Maintenant, tout le monde veut négocier (quoi et pourquoi ?) et les États-Unis continuent l'agression

11-06-2019 reseauinternational.net 14 min #157647

par Aram Aharonian

Après l'échec de l'entrée des troupes sous le prétexte de « l'aide humanitaire » (opération Cúcuta) et le coup d'État, les stratèges de Washington recyclent les thèmes et reprennent la matrice migratoire qui avait disparu des médias depuis janvier, en s'efforçant de détruire le système d'assistance alimentaire.

Ces dernières semaines, les rencontres et les dialogues internationaux se sont multipliés à la recherche d'une solution négociée à la crise vénézuélienne, surtout depuis que l'opposition a mis en évidence son manque de cohérence, de cohésion et de soutien populaire et que de nombreux alliés/complices des plans interventionnistes américains ont pris une distance prudente.

Bien que les groupes d'opposition aient voulu imposer l'imaginaire collectif de l'échec des pourparlers d'Oslo, plusieurs feuilles de route circulent dans les ministères des Affaires Étrangères, toutes basées sur des solutions négociées qui devraient aboutir à des élections générales. Mais il n'y a pas d'accord sur les conditions ou les dates. Alors que le gouvernement exige la fin des sanctions, des blocus et du piratage des fonds pour entamer les négociations, l'opposition insiste pour que Nicolás Maduro quitte la présidence.

Un document de travail parle d'élections générales prévues pour octobre, date à laquelle la nouvelle Cour Suprême de Justice et le Conseil Électoral National devraient être nommés, élections auxquelles ni Maduro ni le président intérimaire autoproclamé Juan Guaidó ne pourraient participer.

Le problème que rencontrent les médiateurs est la difficulté de trouver de nouveaux candidats, bien qu'au sein de l'officialisme la figure du jeune gouverneur de l'État de Miranda, Hector Rodriguez, l'un des négociateurs à Oslo, se développe.

La migration à nouveau

« Dans ce recyclage médiatique, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés reprend son rôle d'instrumentalisation de la migration vénézuélienne : il ment et gonfle les chiffres pour demander et recevoir plus de ressources avec une destination incertaine, au milieu d'une ruée parasitaire, au détriment de la dignité et des droits humains des Vénézuéliens«, a signalé le Ministre des Affaires Étrangères Jorge Arreaza.

Après les réunions du Groupe de Contact (essentiellement européen) avec différents acteurs de la géopolitique mondiale et des gouvernements latino-américains, le président de l'Assemblée Nationale Constituante, Diosdado Cabello, a rencontré vendredi 7 mai à La Havane le Président cubain Miguel Díaz-Canel, Raúl Castro et José Ramón Machado Ventura, où il a exclu des élections présidentielles hors calendrier électoral.

Presque simultanément, Elliott Abrams a publié un article dans lequel il reprogrammait la ligne américaine au Venezuela, ce qui implique l'admission d'un schéma de négociation, qui ne convient pas à l'opposition.

« Les Vénézuéliens devraient pouvoir s'unir et prendre les décisions auxquelles leur pays est confronté grâce à des élections libres«, a déclaré Abrams.

Il s'est abstenu de mentionner le départ de Nicolas Maduro de la présidence comme une étape préalable à tout processus électoral. Afin de continuer à se présenter comme le plus grand faucon parmi les faucons, il a souligné que des pressions continueront d'être exercées, c'est-à-dire que l'embargo financier et pétrolier continuera, ce qui pourrait faire partie des négociations.

« Le Chavisme doit prendre une décision (...) La mesure la plus importante qu'ils peuvent prendre pour renverser la crise politique au Venezuela est de revenir à l'Assemblée Nationale et de reprendre leurs sièges (...) L'Assemblée nationale, en tant que seul organe élu prévu par la Constitution, est celle qui peut le mieux gérer ce processus«, a ajouté Abrams, connu comme « le génocidaire de Mozote » (à cause du massacre qu'il a organisé au Salvador).

Tuer par la faim

Après l'échec d'une invasion et du coup d'État grotesque et la perte continue d'alliés et de complices pour renverser le gouvernement constitutionnel, la stratégie d'agression contre le Venezuela prend d'autres formes, comme le bombardement de l'approvisionnement de nourriture et de médicaments pour la population.

« Washington punit les entreprises qui veulent investir ici et dit ensuite qu'il y a une crise humanitaire«, a accusé Cabello, dans l'antichambre de la manifestation d'une marche multitudinale sous la pluie dans les rues de Caracas avec le slogan : « Trump, ne t'occupe pas de mon Clap ».

Les Comités Locaux d'Approvisionnement et de Production, les « Claps », ont été constitués en avril 2016, lorsque le gouvernement a modifié sa stratégie pour faire face à la crise de l'approvisionnement et à l'inflation incontrôlée. A cette époque, il a été décidé que les produits vendus à prix réglementés dans le réseau de magasins et de supermarchés de l'État seraient livrés directement maison par maison, sous réserve d'un recensement des occupants de chaque maison. Selon les chiffres officiels, en 2018, « le Clap » (boîtes contenant de la nourriture de base) a été distribué dans six millions de foyers.

