Qui est Michelle Bachelet? Cheval de Troie de Washington

05-07-2019 5 articles mondialisation.ca 6 min #158761

Du 19 juin au 23 juin, Michelle Bachelet, haut-commissaire aux droits humains des Nations Unies a procédé à des rencontres, au Venezuela, avec les principaux acteurs politiques ainsi qu'avec ceux et celles qui se disent victimes de l'un ou l'autre de ces acteurs. Suite à ces dernières, elle a produit un  Rapport qui a été transmis officiellement aux autorités concernées et à la presse internationale, le 4 juillet 2019. La haute commissaire des Nations Unies pour le respect des droits humains nous livre un rapport entièrement concentré sur le gouvernement de Nicolas Maduro, laissant entièrement dans l'ombre les sanctions et la guerre économique persistante de Washington, qui va à l'encontre de la Charte internationale des droits des Nations Unies. La seule référence à ces sanctions se trouve au paragraphe 75, dans sa dernière partie :

« Les sanctions économiques récentes aggravent la crise économique, ce qui accroîtra à terme l'impact négatif sur la jouissance des droits économiques et sociaux par la population. »

C'est tout ce qu'elle trouve à dire, se gardant bien de faire référence à leurs auteurs (Washington et Union européenne). Aucun rappel n'est fait du droit international qui interdit ces diverses formes d'interventionnisme, lesquelles, soit dit en passant, se font sentir depuis longtemps ? Que des milliards de dollars aient été soustraits à l'usage du gouvernement pour répondre aux besoins de sa population, en médicaments, nourriture et produits industriels, entre autres, cela la laisse plutôt indifférente et sans lien avec le respect des droits humains des personnes qui en sont les victimes. Ce ne sont pas les documents qui lui manquaient pour en faire le constat. Il lui est plus facile de reprendre le discours officiel de Washington et de l'opposition qui le représente au Venezuela, faisant du gouvernement de Nicolas Maduro l'unique responsable de tous les maux dont le peuple est victime.

À cette couverture très diplomatique de l'interventionnisme des États-Unis dans les affaires internes du Venezuela, s'ajoute cette autre couverture qui lui permet de passer sous silence les actions terroristes et criminelles d'une opposition qui répond aux ordres de Washington. Dans son rapport, il n'y a aucune référence à une opposition radicale et criminelle qui agit hors des normes de la Constitution vénézuélienne. Que la révolution bolivarienne soit la cible des intérêts des oligarchies locales et de Washington ne fait pas partie de ses analyses. Elle a oublié ces interventions, au Chili d'Allende, de la CIA et de tous ses alliés régionaux pour mettre un terme à l'Unité populaire et au socialisme humanitaire promu par ce dernier. Le charme de Washington et ses attentions à son endroit l'auront convertie en une fidèle alliée de ce dernier. Il ne faut pas oublier qu'elle a étudié à Washington la  Stratégie militaire, une porte d'entrée dans la grande famille des forces impériales.

Il ne fait aucun doute que ce rapport, rendu public, ce 4 juillet 2019, est partial et répond parfaitement aux intérêts de Washington et de ses alliés. Il constitue un pas important visant à manipuler l'opinion mondiale sous le chapeau des Nations Unies. Il est quelque peu paradoxal que ces puissances qui passent outre au droit international de non-intervention dans les affaires internes d'autres États se réclament des Nations Unies pour poursuivre leur interventionnisme avec encore plus de force.

Michelle Bachelet est une femme de grande intelligence qui sait ce qu'elle veut et qui n'hésite pas à s'ajuster à ceux et celles qui répondent à ses attentes. Son peuple, celui du Chili, en avait découvert la nature et le lui avait fait savoir, lors de son dernier mandat, l'élisant avec 23% de l'électorat chilien et 60% d'abstention. Elle pouvait toujours compter sur Washington pour reprendre du service aux Nations unies, là où elle servirait le mieux son maitre. Avec ce Rapport, partial et profondément subjectif, elle a de quoi le réjouir profondément et s'assurer un avenir encore plus élevé au sein des Nations Unies.

En 2013, lors des élections présidentielles au Chili, j'avais écrit un  article sur ce personnage qui assume parfaitement bien le personnage mythique du Cheval de Troie. Beaucoup des éléments qui y sont relevés gardent toute leur pertinence pour les temps que nous vivons.

Oscar Fortin

Le 5 juillet 2019

Photo en vedette : Michelle Bachelet aux côtés de Juan Guaido.

La source originale de cet article est  wsws.org
Copyright ©  Oscar Fortin,  wsws.org, 2019

 mondialisation.ca

 Proposer une solution
newsnet 19/07/06 00:12

mise au point salutaire,
on s'en était rendu compte en suivant son compte twitter.
il faut comprendre que ces gens sont placés.


Articles associés plus récents en premier
11-07-2019 reseauinternational.net 8 min #159020

Bachelet n'est pas venue au Honduras ou la décadence de tout ce qui a été

par Ricardo Arturo Salgado Bonilla.

Depuis plusieurs semaines, le Honduras se trouve dans une situation de crise. Plusieurs morts et blessés par la répression des forces de l'État, des prisonniers politiques, le pays militarisé, l'entrée des militaires sur le campus de l'Université Nationale Autonome du Honduras, des disparitions d'étudiants. En plus de cela, des jours de répression brutale contre les lycéens ; des enfants avec des pierres contre des assassins entraînés et armés ! Mais il n'y a pas de rapport de Mme Michelle Bachelet sur le Honduras.

11-07-2019 investigaction.net 19 min #159005

Peut-on faire confiance au rapport Bachelet sur le Venezuela ?

11 Juil 2019
Article de :  Sergio Rodriguez Gelfenstein

J'avais gardé un silence prudent à l'annonce de la visite en juin dernier de Michelle Bachelet au Venezuela en sa qualité de Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme. Malgré mon envie naturelle d'écrire sur ce thème étant donné les antécédents politiques de cette fonctionnaire internationale, je me suis abstenu par respect pour de nombreux amis au Venezuela et ailleurs qui qui avaient fondé des attentes sur l'honorabilité et la respectabilité supposées de la dame en question, qui auguraient la neutralité et l'impartialité du rapport qu'elle devait établir.

09-07-2019 mondialisation.ca 6 min #158932

Alfred de Zayas critique le rapport de Bachelet

Il a déclaré que « il est lamentablement déséquilibré et ne tire pas de conclusions qui puissent aider le peuple vénézuélien qui souffre. »

L'étasunien Alfred de Zayas a souligné qu'il faut une condamnation ferme des mesures coercitives et unilatérales imposées par les Etats-Unis au Venezuela et que des responsabilités pénales pour les conséquences du blocus qui fait des milliers de morts soient déterminées et doivent être qualifiées de crime contre l'humanité.

08-07-2019 tlaxcala-int.org 19 min #158867

C'est la fille du général Bachelet, rien de plus

 Sergio Rodríguez Gelfenstein

J'avais gardé un silence prudent à l'annonce de la visite en juin dernier de Michelle Bachelet au Venezuela en sa qualité de Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme. Malgré mon envie naturelle d'écrire sur ce thème étant donné les antécédents politiques de cette fonctionnaire internationale, je me suis abstenu par respect pour de nombreux amis au Venezuela et ailleurs qui qui avaient fondé des attentes sur l'honorabilité et la respectabilité supposées de la dame en question, qui auguraient la neutralité et l'impartialité du rapport qu'elle devait établir.