La charité et le volontariat comme thérapie de choc pour un grand remplacement des services publics. Acte 3

17-09-2019 investigaction.net 11 min #161750

17 Sep 2019
Article de :  Carlos Perez

De plus en plus souvent, les missions de l'État providence sont perçues comme un fardeau qui entraîne des dépenses publiques. Ces dernières doivent être réduites drastiquement. Carlos Perez nous explique au contraire que ces dépenses sont un investissement qui augmente la plus-value d'une nation. Poursuivant sa réflexion sur la charité et le volontariat, il souligne l'importance d'un secteur non marchand qui échappe en grande partie à l'appétit des capitalistes. Et c'est bien là qu'est tout le problème... (IGA)

Le volontariat en guise de salariat ou comment tirer nos acquis vers le bas en nous faisant croire le contraire. Attention aux réformes des philanthrocapitalistes, l'enfer chez ces gens-là est pavé de bonnes intentions. Ce n'est pas un hasard si la proportion de bénévoles aux États-Unis est la plus forte au monde. La « décence ordinaire » chère à Orwell et le don de soi seraient-ils plus prononcés dans ce pays que dans le reste du monde? Bien sûr que non.

Dans les pays anglo-saxons, le don de soi et la philanthropie ont une action bien plus pragmatique et surdéterminée politiquement. Leur mission est de servir de cache-sexe à la misère sociale. Pas besoin de citer Tocqueville et Hayek, adeptes de l'ordre spontané à l'inverse de Rousseau et son contrat social, pour comprendre à quel point la charité et le mécénat sont enracinés dans l'idéologie de l'élite de ces pays. La charité et le don de soi nourrissent les sentiments que se plaisent à éprouver les riches à l'égard des pauvres. Ils pallieraient efficacement, selon ces bourgeois, les actions de l'État.

Bien qu'il a largement montré ses limites, ce mode de pensée est inscrit dans leurs Constitutions et s'est trouvé stimulé par tous les présidents des États-Unis, démocrates ou républicains. Chacun avec leurs spécificités, ils ont incité le mécénat et le volontariat contre l'État providence qui est une véritable menace pour les capitalistes et leurs représentants au pouvoir. Et ils ne se gênent pas pour le faire savoir.

« Le service citoyen n'appartient à aucun parti, aucune idéologie. C'est une idée américaine à laquelle tout Américain peut souscrire », affirma le président Clinton lors de son discours d'investiture. Se retournant vers l'ancien président Bush, il ajouta alors déplorer le peu de précédents de ce genre dans l'histoire de l'Amérique. C'est pourtant vrai, ce qui nous réunit en tant que citoyens est plus important qu'une personne, un parti, une élection, une idéologie.

Les différents présidents des États-Unis ont toujours eu en commun de détester l'État providence. Que ce soit les républicains avec leur bénévolat privé ou les démocrates avec leur bénévolat public, ils ont intégré les associations de bénévoles dans leurs programmes de politiques sociales, de santé, de logement ou d'éducation. Il faut passer par des associations caritatives bénévoles ou volontaires pour finalement ne pas financer de véritables services publics ni rétribuer correctement des salariés pour assurer les missions. En somme, chez les capitalistes et plus particulièrement chez les Anglo-saxons, la charité et les colis alimentaires doivent remplacer une vraie politique d'équité et de droits sociaux.

Réduire les dépenses publiques est un leitmotiv des capitalistes, quitte à répéter inlassablement les mêmes mensonges. Comme si la dépense dans les services sociaux, la santé, le logement ou l'éducation n'était pas un investissement dans le patrimoine utile et nécessaire qui augmente la plus-value d'une nation. Le but de la manœuvre de ces escrocs est de privatiser le bien commun, l'air, l'eau, les sols et les semences, le patrimoine public et immobilier, les routes, la santé, l'éducation... Bref, tout ce qui peut être commercialisé doit devenir la propriété de quelques multinationales. L'État doit rester subsidiaire, en dernier recours. Son rôle doit être ramené à quelques strictes fonctions régaliennes comme la police, l'armée ou la justice. Les services sociaux, eux, doivent être sous-traités à des bénévoles et des associations, tout en encourageant le mécénat privé.

Voilà ce que nous disait déjà le mouvement du solidarisme initié en France par Jean-Jacques Rousseau dans son contrat social. L'escroquerie était déjà très claire pour les militants des droits sociaux et les pauvres au 18e siècle. « Pour l'essentiel, Bouglé et Fouillée opposent à la charité une éthique des droits : « L'absolue liberté de la charité est », dit Fouillée, « un préjugé religieux et moral qui vient d'une insuffisante analyse des droits ». C'est à ce titre qu'ils s'élèvent avec vigueur contre la charité chrétienne, son injustice, ses aspects culpabilisateurs, son moralisme. Bouglé insiste sur le fait que ce sont les « déshérités » eux-mêmes qui condamnent la charité « Les déshérités qui crient « À bas Ia charité » montrent une colère farouche contre cette pourriture chrétienne qui entretient l'injustice. »

