23/11/2019 mrmondialisation.org  19 min #164888

Iran : le régime engraissé par le pétrole écrase la révolte populaire dans le sang

Tout a débuté le 15 novembre suite à l'annonce soudaine par le gouvernement iranien d'une augmentation sévère des prix du carburant. La classe populaire est descendue dans la rue pour exprimer sa colère en s'en prenant aux pompes à essence, aux banques et supermarchés dans plus d'une centaine de villes du pays. La République Islamique, avec l'appui de l'ayatollah Ali Khamenei, a répondu à la révolte par une répression sanglante confirmée par des vidéos et des témoignages vérifiés de personnes sur le terrain. Tirs à balles réelles et violences policières ont fait 250 morts selon un bilan provisoire que les officiels daignent à confirmer. La population s'est récemment retrouvée coupée du monde, les autorités ayant bloqué internet pour empêcher la diffusion de messages politiques et d'images d'affrontement. Pourtant, c'est une crise économique et une misère sociale sans précédent qui ont poussé les iraniens, les jeunes surtout, à l'émeute à l'annonce d'une mesure qui risque d'augmenter encore plus l'inflation déjà exponentielle. C'est la première fois que la classe populaire se désolidarise violemment du régime des mollah dont elle était le fervent soutien comme nous l'explique Azadeh Kian, professeure de sociologie et directrice du CEDREF à l'Université Paris Diderot. Elle est aussi l'auteure de "Femmes et pouvoir en Islam" chez Michalon. Interview par Mr Mondialisation.

Explosion de colère en #Iran, après que le pouvoir est décidé d'augmenter fortement le prix de l'essence.
En réaction les manifestants ont incendiés la banque centrale.#IranProtests #IranianProtests#IranRegimeChange #GiletsJaunes#IranInternetBlackout

Mr Mondialisation : Avons-nous un bilan fiable de la répression de ces soulèvements ?

Azadeh Kian, professeure de sociologie à l'Université Paris Diderot

Azadeh Kian : Nous n'avons pas de bilan fiable mais nous commençons à obtenir des chiffres par ville et par quartier et selon des comptages non officiels nous sommes à environ 250 personnes tuées, mais c'est loin d'être définitif. Via les réseaux sociaux nous avons pu voir le portrait de quelques jeunes tués avec leur nom. Les arrestations continuent. Ce jeudi les vigiles ont attaqué l'Université de Téhéran où une manifestation étudiante se déroulait en soutien aux émeutiers. Une cinquantaine d'étudiants a été arrêtée. Il y a également eu des arrestations dans chacune des 108 villes du pays qui a pris part aux émeutes.

Mr Mondialisation : Les lieux où se déroulent ces soulèvements sont-ils significatifs ?

Azadeh Kian : Oui, le soulèvement se déroule essentiellement dans les quartiers populaires. Les classes moyennes plus aisées n'osent pas trop se rebeller. Les émeutes actuelles ressemblent à ce qui s'est produit  en janvier 2018. Ce sont des jeunes au chômage issus des classes populaires, surtout des hommes, (les femmes sont présentes dans les émeutes mais à moindre échelle), ou alors des travailleurs pauvres qui vont être très impactés par le triplement du prix de l'essence. En effet, l'augmentation du coût du carburant va augmenter les prix d'autres produits de consommation alors qu'on est à 57% de taux d'inflation selon les chiffres officiels ! Et celle-ci va continuer de grimper ! Le pouvoir d'achat de ces classes populaires a dégringolé et elles expriment maintenant leur colère. Les gens se demandent comment un pays riche avec autant de ressources pétrolières et gazières peut être aussi pauvre. Et ils tiennent les tenants du régime - les Gardiens de la révolution et l 'ayatollah Khamanei - pour responsables de cette situation. Les racines de cette protestation sont sans aucun doute liées au contexte économique et social.

La rue à Chiraz en Iran la foule va au devant des forces de répression #Iran #IranProtests #FreeIran Malgré la répression le mouvement ne s'arrete pas, les gens sont de plus en plus déterminés à se débarraser du régime des mollahs

Mr Mondialisation : C'est paradoxal puisque le régime justifie l'augmentation des prix de l'essence par le fait que les recettes seront reversées aux classes défavorisées ?

Azadeh Kian : Vous y croyez ? Ce qu'ils vont faire c'est un virement a quelques millions de foyers considérés pauvres (l'Iran compte 81,16 millions d'habitants), ceux-là même qui étaient déjà destinataires d'une aide sociale gouvernementale. Ça ne concerne absolument pas toutes les classes défavorisées, surtout pas les jeunes et célibataires. Ces mesures sociales dont parle le régime ne vont pas pallier aux prix exponentiels de l'essence et des produits alimentaires. Ces jeunes ne se sentent pas concernés par ces versements d'aide de l'État. Mais le problème essentiel demeure dans la façon dont tout cela a été décidé. La population n'était même pas au courant qu'ils avaient prévu cette hausse. Ils ne l'ont pas annoncé dans les médias. Même le parlement n'a pas été consulté. Ca a été annoncé la veille pour le lendemain dans la plus grande surprise ! Tout cela a de graves conséquences et la population s'est sentie humiliée.  Ils ont coupé l'internet pour empêcher la diffusion d'informations et d'images de la révolte et de sa répression, mais maintenant qu'une toute petite partie de l'internet a été rétablie j'ai pu accéder à quelques témoignages sur les réseaux et ce qui en ressort c'est un sentiment d'humiliation totale. Le guide suprême et les Gardiens de la révolution ont encore montré qu'ils ont l'entière main mise sur le pays. Tout le monde ne descend pas dans les rues, mais beaucoup se sentent très concernés par ces humiliations.

Update: 136 hours after #Iran implemented a near-total internet shutdown, connectivity to the world remains low at 15% of normal levels📉
Iranians need the real internet back so they can communicate and prosper #Internet4Iran #IranProtests
Live Chart ▶️

Mr Mondialisation : Comment caractériser cette révolte et est-ce que la répression est particulièrement violente cette fois ?

Azadeh Kian : Oui ce qui s'est passé cette fois est une nouveauté. C'est une répression féroce avec  tirs à balle réelle sur les manifestants. Il n'y a pas de sommation, ils tirent pour délibérément tuer !  Amnesty International parle de plus de 100 morts, mais on est bien au-delà. De l'autre côté, les manifestants ont eux aussi fait preuve d'une violence inédite. Ils ont d'abord attaqué les stations d'essence mais aussi les banques, les supermarchés, des écoles théologiques et des voitures de police. Dans la ville de Yazd, le bureau du représentant du guide suprême a été saccagé. Ce degré de violences n'a jamais été vu en Iran et les arrestations continuent. Malheureusement ces gens-là risquent très gros.

L'autre nouveauté c'est que les manifestants sont les enfants d'une génération qui était le pilier de ce régime. Les pauvres et la classe populaire étaient les fervents soutiens de la République des mollah et aujourd'hui leurs enfants sont dans la rue. C'est la preuve de l'échec de cette révolution islamique qui avait pour slogan la justice sociale.

Nasrin Saifi 22/11/2019 10:07:23 12 16  6368/3629
Scenes from City of Yasoj, #IranProtests continues, despite of over 250 killed, 3700 injured and 3700 arrested! #Internet4Iran

Mr Mondialisation : La dure répression du régime est-elle aussi nourrie par la peur des révolutions qui se déroulent au Liban et en Irak ?

