Disparition de Julian Assange : Alerte, Indignation et Exigence de décence

20-07-2019 blogs.mediapart.fr 5 min #159398

Lecteurs et Contacts de Mediapart, rédacteurs et responsables de Mediapart,

L'heure est grave. Cette alerte vous est lancée au nom du collectif-Édition Libérez Assange Éthiques & Medias, ainsi que de plusieurs initiateurs du collectif citoyen WikiJustice qui compte plus de 300 signataires de tous milieux, y compris des avocats et un juge belge reconnu.

Nous serons clairs et sans ambages : objectivement, le traitement du cas Assange par Mediapart est une honte. Son traitement par les entreprises de presse et d'audiovisuel français dans leur ensemble est une infamie ; le travail et les recoupements informatifs d'une masse de citoyens nous permettent de poser ces deux affirmations.

En outre, depuis six semaines les avocats de Julian Assange n'ont aucune nouvelle de lui. La condamnation morale de Julian Assange par Edwy Plenel (*), aussi infondée soit-elle, laissait planer l'espoir d'une défense au rabais au nom de la « liberté de la presse ». Nous citoyens voyons notre liberté d'informer et de s'informer mise en danger comme jamais au cours de notre courte vie, nos droits les plus fondamentaux menacés au travers du sort de Julian Assange qu'il subit sur le sol européen. Pourtant, le silence radio de mediapart est total sur la caractérisation de "torture psychologique" prononcée par le rapporteur à l'ONU Niels Melzer (le relais de l'agence Reuters, version édulcorée et peu lue, n'a aucune valeur en l'occurence) ; votre silence n'est pas moins assourdissant quant à l'absence de signes de vie de Julian Assange depuis 6 semaines.

Une somme d'éléments nous laisse penser qu'il est à minima torturé avec une intensité accrue, et qu'il n'est plus à la prison de Belmarsh. Notre billet «  Où est Julian Assange, chantres de la « liberté de la presse » ? » tout juste publié ne dévoile qu'une partie de ces éléments.

Le silence de mediapart résonne (oxymore) grandement avec son reporting ZÉRO POINTÉ des évènements du 14 Juillet, où nombre de citoyens se sont fait éjecter du défilé pour port de ballon jaune. C'est la liberté d'expression la plus nue qui est censurée par le « pouvoir » français. Nous attendons de mediapart qu'il mette ceci en lien avec par exemple, l'article 12.1 du code pénal. En somme, que les journalistes et éditorialistes fassent leur boulot.

Malheureusement, une femme a perdu un oeil, un homme a subi une crise cardiaque... Mais ceux qui ont vécu à Paris ce 14 Juillet ont le sentiment d'avoir assisté à la première célébration populaire de la chute de la Bastille, tant la police a été débordée par l'enthousiasme pacifiste et généreux des indignés présents. L'indifférence du journal sur cette journée vous éloigne un peu plus encore de la décence commune exprimée au sein de notre population.

Il est de toute première instance et urgence que Mediapart informe ses lecteurs sur la situation actuelle de Julian Assange.

En cette heure où la censure des comptes Facebook et twitter prolifère (celui de Unity4J par exemple, comme Roger Waters des Pink Floyd en a témoigné), nous scrutons de pied ferme vos publications à venir.

Nous informons en outre les citoyens ici adressés que le collectif WikiJustice s'est créé sur la base d'un texte qui devrait faire pâlir de honte la quasi-totalité des responsables journalistes français qui laissent se faire ou organisent la cabale politico-médiatique. Traité sur le plan légal, ce texte est complémentaire de notre édition centrée sur l'éthique et les medias. Nous vous invitons à lire le texte de Wikijustice, à devenir signataires en envoyant par mail vos noms et qualités, à l'adresse [wikijusticejulianassange@gmail.com.] Cette signature est publique et engage ses signataires.  Le texte inaugural se trouve par exemple ici (le choix du site est inopiné ; pour sûr, il craint moins la censure hors Facebook où WikiJustice publie).

Vous pouvez aussi  devenir signataires de notre édition ici, même si c'est d'importance moindre par rapport à WikiJustice qui est très en lien à l'international et très actif sur le terrain.

En nous excusant de cette intrusion que d'aucuns pourraient juger déplacée, nous vous demandons de ne pas faire de réponse directe afin de ne pas encombrer les boites de réception. Toute réponse en message privé à basicblog est bienvenue ; je les relaierais à nos collectifs.

Très impatiemment,

Le collectif LA.E&M avec les citoyens informés de WikiJustice.

 blogs.mediapart.fr

 Commenter