A peine sorti du traité Inf, Washington dit avoir testé un missile d'une portée supérieure à 500 km

20-08-2019 4 articles francais.rt.com 5 min #160544

Les Etats-Unis ont annoncé avoir testé un missile conventionnel de moyenne portée dans le cadre de la création de «nouvelles armes». Un test rendu possible par leur retrait du traité de désarmement INF au début du mois.

Le Pentagone a annoncé dans un communiqué avoir testé le 18 août un missile conventionnel de moyenne portée depuis l'île de San Nicolas, au large de la Californie. Un test rendu possible par leur retrait du traité INF au début du mois d'août.

«Le missile testé a quitté sa rampe de lancement terrestre et touché avec précision sa cible après plus de 500 km de vol», a précisé le ministère américain de la Défense. «Les données recueillies et les leçons tirées de ce test donneront au ministère de la Défense les informations nécessaires au développement de nouvelles armes de moyenne portée», conclut le Pentagone dans ce très bref communiqué.

Missiles : #Gorbatchev 🇷🇺 déplore le retrait américain 🇺🇸 du traité #FNI et craint pour la sécurité mondiale#EtatsUnis #Russie #INFTreaty
➡️

Les Etats-Unis  sont sortis le 2 août du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF). Ils accusent Moscou de l'avoir violé pendant des années, prétexte utilisé par Washington pour ouvrir la voie à une nouvelle course aux armements dirigée contre la Russie, mais surtout contre la Chine.

Le jour même, le ministre de la Défense Mark Esper avait annoncé que les Etats-Unis allaient désormais accélérer le développement de nouveaux missiles sol-air. «Maintenant que nous nous sommes retirés, le ministère de la Défense va poursuivre pleinement le développement de ces missiles sol-air conventionnels dans une réponse prudente aux actions de la Russie», a-t-il expliqué.

Mark Esper avait précisé que les Américains avaient lancé en 2017 des recherches sur ces systèmes de missiles, tout en restant dans les limites du traité sur les forces nucléaires intermédiaires.

Le traité INF, qui avait permis dans les années 1980 l'élimination des missiles russes SS20 et américains Pershing, au cœur de la crise des euromissiles, abolissait l'usage de toute une série de missiles à capacité nucléaire de portée intermédiaire (de 500 à 5 500 km).

Le missile testé le 18 août est conventionnel, mais tout missile peut, par la suite, être équipé d'une tête nucléaire.

 Lire aussi : Expiration du traité INF et sécurité mondiale : l'OTAN cherche à faire porter le chapeau à la Russie

 francais.rt.com

 Commenter

Articles associés plus récents en premier
24-08-2019 wsws.org 7 min #160706

Les États-Unis intensifient leurs préparatifs en vue d'une guerre nucléaire avec la Russie et la Chine

Par Andre Damon
24 août 2019

Après s'être retirés du traité historique sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), les États-Unis se préparent à mener une guerre nucléaire avec la Chine, la Russie ou les deux, en testant et en stockant de nouvelles armes dangereuses dans une course aux armements nucléaires.

Dans une interview accordée à Fox News, le ministre de la Défense, Mark Esper, a déclaré que l'armée américaine est en train de passer d'un «conflit de faible intensité», comme la guerre en Afghanistan, à des «conflits de forte intensité contre des concurrents comme la Russie et la Chine».

21-08-2019 mondialisation.ca 4 min #160600

Les Usa ressuscitent les missiles de Comiso

Le Pentagone a annoncé avoir effectué le 18 août, dans le Pacifique, le test d'un missile de croisière (Cruise) avec base au sol. Lancé d'une plate-forme mobile sur l'île San Nicolas en Californie, il a frappé son objectif à plus de 500 km de distance. Les données recueillies dans le test -informe le Pentagone- serviront au "développement de futures capacités de missiles à moyenne portée".

21-08-2019 francais.rt.com 4 min #160596
armes
FNI

Les Etats-Unis avaient-ils préparé l'essai du nouveau missile avant la fin du traité Fni ?

Près de deux semaines après leur retrait du traité de désarmement «FNI», les Etats-Unis ont annoncé avoir procédé au test d'un missile d'une portée supérieure à 500 kilomètres. Une simultanéité qui ne doit rien au hasard selon Moscou.

Commentant le récent  test américain d'un missile conventionnel de moyenne portée depuis l'île de San Nicolas, au large de la Californie, les représentants de la diplomatie russe ont estimé qu'il s'agissait d'une opération préparée de longue date, dont seule l'annonce officielle nécessitait  le retrait de Washington du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI).