Trump déclare que le Nicaragua est une « menace pour la sécurité nationale » pour légitimer l'agression économique des États-Unis

02-12-2019 reseauinternational.net 8 min #165348

par Paul Antonopoulos.

Le Nicaragua connaît une crise politique depuis la mi-avril 2018, quand une réforme du système de sécurité sociale a déclenché de violentes protestations pro-US contre le Président Daniel Ortega. Son initiative de réforme des retraites a déclenché de vives protestations qui se sont poursuivies même après qu'Ortega ait retiré la réforme il y a quelques jours pour pacifier le pays. Les protestations se sont non seulement poursuivies, mais elles se sont intensifiées.

Le parti au pouvoir a relevé et dénoncé les actes violents commis par les émeutiers dans le seul but de déstabiliser le pays pendant que Washington intensifie ses pressions contre le Nicaragua. Des processus de dialogue ont été engagés et suspendus en l'absence de progrès. Le problème, c'est que ceux qui ont demandé le dialogue sont venus pour demander le pouvoir et, comme cela n'était pas possible, ils affirment aux médias internationaux que le gouvernement au pouvoir ne fait pas preuve de souplesse dans les négociations. À la recherche d'une sortie négociée de la crise, l'opposition a appelé à des élections anticipées, à des modifications de la loi électorale et à une nouvelle conformation du Conseil Électoral Suprême.

Le dirigeant nicaraguayen a expliqué que la main derrière la « crise » était coordonnée par l'opposition et certains groupes privés. L'opposition veut montrer qu'il y a de grandes manifestations, mais elles sont mineures et discrètes. Les médias les plus conservateurs du pays, qui ont couvert les manifestations de manière biaisée, en paient le prix en perdant des annonceurs et des lecteurs. C'est ainsi qu'El Nuevo Diario a annoncé qu'il cessait de publier, ainsi qu'un autre journal a arrêté de publier un supplément humoristique.

Le Président US Donald Trump a prolongé lundi une déclaration d'urgence nationale pour le Nicaragua d'un an en raison du « démantèlement et de l'affaiblissement des institutions démocratiques » par le gouvernement du pays d'Amérique Centrale et de la répression présumée d'activistes.

« La situation au Nicaragua, et notamment la réaction violente du Gouvernement nicaraguayen aux manifestations qui ont commencé le 18 avril 2018 et le démantèlement systématique des institutions démocratiques et de l'état de droit par le régime Ortega, le recours à la violence aveugle et aux tactiques répressives contre les civils, ainsi que la corruption qui déstabilise l'économie nationale, constituent toujours une menace exceptionnelle et inhabituelle pour la politique étrangère et la sécurité nationale des États-Unis » a  déclaré le Président dans un message au Congrès.

L'avis prolonge d'un an l'urgence déclarée le 27 novembre 2018. L'état d'urgence nationale vise à élargir les pouvoirs présidentiels pour invoquer une douzaine de lois étasuniennes sur la question, mais on ne sait pas exactement comment la déclaration pourrait s'appliquer au Nicaragua. Trump a utilisé une déclaration d'urgence similaire concernant la frontière entre les États-Unis et le Mexique pour invoquer des lois existantes qui, selon l'administration, permettent le détournement de fonds des programmes gouvernementaux pour construire un mur frontalier.

Mais pourquoi Trump a-t-il décidé de faire ça ?

Le Nicaragua a longtemps été une épine dans le pied pour les conceptions hégémoniques des États-Unis sur l'Amérique Latine. Dans l'un des exemples les plus récents, le Nicaragua a été l'un des rares pays d'Amérique Latine à rejeter la résolution du Conseil Permanent de l'Organisation des États Américains (OEA), une alliance marionnette majoritairement conservatrice, demandant de nouvelles élections en Bolivie pour éviter une rupture de l'ordre constitutionnel qui continue à régner dans cette nation andine.

Cependant, la défiance du Nicaragua face aux États-Unis remonte bien plus loin dans le temps, comme en témoigne le frère de Daniel Ortega, Humberto, qui disait à ses officiers militaires en 1981 : « Notre révolution a un caractère profondément anti-impérialiste, profondément révolutionnaire, profondément classiste : Nous sommes contre les Yankees, nous sommes contre la bourgeoisie, nous sommes inspirés par les traditions historiques de notre peuple (...) nous sommes guidés par la doctrine scientifique de la révolution, par le marxisme-léninisme ». La rhétorique d'Ortega a toujours été contre les « impérialistes » et la dictature tyrannique du « capitalisme mondial ».

La vieille menace de « Terreur Rouge » de l'époque révolue de la Guerre Froide semble encore hanter Washington, ce qui a conduit Trump à prétendre ridiculement il y a quelques jours que le Nicaragua était une « menace pour la sécurité nationale » quelques semaines seulement après avoir encouragé et orchestré le coup d'État de droite contre l'ancien Président bolivien Evo Morales. Bien sûr, Trump n'a donné aucune explication sur la façon dont le Nicaragua pouvait constituer une menace pour la sécurité des États-Unis.

Le principal porte-parole des médias étrangers aux États-Unis, Voice of America (VOA), a  donné un aperçu de ce à quoi nous pouvons nous attendre à l'avenir : « Le Nicaragua, avec Cuba et le Venezuela, est l'un des pays d'Amérique Latine dont le gouvernement Trump a fait une priorité pour exercer des pressions diplomatiques et économiques afin d'obtenir un changement de régime ». L'article de VOA a également révélé que « la pression contre le Nicaragua va continuer » par des moyens économiques - les sanctions, la méthode préférée de Trump pour détruire des pays, comme au Venezuela.

VOA a toujours été un aperçu des plans et des idées de Washington, et en affirmant que le Nicaragua, aux côtés de Cuba et du Venezuela, est un État prioritaire à détruire pour les États-Unis, on peut s'attendre à ce que la violence réactionnaire s'intensifie et à ce que la pauvreté augmente considérablement dans ce pays. C'est pour cette raison que le chef du département latino-américain du Ministère russe des Affaires Étrangères, Alexandre Schetinine, a expliqué qu'au cours des dernières années, les États-Unis ont eu l'idée de rendre l'Amérique Latine « plus facile à gérer ». Auparavant, le Ministre russe des Affaires Étrangères, Sergueï Lavrov, avait expliqué que « les États-Unis tentent de remodeler le paysage politique latino-américain dans sa propre mesure » et utilisent « la force partout où ils veulent renverser les gouvernements ».

Il ne fait guère de doute que dans les semaines à venir, la violence, l'escalade et la propagande contre le Nicaragua devraient s'intensifier. Avec le succès du coup d'État bolivien, cela pourrait commencer à inspirer le même modèle mis en œuvre contre les États anti-US de l'hémisphère occidental. Il semble que le Nicaragua sera la prochaine cible majeure des États-Unis à être détruite jusqu'à ce que les intérêts commerciaux US dans ce pays appauvri d'Amérique Centrale soient rétablis.

source :  Trump's Claims That Nicaragua Is "National Security Threat" to Legitimize U.S. Economic Aggression

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter