Sommet de l'Organisation de Coopération de Shanghai : Point d'inflexion de la diplomatie indienne

12-06-2019 reseauinternational.net 10 min #157693

par M.K. Bhadrakumar

Lorsque l'Inde a demandé à devenir membre de l'Organisation de Coopération de Shanghai ou lorsque des observateurs comme moi se sont sentis exaltés lorsque l'Inde a finalement été admise dans le groupe en 2017, personne n'aurait pu prévoir que le groupe disposait d'un tel potentiel à très court terme comme plate-forme pour la relance de la politique régionale, en particulier le triangle Inde-Pakistan-Chine.

De nouvelles possibilités s'ouvrent à la diplomatie indienne lors du sommet de deux jours de l'Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) à Bichkek les 13 et 14 juin. Mais le scepticisme à l'égard du potentiel de l'OCS persiste. Le Premier ministre Modi n'aura pas de rencontre prévue avec son homologue pakistanais Imran Khan à Bichkek.

De toute évidence, il faut d'abord préparer le terrain. L'expérience passée a été déplaisante. N'oublions pas que l'attaque de Pathankot a suivi juste après une réunion entre Premiers Ministres. Il ne fait aucun doute qu'à l'heure actuelle, une foule de nouveaux facteurs sont également apparus, allant du mandat historique de Modi pour un second terme aux changements radicaux de l'environnement régional et international.

Néanmoins, l'espoir peut être une force puissante. Pour emprunter au prix Nobel Pablo Neruda,

« Vous pouvez couper toutes les fleurs mais vous ne pouvez pas empêcher le printemps de venir«.

De plus,  l'ouverture d'Imran Khan à Modi donne de l'espoir. Peut-être aussi l'assurance tacite de la Chine - implicite dans la déclaration du vice-ministre chinois des Affaires Étrangères, Zhang Hanhui, à Pékin lundi, selon laquelle :

« L'OCS n'a pas été créée pour cibler un pays, mais le sommet à ce niveau serait certainement attentif aux grandes questions internationales et régionales«.

Compte tenu de cela, Modi ne peut parler que de manière générique au sommet de l'Organisation de Coopération de Shanghai sur le problème du terrorisme,  sans ne mentionner aucun pays. Il incombe maintenant à Imran Khan et Zhang de respecter leur part du marché.

Il est tout à fait concevable dans les circonstances que Modi et Imran Khan aient une réunion informelle à Bichkek.

Imran Khan

Toutefois, le test décisif se situera en aval du sommet de l'Organisation de Coopération de Shanghai (OCS). Il y a lieu d'être optimiste, car le Pakistan est de nouveau soumis à un examen minutieux par le Groupe d'Action Financière (GAFI) lors de sa séance plénière en Floride le mois prochain.

La dépendance critique du Pakistan à l'égard du renflouement du FMI fait qu'il est très important pour Islamabad que le GAFI ne bloque pas son accès au marché mondial des capitaux. De même, la Chine, en plus de son rôle historique de créateur et de mentor de l'OCS, assume également la présidence tournante du GAFI pour l'année à venir.

Il suffit de dire qu'une lourde responsabilité incombe à Pékin d'influencer Islamabad pour qu'il tourne une nouvelle page en accord avec « l'esprit de Shanghai », afin qu'un nouveau type de relations devienne possible entre l'Inde et le Pakistan. Bien entendu, New Delhi propose d'organiser des élections à l'assemblée de l'État du Jammu-et-Cachemire dans un avenir proche et sa politique déclarée de « tolérance zéro » envers le terrorisme doit être prise au sérieux.

Entre-temps, l'environnement régional et international évolue rapidement et il va de soi que l'Inde et la Chine ont plus de préoccupations communes et même d'intérêts communs que de différences. Zhang a brièvement abordé ce point lorsqu'il a déclaré lundi à Pékin :

« Le protectionnisme commercial et les politiques unilatérales gagnent en dynamisme et la question de savoir comment répondre aux pressions américaines et au protectionnisme commercial n'est pas importante que pour la Chine... Il serait raisonnable que les dirigeants des deux pays [Chine et Inde] procèdent à un échange de vues sur cette question, et nous espérons que ces pays parviendront à un large consensus sur le respect de la justice et le protectionnisme commercial opposé«.

Il semble que ce sujet figurera dans les discussions lors de la rencontre prévue entre Modi et le président chinois Xi Jinping à Bichkek en marge du sommet de l'OCS.

New Delhi aussi est au bord de la guerre tarifaire menée par le président Trump. Les principes fondamentaux du programme de développement de l'Inde sont remis en question par les États-Unis.  Un rapport paru dans le Politico la semaine dernière mettait en garde contre le fait que :.