Au-delà de la controverse autour de son efficacité et de sa pérennité à moyen et long terme, il est clair que « les Claps » sont une des réponses à la question principale de ces temps au Venezuela : comment le gouvernement Maduro est-il soutenu, malgré la crise économique prolongée et le siège interne ?

Ces dernières semaines, les porte-parole de l'administration de Donald Trump ont assuré qu'ils imposeraient de nouvelles sanctions pour entraver l'approvisionnement du Clap (la plupart des produits sont achetés par l'État à des entreprises privées en Amérique Latine, mais aussi en Europe).

Des milliers de Vénézuéliens sont également entrés en Colombie ce week-end pour acheter des médicaments et de la nourriture, après la réouverture par le gouvernement bolivarien d'un poste frontière fermé il y a quatre mois, après l'échec de la tentative de Juan Guaidó, Washington et du Groupe de Lima d'acheminer l'aide humanitaire et des soldats dans le pays, tandis que les Forces Armées détruisaient un dépôt clandestin (143 barils en plastique contenant 31 460 litres de carburant) destiné au trafic de combustible vénézuélien en Colombie, à la frontière commune Catatumbo.

Une étude de l'université américaine John Hopkins indique qu'à la suite des sanctions :

« L'économie vénézuélienne va se réduire de plus d'un tiers, avec des conditions qui sont susceptibles de s'aggraver en raison de l'hyperinflation et des troubles politiques prolongés«.

De retour à Caracas, Cabello a déclaré que :

« Les États-Unis pratiquent un blocus pour empêcher l'entrée de nourriture au Venezuela, sanctionnant les agences et les entreprises qui peuvent aider à importer de la nourriture et des médicaments«.

Pendant ce temps, dans une tentative de contourner les sanctions, « la monnaie russe (le rouble) remplacera le dollar dans les transactions entre les deux pays«, a déclaré officiellement Tareck El Aissami au Forum Économique de Saint-Pétersbourg.

Opposition et États-Unis, que des échecs (pour l'instant)

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a avoué que dans l'opposition vénézuélienne, il y a plus de quarante personnes qui se croient « légitimes » successeurs du président Maduro, dans un scénario hypothétique de départ du pouvoir du président.

« Dès que Maduro partira, tout le monde lèvera la main et dira : « Prenez-moi, je suis le prochain président du Venezuela«, a-t-il dit lors d'une réunion avec des dirigeants juifs.

« Garder l'opposition unie a été diaboliquement difficile pour nous«, a-t-il ajouté.

Pompeo n'a attribué la responsabilité de l'échec des plans subversifs qu'à l'opposition vénézuélienne, sans admettre ses propres erreurs. Ses déclarations démontrent l'échec de ses dizaines d'agences de renseignement (trois sur le terrain et la surveillance du Commandement du Sud et de la IVe Flotte).

Il est incompréhensible qu'ils n'aient pas connu le personnalisme, l'autoritarisme et le manque de crédibilité populaire de ceux (ou pour ceux) qui ont conçu les stratégies pour renverser le gouvernement bolivarien depuis 20 ans. Et encore moins, choisir un Juan Guaidó inconnu pour commander la « bataille finale », incapable de présenter une idée ou d'articuler un discours au-delà de la haine. Un « président » imposé de l'étranger.

Dans l'opposition vénézuélienne diverse, il y a des groupes radicaux et modérés, avec des visions différentes, mais (en général) disposés à suivre le scénario de Washington afin de ne pas renoncer au financement qu'ils perçoivent pour leur fonctionnement - certains - et pour la déstabilisation, d'autres. Un autre point saillant est celui des egos et des rivalités entre les multiples leaders autoproclamés, avec des aspirations personnelles et des illusions pour contrôler le pouvoir et les ressources publiques.

Les groupes de réflexion et les publicistes de l'opposition ont tenté, avec des conseils américains, espagnols et colombiens clairs, d'imposer l'imaginaire collectif que la chute d'un président constitutionnel qu'ils ont qualifié « d'usurpateur » et de « narco-terroriste » était imminente. Utiliser le terrorisme médiatique d'un réseau cartellisé de médias et de mensonges par le biais des réseaux numériques. Et surtout, faire croire que le gouvernement a été répudié par le peuple.

La limite des mensonges virtuels est toujours la réalité, et la réalité montre les « squelettiques » (dixit Chávez) manifestations de soutien à Guaidó en territoire vénézuélien, malgré le fait que les enquêteurs prétendent qu'il a le soutien de 56% de la population.

