Les Royal Marines s'emparent d'un pétrolier iranien sous les ordres des États-Unis

08-07-2019 31 articles wsws.org 7 min #158842

Par Chris Marsden
8 juillet 2019

La saisie par la Grande-Bretagne d'un superpétrolier iranien transportant 2 millions de barils de pétrole est un acte de piraterie et une escalade majeure des tensions qui menace de dégénérer. Elle a été menée à la demande des États-Unis dans le cadre de la campagne de provocations militaires et de sabotage économique contre Téhéran.

Un détachement de près de 30 soldats britanniques, y compris des Marines du 42 Commando, a fait une descente sur le pétrolier Grace 1, avec la police de Gibraltar, l'affleurement rocheux saisi par la Grande-Bretagne après la guerre de Succession d'Espagne sous la Paix d'Utrecht en 1713, stratégiquement placé pour contrôler l'accès à la mer Méditerranée.

Le Royaume-Uni a déclaré qu'il avait saisi le navire pour empêcher l'Iran de violer les sanctions contre la Syrie.

L'opération militaire de jeudi matin a consisté en une descente à la corde à partir d'un hélicoptère Wildcat et en un embarquement à bord d'un hors-bord. Grace 1 traversait le détroit de Gibraltar. Il a été identifiée par Lloyd's List comme ayant commencé son voyage depuis l'Iran et était contrôlé par Russian Titan Shipping, une filiale de TNC Gulf à Dubaï. Depuis, l'Iran a déclaré qu'il en était propriétaire.

Les 28 membres de l'équipage étaient pour la plupart des ressortissants indiens.

Lloyds List affirme qu'il s'agit du premier pétrolier transportant du pétrole iranien à se rendre en Europe cette année. Il représente une perte importante pour un pays frappé par les sanctions américaines globales et les sanctions économiques plus ciblées de l'Union européenne. En avril 2018, l'Iran a expédié 2,5 millions de barils par jour, qui sont tombés à environ 300.000 barils par jour en juin de cette année, selon Al Jazeera. D'autres sources affirment que l'Iran n'exporte actuellement que 200.000 b/j et qu'il doit en expédier au moins 600.000 pour éviter une crise économique.

Téhéran a répondu en convoquant l'ambassadeur de Grande-Bretagne auprès de son ministère des Affaires étrangères pour expliquer ce qu'il a décrit comme une «saisie illégale». Une déclaration iranienne «demande la libération immédiate du pétrolier, étant donné qu'il a été saisi à la demande des États-Unis, sur la base des informations actuellement disponibles».

Le commentaire le plus important est venu de Mohsen Rezai, ancien chef des Gardiens de la révolution en Iran et membre d'un conseil qui conseille le Guide suprême, l'Ayatollah Khamenei. Il a dit que l'Iran répondrait aux brutes «sans hésitation». Il a averti dans un tweet, «Si la Grande-Bretagne ne libère pas le pétrolier iranien, il est du devoir des autorités de saisir un pétrolier britannique».

L'ambassadeur du Royaume-Uni, Rob Macaire, a réitéré la position britannique selon laquelle le navire avait été saisi à la demande des «autorités gibraltariennes pour faire appliquer les sanctions contre le régime de Bachar al-Assad». Le ministère de la Défense a également insisté pour que les troupes britanniques agissent sous la direction de la police de Gibraltar.

Fabian Picardo, ministre en chef de Gibraltar, a ajouté que «nous avons des raisons de croire que le Grace 1 transportait son chargement de pétrole brut à la raffinerie de Banyas en Syrie... propriété d'une entité qui fait l'objet de sanctions de l'Union européenne contre la Syrie».

C'est un mensonge à la fois transparent et stupide. Gibraltar, qui compte un peu plus de 30.000 habitants, est aussi capable d'agir indépendamment qu'une souris dans une cage.

