Rideaux pour les États-Unis en Syrie. La Russie et l'Iran doivent un grand merci à Erdogan

17-10-2019 47 articles reseauinternational.net 10 min #163098

par M.K. Bhadrakumar.

Le scénario convenu en coulisses à travers des mois d'échanges confidentiels, souvent en tête-à-tête, entre les dirigeants russes et turcs concernant le nord-est de la Syrie entre dans une phase critique de mise en œuvre sur le terrain avec l'accord entre les Kurdes et le régime Assad.

Nous avons un scénario complexe dans lequel, d'une part, l'armée turque et les unités d'opposition syriennes fidèles à Ankara poursuivent sans relâche leur offensive vers le sud en étendant leur contrôle sur les régions frontalières de la Syrie peuplées par les Kurdes. Selon le président turc Recep Erdogan, 1000 km2 de territoire auparavant sous contrôle kurde ont été «  libérés«.

D'autre part, suite à l'accord avec les Kurdes, les premières colonnes des forces gouvernementales syriennes se sont déplacées dans le nord du pays vers la frontière turque.

A première vue, Damas conteste l'offensive turque - comme il se doit - et, en principe, une confrontation peut s'ensuivre. Mais les choses ne sont jamais vraiment ce qu'elles paraissent à première vue en Syrie.

Un affrontement entre les forces turques et syriennes est tout simplement hors de question. Ce n'est pas ainsi que le jeu se joue.  Une déclaration du ministère turc de la Défense lundi a révélé que le chef militaire, le général Yasar Guler et son homologue russe, le général Valery Gerasimov, étaient en contact téléphonique et ont discuté de la « situation sécuritaire en Syrie et des récents développements ».

Aucun autre détail n'a été divulgué, mais le tableau qui se dégage est que  la Russie a proposé et la Turquie a accepté que des unités russes patrouillent entre les forces turques et syriennes dans le nord de la Syrie après le retrait des troupes US de cette région.

En conséquence, le ministère de la Défense de Moscou a révélé que sa police militaire dans la ville kurde de Manbij a commencé à patrouiller le long de la frontière syro-turque et à interagir avec les autorités turques. Les troupes russes sont entrées dans la ville de Manbij avec les forces gouvernementales syriennes lundi.

Plus important encore, grâce à la médiation russe, Ankara et Damas préféreront s'entendre sur la division des zones de contrôle dans le nord de la Syrie. En d'autres termes, les choses vont globalement dans le sens de ce que l'accord d'Adana de 1998 (sur la question kurde) entre la Turquie et la Syrie avait envisagé, à savoir que la sécurité de la frontière syro-turque serait une affaire bilatérale entre Ankara et Damas.

L'opération Source de Paix menée par la Turquie dans le nord de la Syrie aurait progressé sur une superficie de 1000 kilomètres carrés

Dans la situation actuelle, la Turquie doit impérativement éviter qu'un « Kurdistan » contigu n'émerge à ses frontières. La fameuse « zone de sécurité » visait à contrarier les projets US de création d'un Kurdistan en Syrie, à l'image de ce qu'ils avaient réussi à créer en Irak à l'époque de Saddam Hussein.

On peut soutenir qu'il pourrait y avoir une convergence d'intérêts entre Ankara et Damas sur ce point. (Téhéran a aussi des intérêts communs avec ses deux voisins à cet égard.)

En effet, pour Damas, tout cela est une aubaine dans la mesure où le « retrait délibéré » (comme l'a dit le Pentagone), ou, plus exactement, l'expulsion inévitable des troupes US dans les régions du nord de la Syrie déclenchée par l'incursion turque, lui permet de réoccuper certaines régions du nord-est, notamment celles qui sont bien pourvues en eau et en hydrocarbures, que les militaires US avaient désignées comme leur zone exclusive.

Pour le président Bachar al-Assad, il s'agit d'un grand pas en avant dans la réalisation de sa promesse de reprendre le contrôle de toute la Syrie. (Voir le commentaire d'Euronews : «  Damas semble plus forte que jamais : Quelle sera la prochaine étape pour la Syrie lorsque les Kurdes uniront leurs forces à celles d'Assad ?«)

Quant aux Kurdes, ils n'ont d'autre choix que de s'installer à Damas. Ils ne sont tout  simplement pas à la hauteur de l'armée turque hautement professionnelle.

De toute évidence, l'incursion turque et l'offensive imminente contre les Kurdes ont rendu intenable la présence militaire US dans le nord de la Syrie et la Russie a tiré parti de la situation pour conclure l'accord entre les Kurdes et Damas.

Ayant réussi dans cette entreprise, les Russes ont gagné la confiance des Turcs. Comme il fallait s'y attendre, le président Recep Erdogan est nonchalant au sujet de l'accord entre les Kurdes et Damas et a ignoré les mouvements de troupes syriennes près des frontières de la Turquie. Il a évasivement fait référence aux garanties de Vladimir Poutine.

En fin de compte, les États-Unis paient un lourd tribut au manque d'intelligence dont ils ont fait preuve - s'accorder avec la Turquie ces dernières années tout en consolidant méthodiquement le terrain pour la création d'un Kurdistan autonome à ses frontières, en plus d'armer et de former la milice kurde en vue de constituer une armée régulière.

Erdogan a donné une longue corde aux Étasuniens pour se pendre, littéralement. Quand il a frappé, les contradictions de la politique US ont été révélées du jour au lendemain - le plan de jeu pour balkaniser la Syrie et renverser Assad ; l'accord faustien avec un groupe terroriste qui a saigné un allié de l'OTAN ; et l'agenda géopolitique de l'axe de l'Iran avec la Syrie et le Levant.

Autant dire qu'avec l'expulsion des forces US du nord de la Syrie, les Turcs ont réalisé quelque chose que la Russie et l'Iran (et Damas) souhaitaient depuis le début mais ne pouvaient pas atteindre. A partir de maintenant, la Russie et l'Iran l'emporteront sur Ankara pour une réconciliation avec Damas.

Les États-Unis ont tardivement compris que la Turquie avait sommairement mis fin à leur intervention vieille de 8 ans en Syrie pour renverser le régime Assad. La réaction vitriolique de Trump et du secrétaire US à la défense Mark Esper ( ici et  ici) est évidente.

Mais la menace de sanctions US ne dissuadera pas Erdogan, car le spectre du Kurdistan à ses frontières menaçait la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Turquie et il n'y a aucune possibilité de compromis lorsque la sécurité nationale est menacée. D'ailleurs,  l'opinion intérieure turque soutient massivement Erdogan.

La Turquie a fait preuve d'une patience inhabituelle à l'égard des États-Unis, espérant que ces derniers renonceraient au lien avec les YPG (milice kurde) une fois la lutte contre l'État Islamique terminée. Ce n'est pas tant Trump que le Pentagone qui est responsable de la rupture de confiance entre la Turquie et les États-Unis. Comme pour la plupart des questions de politique étrangère, Washington avait deux politiques sur la Syrie - celle de Trump et celle de l'establishment US de sécurité et de défense.

Les États-Unis n'ont aucun intérêt à agir en vertu du droit international pour maintenir une présence militaire permanente en Syrie et lorsque Trump a annoncé pour la première fois le retrait des troupes, celui-ci aurait dû être appliqué. Mais, au lieu de cela, le Pentagone a contesté la décision de Trump, l'a minimisée et l'a finalement ignorée complètement.

Erdogan sait que les États-Unis vont ronchonner et soupirer mais ils s'habitueront à la « nouvelle normalité » en Syrie. L'Europe n'aura pas non plus d'alibi, car les Russes ne permettront jamais à l'État Islamique d'envahir la Syrie. Trump  aurait envoyé le vice-président Mike Pence en Turquie à la recherche d'un « règlement négocié » - quoi que cela puisse signifier pour s'attaquer au fait accompli qu'Erdogan a créé.

source :  It's curtains for US in Syria. Russia, Iran owe big thanks to Erdogan

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter

Articles associés plus récents en premier
11-11-2019 mondialisation.ca 10 min #164216

Les États-Unis intensifient leur lutte géopolitique en Syrie

...
Personne n'aurait imaginé que la décision prise il y a trois...
Les propos tenus par le Secrétaire américain à la défense Ma...
Pour commencer, Washington étudie le rôle que ses alliés occ...
Le général Kenneth F. Mckenzie, commandant du Commandement c...
De toute évidence, ce sont des idées naissantes, en particul...
Moscou a mis en garde contre toute intervention de l'OTAN en

08-11-2019 lesakerfrancophone.fr 23 min #164074

La débâcle syrienne est en fait un chaos bien planifié

Par Brandon Smith − Le 16 octobre 2019 − Source ...
...
sur le sujet de la Syrie] [publiée en 2012, NdT], en mettant...
La Syrie est en fait si importante que l'establishment a pri...
Mensonge #1 : Les États-Unis ont une légitimité dans le...
Tout d'abord, la plupart des gens qui lisent ces lignes devr...
Il est clair, d'après les preuves, que le printemps arabe et

