Le tir du Slbm Pukkuksong-3 achève la création de la deuxième composante de la dissuasion nucléaire nord-coréenne

08-10-2019 reseauinternational.net 4 min #162690

C'est quelques chose qu'aucun analyste occidental n'a vu venir. Le dernier essai balistique de la Corée du Nord a impliqué un tir d'un missile balistique de portée intermédiaire à capacité nucléaire lancé à partir d'un submersible de nouvelle génération de construction locale et cet essai résume à lui seul le véritable trou noir que représente ce pays d'Asie en matière de renseignement militaire.

Voici le Pukkuksong-3!

Pyongyang a donc remporté haut la main un défi immense: le test du Pukkuksong-3 à partir d'un sous-marin de nouvelle génération que le renseignement sud-coréen désigne provisoirement sous le nom de Sinpo-C qui est une réalisation majeure et marque l'entrée officielle de la Corée du Nord dans le club très fermé des pays disposant des capacités de lancement de missiles balistiques nucléaires à partir de submersibles. Cet essai a assommé bon nombre d'observateurs dont une grande partie continue à considérer la Corée du Nord comme un pays arriéré disposant au mieux d'un arsenal obsolète. Voilà en effet que ce pays isolé et sous embargo se dote simultanément de nouveaux sous-marins lanceurs d'engins et d'une troisième génération de SLBM (Submarine Launched Ballistic Missiles). C'est plus qu'une prouesse, c'est un miracle!

Le développement d'une force de dissuasion nucléaire basée sur des sous-marins est un objectif prioritaire pour Pyongyang qui a toujours considéré ce segment comme vital à sa survie en cas d'une attaque nucléaire adverse. Le Pukkuksong-3 lancé lors du dernier test nord-coréen a non seulement échappé à la surveillance satellitaire et aérienne assurée 24h/24 par les pays hostile à la Corée du Nord mais a suivi une trajectoire des plus étranges qu'aucune station de contrôle n'a pu suivre. Ce missile dont on ignore la portée (une estimation initiale non confirmée évoque une fourchette variant entre 4000 et 6500 Km) aurait donc non seulement des capacités de "Mirvage" (têtes multiples à entrées indépendantes dans l'atmosphère en phase de ré-entrée) mais également à évader les systèmes d'interception ABM ennemis.

La Corée du Nord a donc entamé la création de la deuxième composante de sa dissuasion nucléaire en l'optimisant en palliant le faible taux de survie de ses submersibles par l'extension spectaculaire de la portée des vecteurs balistiques rendant possible une frappe nucléaire sur Guam, Hawaï, Midway, l'Alaska et même l'Amérique du Nord à partir des eaux coréennes.

A la lumière de ces développements extraordinaires, l'obsession de l'Etat profond US avec le désarmement nucléaire sans condition de Pyongyang paraît un peu plus que risible. Cela trahit plus une certaine psychorigidité et une aliénation mentale qu'une réelle stratégie. Le président Donald Trump s'est montré bien plus logique avec la question coréenne en initiant un dialogue avec Kim Jong-UN saboté par l'ensemble des composants de l'Etat profond US et ses relais.

En réalité, le monde change mais les tenants d'un certains exceptionnalisme imaginaire continuent à croire en leurs illusions grandiloquentes à peine voilées par une langue de bois surannée et ayant expiré depuis longtemps. Un retour des démocrates aux affaires à Washington ne changera rien au basculement géostratégique en cours. Pour l'histoire, la petite Corée du Nord a non seulement fait vaciller l'Empire mais lui a tenu tête dans le domaine où il excelle le plus: les armes stratégiques. Quand on pense aux disparités de niveau technologique entre l'Empire et la Corée du Nord, cette victoire stratégique unique dans son genre a de quoi nous assommer debout.

source: strategika51.org

 reseauinternational.net

 Commenter