Argentine : Un pas en avant !

10-08-2019 12 articles elcorreo.eu.org 7 min #160208

Dimanche prochain (demain) les élections primaires [PASO] offrent l'occasion unique de ne pas entrer dans « le cercle le plus brûlant de l'enfer qui est réservé à ceux qui dans des temps de crise morale optent pour la neutralité » et d'initier le processus de changement du fléau qui détruit l'Argentine depuis le 10 décembre 2015.

La catastrophe économique, sociale, institutionnelle, politique et culturelle du macrisme doit être freinée avant qu'il ne soit trop tard et le recul intégral et la décomposition de la société argentine croise une ligne fatidique de non retour qui condamne les générations suivantes à vivre dans un pays cruellement injuste et, surtout, sans avenir. La clique gouvernante a mis en marche un plan dont le succès, pour ses mentors et ses exécuteurs, est indubitable : avec fureur et ils ont méthodiquement pillé l'Argentine (puisque cela fut ce qu'ils sont venus faire) et si pour le pays ce fut une catastrophe, pour eux ce fut une bénédiction.

Ils se sont enrichis comme jamais et en peu de temps, tandis qu'ils plongeaient le reste dans la pauvreté, l'exclusion sociale et le désespoir. Les couches moyennes ont vu s'écrouler leur niveau de vie et évaporées leurs aspirations de progrès en même temps que les classes et les couches populaires plongeaient dans la misère. S'est aussi accrue l'impuissance des jeunes générations et des citoyens anciens, victimes d'un génocide social lent : la privation de vaccins et d'aliments pour les enfants et de remèdes, d'attention médicale et autres besoins essentiels pour les plus adultes plus âgées, voilà un génocide social soigneusement planifié. Une économie qui ne croit pas mais, qui au lieu, fait des fortunes fabuleuses pour les plus riches.

Les statistiques récentes montrent comment se sont enrichis les pontes du régime et leurs acolytes en même temps qu'elles illustrent comment ont augmenté la pauvreté et la chute des salaires réels et les retraites, c'est une photographie obscène et effrayante, c'est celle qui reflète d'une manière diaphane ce qu'est le capitalisme : une machine à fabriquer des pauvres et indigents, à produire de l'injustice, à favoriser les riches et les puissants et à opprimer les autres, en ayant recours à la manipulation « masse-mediatique » et, aussi, avec l'éloquence dissuasive des balles. On peut seulement tempérer ce vrai holocauste social s'il y a un gouvernement et un Etat qui fixent les règles qui mettent fin à ce larcin institutionnalisé.

Bien sûr que pour que cela se termine, il faudra aller beaucoup plus loin et avancer vers un horizon post-capitaliste, comme peu à peu, le font quelques pays nordiques où la santé, les médicaments, l'éducation et la sécurité sociale ont arrêté d'être des articles qui se vendent à un prix scandaleux pour devenir des droits universels. Ou comme le fait, dans notre région, ce Cuba traqué qui malgré soixante ans de harcèlement, continue d'avoir les meilleurs indices de santé publique de la région et presque du monde entier. Par conséquent, personne ne parle ici des « utopies » irréalisables. Si existent la force politique et la volonté nécessaires, on peut obtenir tout cela dans un délai historiquement bref.

C'est pourquoi ce dimanche (demain) il ne doit y avoir aucune confusion : il sera décisif d'administrer un échec contondant au macrisme, et de se préparer de cette façon à une victoire sans appel au premier tour qui aura lieu le 27 octobre. Pour cela il faudra concevoir notre vote de ce dimanche comme un instrument de lutte ; comme l'élémentaire fronde de David qui a renversé l'imposant et arrogant Goliath.Si nous rassemblons notre soutien à l'unique formule réelle de rechange du macrisme, le Frente de Todos (parce qu'il est déjà évident qu'aucun autre peut le faire) nous ferions un énorme pas en avant.

Et si en octobre nous arrivions à triompher nous devrions promouvoir tout de suite l'organisation et la conscientisation du secteur populaire pour que le nouveau gouvernement avance dans la direction correcte, sujet que j'aborderai dans une autre occasion. Si au contraire l'élection se termine avec un résultat incertain la machinerie de l'empire et ses acolytes locaux rendront très difficile, pour ne pas dire impossible, de prendre le dessus dans le ballottage.