La bourgeoisie, cette classe de parasites et de prédateurs, veut nous faire croire que soutenir nos services sociaux est une gabegie qui va coûter beaucoup d'argent aux contribuables. C'est faux. C'est même tout le contraire qui se produit, les fonctionnaires sont responsables de la production de la valeur d'usage non lucrative éminemment utile à la collectivité. Le fonctionnaire ne produit pas de plus-value pour le capital marchand et pour les prédateurs, mais pour la société. La part des services non marchands augmente, ce qui est une très bonne chose, car tout n'est pas forcément à vendre. Et si la part des services marchands diminue, c'est tant mieux. Notre terre et nos vies ne sont pas à vendre.

Dans l'économie aujourd'hui, le tiers du PIB est produit en dehors de la pratique capitaliste. La fonction publique et ses services sociaux, c'est une autre façon de produire de la valeur. Pour le dire autrement, les fonctionnaires sont les producteurs de la monnaie qu'on leur paie, ils produisent l'impôt qui les finance. Les fonctionnaires socialisent déjà 45% du salaire, mais plus de 800 milliards d'euros, soit 40% du PIB relève d'une production non capitaliste 1. En gros, les 40% du PIB relèvent d'une production de valeur d'usage non lucrative produite par les fonctionnaires dans le cadre des services publics et de la sécurité sociale. Ces travailleurs ne sont pas productifs pour le capital, mais ils sont productifs pour le public, le paiement est collectif et validé socialement.

« Face à cette offensive qui vise à détricoter par tous les bouts le manteau collectif qui protège la société, tous les intellectuels dignes de ce nom devraient joindre leurs forces pour expliquer que les travailleurs dans les services non marchands sont productifs », relève l'économiste Jean-Marie Harribey 2. » Eux, qui fournissent éducation publique, santé publique, services municipaux, services dans les associations à but non lucratif, etc. produisent des choses utiles que l'on peut qualifier de valeurs d'usage. Mais ils produisent aussi de la valeur économique, qui est monétaire, bien que non marchande, et qui n'est pas un prélèvement sur la production marchande. On peut le démontrer logiquement. La part du non marchand par rapport au marchand dans la production totale augmente tendanciellement grosso modo depuis la Seconde Guerre mondiale. L'idée même qu'une part déclinante puisse financer une part croissante est un non-sens. Que faut-il en déduire ? Lesdits prélèvements obligatoires sont effectués sur un PIB déjà augmenté du fruit de l'activité non marchande, et non pas sur le seul produit marchand. »

« Les impôts et cotisations sociales sont le prix collectif, socialisé, des services non marchands. Ils jouent le même rôle que les prix des marchandises achetées et payées individuellement. La différence est que, dans un cas, la validation de l'existence et du paiement collectif de services non marchands passe par une décision politique collective démocratique (pour des besoins sociaux à satisfaire), et que, dans l'autre cas, la validation sociale passe par le marché (pour des besoins solvables, bien que tous ne le soient pas). »

La contribution des fonctionnaires à l'économie n'est absolument plus à mettre en doute, sauf pour les réformateurs qui s'aperçoivent du danger qui pourrait se généraliser à tous les secteurs. La peur de perdre des parts de profits lucratifs est la hantise des classes capitalistes et la généralisation d'un système non lucratif comme celui de la fonction publique est à tout prix ce qu'il faut éviter pour ces réformateurs.

Les fonctionnaires et leur caisse de cotisation sociale, cette grande invention révolutionnaire de la classe ouvrière, ne ponctionne pas par le profit ni par la rémunération capitaliste de la force de travail, ces deux institutions rapaces du capitalisme. Ils les remplacent pour financer une croissance non capitaliste. La collectivité investit dans ces fonctionnaires pour générer de la valeur d'usage utile socialement. Voilà la bonne façon, juste, honnête et véritablement révolutionnaire, d'appréhender cette question. Les fonctionnaires créent une valeur d'usage non lucrative socialement utile et autrement productive. C'est indispensable à l'émancipation des classes populaires en diminuant très fortement la croissance des inégalités sociales d'un pays.

Vouloir à tout prix remplacer les services sociaux par de la charité, c'est-à-dire un droit collectif par une aumône individuelle et des colis alimentaires; limiter et contraindre l'État aux seuls services régaliens en limitant le financement des services sociaux au strict minimum... C'est le propos que se sont assigné les capitalistes qui souhaitent d'une certaine manière le retour d'un État féodal et font de Germinal leur programme social.

1  cairn.info

2  liberation.fr

Source:  Investig'Action

Photo: Sky Russell

Voir les parties précédentes:

 La charité et le volontariat comme thérapie de choc pour un grand remplacement des services publics

 La charité et le volontariat comme thérapie de choc pour un grand remplacement des services publics. Acte 2

 investigaction.net

 Commenter