a fait aucun commentaire.

Le leader de Podemos, Pablo Iglesias, a déclaré lors du débat d'investiture de la semaine dernière :

«Le prochain gouvernement aura besoin des critiques et des pressions des mouvements sociaux pour faire les choses correctement». Cela rappelle comment l'allié grec de Podemos, Syriza, a appelé à des grèves et à des protestations contre ses propres politiques d'austérité alors qu'il était le parti au pouvoir. Cependant, ces actions n'ont pas empêché Syriza de lancer un violent assaut contre les travailleurs et les migrants en Grèce.

Il est maintenant largement reconnu, même dans les médias bourgeois, que le programme de droite du gouvernement PSOE-Podemos ouvre la voie à la prise de pouvoir du parti fasciste Vox et de son leader Santiago Abascal.
Estefania Molina pour El Confidencial a écrit que Podemos «fait maintenant partie du système, et la preuve en est que son leader ne parle plus du "régime de 78", ou évite de parler de "prisonniers politiques"... Eh bien, si Podemos fait partie du système, le parti qui tirera profit de la désaffection des citoyens pour la politique, dans l'avenir, sera Vox... Abascal observe les classes populaires et moyennes précaires, celles qui sont désenchantées de la politique.»
(Article paru en anglais le13 janvier 2020)

 wsws.org

 Commenter