La juge de Julian Assange et les liens de son mari avec l'armée britannique révélés par Wikileaks (Daily Maverick)

15-11-2019 legrandsoir.info 12 min #164443

Mark Curtis & Matt Kennard

Le mari de Lady Emma Arbuthnot, la magistrate en chef de Westminster qui supervise l'extradition du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, vers les États-Unis, a des liens financiers avec l'establishment militaire britannique, y compris des institutions et des individus exposés par WikiLeaks.(...)

Traduction :  facebook.com

LIEN ORIGINAL :  dailymaverick.co.za

Lord Arbuthnot of Edrom, ancien ministre de la défense, est président rémunéré du conseil consultatif de la société militaire Thales Group, et a été jusqu'au début de cette année, conseiller de la société d'armement Babcock International.Les deux sociétés ont d'importants contrats avec le ministère britannique de la Défense (MOD).

Les révélations mettent en lumière les préoccupations relatives aux conflits d'intérêts. Lady Arbuthnot a commencé à présider le procès d'Assange en 2017 et a décidé en juin de cette année qu'une audience complète commencerait en février prochain pour examiner la demande d'extradition du Royaume-Uni présentée par l'administration Trump.

Les juges britanniques sont tenus de déclarer tout conflit d'intérêts potentiel aux tribunaux, mais nous croyons comprendre que Lady Arbuthnot ne l'a pas fait.

Lady Arbuthnot a récemment nommé un juge de district pour statuer sur l'affaire d'extradition d'Assange, mais elle demeure la personnalité juridique chargée de superviser le processus. Selon le service des tribunaux britanniques, le magistrat en chef est "responsable de... soutenir et guider les collègues juges de district".

Assange est actuellement détenu à la prison de haute sécurité de Belmarsh à Londres dans des conditions qualifiées de "torture psychologique" par Nils Melzer, rapporteur spécial des Nations-unies sur la torture. S'il est transféré aux États-Unis, Assange risque la prison à vie pour espionnage.

Lord James Arbuthnot of Edrom est l'époux du premier magistrat chargé de l'extradition de Julian Assange aux États-Unis. Homme politique de longue date du Parti conservateur, il a des liens importants avec l'appareil militaire et les services de renseignement britanniques.

Lady Arbuthnot a bénéficié financièrement des organisations exposées par WikiLeaks.

Au moment où Lady Arbuthnot occupait son ancien poste de juge de district à Westminster, elle a personnellement bénéficié, avec son mari, d'un financement provenant de deux sources exposées par WikiLeaks dans ses publications. (...)

Les communiqués de WikiLeaks sur Bechtel ont montré les liens étroits de l'entreprise avec la politique étrangère américaine. Les câbles publiés en 2011, par exemple, montrent que l'ambassadrice des États-Unis en Égypte, Margaret Scobey,a fait pression sur le ministère de l'Électricité et de l'Énergie pour qu'il attribue à Bechtelun contrat de conseil technique et de conception pour la première centrale nucléaire d'Égypte.

Autre avantage personnel déclaré au Parlement, Lady Arbuthnot, toujours avec son mari, a eu des vols et des dépenses d'une valeur de 2 426 £ pour une visite à Istanbul en novembre 2014. Il s'agissait de "promouvoir et de faire progresser les relations bilatérales entre la Grande-Bretagne et la Turquie à un haut niveau", selon la déclaration de Lord Arbuthnot au registre des intérêts. (...)

En tant que sujets de fuites indésirables, Bechtel et Tatlidil ont tous deux des raisons de s'opposer aux travaux d'Assange et de WikiLeaks. Bien que les paiements aient été inscrits au registre parlementaire des intérêts, les parties à la procédure judiciaire n'en ont pas été informées. Bien que le procès d'Assange ait suscité de nombreuses critiques dans le monde entier, Lady Arbuthnot n'a pas jugé nécessaire de mentionner ces paiements aux parties, au public et aux médias.

Le lien avec la Turquie :

Dans un jugement clé rendu en février 2018, Lady Arbuthnot a rejeté l'argument des avocats d'Assange selon lequel le mandat d'arrêt alors en vigueur devrait être annulé et a plutôt rendu une décision arbitraire.

Elle a rejeté les conclusions du Groupe de travail des Nations-Unies sur la détention arbitraire - un organe composé d'experts juridiques internationaux - selon lesquelles Assange était "détenu arbitrairement", que son séjour à l'ambassade était "volontaire" et que sa santé et son état mental y revêtaient une importance mineure.

