Une monnaie parallèle en Italie...

18-07-2019 lesakerfrancophone.fr 9 min #159315

... Le début de la fin pour l'Euro ?

Par Valentin Katasonov − Le 8 juillet 2019 − Source Katehon

Bruxelles essaie de punir Rome pour son indiscipline budgétaire, mais risque de rencontrer une réponse très efficace.

Récemment, la Grèce a été le principal casse-tête des responsables de l'Union européenne. En 2015, elle était sur le point de faire défaut sur les prêts du FMI et était même prête à quitter la zone euro. Mais depuis l'année dernière, l'Italie a pris sa place. Premièrement, en raison de la détérioration de la situation financière de ce pays du sud de l'Europe et, deuxièmement, du fait que des sceptiques européens sont arrivés au pouvoir dans le pays, qui a commencé à se redresser avec confiance et même, selon des responsables européens, avec un air de défi.

Les relations entre Bruxelles et Rome ont atteint un point d'ébullition au début de cet été. Le 5 juin, la Commission européenne a annoncé le lancement de procédures visant à imposer des sanctions à l'Italie en raison de l'incapacité de son gouvernement à mettre en œuvre les recommandations relatives à l'amélioration du système financier et, surtout, à la réduction du déficit budgétaire et de la dette extérieure. L'essence des sanctions est que Bruxelles a l'intention de prendre sous son contrôle direct le processus budgétaire en Italie. Cela n'est jamais arrivé dans toute l'histoire de l'Union européenne.

Selon l'UE, la dette extérieure de l'Italie représentait l'an dernier 132,2% du PIB ; elle passera à 133,7% en 2019 et un an plus tard à 135,2%. Dans le même temps, la limite fixée par les accords de Maastricht est de 60%. Le déficit du budget italien par rapport au PIB pour l'année en cours a été estimé à 2,4% et, ensuite, revu à 3,5% - le niveau toléré dans la zone euro est de 3%. L'histoire de l'Union européenne a déjà connu d'importants écarts, mais aucune amende ni sanction n'a été retenue.

Les experts prédisent que Rome ne paiera pas d'amende - le montant estimé est de 3 à 4 milliards d'euros - car cela aggraverait la situation financière déjà difficile en Italie. Et les fonctionnaires de Rome ne permettront pas aux fonctionnaires européens de participer au processus budgétaire en Italie, car cela signifierait que le pays est sous contrôle externe direct.

Rome tente de restaurer sa souveraineté monétaire

On ne peut pas s'attendre à des mouvements trop vifs de Rome - aucun moyen de sortir de la zone euro, ni même de l'Union européenne. Dans le même temps, il est également inconfortable pour Rome de rester dans la zone euro avec une monnaie unique, car sans centre émetteur à part entière créant sa propre monnaie, il est extrêmement difficile pour le gouvernement de sortir de la stagnation économique permanente.

Jusqu'à la fin des années 1990 - tant que le pays maintenait sa souveraineté monétaire et n'avait pas encore l'euro - l'Italie était l'un des États les plus dynamiques de l'Union européenne. Mais au cours des vingt années passées dans la zone euro, le PIB du pays est resté inchangé, la croissance économique s'est avérée nulle. On dit qu'il s'agit du pire indicateur parmi tous les pays d'Europe continentale.

L'année dernière, de manière inattendue, l'idée est venue à l'esprit des insurgés eurosceptiques européens d'un complément, pour remplacer progressivement l'euro officiel par un substitut monétaire qui serait créé par les autorités italiennes. Un tel substitut à l'argent s'appelait «BOT». Ceci est une abréviation de Buoni Ordinari del Tesoro, qui se traduit par «obligations ordinaires du Trésor». Parfois, les auteurs de l'idée d'un tel substitut à l'argent l'appellent « Mini-BOT ». «Mini» signifie que la valeur nominale des nouveaux titres de créance est bien inférieure à la valeur des bons du Trésor ordinaires - à peine cent euros.

L'idée du BOT n'est pas née en Italie de toutes pièces. Ainsi, avant même que les euro-sceptiques n'arrivent au pouvoir en Italie, un groupe d'économistes avait pris l'initiative de créer une monnaie électronique parallèle appelée Jewro, transformant le système financier italien en un système à deux étages. L'euro serait resté au plus haut niveau - les règlements mutuels entre les grandes entreprises, ainsi qu'entre celles-ci et l'État - et se serait transformé en un instrument exclusivement compensateur. Quant au « dzhevro », il concernerait le secteur de la consommation et les autres transactions quotidiennes. Mais le projet « dzhevro » était clairement en contradiction avec la législation européenne interdisant l'introduction de monnaie parallèle.

Le BOT comme camouflage de la lire italienne

En ce qui concerne l'outil BOT, le gouvernement italien veut faire d'une pierre deux coups.

Premièrement, rembourser la dette publique de 52 milliards d'euros aux entreprises nationales et aux ménages possédant ces papiers.

Deuxièmement, les entreprises et les citoyens du pays pourront utiliser ces fonds, principalement pour payer leurs impôts. En outre, l'utilisation du BOT pour les paiements de biens et de services n'est pas exclue si, bien entendu, les vendeurs l'acceptent. Dans le même temps, les partisans de l'idée du BOT sont convaincus que le nouvel instrument ne relève pas de la définition de la monnaie de remplacement interdite dans l'Union européenne.