05-11-2019 lesakerfrancophone.fr 42 min #163918

Le Saker Us approfondit le thème « tout le monde y gagne » en Syrie

Par The Saker − Le 23 octobre 2019 − Source thes...
Dans son récent article intitulé...
C'est une quadruple victoire. Les États-Unis procèdent à un ...
Ce résumé, par ailleurs excellent, néglige deux des trois me...
La plupart des analyses de ce qui vient de se passer se sont...
Assad et ses commandants...
L'Axe du Bien : États-Unis + CENTCOM + OTAN + Israël +

04-11-2019 reseauinternational.net 4 min #163883

La situation au nord-est de la Syrie aurait déjà dû déclencher une guerre mondiale mais un équilibre de la terreur empêche cette éventualité

La situation fort complexe au nord-est de la Syrie aurait du...
Pour un général turc retraité, la guerre mondiale est inévit...
La résilience de Téhéran a également joué un rôle dans l'évi...
Cette thèse est battue en brèche par les partisans de l'exis...
situation dans le nord-est de la Syrie (octobre 2019)...
Sur le terrain, la situation dans le nord-est de la Syrie es...
De tous les belligérants du conflit au Levant, Washington se

02-11-2019 reseauinternational.net 9 min #163822

Les États-Unis intensifient leur lutte géopolitique concernant la Syrie

par M.K. Bhadrakumar....
Personne n'aurait pensé que la décision du président Donald ...
Les remarques du secrétaire US à la Défense, Mark Esper, en ...
Tout d'abord, Washington explore un rôle pour les alliés occ...
Il s'agit évidemment d'idées naissantes, en particulier le p...
Moscou a mis en garde contre toute intervention de l'OTAN en...
Le deuxième aspect de la réorientation de la politique US co

01-11-2019 francais.rt.com 6 min #163797

Pour Bachar el-Assad, Donald Trump est le «meilleur président américain»

Dans une interview à la télévision d'Etat, le président syri...
Dans une interview accordée à la télévision d'Etat le 31 oct...
«Trump dit "nous voulons du pétrole", "nous voulons nous déb...
Lire aussi...
La Russie accuse Washington de «...
Par ailleurs, le président syrien a souligné que son pays ne...
Dans son interview, Bachar el-Assad a également souligné que

01-11-2019 reseauinternational.net 3 min #163780

Des combats intermittents et directs opposent des militaires syriens et turcs près de Hassaka

De très violents combats intermittents opposent depuis deux ...
Ces accrochages surviennent souvent après des tentatives de ...
Des forces régulières syriennes se sont déployées le long de...
L'Armée turque porte assistance aux forces auxiliaires syrie...
Ces premiers accrochages directs entre les Armées syrienne e...
Sur le terrain, des forces syriennes et turques continuent d...
source : https://strategika51.org/2019/10/31/des-combat

01-11-2019 reseauinternational.net 5 min #163778

1er coup d'Assad contre l'Otan ?

C'est la pire des choses qui puissent arriver aux parties qu...
Il s'agirait en effet d'une mutation aux dimensions géostrat...
Pour les parties otaniennes qui faute de mieux en sont désor...
Dans un communiqué, le commandement en chef de l'armée syrie...
Plus loin, le ministère syrien de l'Intérieur affirme qu'il ...
Et la réaction kurde ?...
Pour l'heure, les FDS visiblement craintives à l'idée d'une

31-10-2019 mondialisation.ca 7 min #163758

Comment les États-Unis tentent de retourner la Turquie contre la Russie en Syrie

...
Alors que la conversation téléphonique de Trump avec Erdogan...
En réduisant ainsi l'appétit maximaliste de la Turquie pour ...
Alors que la déclaration conjointe étasuno-turque publiée à ...
Mais les responsables US, concen...
Erdogan se tourne donc vers le Russe Poutine pour que le pro...
Et, quels que soient les plans, il est évident que les États

29-10-2019 francais.rt.com 3 min #163653

Liban : le Premier ministre Saad Hariri annonce qu'il va démissionner

Sur fond de contestations d'ampleur dans le pays, le chef du...
Le Premier ministre libanais Saad Hariri a fait savoir ce 29...
«Je me rends au Palais de Baabda pour présenter la démission...
Lire aussi...
Liban : Nasrallah invite le...
L'élément déclencheur de cette mobilisation a été la décisio...
L'un des derniers épisodes en date de cette séquence politiq

29-10-2019 voltairenet.org 4 min #163640

L'avenir du Levant

Nous ne résistons pas à publier l'éditorial de Thierry Meyss...
...
Depuis un siècle, le Royaume-Uni, puis les États-Unis ont su...
Le président Trump a été élu, il y a trois ans, avec le proj...
C'est très exactement ce à quoi nous assistons aujourd'hui....
Le prince Mohamad Ben Salmane et le roi Salmane lui-même, bi...
Avigdor Lieberman, président du parti russophone Israël Beit

