L'étrange cas des raffineries saoudiennes en flames

17-09-2019 reseauinternational.net 9 min #161759

par Gordon Duff.

L'attentat de septembre 2019, qui a réduit la production pétrolière de l'Arabie Saoudite de 60% et plongé le monde dans le chaos, n'a pas été une surprise. L'affirmation du secrétaire d'État américain selon laquelle « l'Iran l'a fait » n'est pas non plus surprenante.

Que le Yémen l'ait fait, qu'il ait détruit la plus grande raffinerie de pétrole du monde qui possède parmi les meilleures défenses aériennes est presque une surprise. Il est également tout à fait possible qu'un autre « joueur » soit responsable. Posons un peu ce postulat à ce sujet, peut-être même en nous plongeant dans le genre de théories de conspiration qui, ces derniers temps, se sont avérées correctes à maintes et maintes reprises.

Tout d'abord, l'Arabie Saoudite avait récemment demandé à la Russie le système de défense aérienne S-400. L'Arabie Saoudite a dépensé des milliards de dollars en défense aérienne et, périodiquement, des drones et des missiles du Yémen passent à travers.

Il en va de même pour Israël, ce qui l'a conduit à conclure des accords « sous la table » avec le Hamas à maintes reprises, tandis que likoudistes jouent leur rôle militariste « à l'aveuglette » pour la population israélienne induite en erreur, soumise à la censure militaire pour tout ce qu'elle lit et voit.

Voyez-vous, le S-400 est destiné à la défense contre beaucoup de choses, mais pour l'Arabie Saoudite avec des défenses déjà très robustes, le S-400 serait utilisé pour repousser les attaques des avions furtifs, sa spécialité. Parmi les acteurs régionaux, seul Israël possède de tels avions.

Mais l'Arabie Saoudite et Israël ne sont-ils pas, après tout, de bons amis qui ont secrètement aidé l'État Islamique et Al-Qaida pendant des années ? Mais sont-ils vraiment amis ou s'agissait-il d'un « mariage de complaisance ? Pour ceux qui lisent les médias grand public occidentaux, même ces questions ne seront pas familières car le pacte de terreur entre ces nations a largement été censuré.

Qu'est-ce qui pourrait pousser les choses à arriver au point où Israël pourrait bombarder l'Arabie Saoudite ?

Eh bien, Israël fait face à une élection et un élément clé de cette élection est l'effondrement qu'Israël vit sur son « premier couple », les Netanyahou.

L'argent dicte la politique là-bas comme partout ailleurs et la famille Adelson, les Israéliens les plus riches, paie les factures politiques des Netanyahou depuis des années. C'est fini. Les Adelson disent maintenant que les Netanyahou sont fous et Miriam Adelson est psychologue. Ce n'est pas un petit problème car les Adelsons sont aussi les plus grands contributeurs politiques aux États-Unis.

Pour surmonter cela, Netanyahou a promis de déclarer la Cisjordanie comme faisant partie d'Israël, une rupture d'accord pour les nations qui avaient, au moins temporairement, commencé à chercher à reconstruire des relations avec Israël, à savoir la Turquie, l'Arabie Saoudite et peut-être même l'Irak. C'est terminé maintenant.

Ensuite, la question des bombardements aléatoires et continus de la Syrie par Israël, des attentats à la bombe censés viser les troupes iraniennes mais tuant trop souvent des civils ou clairement destinés à aider des opérations de groupes terroristes.

Ajoutons que, par groupes terroristes, nous entendons les groupes officiellement interdits en Russie en tant que groupes terroristes, une liste dont on n'entend pas parler comme aux États-Unis. La Russie traque vraiment les terroristes.

Selon des rapports du Jerusalem Post, la Russie a exprimé son extrême « préoccupation » à l'égard non seulement des attaques israéliennes contre la Syrie, mais aussi de son intention de s'emparer de l'État palestinien ad hoc en Cisjordanie et de « nettoyer ethniquement » sa population palestinienne, entraînant une catastrophe humanitaire sans précédent.

Netanyahou est rentré de sa visite à Moscou en septembre 2019 la queue entre les jambes, tous les rapports indiquant qu'il a été profondément châtié par Poutine.

Ensuite, il y a la perte de John Bolton, ancien conseiller présidentiel qui, au cours des dernières décennies, a été sur la liste de paie d'un groupe d'intérêt spécial dirigé par Israël ou d'un autre, un homme que la plupart des Étatsuniens considèrent comme le pire conseiller présidentiel, un homme qui revient toujours à la vie comme un zombie.

La réponse était simple. Israël est au bout du chemin avec l'Arabie Saoudite. L'État Islamique est vaincu et leur coopération pour soutenir l'EI contre la Syrie et l'Irak est maintenant une honte. L'Arabie Saoudite cherche maintenant la paix avec le Yémen, un désastre pour la politique régionale d'Israël de « maintenir toutes les guerres en cours ».