Par conséquent la grande bataille se livrera ce dimanche. Et cela exige de laisser de côté tout particularisme, de nous libérer de tout narcissisme partisan et de faction et de reléguer les discussions de fond pour le moment où nous serons libérer de la peste macriste. Comme l'histoire médiévale l'enseigne, on ne discute pas des futurs possibles quand un petit village est attaqué par la peste bubonique et ses habitants sont enfermés dans leurs propres maisons. C'est la situation de l'Argentine aujourd'hui, si vous me permettez cette lugubre comparaison.

Finissons en donc avec la peste et asseyons-nous ensuite pour discuter à fond et sans anesthésie de comment reconstruire par des voies non capitalistes, et vers un horizon non capitaliste, une Argentine déchirée par le pillage macriste. Et ici personne ne peut faire le Ponce Pilate et se laver les mains, ou chercher refuge dans la catharsis de l'auto aide politique en se réfugiant dans la certitude présumée du dogme. Comme le rappelle Dante dans La Divine Comédie, « le cercle le plus brûlant de l'enfer est réservé à ceux qui dans des temps de crise morale optent pour la neutralité ». Personne ne devrait tomber ce dimanche dans cette tentation malsaine. Apprenons de ce qui nous est arrivé en novembre 2015.

Atilio Borón* pour son blog  Atilio Borón

 Atilio Borón, Buenos Aires, le 10 août 2019

Traduit de l'espagnol pour  El Correo de la Diaspora par : Estelle et Carlos Debiasi

 El Correo de la Diaspora. Paris, le 10 août 2019

Cette création par  elcorreo.eu.org est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported. Basée sur une œuvre de www.elcorreo.eu.org.

 elcorreo.eu.org

 Commenter

Articles associés plus récents en premier
24-08-2019 legrandsoir.info 15 min #160708

Election présidentielle en Argentine en 2019 : est-ce l'année où la gauche latino-américaine lance une contre-offensive ?

Fiona EDWARDS

La perspective d'une victoire électorale de la gauche cet automne en Argentine, l'un des pays les plus importants et les plus influents d'Amérique latine, donne un élan significatif aux mouvements de gauche et progressistes dans toute la région. La forte probabilité d'une victoire pour le ticket de gauche d'Alberto Fernandez et Cristina Fernandez de Kirchner soulève également la question suivante : 2019 marquera-t-elle le début d'une contre-offensive de gauche en Amérique latine qui voit la gauche repousser l'offensive de droite américaine qui a mis la " marée rose " sur la défensive pendant les cinq années passées ?

22-08-2019 elcorreo.eu.org 7 min #160617

L'unique vérité est la réalité

La victoire de l'opposition aux primaires argentines va au-delà de ce simple fait. C'est le triomphe de la perception de la réalité des citoyens contre ceux qui n'ont pas réussi à les tromper par le biais d'une ingénierie communicationnelle. Cette réflexion est valable pour toute démocratie sous influence du marketing politique à travers le monde, à commencer par l'Europe. Carlos Debiasi

Par Lucas Zalduendo

21-08-2019 elcorreo.eu.org 15 min #160603

Qui est coupable de la crise économique en Argentine ?

Les argentins se souviennent du rôle joué par le Fonds Monétaire International (FMI) dans la dernière récession. Ils se rappellent aussi comment s'est améliorée leur vie avec le kirchnerisme...

Que suppose t-on que nous devions déduire des résultats surprenants des primaires qui ont eu lieu en Argentine le 11 août 2019 qui ont secoué sondeurs et analystes de la même façon et ont agité les marchés financiers du pays ? Dans les élections primaires de l'élection présidentielle, en octobre, le candidat de l'opposition Alberto Fernández a battu le président Mauricio Macri par une marge inespérée de 15,6%.

18-08-2019 reseauinternational.net 8 min #160482

Quel est l'avenir de l'accord du Fmi en Argentine ?

L'institution financière doit encore débourser environ 17 milliards de dollars en vertu de l'accord signé avec le gouvernement Macri. La nouvelle réalité politique et économique après les élections primaires soulève des questions.

Au milieu d'un processus d'élections générales qui devrait culminer avec l'arrivée probable d'un nouveau gouvernement à la Casa Rosada de Buenos Aires, le Fonds Monétaire International (FMI) doit encore débourser environ 17 milliards de dollars dans le cadre de l'accord signé avec l'Argentine.