« L'Inde pourrait bientôt devenir la prochaine cible de la politique agressive du président Donald Trump... Ce qui s'est passé avec la Chine est une feuille de route de ce que vous pourriez voir en Inde«.

D'après les indications disponibles jusqu'à présent, contrairement à certains des proches partenaires des États-Unis, l'Inde garde également l'esprit ouvert sur l'innovation technologique avancée de la Chine. La visite de l'ambassadeur Vikram Misri au siège de la société Xiaomi à Pékin lundi et sa rencontre avec Lei Jun, fondateur, président et directeur général du géant de la technologie chinois, sont hautement symboliques.

L'ambassadeur Vikram Misri avec Lei Jun, PDG de Xiaomi, Pékin, 10 juin 2019

De toute évidence, le réchauffement des liens peut être bénéfique pour l'Inde et la Chine. Compte tenu des prévisions macroéconomiques négatives pour l'Inde - hausse du chômage, faible consommation des ménages, stagnation des salaires dans les zones rurales, etc - le pays a tout à gagner des investissements chinois pour stimuler l'expansion économique et la création d'emplois. Les investissements chinois dans le secteur des infrastructures aideront grandement l'Inde.

Du point de vue de la Chine également, l'approfondissement et l'élargissement de l'engagement avec l'Inde peuvent être bénéfiques à un moment où Pékin fait face à la « guerre commerciale » de Trump.

Modi et Xi se rencontreront au moins deux fois cette année. La réunion de Bichkek sera suivie de près, car elle préparera le terrain pour la visite de Xi en Inde en vue d'un sommet informel similaire à celui de Wuhan l'année dernière. C'est le bon moment pour avoir une vue d'ensemble.

En effet, nous devons examiner de plus près le rôle créatif du Japon dans l'élaboration de l'Initiative Ceinture et Route (BRI) de la Chine. D'une part, le Japon travaille à l'introduction d'un nouveau programme de développement d'infrastructures « de haute qualité », ce qui semble aller à l'encontre de la BRI de la Chine. Mais d'un autre côté, elle engage également la Chine dans le développement conjoint de projets d'infrastructure et travaille avec des institutions chinoises clés pour façonner les principes de fonctionnement de la Chine.

C'est une façon pragmatique d'engager le dialogue avec la Chine. Le fait est que la BRI est là pour rester - et c'est la politique étrangère de la Chine. Par conséquent, grâce à notre engagement, nous pouvons façonner des investissements chinois massifs, faire des affaires pour nos entreprises, créer des emplois en grand nombre et développer l'infrastructure. Sur le plan politique, cet engagement devient une protection plus large contre les incertitudes dans la relation.

De nombreux analystes indiens sont accablés par la perspective d'une nouvelle guerre froide. Mais la réalité géopolitique est que personne dans la région indo-pacifique ne veut d'une nouvelle guerre froide entre les États-Unis et la Chine.

Même un allié traditionnellement proche des États-Unis comme Singapour cherche à éviter une plus grande confrontation entre les États-Unis et la Chine et fait ses propres efforts pour façonner des aspects clés de la sécurité et de l'ordre économique régional. Lors du récent dialogue Shangri-La, le Premier Ministre singapourien Lee Hsien Loong a le mieux saisi l'atmosphère lorsqu'il a appelé les États-Unis à préserver l'ordre multilatéral et à apporter les ajustements « difficiles » mais nécessaires à l'essor et aux aspirations de la Chine.

Le Premier Ministre malaisien Mahathir Mohamad a également  critiqué récemment les États-Unis pour des actions qu'il a décrites comme cherchant la confrontation commerciale avec la Chine. Il a déclaré que la Malaisie essayait d'utiliser la technologie Huawei « autant que possible«, s'opposant aux efforts de l'administration Trump pour couler le géant des télécommunications.

Le prochain sommet du G20 à Osaka sera témoin de plus de signes de la prise de conscience régionale de la nouvelle réalité - en particulier, l'Indonésie perdra sa timidité dans la défense de l'ordre commercial multilatéral.

En fin de compte, pendant toute la durée de la guerre commerciale, la Chine a en grande partie raison et les États-Unis agissent à tort contre les intérêts de la région. En gros, l'Inde voyage dans le même bateau que Singapour, le Vietnam, la Malaisie, etc. Les perspectives d'un accord commercial entre les États-Unis et la Chine semblent sombres, l'approche autoritaire des États-Unis dans les négociations commerciales sapant les incitations à la coopération avec les Chinois.

Tout comme les pays de l'ANASE, l'Inde devrait donc s'attendre à une impasse entre les États-Unis et la Chine.

 M.K. Bhadrakumar

Source :  SCO summit: Inflection point for Indian diplomacy

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter