[Censure] Révéler la torture de Julian Assange, par Nils Melzer, rapporteur spécial de l'Onu sur la torture

27-06-2019 7 articles les-crises.fr 7 min #158372

Par Nils Melzer, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture à l'occasion de la Journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture, 26 juin 2019

Je sais, vous pensez peut-être que je me fais des illusions. Comment la vie dans une ambassade avec un chat et un skateboard peut-elle être assimilée à de la torture ? C'est exactement ce que j'ai pensé, moi aussi, quand Assange a fait appel à mon bureau pour se protéger. Comme la plupart des gens, j'avais été inconsciemment empoisonné par la campagne de diffamation incessante, qui avait été diffusée au fil des ans. Il a donc fallu frapper une deuxième fois à ma porte pour attirer mon attention à contrecœur. Mais une fois que j'ai examiné les faits de cette affaire, ce que j'ai trouvé m'a rempli de répulsion et d'incrédulité.

Je me suis dit qu'Assange devait être un violeur ! Mais ce que j'ai découvert, c'est qu'il n'a jamais été accusé d'une infraction sexuelle. Certes, peu après que les États-Unis eurent encouragé leurs alliés à trouver des raisons de poursuivre Assange, deux femmes ont fait la une des journaux en Suède. L'un d'entre eux a affirmé qu'il avait déchiré un préservatif et l'autre qu'il n'en avait pas porté un, dans les deux cas lors de rapports sexuels consentis - ce qui n'est pas exactement le cas dans la plupart des scénarios de " viol " dans toute autre langue que le suédois. Rappelez-vous, chaque femme a même soumis un préservatif comme preuve. Le premier, supposément porté et déchiré par Assange, n'a révélé aucun ADN, ni celui d'Assange, ni celui de la femme, ni de qui que soit d'autre. Allez comprendre... Le second, utilisé mais intact, aurait prouvé qu'il s'agissait d'un rapport sexuel " non protégé ". Allez comprendre, encore une fois. Ces femmes ont même envoyé un texto disant qu'elles n'avaient jamais eu l'intention de porter plainte, mais qu'elles avaient été " poussées " à le faire par une police suédoise zélée. Allez comprendre, encore une fois. Depuis lors, la Suède et la Grande-Bretagne ont tout fait pour empêcher Assange de faire face à ces allégations sans avoir à s'exposer simultanément à l'extradition américaine et donc à un procès spectacle suivi d'une peine de prison à vie. Son dernier refuge avait été l'ambassade de l'Équateur.

D'accord, pensai-je, mais Assange doit sûrement être un hacker ! Mais ce que j'ai découvert, c'est que toutes ses révélations lui avaient été divulguées librement, et que personne ne l'accuse d'avoir piraté un seul ordinateur. En fait, la seule accusation défendable de piratage informatique contre lui a trait à sa tentative infructueuse de briser un mot de passe qui, si elle avait réussi, aurait pu aider sa source à couvrir ses traces. Bref : une chaîne d'événements plutôt isolée, spéculative et sans conséquence ; un peu comme essayer de poursuivre en justice un conducteur qui a tenté sans succès de dépasser la limite de vitesse, mais a échoué parce que sa voiture n'était pas assez puissante.

Eh bien, je me suis dit qu'au moins nous savions avec certitude qu'Assange est un espion russe, qu'il s'est ingéré dans les élections américaines et qu'il a causé la mort de personnes par négligence ! Mais tout ce que j'ai trouvé, c'est qu'il publiait constamment des renseignements véridiques d'intérêt public sans aucun abus de confiance, de contrepartie ni allégeance. Oui, il a dénoncé des crimes de guerre, de la corruption et des abus, mais ne confondons pas sécurité nationale et impunité gouvernementale. Oui, les faits qu'il a révélés ont permis aux électeurs américains de prendre des décisions plus éclairées, mais n'est-ce pas simplement la Démocratie ? Oui, il y a des discussions éthiques sur la légitimité de divulgations non expurgées. Mais si un préjudice réel avait réellement été causé, comment se fait-il que ni Assange ni Wikileaks n'aient jamais fait l'objet d'accusations criminelles ou de poursuites civiles pour une juste indemnisation ?

Mais alors, me suis-je retrouvé à plaider, Assange doit sûrement être un narcissique égoïste, faisant du skate à travers l'ambassade de l'Équateur et étalant des excréments sur les murs ? Eh bien, tout ce que j'ai entendu du personnel de l'ambassade, c'est que les inconvénients inévitables de son hébergement dans leurs bureaux ont été traités avec respect et considération mutuels. Cela n'a changé qu'après l'élection du président Moreno, lorsqu'on leur a soudainement demandé de trouver des calomnies contre Assange et, quand ils ne l'ont pas fait, ils ont rapidement été remplacés. Le Président a même pris sur lui d'offrir ses ragots au monde entier, et de dépouiller personnellement Assange de son asile et de sa citoyenneté équatorienne sans aucune procédure légale.

Mais j'ai finalement compris que j'avais été aveuglé par la propagande et qu'Assange avait été systématiquement calomnié pour détourner l'attention des crimes qu'il avait exposés. Une fois déshumanisé par l'isolement, le ridicule et la honte, comme les sorcières que nous brûlions sur le bûcher, il était facile de le priver de ses droits les plus fondamentaux sans provoquer l'indignation publique dans le monde entier. C'est ainsi qu'un précédent juridique est en train d'être établi, par la porte de derrière de notre propre complaisance, qui peut et sera appliqué à l'avenir tout aussi bien aux divulgations du Guardian, du New York Times et d'ABC News.

Très bien, me direz-vous, mais qu'est-ce que la diffamation a à voir avec la torture ? Eh bien, c'est une pente glissante. Ce qui peut sembler n'être qu'une simple "calomnie" dans le débat public, devient rapidement une "intimidation" lorsqu'il est utilisé contre des personnes sans défense, et même de la "persécution" lorsque l'État est impliqué. Maintenant, il suffit d'ajouter le caractère intentionnel et les souffrances aiguës, et ce que vous obtenez est une torture psychologique à part entière.

Oui, vivre dans une ambassade avec un chat et un skateboard peut sembler une bonne situation quand on croit le reste des mensonges. Mais quand personne ne se souvient de la raison de la haine que vous subissez, quand personne ne veut entendre la vérité, quand ni les tribunaux ni les médias ne demandent des comptes aux puissants, alors votre refuge n'est vraiment qu'un bateau en caoutchouc dans une piscine remplie de requins, et ni votre chat ni votre planche à roulettes ne vous sauveront la vie.

Même ainsi, vous direz vous peut-être, pourquoi dépenser autant d'énergie pour Assange, alors que d'innombrables autres personnes sont torturées dans le monde entier ? C'est parce qu'il ne s'agit pas seulement de protéger Assange, mais d'empêcher un précédent susceptible de sceller le sort de la Démocratie occidentale. Quand pour la première fois, dire la vérité sera devenu un crime, alors que les puissants jouissent de l'impunité, il sera ensuite trop tard pour corriger le tir. Notre voix aura capitulé face à la censure et notre destin face à la tyrannie sans limites.

Cette tribune a été proposée pour publication au Guardian, au Times, au Financial Times, au Sydney Morning Herald, à The Australian, au Canberra Times, au Telegraph, au New York Times, au Washington Post, à Reuters et à Newsweek.

Aucun n'a répondu positivement.


Traduit par Olivier Berruyer pour  Les-crises.fr

P.S. 23 heures après la publication de cet important éditorial, AUCUNE reprise n'a - semble-t-il - été effectuée sur la Planète en anglais, et donc encore moins en français. Nous sommes heureux de contribuer à sa diffusion auprès du public francophone... OB

 les-crises.fr

 Proposer une solution

Articles associés plus récents en premier
07-07-2019 legrandsoir.info 20 min #158829

Pas en mon nom : Des universitaires s'en prennent publiquement au Rapporteur de l'Onu sur la torture (Contraspin)

Suzie DAWSON

Je suis la survivante d'un viol, d'un viol collectif et des abus des procédures policières auxquelles que j'ai été confrontées lorsque je l'ai signalé, et j'en ai plus qu'assez de voir la violence sexuelle servir de couverture à des attaques politiques contre Julian Assange, ses collègues et ses supporters.

Je ne suis pas seule. De nombreuses autres survivantes m'ont tendu la main ce soir pour exprimer le même sentiment et nous méritons d'être entendues.

07-07-2019 reseauinternational.net 5 min #158810

Silence honteux autour du calvaire de Julian Assange

par Rafael Poch de Feliu

Les mêmes personnes qui nous ont divertis avec le chat, le scooter et la saleté dans les couloirs de l'ambassade, ont volontairement ignoré le compte-rendu du rapporteur de l'ONU sur la torture psychologique et la persécution de notre dissident incarcéré numéro 1.

Le Rapporteur spécial du Haut-Commissariat aux Droits de l'Homme des Nations Unies, le Suisse Nils Melzer, a obtenu en mai l'autorisation de rendre visite à Julian Assange dans la prison de haute sécurité britannique de Belmarsh.

06-07-2019 ohchr.org 6 min #158803

Un expert says « collective persecution » of Julian Assange must end now

GENEVA (31 May 2019) ‑ A UN expert who visited Julian Assange in a London prison says he fears his human rights could be seriously violated if he is extradited to the United States and condemned the deliberate and concerted abuse inflicted for years on the Wikileaks co-founder.

"My most urgent concern is that, in the United States, Mr. Assange would be exposed to a real risk of serious violations of his human rights, including his freedom of expression, his right to a fair trial and the prohibition of torture and other cruel, inhuman or degrading treatment or punishment," said Nils Melzer, the UN Special Rapporteur on torture.

06-07-2019 legrandsoir.info 7 min #158797

Alors que vous célébrez votre liberté, souvenez-vous de Julian Assange (Newsweek)

Nils MELZER

Aujourd'hui, les États-Unis célèbrent le "Jour de l'Indépendance", [le 4 juillet est la fête nationale US - NdT] un tournant historique dans le devenir d'une grande nation. En ce jour, le monde célèbre les grandes vérités inscrites dans la Déclaration de 1776, qui incarnent le concept même de démocratie moderne : "tous les hommes sont créés égaux ; ils sont doués par le Créateur de certains droits inaliénables ; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur.

02-07-2019 dedefensa.org 15 min #158617

La pressesystème, Assange & Melzer

On a beau être habitué, désormais depuis des décennies, à la conduite honteuse et scandaleuse de ce que nous nommons la presseSystème par rapport aux activités inhumaines et illégales de leurs autorités officielles, et du Système par conséquent, le rôle de cette presseSystème dans le sort qui est imposé à Julian Assange s'impose comme un cas d'école dans l'exercice de l'infamie et l'inversion totale des valeurs qu'elle prétend défendre.

02-07-2019 wsws.org 8 min #158577

Le rapporteur de l'Onu sur la torture, Nils Melzer, démasque la propagande et la censure dans les reportages sur Assange

Par Chris Marsden
2 juillet 2019

Lorsque le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, a publié le 31 mai une déclaration exigeant la fin immédiate de la «persécution collective» de Julian Assange, elle a fait les gros titres dans le monde entier.

Assange, a écrit Melzer, «a été délibérément exposé, pendant plusieurs années, à des formes progressivement sévères de peines ou traitements cruels, inhumains ou humiliants, dont les effets cumulatifs ne peuvent être qualifiés que de torture psychologique.»

 Référencé par : 1 article