20/11/2019 francais.rt.com  11 min #164753

Une religieuse interdite de maison de retraite au nom de la laïcité

Une religieuse s'est vue refuser une place dans une maison de retraite de Vesoul. En cause, son habit, jugé contraire à la laïcité.

Désirant finir ses jours dans son département natal de Haute-Saône, une religieuse catholique s'est vu refuser une place dans une maison de retraite de Vesoul. En cause, son habit et son voile, jugés contraires à la laïcité par l'établissement, rapporte  France bleu.

Dans un courrier envoyé à la religieuse, la maison de retraite a précisé que «dans le respect de la laïcité tout signe ostentatoire d'appartenance à une communauté religieuse ne peut être accepté en vue d'assurer la sérénité de toutes et de tous». L'établissement a toutefois déclaré qu'il accepterait de l'accueillir si celle-ci consentait à changer de vêtements, ce qu'elle refuse.

«Qui sommes-nous ?», s'interroge le curé de Vesoul

Lire aussi

Pyrénées-Atlantiques : des pilleurs défoncent l'entrée d'une cathédrale à la voiture-bélier

La retraitée a finalement pu être hébergée dans un appartement fourni par la paroisse locale. Agée de plus de 70 ans, elle est contrainte de réaliser elle-même toutes ses tâches quotidiennes. Le curé de Vesoul s'est indigné dans un texte intitulé « Qui sommes-nous ?», publié sur le site du Doyenné des plateaux de Vesoul, où il dénonce une «christianophobie» ambiante.

L'ecclésiastique compare le sort de la religieuse à celui de cette  femme musulmane voilée, accompagnatrice à une sortie scolaire, à qui Julien Odoul, conseiller régional du Rassemblement national de Bourgogne-Franche-Comté, avait demandé, sans succès, de quitter un conseil municipal. «Tout le monde crie au scandale pour cette femme, mais notre religieuse a dû se résoudre à trouver un autre appartement», s'indigne le curé de Vesoul dans son texte. «Je ne pense pas que le voile d'une religieuse puisse nuire, car ce n'est pas le signe d'une soumission, mais d'une consécration», ajoute-t-il.

Sur les réseaux sociaux, la décision de la maison de retraite a suscité des réactions indignées. «On accepte qu'une militante proche de l'islam politique entre avec son voile dans une assemblée de la République mais on refuse une place en maison de retraite à une religieuse. Cette laïcité à géométrie variable fait le jeu des ennemis de la laïcité», a déclaré Julien Odoul sur Twitter.

Julien Odoul 19/11/2019 12:02:56 2294 1320  17800/1016
On accepte qu’une militante proche de l’islam politique entre avec son voile dans une assemblée de la République mais on refuse une place en maison de retraite à une religieuse. Cette laïcité à géométrie variable fait le jeu des ennemis de la laïcité.

Le refus imposé à la religieuse a même choqué des personnalités de gauche. «Cette demande de changer de vêtements n'est pas la laïcité», a protesté Cecile Duflot, ancienne ministre du Logement de François Hollande.

Cécile Duflot 19/11/2019 09:17:56 177 87  407589/1478
Rappel : cette demande de changer de vêtements n’est PAS la laïcité....
dinguerie en prime : “Le curé de Vesoul s'étonne toutefois d'une laïcité à niveaux variables car il célèbre lui-même régulièrement la messe dans le réfectoire de l'établissement sans aucun problème.”

L'important 19/11/2019 08:46:02 122 176  140928/1670
Vesoul : une religieuse se voit refuser une place en maison de retraite car elle porte le voile

«En France, on a le droit de porter un voile, un signe religieux, chez soi comme dans l'espace public. Seuls les agents publics doivent respecter une neutralité», a rappelé Jean-François Debat, maire PS de Bourg-en-Bresse.

En France, on a le droit de porter un voile, un signe religieux, chez soi comme dans l’espace public. Seuls les agents publics doivent respecter une neutralité.
Cela s’appelle la liberté individuelle. Elle vaut pour une maman voilée et évidemment pour cette religieuse.

L'important 19/11/2019 08:46:02 122 176  140928/1670
Vesoul : une religieuse se voit refuser une place en maison de retraite car elle porte le voile

La loi française n'impose en effet la neutralité religieuse et philosophique qu'aux agents du service public (fonctionnaires, policiers, enseignants...). Les usagers, eux, sont libres de manifester les opinions religieuses et philosophiques qu'ils souhaitent, dans la seule limite de la loi. Selon l'équipe de coordination pastorale de Vesoul, citée par France bleu, l'intéressée aurait très mal vécu l'événement, éprouvant «un sentiment de rejet».

 Lire aussi : Algérie, la fermeture d'églises suscite l'indignation de la communauté chrétienne (VIDEOS)

 francais.rt.com

 Commenter