Pour « bien vieillir », des retraités conçoivent leur propre habitat coopératif et écologique

29-11-2019 bastamag.net 17 min #165229

Elle est la première coopérative d'habitants pour personnes vieillissantes en France : Chamarel-les-Barges, dans la banlieue de Lyon. Cette expérience pionnière ouvre la voie à une autre vision du vieillissement... et de la propriété.

« Vous ne croyez pas qu'à la place des placards dans la cuisine, on pourrait mettre des tiroirs ? A nos âges, ce serait plus pratique. » Jean et Hélios hochent la tête. « Ça fait partie des choses qu'il faut discuter avec les autres », confirment-ils à Madeleine. Et d'expliquer : « Quand on a réfléchi à la conception du bâtiment, on a travaillé avec une association pour les personnes en situation de handicap, mais il y a encore des petites chose à améliorer. »

Voilà un an et demi que Jean, Hélios et Madeleine ont emménagé à Chamarel-les-Barges, la première coopérative d'habitants, en France, pour personnes vieillissantes. Ils sont dix-huit, de plus de 60 ans, à partager cet immeuble de quatre étages à Vaulx-en-Velin, dans la banlieue de Lyon.

Le projet est né il y a dix ans, à la suite d'une discussion entre deux amies sur les difficultés de proches n'ayant pas anticipé leurs vieux jours. Rapidement, ils se réunissent à plusieurs, pointent les longues listes d'attente des maisons de retraite et leur coût, et entament une réflexion sur le « bien-vieillir ». Vieillissement ou pas, ils entendent rester actrices et acteurs de leur vie. Le groupe s'agrandit progressivement, avant de se lancer dans la création d'un lieu de vie. Après de multiples péripéties, ils déposent leur permis de construire en novembre 2014 et emménagent en juillet 2017.

- Pour mieux comprendre ces « péripéties », retrouvez notre précédent reportage :  Une maison de retraite coopérative et écologique pour que « les vieux » ne deviennent pas « des marchandises » publié en février 2016.

« Il y en a qui ont mis plus d'argent pour permettre à d'autres de venir avec moins »

Les résidents versent chaque mois une redevance allant de 600 euros pour un T2 à 800 euros pour un T3, bien loin des prix exorbitants des Ehpad. Ce loyer sert à rembourser les prêts contractés par la coopérative et à payer les charges. Pour ce prix, ils ont également accès à plusieurs espaces communs : les coursives, deux chambres d'amis, une salle commune avec cuisine, un atelier bricolage, une buanderie, un bureau pour l'association Chamarel, une cave, ou encore un garage à vélos. « Avant de faire les travaux, on s'était renseignés sur le prix des locations en logements neufs à Vaulx-en-Velin, rappelle Patrick. On avait convenu avec l'équipe d'architectes qu'on ne voulait pas que les loyers ici aillent au delà des prix du marché. »

L'immeuble de Chamarel-les-Barges est situé au coeur de Vaulx-en-Velin (région lyonnaise), troisième ville la plus pauvre de France.

Il a donc fallu faire des choix. Les coopérateurs ont par exemple renoncé aux terrasses qui coûtaient cher au profit de petits balcons. S'ils ont tenu à maintenir l'isolation du bâtiment en paille, ils ont reporté la récupération des eaux de pluie qui nécessitait un double réseau ainsi que l'installation de panneaux solaires.

« Chaque appartement a payé en moyenne 120 euros de chauffage au gaz la première année, 90 euros l'année suivante », pointe Hélios, heureux que les coopérateurs aient maintenu l'isolation écologique. Tous se félicitent de n'avoir pas augmenté la redevance depuis leur emménagement, contrairement au reste du marché immobilier. « A long terme, on voudrait démontrer que l'on peut descendre les loyers au lieu de les augmenter », espère Jean, citant l'exemple du Québec où les loyers des coopératives d'habitants seraient 20% en dessous du marché.

Une partie des murs est couverte d'enduit terre. Chaque pièce a une fenêtre. Tous les logements sont équipés de grands placards et d'une douche italienne.

Si la non spéculation fait partie des valeurs qui les a rassemblés, la solidarité financière leur tient aussi à cœur. Pour devenir résident, il faut normalement apporter 30 000 euros sous forme de parts sociales, récupérables si le résident s'en va. Une somme initiale que tout le monde ne pouvait pas acquitter. « Certains ont donc mis plus d'argent pour permettre à d'autres de venir avec moins », explique Hélios. Une manière de résoudre le problème de l'apport personnel dans les coopératives d'habitants, à mi chemin entre propriété privée et location [1]. « Nous sommes propriétaires collectivement de l'immeuble et du terrain, précise Chantal, tout en étant locataires puisque nous payons chaque mois une redevance ».

Je lis, j'aime, je vous soutiens

Pour rester en accès libre, Basta ! a besoin de vous, lecteurs !

 Soutenez l'indépendance de Basta! en faisant un don.

