États-Unis: l'attaque bipartite contre le droit d'asile

14-09-2019 wsws.org 9 min #161634

Par Eric London
14 septembre 2019

Mercredi soir, la Cour suprême des États-Unis a rendu une décision qui annule une décision d'un tribunal inférieur de Californie. La décision avait bloqué la mise en œuvre de l'interdiction d'asile de Trump pour les immigrants d'Amérique centrale en attendant une décision judiciaire définitive.

La Cour suprême a reconnu la légitimité de l'argument pseudo-juridique de l'Administration selon lequel les réfugiés perdent leur droit d'asile aux États-Unis en passant par un «pays tiers sûr», conformément au droit international. Cet argument est une fiction juridique: presque tous les réfugiés d'Amérique centrale passent par le Mexique et le Guatemala, deux des pays les plus dangereux du monde en raison d'un siècle d'exploitation par l'impérialisme américain.

L'interdiction d'asile fait partie d'une campagne raciste et xénophobe qui vise explicitement à ralentir l'immigration. L'arrêt de mercredi signifie que la Cour suprême se prononcera probablement en faveur de l'administration lorsque la question lui sera soumise pour une audience complète sur le fond, cet automne ou à la fin 2020.

La décision de mercredi est une condamnation à mort pour plusieurs des centaines de milliers de réfugiés salvadoriens, guatémaltèques et honduriens et des dizaines de milliers d'autres personnes dans le monde qui fuient la guerre impérialiste, l'exploitation des entreprises et la violence gouvernementale.

Sur cette photo du 2 novembre 2018, des migrants d'El Salvador qui voyagent dans une caravane traversent le fleuve Suchiate, la frontière entre le Guatemala et le Mexique. Cela après que les autorités mexicaines leur aient dit au poste-frontière qu'ils devraient présenter des passeports et des visas par groupes de 50 pour le traitement. Craignant d'être déportés, ils ont traversé la rivière à gué pour entrer au Mexique. (AP Photo/Oscar Rivera)

Deux juges nommés par les démocrates, Stephen Breyer et Elena Kagan, se sont joints aux cinq juges nommés par les républicains pour renverser le tribunal inférieur. Ce dernier avait déclaré que l'interdiction de Trump était «arbitraire et capricieuse» et donc inconstitutionnelle.

La Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations Unies protège le droit d'asile moderne. Ratifié au lendemain de l'Holocauste nazi, on considère internationalement le «droit d'asile» indissociable du droit de ne pas être soumis à l'esclavage, à la torture et aux arrestations arbitraires. Si les droits démocratiques ont un sens quelconque, ceux dont les droits ont été violés doivent être libres de rechercher la sécurité dans d'autres pays. La classe dirigeante américaine rejette ce principe.

La décision de cinq juges républicains et de deux juges démocrates exprime une vérité fondamentale de la politique américaine. Les factions rivales de la classe dirigeante soient en profond désaccord les unes avec les autres sur les questions de politique étrangère impérialiste. Mais sur toutes les questions concernant les droits démocratiques ou sociaux, tout le spectre de l'establishment politique de la prétendue «gauche» à la droite fasciste est uni contre la population.

Jeudi après-midi, les journaux affiliés au Parti démocrate avaient déclassé l'article ou l'avaient banni de leurs premières pages en ligne, faisant ainsi écho à l'approbation des juges démocrates.

Le New York Times a banni entièrement la décision de sa première page, tandis que le Washington Post en a minimisé son importance. Il a qualifié euphémiquement la politique de Trump de «changement radical dans la façon dont le gouvernement fédéral traite ceux qui cherchent refuge aux États-Unis». En outre, il l'a qualifié de: «l'un des efforts les plus importants de l'Administration pour dissuader les migrants à la frontière sud».

Les candidats démocrates à l'élection présidentielle ont également gardé le silence sur l'arrêt de la Cour suprême. Par exemple: au moment de mettre sous presse, Alexandria Ocasio-Cortez, membre du Congrès démocrate, n'avait même pas publié un tweet pour s'y opposer. Quant à Bernie Sanders, on lui a demandé sur CNN s'il croyait que tous les demandeurs d'asile devraient avoir le droit de rester aux États-Unis, en novembre 2018. Sanders a répondu: «Non, je ne crois pas. Je pense qu'il faut l'examiner au cas par cas.»

Les Démocrates et les Républicains ont approuvé le déploiement par Trump de 5.500 soldats à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Les deux fractions ont voté en faveur du transfert unilatéral et inconstitutionnel de milliards de dollars de Trump pour construire un mur le long de la frontière. L'Administration Obama a construit de nombreux camps de concentration que Trump remplit actuellement d'enfants et de parents.

Les éléments fascistes de l'immigration et de l'application des douanes (ICE) et de la protection des douanes et des frontières (CBP) sont encouragés par l'absence d'opposition au sein de l'establishment politique. Mercredi, Newsweek a rapporté que l'ICE «est en train de construire un centre d'entraînement sui sera «l'état de l'art» pour «la guerre urbaine» et comprendra des reproductions «hyperréalistes» de maisons de Chicago et de l'Arizona.»

Après avoir déjà enfermé plus de 400.000 immigrants rien qu'en 2019, la Gestapo de l'immigration américaine se prépare à des mesures policières étatiques sans précédent. La préparation des raids de masse, vont se faire contre les immigrés bientôt, mais leur cible ultime sera l'ensemble de la population.

Newsweek écrit que les plans de l'ICE incluent la construction de quartiers à utiliser pour former des agents pour des raids de masse. Les nouveaux sites de formation comprennent des «accessoires hyperréalistes» pour simuler «des maisons résidentielles, des appartements, des hôtels, des installations gouvernementales et des bâtiments commerciaux.»

L'ICE affirme que le but d'une telle formation est de reproduire «les conditions du champ de bataille dans l'environnement d'entraînement» de telle sorte que «les participants suspendent volontairement leur non-croyance et qu'ils deviennent totalement immergés et finalement soient inoculés contre le stress». Les documents de l'ICE indiquent également que la ville et les sites d'entraînement résidentiels «enseigneront l'usage de la force et les techniques défensives avec et sans armes» pour «préparer les officiers de l'ICE à intervenir en première ligne de l'imposition des lois fédérales.»

Ces documents montrent que les plans de dictature et de guerre urbaine contre la population sont bien avancés. Les cibles de ces mesures dictatoriales incluront les travailleurs en grève et les opposants politiques du gouvernement. Cela est démontré par les poursuites soutenues par les deux grands partis contre l'éditeur de WikiLeaks, Julian Assange. Ils veulent le poursuivre sur la base de la loi sur l'espionnage. Son «crime» serait la publication des preuves de crimes de guerre américains.

Toutes les fractions de la classe dirigeante craignent la croissance de l'opposition sociale dans la classe ouvrière et considèrent la perspective de manifestations portoricaines sur le continent comme une possibilité imminente.

Pour bloquer ce mouvement émergent par le bas, la classe dirigeante s'engage dans une certaine division du travail. Trump mobilise ses auxiliaires fascistes à l'ICE et au CBP, dénonce le socialisme, menace de rester en permanence au pouvoir. Il cherche à établir une base extra-parlementaire pour une dictature où lui-même détient tout le pouvoir.

Le Parti démocrate s'est également engagé à créer le cadre de la dictature, en intensifiant la surveillance de masse et les grèves de drones sous l'administration Obama. Il n'est pas moins déterminé que Trump à réduire les impôts des sociétés, à abaisser les taux d'intérêt, à sabrer dans les programmes sociaux, à abolir les règlements sur la sécurité et l'environnement et à financer les forces armées.

Dans le même temps, les Démocrates se présentent frauduleusement comme le parti «populaire» pour désarmer et contrôler l'opposition sociale. La tâche des démagogues comme Sanders et Ocasio-Cortez est d'empêcher que l'indignation face aux inégalités sociales et aux attaques fascistes de Trump contre les immigrés ne se développe dans une direction indépendante.

En janvier 2017, il y avait les plus grandes manifestations de l'histoire des États-Unis contre l'investiture de Trump. À peine quelques semaines plus tard des manifestations de masse ont éclaté lorsque Trump a publié une proclamation qui interdisait les voyages en provenance de sept pays à majorité musulmane. Des centaines de milliers de personnes ont participé à des manifestations spontanées dans les aéroports et les centres-villes pour demander au gouvernement d'annuler sa politique dictatoriale. Les manifestants n'ont pas seulement réagi à l'interdiction de voyager, ils ont aussi fait le lien entre cette interdiction et les guerres menées par les États-Unis qui ont contraint des millions de personnes à fuir leur foyer.

Le Parti démocrate craignait d'y «perdre le récit» et craignant que les manifestations ne puissent s'appuyer sur les revendications sociales de groupes plus larges de travailleurs et de jeunes. Ainsi, il a rapidement envoyé ses représentants pour convaincre les foules de voter aux élections de mi-mandat de l'année suivante et d'avoir foi dans des poursuites judiciaires contestant l'interdiction de voyager.

Le résultat de l'intervention du Parti démocrate a été qu'en 2018, la Cour suprême a confirmé une version révisée de l'interdiction de voyager de Trump dans sa décision Trump contre Hawaii. Les Démocrates ont repris le contrôle de la Chambre des représentants, et avec la couverture gauche de nouveaux représentants comme Ocasio-Cortez, Ilhan Omar et Rashida Tlaib. Alors, la Chambre, de nouveau contrôlée par les démocrates, s'est jointe au Sénat sous contrôle républicain. Ils ont voter afin de fournir à Trump 5 milliards dollars pour financer l'ICE et le CBP et étendre les camps de concentration situés à la frontière avec le Mexique.

Le rôle des Démocrates explique ce fait politique remarquable: Trump a accompli tout ce qui figurait sur sa liste de souhaits anti-immigrants malgré l'opposition massive de la population.

Les gens perdent leur temps en fondant leur orientation politique sur l'idée que les Démocrates sont à la «gauche» de Trump et les Républicains. Appliquer des étiquettes telles que «gauche» et «droite» aux différentes factions de la classe dirigeante américaine masque leur position de classe commune. Ils sont unis dans la défense du système capitaliste et préparent une répression impitoyable contre les droits politiques et les conditions sociales de la classe ouvrière. Un mouvement contre la guerre, l'inégalité et la dictature doit tenir compte de cette vérité politique fondamentale.

(Article paru d'abord en anglais le 13 septembre 2019)

 wsws.org

 Commenter