« Cela fait de lui le leader fondamental de l'opposition et lui donne une force intrinsèque qui lui permet d'articuler son groupe, même sans unité et sans avoir à soumettre chaque décision à l'examen ou à l'approbation de la majorité«, explique Luis Vicente León, directeur de Datanálisis et l'un des leaders de l'opposition.

« Attaquer Guaidó en ce moment est beaucoup plus dangereux politiquement pour l'attaquant que pour l'attaqué, donc je ne dirais pas que le problème de la désunion est le facteur fondamental qui explique pourquoi il a été si difficile d'atteindre le but du changement«, a déclaré Leon. 

L'action sélective des bureaux du gouvernement américain a privilégié certains groupes, groupuscules, fondations, ONG et partis par rapport à d'autres, en termes logistiques, financiers et de représentation. De même, la sélection de dirigeants étrangers et l'élaboration de stratégies qui ne correspondent pas à la réalité vénézuélienne ont été nuisibles.

Parmi eux, le politologue Leopoldo Puchi se distingue, l'abstention aux élections de mai 2018, l'assermentation et la création d'une image de double pouvoir en janvier dernier et le travail de fracture des militaires, de Washington, Bogota et Brasilia. L'échec le plus grave, dit-il, a été de dénaturaliser l'opposition qui, en perdant sa propre identité en tant que force nationale autonome, se sépare de sa raison d'être et de ses racines.

Leopoldo Puchi

D'autre part, il est normal que le secteur militaire présente des divisions internes, ce qui ne signifie pas que les quelques dissidents soient prêts à se séparer s'ils ne sont pas sûrs de former une majorité interne claire. Ils finissent par agir ensemble, surtout lorsqu'il n'y a pas d'offre crédible concernant leur participation future et le maintien de leur pouvoir : ils préfèrent le statu quo.

Parallèlement aux rencontres entre acteurs politiques, émerge de la société la nécessité de se retrouver dans des espaces pluriels de dialogue, en vue d'exercer le droit à la réflexion, au débat et à l'expression formelle des désaccords ; le droit à l'évaluation critique et autocritique et, bien sûr, à la participation active et respectueuse dans la recherche de solutions, souligne Maryclén Stelling, sociologue.

Ce doit être un espace qui s'oppose à l'exclusion et à la marginalisation de l'autre, du différent, de l'adversaire. Elle doit être un exercice de citoyenneté libre, démocratique, responsable et critique ; de promotion de valeurs telles que la tolérance, la solidarité, la coopération, la justice ; de reconnaissance de l'autre et de respect des différences. En démocratie et sans crainte, a-t-elle ajouté.

Changement d'orientation II

De nombreux dirigeants et représentants des communes urbaines et paysannes réclament des changements urgents dans les politiques du gouvernement, un changement d'orientation comme l'ancien président Hugo Chávez l'avait déjà demandé dans son dernier message de 2012. Elías Jaua, membre de la direction du Parti Socialiste Unifié du Venezuela (PSUV), a souligné que le Chavisme doit passer par un processus de renouveau et « qu'il est nécessaire de rectifier l'indépendance, l'éthique politique, l'égalité sociale et la démocratie protagoniste qui existent depuis 1999«.

Jaua, ancien ministre, a affirmé que :

« Les Vénézuéliens ont perdu les droits de la première décennie de la révolution et cela génère angoisse, inquiétude et souffrance«.

Elle a souligné qu'il est nécessaire de parvenir à un accord pour le dialogue et ainsi « éviter la douleur au peuple«.

La question que Chávez a laissée sans réponse en 2012 est de savoir comment se transcender vers un ordre différent : la construction du nouveau modèle économique, politique et culturel, qui a laissé intrinsèque sa reconnaissance de la mauvaise voie qui se profilait, et a souligné deux instances différentes : la planification (instance de programmation du chemin à suivre) et l'action politique, avec un programme pour avancer vers une possible utopie.

Il a dit que la « révolution économique » ne peut avoir lieu sans concrétiser d'abord la « révolution politique », associée à l'idée de « cesser d'être une colonie ». Dans son message, il y a des questions clés telles que la critique du gouvernement (autocritique), l'efficience et l'efficacité du gouvernement, la dette dans la construction de l'État communal et le rôle des Communes Socialistes, et le problème culturel existant dans l'État, qui reproduit la dynamique de l'État colonial, bourgeois, centralisé, bureaucratique.

La politique publique a été mise en œuvre sans transformer les relations sociales, sans organiser les Communes Socialistes.

On sait qu'il existe un groupe de personnalités de la fonction publique politique du gouvernement qui ont été maintenues dans le haut rang civil et/ou militaire de manière récurrente et permanente depuis 1999. Si l'autocritique était réelle, les caractéristiques de ces chiffres et du projet dans son ensemble seraient sujettes à révision, a souligné Ayelén Correa.

Source :  Ahora todos quiere negociar (¿qué y para qué?) y EEUU sigue la agresión

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Proposer une solution