Le ministre espagnol des Affaires étrangères par intérim, Josep Borrell, a déclaré que Gibraltar s'était emparé de Grace 1 en réponse à une demande des États-Unis à la Grande-Bretagne. El Pais a rapporté que Borrell, du Parti socialiste (PSOE), a déclaré que les services de renseignement américains avaient laissé entendre que le superpétrolier se trouvait dans les eaux territoriales britanniques. Madrid va maintenant se plaindre officiellement d'une incursion britannique dans les eaux espagnoles, Borrell, le candidat de l'UE au poste de Haut Représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, déclarant: «Nous analysons la situation et voyons comment elle affecte notre souveraineté».

Le conseiller de Donald Trump pour la sécurité nationale, John Bolton, a tweeté, «Excellente nouvelle: le Royaume-Uni a arrêté le superpétrolier Grace I chargé de pétrole iranien à destination de la Syrie, en violation des sanctions de l'UE. L'Amérique et nos alliés continueront d'empêcher les régimes de Téhéran et de Damas de profiter de ce commerce illicite.»

Il est difficile d'évaluer l'importance du conflit entre le Royaume-Uni et l'Espagne, étant donné les tensions constantes au sujet de Gibraltar et le degré auquel l'Espagne souhaiterait un jour s'opposer aux États-Unis. De plus, une source diplomatique espagnole a déclaré: «L'Espagne ne voulait pas s'en mêler parce qu'il s'agissait de respecter les sanctions de l'Union européenne.»

Néanmoins, la Grande-Bretagne joue le rôle qu'elle a choisi en tant qu'allié militaire impérialiste le plus loyal de l'Amérique - une position rendue plus impérative par la date limite pour le retrait du Royaume-Uni de l'UE en octobre.

C'est certainement la première fois qu'un État membre de l'UE saisit un pétrolier iranien en mer et l'UE s'est jusqu'à présent efforcée de maintenir en vie le plan d'action global conjoint (JCPOA) de 2015, conclu entre Téhéran, les États-Unis, la Chine, la Russie, la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne, qui limite à 300 kg le stock d'uranium du pays après le retrait par Trump, l'année dernière, du soutien américain.

L'accord connaît de graves difficultés, le président iranien Hassan Rouhani avertissant mercredi que Téhéran réagirait à l'agression américaine qui pousserait le Moyen-Orient au bord de la guerre en augmentant son enrichissement d'uranium à «la quantité que nous voulons» après le 7 juillet.

M. Rouhani a déclaré que l'Iran avait retiré le cœur du réacteur Arak et l'avait rempli de ciment en janvier 2016, mais si les signataires restants de l'accord de 2015 ne défiaient pas les États-Unis et fonctionnaient selon «le programme et le calendrier de tous les engagements que vous nous avez donnés, nous allons remettre le réacteur Arak à son état antérieur».

L'Iran ne réduirait ses stocks d'uranium enrichi que si la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne, la Russie et la Chine honoraient leurs engagements.

Le Royaume-Uni cherche clairement à renforcer la détermination de l'UE à affronter l'Iran au nom de Washington. Picardo de Gibraltar a déclaré qu'il avait «écrit ce matin aux présidents de la Commission européenne et du Conseil, exposant les détails des sanctions que nous avons appliquées», tandis que des sources diplomatiques britanniques ont déclaré à El Pais qu'elles sont convaincues que Madrid et Londres travaillent dans le même but, à savoir faire respecter les sanctions de l'UE contre la Syrie: «Cela a été fait dans le respect du droit international, et nous n'avons aucun doute que le gouvernement espagnol soutient également le régime de sanctions, même si nous admettons que les deux gouvernements ont encore un différend en suspens concernant le territoire de Gibraltar.

L'exécutif de l'UE a refusé de commenter jeudi, affirmant que la mise en œuvre des sanctions relevait de la compétence des États membres.

Quel que soit le niveau des désaccords entre les États-Unis et l'Europe, le danger de guerre ne cesse de croître. Et aucune puissance impérialiste ne peut se voir confier la tâche de s'y opposer. La «prudence» de l'Europe n'est rien d'autre que le reflet de sa faiblesse militaire face aux États-Unis et de sa crainte d'être mise à l'écart dans le Moyen-Orient riche en pétrole. Mais sa réponse sera de chercher à renforcer sa main contre Washington et Wall Street - en fin de compte par le réarmement et la création d'une armée européenne. Une guerre catastrophique au Moyen-Orient entraîne le danger d'une guerre mondiale. Elle ne peut être arrêtée que par l'intervention sociale et politique indépendante de la classe ouvrière.