Même si, pour une raison quelconque, le BOT ne sera pas utilisé comme moyen d'achat de biens et de services - il s'agit toujours d'argent bien réel - mais servira uniquement à payer des impôts, l'effet positif sur l'économie sera évident. Le BOT permettra aux entreprises et aux citoyens de réaliser des économies « réelles » (en euros), augmentant ainsi la demande solvable et stimulant la production. Avec le temps, au fur et à mesure que les partisans du BOT sembleront optimistes, cet outil pourrait supplanter l'euro dans la circulation monétaire intérieure italienne.

Maintenant, ils se souviennent que l'un des principaux sceptiques et dirigeants de la coalition italienne au pouvoir, Matteo Salvini (Ligue du Nord), a déclaré directement lors de la campagne électorale que « un vote pour son parti est un vote pour le refus de l'euro et un retour à la monnaie nationale ».

Certains observateurs et experts estiment que, par le biais du BOT, l'Italie réalisera une sortie «en douceur» de la zone euro. À un moment donné, un instrument financier modeste au nom inexpressif de «Mini-BOT» peut se transformer en une bonne vieille lire italienne dont au moins la moitié des habitants du pays sont nostalgiques. En Italie, la brochure intitulée Mini-BOT : Démocratie et Souveraineté, écrite par Claudio Borgi (Borghi), président de la Commission du budget au parlement du pays, est maintenant très populaire. L'auteur a qualifié ces BOT de « roue de secours qui simplifiera grandement le passage possible à la monnaie nationale ».

La réaction douloureuse des fonctionnaires européens

Début juin, le Parlement italien a soutenu avec enthousiasme et à l'unanimité la proposition de la « Ligue du Nord » visant à « étudier la possibilité d'introduire » le BOT. Une telle initiative a provoqué une réaction nerveuse à Bruxelles et à Francfort-sur-le-Main, siège de la Banque centrale européenne. Le président de la BCE, Mario Draghi, a commenté l'initiative italienne comme suit :

Le Mini-BOT est soit de l'argent illégal, soit des titres de créance, en raison desquels le volume de la dette publique augmentera en violation de la réglementation de l'UE. Je ne pense pas qu'il existe une troisième option.

L'action spectaculaire de Claudio Borgi, déjà mentionné, a ravivé le feu. Il a tweeté un nouveau lien avec un portrait du fondateur de la compagnie pétrolière italienne ENI, Enrico Mattei (1906-1962). Après tout, Mattei est considéré comme un symbole de la lutte pour la souveraineté économique de l'Italie. Créé par lui après la Seconde Guerre mondiale, ENI affaiblit et détruisit, de l'avis de nombreux Italiens, le cartel international du pétrole, qui regroupait les plus grandes compagnies pétrolières américaines et britanniques (« les sept sœurs »). Mattei est décédé dans un accident d'avion et les Italiens sont convaincus qu'il a été assassiné par les agences de renseignement américano-britanniques sur ordre des « sept sœurs ».

Certains Italiens ont déjà adopté le nouvel argent comme outil de lutte contre l'impérialisme à Bruxelles.

Le BOT peut faire exploser la zone euro et l'Italie

Le Parlement italien prépare déjà un projet de loi visant à introduire le Mini-BOT dans le pays. Les experts estiment que le but est d'obliger Bruxelles à renoncer à ses sanctions contre Rome - amendes et gestion directe du processus budgétaire. Des scénarios de développements futurs possibles dans les relations Rome-Bruxelles sont déjà en discussion, l'option de réussite dans la mise en œuvre du projet Mini-BOT est en cours de calcul. Il ne fait aucun doute que, dans ce cas, le projet deviendra un exemple contagieux pour certains autres pays de la zone euro en difficulté, principalement pour la Grèce, le Portugal et l'Espagne. Les positions en euro vont s'affaiblir.

Dans une étude récente, la Bundesbank a averti que si l'Italie se retirait de la zone euro et faisait défaut sur ses dettes envers la BCE - et le nouveau gouvernement italien a déjà menacé de le faire - un effet domino et d'autres défaillances similaires pourraient se produire en Espagne et au Portugal. En conséquence, le bilan de la BCE va connaître un trou d'environ mille milliards de dollars, que vous devrez compenser avec tout votre propre capital, ainsi que faire des retraits importants des banques centrales de la zone euro.

Bien sûr, il y a une opposition au projet BOT, en Italie même, contre le nouvel instrument financier, en particulier le ministre italien de l'économie, Giuseppe Tria.

Le Premier ministre italien Giuseppe Conte, qui est constamment en conflit avec les représentants des eurosceptiques - la Ligue et les Cinq étoiles - a directement menacé de démissionner si le projet BOT était approuvé par le Parlement. Cela signifiera l'effondrement du gouvernement et de nouvelles élections, ce avec quoi tous les membres de la coalition ne sont pas d'accord. De manière générale, cet été, l'Italie sera apparemment l'épicentre de l'instabilité dans la zone euro et dans l'ensemble de l'Union européenne.

Valentin Katasonov

Traduit par jj, relu par San pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter