Les élections israéliennes ne peuvent avoir qu'un seul résultat pour les Palestiniens

17-09-2019 ism-france.org 5 min #161771

Par Ahmed Abu Artema
16.09.2019 - Alors qu'approche la deuxième élection parlementaire israélienne en six mois, les experts politiques font leurs prévisions sur les coalitions qui vont se former. Pourtant, les Palestiniens sont pour la plupart indifférents à ces élections, leur situation demeurant sans espoir, quels que soient les résultats. Cette indifférence découle d'une compréhension collective du système israélien et du rôle des élections en son sein. Cela vient aussi de leur expérience historique, qui a montré que la politique d'Israël contre les Palestiniens ne change pas fondamentalement d'un leader à l'autre.

Colonies et inégalités raciales

Israël tente de donner une image de démocratie en organisant des élections et en alternant la gouvernance entre ses partis politiques. Cependant, les différences entre les partis en lice pour le leadership sont en grande partie d'ordre administratif, sans propositions ou initiatives réelles qui représentent un changement radical dans les politiques israéliennes d'occupation, de construction de colonies de peuplement illégales et d'inégalité raciale.

Israël a été créé par le déplacement forcé de sa population palestinienne, les massacres, l'occupation de ses terres, l'apartheid et les politiques d'humiliation en cours depuis plus de sept décennies. L'objectif est de forcer les Palestiniens à abandonner leur rêve national d'indépendance et d'autodétermination.

Depuis la création d'Israël, aucun Premier ministre n'a présenté d'excuses pour le nettoyage ethnique des Palestiniens, ni prôné l'acceptation d'une solution juste à la situation des réfugiés, ni la cessation des colonies de peuplement illégales et le vol continu des terres palestiniennes.

Aucun chef d'État israélien n'a reconnu le concept d'égalité humaine entre le peuple palestinien et le peuple juif, principe fondamental des droits de l'homme internationalement reconnu. Aucune élection précédente n'a conduit à la moindre avancée dans le plus fondamental des problèmes touchant aux droits politiques et humanitaires des Palestiniens.

Démocratie superficielle

Rien n'indique non plus que les prochaines élections, ni le vote à venir, apporteront de véritables changements, dans la foulée de la montée de l'extrême droite en Israël, de la disparition de la solution des deux États, de la mise en œuvre de la loi sur l'État-nation qui consacre les droits des Juifs, la suprématie et les assurances des responsables israéliens selon lesquelles la vallée du Jourdain et certaines parties de la Cisjordanie seront annexées.

La loi sur les États-nations, adoptée l'année dernière, stipule que seuls les Juifs en Israël ont le droit de disposer d'eux-mêmes, sous prétexte de protéger l'identité juive du pays. Les principaux partis politiques israéliens sont d'accord sur cette loi et sur le refus du droit de retour des Palestiniens, sur l'unification de Jérusalem sous contrôle israélien et sur le développement des colonies de peuplement.

Ce terrain d'entente est la raison pour laquelle les Palestiniens ne croient pas que la « démocratie » en Israël aura pour résultat de faire respecter leurs droits. L'occupation institutionnalisée est plus enracinée que la démocratie superficielle d'Israël.

La loi sur l'État-nation juif annule les droits de citoyenneté les plus fondamentaux des Palestiniens, sans lesquels une véritable démocratie ne peut exister. Il cimente l'inégalité raciale, interdit l'égalité pour les habitants autochtones du pays tout en ouvrant les portes aux Juifs du monde entier.

Longue lutte pour la liberté

L'establishment israélien ne voit pas dans la détermination des Palestiniens plus qu'un obstacle sur le chemin d'une nation juive. Les opinions politiques diffèrent quant à la manière de traiter cet obstacle - de l'écrasement à l'expulsion, en passant par la séparation -, mais aucun ne perçoit le peuple palestinien comme une population qui devrait être traitée sur un pied d'égalité.

Il est déprimant de constater que les Palestiniens ne voient pas d'espoir à l'horizon, mais il est plus logique que de croire à tort qu'une élection israélienne pourrait entraîner un changement positif pour les Palestiniens.

Nous sommes engagés dans une longue lutte pour la liberté, la justice et l'égalité. Sans une coalition politique influente qui abandonne le racisme naturel d'Israël, croit en l'égalité et laisse les injustices historiques derrière elle, les prochaines élections ne seront pas différentes des précédentes.

Cela se traduira par la poursuite des colonies de peuplement illégales, l'état de siège, l'inégalité raciale et la déshumanisation des Palestiniens.

Source :  Middle East Eye

Traduction : MR pour ISM

 ism-france.org

 Commenter