(Article paru en anglais le 6 juillet 2019)

 wsws.org

 Commenter

Articles associés plus récents en premier
11-08-2019 reseauinternational.net 8 min #160238

Israël dans le Golfe Persique, c'est un pas assuré vers la guerre !

par Abdel Bari Atwan

La dernière chose dont l'Arabie Saoudite et ses acolytes ont besoin, c'est de la « protection » israélienne.

L'inclusion d'Israël dans l'alliance régionale formée par les États-Unis dans le but de protéger les navires dans le Golfe et le détroit d'Hormuz, est un grand pas en avant dans le processus de normalisation rampant entre Israël et la plupart des États arabes du Golfe.

08-08-2019 les-crises.fr 23 min #160116

Empêcher la guerre de Trump contre l'Iran : un plan simple en 4 étapes que les médias américains doivent suivre. Par Mehdi Hasan

Source :  The Intercept, Mehdi Hasan,

Décollage d'un [chasseur] F/A-18E Super Hornet depuis le pont d'envol de l'USS Abraham Lincoln le 10 mai 2019 en Mer Rouge. Les tensions avec l'Iran s'étant récemment ravivées, le porte-avions d'attaque Abraham Lincoln a été déployé par le U.S. Central Command [Centre de commandement responsable des opérations militaires des États-Unis au Moyen-Orient, en Asie centrale et en Asie du Sud, NdT].

08-08-2019 lesakerfrancophone.fr 10 min #160108

Trump revient sur ses positions...

...mais les articulations grincent

Par Tom Luongo − Le 21 juillet 2019 − Source  Strategic Culture

La semaine dernière, tout n'était que bruit et fureur. Les États-Unis menaçaient de prendre davantage de sanctions contre l'Iran, les Britanniques s'emparaient d'un pétrolier et l'Iran violait le JCPOA.

07-08-2019 les-crises.fr 24 min #160081

Cinq leçons de la crise du golfe persique ... Par Richard Labévière

Source :  Proche & Moyen-Orient, Richard Labévière,

Après la destruction d'un drone américain1 - jeudi 20 juin -, qui se trouvait bien dans l'espace aérien iranien, Donald Trump a réagi en deux temps : il a d'abord déclaré que l'Iran avait commis « une grave erreur », laissant entendre qu'il y aurait des représailles.

04-08-2019 reseauinternational.net 10 min #159987

Usa vs Iran. L'Alliance occidentale se désagrège

Par Peter Koenig

Depuis que Imran Khan est devenu le 22e Premier ministre du Pakistan en août 2018, les vents ont changé. Alors que ses prédécesseurs, bien que généralement orientés vers l'Est, aient souvent oscillé entre les États-Unis et la Chine, Khan est en train de définir clairement ses alliances avec l'Est, en particulier avec la Chine. C'est pour le bien de son pays, pour le bien du Moyen-Orient et finalement pour le bien du monde.

04-08-2019 reseauinternational.net 2 min #159973

Hormuz: Shell n'utilisera plus de pétroliers battant pavillons britanniques

Le géant gazier et pétrolier Royal Dutch Shell a déclaré qu'il avait cessé d'envoyer des navires battant pavillon britannique dans la principale voie de transport de pétrole, le détroit d'Hormuz, au milieu des tensions entre le Royaume-Uni et l'Iran, exacerbées par les récents incidents. Cependant, ses autres pétroliers continueront apparemment à emprunter cet itinéraire.

Après British Petroleum, c'est au tour du géant pétrolier Royal Dutch Shell d'annoncer qu'il n'utiliserait pas de pétroliers battants pavillons britanniques dans le détroit d'Hormuz.

02-08-2019 lesakerfrancophone.fr 14 min #159924

Usa : la propagande pour les nuls...