16-08-2019 elcorreo.eu.org 9 min #160425

L'Argentine en état de mobilisation permanente...

La victoire éclatante du Frente de Todos (FdT) lors des Primaires, Ouvertes, Simultanées et Obligatoires (PASO) du 11 août 2019 en Argentine est un fait très important et décisif pour la vie politique du peuple argentin et de même dans la perspective de Notre Amérique à l'étape historique que nous vivons, marquée par un impérialisme étasunien affaibli qui essayant de restaurer vainement son hégémonie mondiale perdue l n'a de cesse d'attaquer ses adversaires actuels et futurs par tous les moyens à sa portée, et en particulier à travers le monopole qu'il exerce sur le système monétaire qui domine les finances et le commerce mondial.

16-08-2019 reseauinternational.net 8 min #160418

La défaite n'a pas seulement été celle de Macri, mais aussi celle du néolibéralisme et du Fmi. Comment sortir de ce bourbier ?

par Aram Aharonian.

La défaite du modèle de restauration néolibérale du Fonds Monétaire International et des politiques américaines, mené en Argentine par le gouvernement de Mauricio Macri, ouvre la possibilité de nouvelles voies dans une région où l'imaginaire collectif d'un prétendu échec des gouvernements progressistes a été imposée.

Le néolibéralisme tremble avant les prochaines élections en Uruguay et en Bolivie, qui pourraient mettre fin à la fête programmée depuis Washington.

16-08-2019 reseauinternational.net 6 min #160417

Macri et Trump : battus par K.o.

par Atilio Boron.

Connaissant les résultats des élections primaires de dimanche dernier, j'ai publié un tweet dans lequel je disais que les deux grands perdants avaient été Mauricio Macri et Donald Trump.

En fait, Trump a soutenu le gouvernement argentin de toutes ses forces. Je l'ai dit de toutes les manières et en d'innombrables - parfois importantes - occasions. De plus, il a ordonné à ses lieutenants du Fonds Monétaire International (rappelez-vous que selon Zbigniew Brzezinski, le FMI et la Banque Mondiale sont des « extensions du Département du Trésor ») de soutenir le gouvernement Macri et sa réélection en accordant à l'Argentine une aide financière de l'ordre de 57 milliards de dollars.

15-08-2019 elcorreo.eu.org 6 min #160357

Brésiliens, luttez comme les argentins !

Le résultat du PASO [primaires] a donné une nouvelle âme au troisième tsunami pour l'Éducation annoncé pour aujourd'hui dans tout Brésil. La baffe électorale de dimanche dernier donnée au néolibéralisme est vue comme le début d'une réponse de la région à la nouvelle extrême droite qui a émergé dans plusieurs pays. Il est nécessaire de clarifier que c'était Macri et Bolsonaro qui depuis le commencement se sont mutuellement identifiés comme porteurs d'un même projet politique.

14-08-2019 legrandsoir.info 4 min #160324

Vent d'espoir en Argentine

République sociale

Président ultra-libéral et allié inconditionnel des Etats-Unis, Mauricio Macri, en poste depuis le 10 décembre 2015 vient de subir une cuisante défaite, porteuse d'espoir pour tous ceux ayant souffert de sa politique depuis son élection. A l'occasion des primaires, obligatoires pour ceux et celles souhaitant être candidats aux élections générales, dont le premier tour aura lieu le 27 octobre prochain, et qui constituent un réel sondage grandeur nature, le président argentin est arrivé loin derrière le Frente de Todos.

14-08-2019 tlaxcala-int.org 4 min #160322

Aujourd'hui plus que jamais, l'Argentine

14-08-2019 mondialisation.ca 9 min #160318

Élections argentines, les affections et la classe populaire

Une formule d'unité, une découverte transformée en expérience collective d'articulation plus l'enthousiasme et la conviction militante, furent des facteurs décisifs pour le triomphe dans la confrontation électoral du dimanche 11 août.

Le résultat des élections nationales réalisées le 27 octobre 2015 (37,08 % pour le Frente por la Victoria et 34,15 % pour Cambiemos), avaient produit un choc, avec un effet traumatisant chez les votants du Frente.

 Se réfère à : 1 article