« A Chamarel, c'est le groupe qui prend les décisions »

A Chamarel-les-Barges, toutes les décisions sont prises au consensus, sur le principe « une personne égale une voix ». « Récemment, on a travaillé sur le thème des leaders et des chefs, souligne Anne. A Chamarel, c'est le groupe qui prend les décisions mais certains disent qu'il y a des chefs "naturels". C'est important de remettre ce thème là sur la table. »

A chaque étage, une coursive appartient aux quatre appartements. Les résidents y mettent des affaires en commun et y gèrent une bibliothèque. Les règles des coursives sont variables d'un étage à l'autre.

Les habitants se réunissent chaque semaine durant 2h30, sauf pendant les vacances. Une assemblée générale, regroupant les quarante adhérents de association - dont les habitants -, se tient chaque mois. Plusieurs commissions, comme les aménagements extérieurs ou l'éducation populaire, ont été créées. Résidents et adhérents de l'association se partagent différentes responsabilités allant du nettoyage et de la gestion des espaces communs aux relations avec l'extérieur, en passant par les dossiers administratifs et financiers.

« Le jardin par exemple a entrainé pas mal de discussions intéressantes, reprend Hélios. Certains veulent faire de la permaculture, d'autres veulent des jardins bien ordonnés. » Comme dans tout immeuble, les relations peuvent être difficiles entre des habitants. Mais la coopérative n'est pas un tribunal tient à préciser Chantal. « S'il y a un conflit entre deux personnes, ce n'est pas à la coopérative de trancher. Elle est là pour que puissent s'exprimer des choses, elle peut accueillir le problème. » « Hormis le fait que l'on gère l'immeuble ensemble, pour le reste c'est notre vie privée », insiste Anne.

« Le premier départ a été un électrochoc »

Pour devenir résident, il faut être retraité et adhérent depuis au moins six mois de l'association. [2]. « Cela permet de voir le fonctionnement de notre coopérative et d'apprendre à se connaitre », souligne Anne. Pour habiter dans l'immeuble, il faut ensuite être coopté par l'ensemble des résidents. Certains ont cependant décidé de quitter l'immeuble depuis leur emménagement. « Le premier départ a été un électrochoc, reconnaît Jean. Lorsqu'on a emménagé, je pensais que c'était jusqu'à la mort qu'on allait rester. La réalité est différente. »

Chantal et Hélios, résidents de Chamarel-les-Barges (© Malik Zoubeiri).

Le fonctionnement coopératif ne correspondrait pas à tout le monde, avec un décalage possible entre ce que chacun projette et la réalité. « On peut se mettre d'accord en paroles sur plein de "mots valises" comme l'écologie, l'autogestion, la mixité sociale... Mais la mise en pratique révèle parfois des compréhensions différentes, souligne Patrick. On confronte nos idées avec des réalités qu'il faut gérer à mesure. » « Le fameux "PFH" entre en compte : le "putain de facteur humain" », plaisante Hélios, entrainant les résidents autour de la table dans un grand éclat de rire. « On peut aussi tomber amoureux de quelqu'un qui ne veut pas vivre en coopérative », intervient Patrick. Pour le moment, un appartement par an se libère en moyenne, et sept personnes sont sur liste d'attente.

« Le bien-être et l'environnement bienveillant sont des outils pour combattre la maladie »

L'ensemble de l'immeuble, équipé d'un ascenseur, a été pensé pour être fonctionnel, avec des coursives larges, des portes coulissantes, des douches italiennes, ou bien encore la possibilité d'enlever les placards sous l'évier si l'on se retrouve en fauteuil roulant. Cette préoccupation constante pour le vieillissement et un éventuel handicap s'est révélée fondamentale. Marie-Line, 63 ans, est atteinte d'une maladie rare, « le syndrome de Beson », assez proche de Alzheimer. Elle partage la vie de Jean, et tous les deux ont participé à la construction du projet dès ses débuts.

Alors que l'état de santé de Marie-Line demeure relativement stable, une équipe médicale leur ont demandé des précisions sur leur environnement. « Je leur ai parlé de la coopérative, témoigne Jean. Ils ont d'abord demandé si c'était un "kolkhoze", mais plus sérieusement, on leur a expliqué notre mode de fonctionnement comme les réunions hebdomadaires. Mon épouse peut décrocher plus facilement, mais le fait que son cerveau soit obligé de travailler est un plus contre la maladie, et pour nous. Une partie de cette équipe médicale est persuadée que le bien-être dans notre appartement et l'environnement bienveillant sont des "outils" pour combattre la maladie. »

Je lis, j'aime, je m'abonne

Pour avoir accès à une information qui a du sens, restez connectés avec Basta !

 Abonnez-vous à notre newsletter

« Chercher à l'extérieur ce que l'on n'a pas ici, pour rester dynamiques »

L'ouverture sur l'extérieur est également un enjeu. Pas question de vivre en communauté repliée sur elle-même ! La commission « événementiel » a remporté un vif succès : la programmation est complète jusqu'à l'été 2020. Un spectacle a ainsi lieu toutes les six semaines dans la salle commune de l'immeuble, ouvert au public sur invitation. « Faire de la culture ici, c'est pour s'ouvrir à l'extérieur et pas pour nous auto-animer », tient à préciser Anne qui redoute l'amalgame avec les activités proposées aux seniors dans les maisons de retraite.

Jean et Marie-Line font partie des deux couples vivant à Chamarel-les-Barges.

« Chacun a des activités à l'extérieur. Notre idée c'est de rester très ancrés dans la vie et d'aller chercher à l'extérieur ce que l'on n'a pas ici pour rester dynamiques. » « Vaulx-en-Velin, c'est la troisième ville la plus pauvre de France. Mais elle est riche par le foisonnement de propositions dans le domaine associatif, à des prix défiant toute concurrence », appuie Chantal.

Régulièrement d'autres groupes de retraités viennent s'informer sur le projet.. Ils reçoivent aussi beaucoup d'étudiants. La rencontre avec des jeunes en architecture a particulièrement marqué Jean. « Ils nous ont dit qu'ils avaient saisi l'importance de placer l'habitant au centre des préoccupations de leur métier. C'est en voyant ce que nous avons fait qu'ils l'ont compris. Ça fait du bien de voir qu'on est à peu près sur la même planète. »

« Si on avait attendu d'avoir 70 ans pour se lancer, on se serait peut être découragés »

Reste la question de l'argent. Le projet a coûté au total 2,46 millions d'euros (les charges foncières, la construction, les honoraires, des frais divers comme l'accompagnement par Habicoop), ils ont bénéficié de quelques subventions notamment du conseil régional. « Il n'est pas sûr que les prochaines coopératives aient autant de chances que nous, car la situation politique a changé », prévient Jean. « Depuis l'arrivée de Laurent Wauquiez à la tête de la région, on n'a plus rien. Même chose pour Habicoop qui ne reçoit plus de subventions », renchérit Chantal. Ils ont heureusement trouvé « la bonne personne » au sein d'une banque, le Crédit agricole, qui leur a accordé le prêt qui a tout débloqué [3].

Jean, l'un des habitants, à l'entrée de l'immeuble.

L'anticipation est également déterminante. « Quand on a soixante ans, on se dit que l'on est trop jeunes pour commencer à penser à ce que l'on va faire après », souligne Chantal qui évoque les huit années nécessaires pour que Chamarel-les-Barges se concrétise. « Nous les premiers, si on avait attendu d'avoir 70 ans pour se lancer on se serait peut être découragés avant. » Elle souligne le changement de mentalité à avoir concernant la question de la propriété qui est « sacrée » en France, et cette idée de « laisser quelque chose à ses enfants ». Autant d'aspects qui expliqueraient les raisons pour lesquelles il y a encore si peu de projets comme Chamarel-les-Barges.

Pour le foncier, « des municipalités étudient la possibilité d'un bail emphytéotique »

Le prix du foncier, auquel se heurtent un bon nombre de groupes voulant monter de l'habitat participatif, pourrait être l'un des leviers. « Des municipalités étudient déjà la possibilité d'un bail emphytéotique, constate Patrick. L'idée est que le foncier reste public, un bien commun. Au niveau financier ça change tout. Il faut encourager les élus et les municipalités à le faire. On ne fera pas avancer la coopérative d'habitants si on ne s'attaque pas à la question du foncier. » [4]

Malgré ces obstacles, l'idée des coopératives d'habitants pour personnes vieillissantes essaime. Un groupe de seniors à Bègles, « les boboyaka », vient de déposer un permis de construire autour d'un habitat faisant « le pari de vieillir ensemble autrement » [5]. « On reçoit beaucoup de bandes de vieux qui se posent les mêmes questions que nous », souligne Patrick. Une délégation japonaise est même venue les rencontrer, préoccupés eux aussi par le vieillissement et l'écologie. Le 9 novembre dernier, ils ont accueilli leur millième visiteuse.

Sophie Chapelle (texte et photos)

Photo de une : Une partie des habitantes et habitants de Chamarel-les-Barges. Merci à eux pour leur accueil (et pour le pot de miel, récolté sur le toit de leur immeuble !).

A lire également sur le sujet :
 Des retraités « inquiets » des conditions de vie indignes en Ehpad s'engagent auprès des soignants en lutte

Notes

[1] En 2014, les coopératives d'habitants ont obtenu un statut légal avec la loi « Alur » (loi pour l'accès au logement et un urbanisme rénové) mais les décrets d'application se font toujours attendre.

[2] Un critère « retraite » est lié à la convention avec la Carsat (Caisse d'Assurance Retraite et de la Santé au Travail Rhône-Alpes) qui a attribué à Chamarel-les-Barges un prêt de 612 000 euros à taux zéro sur 20 ans. Pendant ces vingt ans, seuls des retraités peuvent habiter dans le bâtiment.

[3] Le Crédit agricole a accordé à Chamarel-les-Barges un prêt de 275 000 euros remboursable sur 50 ans pour le foncier et un prêt d'un peu plus d'un million d'euros pour le bâti sur 40 ans.

[4] Le 6 novembre 2019, le député Modem Jean-Luc Lagleize a remis au Premier ministre Édouard Philippe un rapport sur « La maîtrise des coûts du foncier dans les opérations de construction » ( à télécharger ici).

[5] Découvrez le projet des  Boboyaka à Bègles.

 bastamag.net

 Commenter