... le département d'État publie une photo manipulée, pendant que l'équipe B pousse Trump à déclencher une guerre contre l'Iran

Par  Moon of Alabama - Le 1er août 2019

Un vieux truc de propagande consiste à peindre ses ennemis avec des couleurs plus sombres que nous-mêmes.

02-08-2019 2 articles mondialisation.ca 9 min #159915

Pourquoi le Hms Montrose s'est-il abstenu de tirer sur le corps des gardiens de la révolution islamique? Qui en Iran a donné l'ordre de capturer le « Stena Impero » ?

Les Etats-Unis ont officiellement demandé à l'Europe, en particulier au Royaume-Uni, à la France, à l'Allemagne et à l'Italie, de fournir une force navale pour patrouiller et protéger les navires qui naviguent dans le détroit d'Hormuz, dont le commandement et le contrôle seraient assurés par les Européens et non par les Etats-Unis. Washington veut mettre l'ancien continent en première ligne en cas d'affrontement militaire avec l'Iran.

02-08-2019 thesaker.is 23 min #159904

« Global Coalition of the Willing, » Ordinary Iranians' Style: Resistance multiplied by Ethics plus Justice minus Oppression divided by Aggression

"Global Coalition of the Willing," Ordinary Iranians' Style: Resistance multiplied by Ethics plus Justice minus Oppression divided by Aggression

by Mansoureh Tajik for The Saker Blog

For a brief moment in human history, or what feels like only a fraction of a second now, the United States of America experienced a mirage of a position, dubbed a "superpower," self-appointed1. Those who lacked ethical and moral imagination went along with that coronation2.

01-08-2019 reseauinternational.net 5 min #159886

L'Iran affirme qu'il peut » voir » les chasseurs furtifs américains

Aujourd'hui, les États-Unis, l'Europe et la Russie ont des plans concurrents pour assurer la sécurité du trafic maritime dans le golfe Persique.

Le général de brigade Alireza Sabahifard, commandant de l'armée de l'air iranienne, affirme que son pays est capable de détecter les avions furtifs américains.

Dans une interview accordée à l'agence de presse publique Mehr, le commandant de l'armée de l'air a déclaré :

01-08-2019 reseauinternational.net 8 min #159871

Pourquoi le Hms Montrose s'est-il abstenu de tirer sur le Corps des gardiens de la révolution islamique ? Qui en Iran a donné l'ordre de capturer le « stena Impero » ?

par Elijah J. Magnier: @ejmalrai

Les Etats-Unis ont officiellement demandé à l'Europe, en particulier au Royaume-Uni, à la France, à l'Allemagne et à l'Italie, de fournir une force navale pour patrouiller et protéger les navires qui naviguent dans le détroit d'Hormuz, dont le commandement et le contrôle seraient assurés par les Européens et non par les Etats-Unis. Washington veut mettre l'ancien continent en première ligne en cas d'affrontement militaire avec l'Iran.

01-08-2019 reseauinternational.net 2 min #159868

Coalition navale dans le golfe Persique: une initiative « inquiétante »

Un ancien haut commandant du CENTCOM a prôné une désescalade des tensions entre l'Iran et les États-Unis au Moyen-Orient.

Dans un entretien accordé à la chaîne de télévision Al-Jazeera, l'amiral retraité William J. Fallon, ancien commandant du CentCom, a déclaré que toute mesure irréfléchie, entreprise par l'Iran ou les États-Unis, pourrait aggraver la situation de la région.

Il a ensuite demandé à Téhéran et à Washington de trouver une solution, dans les meilleurs délais, et d'agir avec une grande précaution.

31-07-2019 wsws.org 8 min #159811

L'Union européenne menace l'Iran d'une mission navale dans le golfe Persique

Par Alex Lantier
31 juillet 2019

Alors que le ministère britannique de la défense annonçait dimanche qu'un deuxième destroyer britannique, le HMS Duncan, était arrivé dans le golfe Persique, les appels se multipliaient au sein de l'élite dirigeante européenne pour déployer une flottille navale européenne ou «flotte européenne» dans le golfe pour menacer l'Iran.

Le prétexte de cette escalade européenne est la crise militaire provoquée par Washington dans le golfe Persique riche en pétrole.

30-07-2019 dedefensa.org 12 min #159798

Britannia Rule the vaguelettes...

Le Royaume-Uni, cette Angleterre suprême qui régnait sur les mers jusqu'à en faire un hymne impérial chaque année repris en chœur par les jeunes gens et autres des nocturnes  des Proms, - Rule Britannia !]Britannia Rule the Waves, - UK donc s'est trouvé engagé, lors de l'interrègne furieux et méprisant entre May et Johnson dans une drôle d'embrouille. Bien entendu, les "cousins américains" avec lesquels on entretient des special relationships, étaient à la manœuvre, et le Royaume-Uni a ordonné son intelligente diplomatie en fonction de cela.

30-07-2019 reseauinternational.net 3 min #159793

L'Iran rend publics des enregistrements audio et vidéo de la saisie du pétrolier britannique

L'Iran a révélé des enregistrements audio et vidéo des avertissements des Gardiens de la révolution islamique adressés à l'équipage du Stena Impero, au moment où ils arraisonnaient le pétrolier battant pavillon britannique.

L'agence de presse iranienne Tasnim a rendu publics des enregistrements audio et vidéo des avertissements des Gardiens de la révolution islamique adressés à l'équipage du Stena Impero, au moment où ils arraisonnaient le pétrolier battant pavillon britannique.

25-07-2019 reseauinternational.net 3 min #159594

Iran/usa: Pékin rappelle le « nous mentons, trichons et volons » de Mike Pompeo

La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a rappelé qu'avant d'accuser l'Iran de « mentir », Mike Pompeo avait admis que la CIA et lui-même étaient menteurs.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a réagi aux déclarations de Mike Pompeo qui a accusé l'Iran de « mentir » au sujet du démantèlement d'un réseau d'espionnage de la CIA et de l'arrestation de 17 personnes soupçonnées d'espionnage pour le compte des États-Unis.

23-07-2019 les-crises.fr 19 min #159527

Iran : Préparatifs de guerre. Par Alastair Crooke

Iran : Préparatifs de 'Battle Space' [nom d'un jeu vidéo de stratégie militaire futuriste, NdT] Par Alastair Crooke

Source :  Strategic Culture, Alastair Crooke,

© Photo : Domaine public

Bernard Lewis, historien anglo-américain du Moyen-Orient, a exercé une considérable influence aux États-Unis - ses idées politiques ont influencé les présidents, les décideurs politiques et les groupes de réflexion, et elles continuent de le faire.

23-07-2019 reseauinternational.net 11 min #159525

L'Iran n'est pas seul visé

Les Etats-Unis d'Amérique avaient déjà, en 2005 et 2006, proclamé avec insistance leur intention d'attaquer l'Iran, et leur décision d'utiliser pour ce faire des armes nucléaires.

La raison était bien sûr que ce pays envisageait (comme le Vénézuéla) de coter et vendre son pétrole en euros et plus en dollars depuis que l'OPEP en avait parlé début 2004, mais le prétexte était un prétendu programme nucléaire militaire dont les Etats-Unis connaissaient pourtant l'état embryonnaire et volontairement avorté, comme ils le reconnaîtront fin 2007.

23-07-2019 reseauinternational.net 6 min #159523

La guerre des golfes et des détroits

Téhéran empêche la progression atlantiste vers Moscou et Pékin

Par Mohamed Sâdegh Hosseini

Tout ce qui se passe en mer d'Oman et dans le golfe persique, entre guerre des pétroliers, incitation et observation, bras de fer des volontés et diplomatie du tissage de tapis, suggère ce qui suit :

La crise dite américano-iranienne, qui se déroule actuellement dans le Golfe persique, dans la mer d'Oman et dans le reste de la région, du Yémen à l'Irak, en passant par la Syrie, le Liban et la Palestine, n'est pas une crise ordinaire, mais une bataille stratégique majeure entre deux blocs internationaux :

 Se réfère à : 1 article

 Référencé par : 2 articles