Lady Arbuthnot s'est impliquée dans l'affaire Assange vers septembre 2017 et a présidé l'audience du 7 février 2018, avant de rendre son jugement une semaine plus tard. Pendant une partie de cette période - du 29 janvier au 1er février - son mari était de nouveau en Turquie pour visiter Erdogan et d'autres hauts fonctionnaires du gouvernement turc.

Certains de ces responsables avaient été spécifiquement exposés par WikiLeaks et avaient des raisons de s'opposer à la libération d'Assange. Rien n'indique que Lord Arbuthnot ait été invité à exercer ou ait exercé des pressions sur Lady Arbuthnot, ni qu'elle ait succombé à de telles pressions, mais il y a une apparence de partialité qui aurait pu être évitée si ce lien avait été révélé et si Lord Arbuthnot avait évité de rencontrer ces personnes à cette époque.

Arbuthnot faisait partie d'une délégation de quatre membres, les autres étant la baronne Neville-Jones, ancienne présidente du comité mixte britannique du renseignement, qui coordonne le GCHQ, le MI5 et le MI6, Lord Polak, président des Conservative Friends of Israel, et Lord Trimble.

Parmi ceux qu'Arbuthnot et les autres seigneurs ont rencontrés lors de ce voyage se trouvaient le ministre des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoglu et le ministre de l'Energie Berat Albayrak,le gendre de Erdogan. En 2016, WikiLeaks avait publié 57 934 courriels personnels d'Albayrak, dont plus de 300 mentionnaient Çavuşoglu, dans son communiqué "Berat's Box".

Ainsi, en même temps que Lady Arbuthnot présidait le procès d'Assange, son mari s'entretenait avec de hauts responsables turcs exposés par WikiLeaks, dont certains ont un intérêt à punir Assange et l'organisation WikiLeaks.

Les ramifications de l'exposition d'Assange à Berat Albayrak et au parti AKP au pouvoir, qui s'étaient produites un peu plus d'un an auparavant, étaient en cours au moment des réunions des seigneurs en Turquie. Les publications de WikiLeaks ont conduit à une répression contre les médias en Turquie, y compris l'emprisonnement de journalistes et une interdiction totale de l'accès à WikiLeaks dans le pays. (...)

On ne sait pas ce qui a été discuté lors du voyage de Lord Arbuthnot en Turquie, ni si la question d'Assange a été soulevée. Cependant, les contacts que le mari du juge d'Assange a eus avec de puissantes personnalités politiques récemment exposées par WikiLeaks soulèvent des inquiétudes quant aux conflits d'intérêts et quant à savoir s'ils auraient dû être déclarés par Lady Arbuthnot s'ils ne l'avaient pas été.

Les liens militaires et de renseignement de Lord Arbuthnot :

Lord Arbuthnot est membre de la Chambre des Lords et a été ministre de l'Approvisionnement de la Défense du gouvernement conservateur de 1995 à 1997. Plus tard, il a été " whip chief" pendant que William Hague dirigeait le parti. Arbuthnot était un fervent partisan de la guerre de David Cameron en Libye en 2011 et c'est Cameron qui a proposé le député de James Arbuthnot pour une pairie en 2015.

Lord Arbuthnot a également des liens avec d'anciens fonctionnaires des services de renseignement britanniques que WikiLeaks a exposés dans ses publications et qui ont mené des opérations de renseignement au Royaume-Uni contre WikiLeaks.

Jusqu'en décembre 2017, Lord Arbuthnot était l'un des trois directeurs d'une entreprise de sécurité privée, SC Strategy, avec l'ancien directeur du MI6, Sir John Scarlett, et Lord Carlile. Jusqu'en juin 2019, Arbuthnot est resté "senior consultant" de SC Strategy. Scarlett est mentionnée dans les communiqués de WikiLeaks et est restée largement en dehors des débats publics sur la vie privée et la surveillance.

On sait peu de choses sur SC Strategy, qui n'a pas de site Web, mais la Companies House indique une adresse à Watford. Carlile déclare sur son registre d'intérêts que SC Strategy a été formé par lui et Scarlett en 2012 "pour fournir des conseils stratégiques sur la politique publique, la réglementation et les pratiques commerciales du Royaume-Uni". Il cite un client comme étant le Ministère des Affaires Etrangères et l'Autorité de l'Investissement du Qatar (...)