Azadeh Kian : Il est en effet très significatif que les manifestations en Iran se déroulent au même moment que celles qui ont lieu dans les pays concernés par l'ingérence iranienne c'est à dire  le Liban et  l'Irak. Ces peuples rejettent l'influence iranienne dans la région. Cette concomitance éveille sans aucun doute la crainte de la République islamique qui durcit sa répression contre sa population en contre-partie. C'est donc une double contestation inédite du régime iranien: intérieure et extérieure. Par ailleurs ce qui est scandaleux c'est que malgré la nette diminution de l'exportation du pétrole et l'appauvrissement du pays, le régime iranien persévère dans l'extension de son influence en finançant les groupes islamiques dans la région au détriment de son peuple qui a faim. Les Gardiens de la révolution sont présents au Liban à travers le Hezbollah, dans les territoires palestiniens avec le Jihad islamique, en Irak à travers le groupe Hach al-Chaabi et ils sont bien sûr le principal soutien du régime de Bachar al Assad en Syrie

Mr Mondialisation : Le président Hassan Rohani qualifie le soulèvement de complot étranger, ça c'est habituel en revanche...

Azadeh Kian : Oui on a l'habitude. C'était déjà leur réponse en 2009 et en 2018. Bien sûr que dans cette région du monde il y a des manipulations étrangères de toute part, je ne peux pas m'exprimer avec certitudes sur cette question. Ce qui est indéniable en revanche, c'est qu'il y a des raisons pour que les gens expriment leur mécontentement face à cette mauvaise gestion des ressources. Et les responsables sont l'État mais aussi Donald Trump, avec sa décision de sanctionner le pétrole iranien en réimposant un embargo. Cela a démoli la situation économique du pays puisque l'Iran vendait avant deux millions et demi de barils par jour et n'en vend plus que 300 milles aujourd'hui !

IranWire 21/11/2019 17:53:11 351 248  27019/1300
Iranians are angry that Western media is ignoring the #IranProtests & the govt's murder of protesters. Stories about a US congressman farting on tv & Prince Andrew have received more coverage. Iranians want to know: how many must be killed to be newsworthy?

Mr Mondialisation : Justement, l'asphyxie du pays est imputable aux pays étrangers. Quelle est leur responsabilité dans ces émeutes ?

Azadeh Kian : L'Europe se dit inquiète mais la réaction des pays est plutôt timide. J'ignore si c'est parce qu'ils n'ont pas beaucoup d'informations avec l'internet coupé mais ils devraient se sentir indirectement responsables car  ils n'ont pas respecté les accords sur le nucléaire iranien. Avec la levée des sanctions internationales contre la République Islamique  en échange de la limitation de son programme nucléaire, les européens étaient censés se rendre en Iran pour y investir. Or quand les États-Unis sont sortis de l'accord et ont imposé à nouveau des sanctions extraterritoriales, les entreprises européennes ont plié bagage. Les iraniens n'ont vu aucun fruit de la signature de cet accord qui a été signé à cinq États, mais il a suffi d'un seul pays pour tout faire capoter. La Russie et la Chine continuent tant bien que mal leurs relations avec l'Iran mais les échanges commerciaux se sont nettement réduits.

Mr Mondialisation : C'est donc une double humiliation pour le peuple iranien...

Azadeh Kian : Effectivement, le peuple se sent trahi par les USA, l'Europe, leurs propres dirigeants. Sur qui peuvent-ils compter à part eux-mêmes ? C'est une situation très dure à supporter mais ca peut aussi amener vers autre chose, c'est ce qu'on appelle l'autonomisation. Mais ça c'est un autre sujet.

Je souhaite par contre insister sur le fait que ces sanctions américaines ont surtout affaibli la société civile iranienne et on ne voit pas de signes de l'affaiblissement du régime iranien dans la région si telle était l'intention. Au fur et à mesure que la pression américaine augmente, le régime des mollah non seulement accroît sa répression mais aussi son influence dans les pays de la région. Je ne vois aucune issue positive à cette stratégie insensée des États-Unis.

Pan

 mrmondialisation.org

 Commenter