Pire encore, les Émirats Arabes Unis et l'Iran coopèrent désormais ouvertement à la sécurité du Golfe Persique.

Ainsi, lorsqu'un énorme complexe pétrolier saoudien a été frappé à maintes reprises lors d'une attaque de type 11 septembre, il est relativement facile de savoir qui aurait pu le faire.

Cela ne profite pas à l'Iran. Ce serait une attaque directe contre l'Arabie Saoudite et l'Iran a gagné la guerre politique, non seulement avec les Émirats Arabes Unis, mais aussi avec la Russie et l'UE, avec le soutien continu de la Chine.

L'Iran n'avait aucune raison d'attaquer.

Le Yémen est en guerre avec l'Arabie Saoudite et possède certaines capacités, mais pas ces capacités, pas pour anéantir le plus grand producteur d'argent que l'Arabie Saoudite possède. Un seul pays de la région possède le F-35, un avion conçu pour détruire les installations pétrolières.

Voyez-vous, avec la furtivité, la F-35 a ses limites. S'il opère sans autres avions, comme le bombardier F-15E, la charge de bombes limitée du F-35 n'est utile que contre des cibles qui sont vulnérables aux armes plus petites, comme les raffineries de pétrole.

Cela prouve la capacité. Je pense que nous avons suffisamment prouvé la motivation et le timing d'Israël.

Nous pouvons encore prétendre que le Yémen l'a fait et le Yémen serait heureux de s'en attribuer le mérite, sauf qu'avec le recul aucun expert militaire n'accepte que le Yémen l'ait fait.

Nous savons que, pour l'Iran, il n'y aurait pas eu de raison. L'Iran gagnait déjà.

Nous pourrions aussi chercher des analogies récentes. Pourquoi la Syrie s'est-elle tournée vers les gaz toxiques alors qu'elle se trouvait dans les dernières étapes de l'écrasement de zones contrôlées par des terroristes étroitement liés à Israël ?

Qu'est-ce qu'on dit ou qu'on ne dit peut-être pas ici ?

Ainsi, lorsque la Russie a emmené 40 membres de l'organisation des Casques blancs à La Haye pour témoigner de leur complicité dans la mise en scène de fausses attaques au gaz au nom de puissances occidentales sans nom et d'Israël, lorsque des dizaines de témoins, parents d'enfants enlevés par les Casques blancs ou médecins menacés par eux ont témoigné, la presse a passé tout cela sous silence.

À long terme, la guerre qui dure maintenant depuis deux décennies et qui implique de faux attentats terroristes, des révolutions de couleur et des méfaits politiques sans fin, au centre de tout cela se trouve Israël et ses alliés politiques qui détiennent le pouvoir aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en France grâce au soutien financier de secteurs liés à Israël, pas seulement des lobbyistes mais aussi des groupes criminels.

L'armée de faux groupes de réflexion, de politiciens corrompus et victimes de chantage, d'agents de presse, de groupes de médias en propriété exclusive et de monolithes politisés des médias sociaux garde le secret à ce sujet.

Pourtant, au bout du compte, Israël semble s'enfoncer dans le gouffre, plus détesté que jamais, plus isolé et, curieusement, de moins en moins comme un « État juif » mais plus comme un « État criminel ».

Pour prouver ce point, il suffit de se référer aux déclarations de Donald Trump sur la trahison d'Israël par les Juifs américains, des gens qui placent l'éthique avant la politique, qui placent les États-Unis avant un régime israélien brutal.

Trump appelle les Juifs étatsuniens des « traîtres ». Certains les appellent simplement Étatsuniens, comme d'autres. Il fut un temps où Israël était défendu par sa capacité à tirer parti de l'holocauste et des taches d'antisémitisme lorsque leur brutalité contre leur propre peuple était révélée.

Israël a-t-il bombardé l'Arabie Saoudite ? L'homme d'Israël qui reste « à Washington », Mike Pompeo, obtiendra-t-il la guerre qu'Israël demande, une guerre où Israël sera également détruit ?

Attendez, qui voudrait qu'Israël soit détruit pour se sauver lui-même ? Les Netanyahous sont-ils aussi « fous » que Shelly et Miriam Adelson le prétendent ?

Est-ce qu'ils « brûleraient Israël » pour se sauver de la prison pour des accusations de corruption ? Qui profite de la destruction d'Israël dans une guerre qui semble avoir commencé à exposer les intérêts d'Israël ?

Comprenez cela, il est nécessaire de penser le monde comme étant dans une phase « post-État-nation ».

Quand on fait cela, les complots sont plus faciles à comprendre et à accepter.

Source :  The Strange Case of the Burning Saudi Refineries

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter
 Se réfère à : 1 article

 Référencé par : 2 articles