28-10-2019 22 articles reseauinternational.net 5 min #163576

Al-Baghdadi, un vieil épouvantail modifiant à point nommé la narration du retrait Us de Syrie

Le retour de la vieille stratégie de la manipulation de l'Ét...
La gigantesque machine de propagande et de manipulation est ...
Second pas de charge : l'élimination pour la énième foi...
Que faut-il lire dans ces événements ?...
L'outil « révolution » dans un contexte de crise é...
Au Liban, pays en crise endémique, les forces de la résistan...
Pour la Syrie, Hollywood reprend

26-10-2019 reseauinternational.net 9 min #163501

Trump cherche un grand accord avec Erdogan

par M.K. Bhadrakumar....
Le lendemain d'une réunion au sommet réserve souvent des sur...
Mercredi même, Ankara a officiellement fait connaître à Wash...
Le président Trump a promptement rendu la pareille en levant...
L'intimation turque est pratique pour Trump pour disperser l...
Entre en scène le Général Mazloum. Trump a révélé qu'il s'es...
Trump a salué la « compréhension du chef kurde, pour sa

26-10-2019 reseauinternational.net 4 min #163500
Syrie
OTAN

Washington maintient la base d'Al-Tanf en Syrie et envisage l'envoi de blindés et d'unités spéciales pour garder les sites pétroliers en Syrie orientale

Le retrait des forces US du Nord et du Nord-est de la Syrie ...
Le repli des forces US de Syrie vers la province irakienne d...
Officiellement, des responsables du Pentagone évoquent une f...
Moscou a appelé les États-Unis à retirer l'ensemble de leurs...
La base militaire d'Al-Tanf demeure assiégée par les forces ...
La base a déjà fait l'objet d'une tentative d'assaut menée c...

26-10-2019 reseauinternational.net 3 min #163499

Les menaces de guerre Us ne sont que du « bluff » (Ministre iranien de la Défense)

Le général de brigade, Amir Hatami, ministre iranien de la D...
« Cela ressemble plus à un bluff pour atténuer leur cha...
Les propos du ministre iranien interviennent peu après les m...
Trump a insisté sur le fait qu'il travaillait pour ramener d...
Le général Hatami a mis en garde Washington contre une ripos...
Il a déclaré que les forces armées iraniennes étaient tout à...
Le Général Mohammad Baqeri, chef d'état-major des forces arm

26-10-2019 mondialisation.ca 10 min #163477

Syrie: un terrible aveuglement

...
Au début du Printemps syrien, il y a eu une grosse hypocrisi...
Lire également :...
https://www.mondialisation.ca/la-syrie-au-coeur-de-la-guerre...
D'une désinformation médiatique à une intervention programmé...
Jean Géronimo], 31 août 2012...
Dans la phase initiale du conflit, les groupes armés djihadi

25-10-2019 strategic-culture.org 8 min #163468

Trump and Ny Times Admit Us Imperialist War in Syria

Finian Cunningham...
From extraordinary candid admissions made separately by US P...
Subsequently this week it is being reported that the Pentago...
The oil fields of Syria are located mainly in the eastern pr...
In a tweet last weekend, Trump stated: "USA soldiers are not...
The president was referring to the dubious deal he hatched w...
Hence he is bragging about having defeated the Islamic State

25-10-2019 4 articles reseauinternational.net 4 min #163447

Une conférence de presse décoiffante...

Mercredi 23 octobre, Donald Trump a donné une conférence de ...
Très solennel, le président américain a lancé en vrac une sé...
Il a repris les arguments de campagne qui lui avaient réussi...
Il a montré une volonté d'en finir avec les engagements tous...
« Cela ne se reproduira plus, nos forces armées sont ép...
Au passage, il a étrillé les commentateurs et les conseiller...
« Certains experts politiques ont réagi à l'offensive d

24-10-2019 7 articles voltairenet.org 4 min #163431

L'impérialisme allemand peut-il remplacer celui des États-Unis ?

...
La ministre allemande de la Défense et présidente de la CDU,...
Cette annonce mal préparée a donné lieu à des déclarations c...
Il semble qu'après le Conseil franco-allemand de défense et ...
La proposition de déploiement militaire en Syrie est déjà ob...
[[1] « Communiqué conjoint du Conseil franco-allem...
[2]]New Power, New Responsibility. Elements of a German

 Référencé par : 1 article