L'ancien partenaire de Lord Arbuthnot à SC Strategy,Lord Carlile, était l'examinateur indépendant de la législation antiterroriste en 2001-11 et est un défenseur public important des services de renseignement.

Lord Arbuthnot a également été jusqu'en février 2019 "conseiller" de la corporation militaire Babcock International, au conseil de laquelle siège l'ancien chef du GCHQ, Sir David Omand (...)

Avant de devenir pair, Lord Arbuthnot a été membre de la Commission parlementaire du renseignement et de la sécurité de 2001 à 2006. Il est également actuellement membre du groupe parlementaire multipartite sur la cybersécurité, qui est administré par l 'Information Security Group(ISG) à Royal Holloway, University of London. L'ISG gère un projet d'une valeur de 775 000 £ financé en partie par le GCHQ.

Lord Arbuthnot lui-même figure dans des documents publiés par WikiLeaks, dont deux câbles diplomatiques américains confidentiels. En décembre 2009, un câble confidentiel américain note que M. Arbuthnot n'a pas dit à un fonctionnaire de l'ambassade des États-Unis à Londres qu'il appuyait le discours du président Obama sur la stratégie américaine envers le Pakistan et l'Afghanistan.

Membre de l'establishment militaire britannique :

Le passé et le présent de Lord Arbuthnot font de lui un membre à part entière de la communauté industrielle militaire britannique. L'un de ses profils indique qu'"il a une longue histoire d'implication au sommet de la défense et de la vie politique du Royaume-Uni". WikiLeaks s'est présenté comme un adversaire de la communauté militaire, et bon nombre de ses communiqués portent sur le milieu dans lequel des gens comme Lord Arbuthnot évoluent.

M. Arbuthnot est un ancien président de la commission parlementaire de la défense - poste qu'il a occupé pendant neuf ans entre 2005 et 2014 - au cours desquels WikiLeaks a attiré l'attention du monde entier grâce à la publication de dossiers sur les guerres en Irak et en Afghanistan, dans lesquels l'armée britannique a participé. Il est également un ancien membre du comité mixte sur la stratégie de sécurité nationale et du comité chargé du projet de loi sur les forces armées. (...)

Lord Arbuthnot est également président du conseil consultatif du groupe d'armement Thales qui a été exposé par WikiLeaks dans divers communiqués (...)

Conflit d'intérêts :

Les liens de Lord Arbuthnot avec l'establishment militaire britannique constituent des liens professionnels et politiques entre un membre de la famille du premier magistrat et un certain nombre d'organisations et d'individus qui sont profondément opposés au travail d'Assange et de WikiLeaks et qui ont eux-mêmes été exposés par cette organisation.

L'assistance juridique britannique stipule que " tout conflit d'intérêts dans une situation litigieuse doit être déclaré ".L'orientation judiciaire donnée aux magistrats par le Lord Chancellor et le Lord Chief Justice est claire :

" Les membres du public doivent avoir l'assurance que les magistrats sont impartiaux et indépendants. Si vous savez que votre impartialité ou votre indépendance est compromise dans un cas particulier, vous devez vous retirer immédiatement... Vous ne devriez pas non plus entendre une affaire dont vous savez déjà quelque chose ou qui touche à une activité dans laquelle vous êtes impliqué".

Nous croyons comprendre que Lady Arbuthnot a omis de divulguer tout conflit d'intérêts potentiel dans son rôle de juge ou de premier magistrat.

On sait que Lady Arbuthnot s'est abstenue de statuer sur deux autres affaires en raison de conflits d'intérêts potentiels, mais seulement après enquête par les médias. En août 2018, en tant que juge au cœur de la bataille juridique du géant de la technologie Uber pour opérer à Londres, elle s'est récusée pour éviter tout conflit d'intérêts perçu avec son mari.

(...) En 2017, Lady Arbuthnot s'est également retirée d'une affaire concernant la diffusion de matériel "offensant" sur l'Holocauste lorsque l'équipe juridique de l'accusé a soulevé la question de la "crainte raisonnable de partialité" de la part du juge. Cela était lié à la participation de son mari aux Conservative Friends of Israel, un organisme dont Arbuthnot est un ancien président et qui, dans le passé, avait payé pour au moins une visite en Israël."

Ni Lady ni Lord Arbuthnot n'ont répondu aux demandes de commentaires.

Mark Curtis & Matt Kennard

 legrandsoir.info

 Commenter