Chili : la communauté universitaire crée un réseau d'urgence pour signaler les violations des droits humains

04-11-2019 bastamag.net 6 min #163900

Des universitaires francophones et chiliens lancent un appel à soutenir les enseignants, étudiants et personnels des universités qui se mobilisent au Chili, face au déploiement de l'armée dans les rues. Un appel déjà signé par plus de 400 personnes.

Depuis le 18 octobre 2019, le Chili connait un soulèvement populaire dans tout le pays. C'est une mesure d'augmentation du prix des tickets de métro qui a catalysé une immense colère. Celle-ci s'est ensuite dirigée contre un modèle économique. Mondialement vanté comme montrant le succès des doctrines ultralibérales, il se traduit par des inégalités continuellement aggravées et des services publics entièrement passés au privé : « no es por treinta pesos, es por treinta anos » (ce n'est pas pour les trente pesos d'augmentation du tarifs des transports, c'est pour les trente années de politiques ultralibérales).

Le président Pinera a décrété l'état d'urgence, le couvre-feu, et a demandé à l'armée d'assurer le maintien de l'ordre. Les militaires sont donc dans la rue jusqu'au 27 octobre, jour où couvre-feu et état d'urgence ont été levés, avant qu'une commission de l'ONU ne vienne visiter la capitale et faire un état des lieux.

Le Chili déplore déjà au moins 18 morts dont au moins quatre par balles. L'Institut chilien des droits humains a déjà dénoncé de nombreuses violations des droits. La quasi-totalité des stations de métro a été incendiée, dans des circonstances qui ne sont toujours pas éclaircies. Le mouvement va très au-delà de cette vague d'incendies, et du nord au sud du pays, des manifestations énormes ont rassemblé un très grand nombre de Chiliens indifférents à la peur.

Des étudiants qui craignent pour leur vie ou celle de leurs ami.e.s

Le 21 octobre, à l'Université de Santiago de Chile, au cours de l'assemblée qui a réuni enseignants, administratifs et étudiant.e.s, la communauté universitaire a consacré une partie de la journée à réfléchir à sa place et son rôle dans le mouvement actuel. Des prises de paroles se sont succédées, très fortes.

Elles mettent l'accent sur la manière dont l'université est à la fois un lieu d'élaboration d'analyses pour la société chilienne (avec par exemple la réflexion pour une nouvelle constitution) et un lieu où s'éprouvent directement les inégalités et les fermetures qui ont abouti à l'explosion de colère dans tout le Chili.

Elles ont fait apparaître le large spectre des analyses historiques de l'évolution de la société chilienne et des mémoires vivantes de ceux qui ont fait vivre l'université dans les années 1970. Elles ont permis des témoignages relatifs aux situations individuelles des précaires de l'université et des étudiants qui craignent pour leur vie ou celle de leurs ami.e.s dans les zones très exposées. Elles ont formulé des propositions concernant la réappropriation pleine et entière par la communauté dans son ensemble de l'espace universitaire contre l'existence d'une « université de nuit » qui la rattache à un management extérieur opaque et asservi à des logiques productivistes. La création d'un réseau d'urgence a été décidé pour signaler les disparitions et violations des droits de l'homme qui frappent notamment les étudiant.e.s et porter secours à ceux qui sont en danger.

« Nous demandons à toutes les instances universitaires de dénoncer le recours aux militaires pour le maintien de l'ordre »

Tou.te.s ont demandé la fin des cours tant que les militaires seront dans la rue. Le retrait de ceux-ci ne signifie d'ailleurs pas automatiquement le retour à la normale des universités. En général, il a été proposé la récupération et l'entretien de l'université comme lieu de travail, de réflexion, par les étudiants enseignants et administratifs, mais aussi les autres personnels. De telles assemblées se tiennent dans toutes les universités, publiques et privées.

Cette situation et ces réflexions font écho à la situation et la place des universités dans de nombreux pays, dont la France. Celles-ci peuvent aider, et peuvent s'inspirer de l'action de la communauté des universités chiliennes. C'est pourquoi nous nous associons à cette communauté universitaire élargie à tous ceux qui travaillent pour elle et comptent sur elle, pour demander avec elle le départ immédiat des militaires armés qui n'ont rien à faire dans l'espace public. Nous soutenons les étudiants, enseignants et administratifs de la communauté dans leur action, nous saluons leur dignité et le travail qu'ils accomplissent. Nous demandons à toutes les instances universitaires et scientifiques de dénoncer officiellement le recours aux militaires pour le maintien de l'ordre, et de soutenir la communauté universitaire chilienne.

Le texte orignal est à retrouver  ici.

Une signature de ce texte est possible  ici.

Une version en espagnol de l'appel est disponible  ici/La versión en español de la convocatoria está disponible en la  siguiente dirección.

Photo : CC Felipe y Jairo Castilla

 bastamag.net

 Commenter