Le Venezuela explore les pourparlers de paix. Est-ce que les États-Unis le permettront ?

09-06-2019 reseauinternational.net 9 min #157549

par M.K. Bhadrakumar

Le projet américain sur le « changement de régime » au Venezuela s'est effondré. Les hypothèses farfelues qui n'ont aucun fondement dans les réalités du terrain sont en train de s'effriter. L'hypothèse de base était que le régime existant à Caracas manque de légitimité. Mais l'échec de la tentative de coup d'État au Venezuela le 30 avril dernier a mis en péril tout le projet de changement de régime.

Les États-Unis ont mis leurs espoirs dans la défection des membres clés du régime, en particulier des militaires. Cela ne s'est pas concrétisé. La lassitude s'est installée dans les rangs de l'opposition, financée et soutenue par les États-Unis. Le prétendu « président par intérim » que Washington reconnaît, Juan Guaidó n'est plus capable de rallier l'opinion publique. Il est incapable de rassembler des foules pour ses rassemblements publics. Il n'est pas étonnant qu'il ait été contraint de se rallier aux négociations avec le gouvernement du président Nicolás Maduro, ce que ce dernier lui avait toujours proposé.

Les décideurs politiques de Washington ont été exclus des négociations qui ont débuté à Oslo sous la médiation de la Norvège. Bien qu'elle soit un allié clé des États-Unis et un pays membre de l'OTAN, la Norvège entretient des relations cordiales avec Caracas depuis l'époque où le dirigeant vénézuélien Hugo Chavez a travaillé étroitement avec les médiateurs norvégiens pour mettre un terme à la guerre civile en Colombie. (Washington refuse de reconnaître le rôle constructif du Venezuela dans l'influence qu'il a exercée sur les guérillas de gauche colombiennes pour négocier le règlement final). Il est intéressant de noter que contrairement à de nombreux autres pays européens, la Norvège n'a pas reconnu Guaido comme président intérimaire du Venezuela.

Fondamentalement, les États-Unis n'ont pas compris les motivations de l'armée vénézuélienne. Pour camoufler la débâcle, les responsables américains ont pointé du doigt la Russie pour s'être ingérée et avoir convaincu l'establishment vénézuélien de tenir bon et de ne pas céder à la pression américaine. C'est un conte chimérique. Mais ce qui est triste, c'est que des leçons n'ont pas encore été tirées. L'espoir persiste toujours à Washington que des défections militaires de haut niveau peuvent être organisées dans les forces armées vénézuéliennes, à condition que le projet de changement de régime soit modifié pour encourager les généraux vénézuéliens à rejoindre le mouvement de l'opposition.

On entend encore parler d'une intervention des États-Unis et de menaces voilées de la part de hauts responsables à Washington. Mais presque personne ne le prend au sérieux ou ne pense qu'une intervention américaine est imminente ou probable. Au-delà des divergences d'opinion dans la politique vénézuélienne, l'opinion publique a tendance à joindre les rangs pour s'opposer à toute intervention militaire américaine. Washington sait aussi que le Venezuela est inondé d'armes et il est presque certain qu'une guerre civile prolongée pourrait s'ensuivre si les États-Unis intervenaient militairement pour renverser le gouvernement établi à Caracas.

Curieusement, même les pays pro-américains d'Amérique Latine qui pourraient être enclins à soutenir Guaidó ont de sérieuses réserves quant à l'intervention militaire américaine. Le Brésil est un exemple flagrant, disant ouvertement que les États-Unis ne seront pas autorisés à utiliser leur territoire pour l'invasion du Venezuela. Autant dire qu'il n'y aura pas beaucoup de preneurs dans l'hémisphère occidental pour une invasion américaine du Venezuela et même l'opinion modérée qui soutient Guaidó militera contre une telle mesure imprudente.

Cela ne veut pas dire que la position politique de Maduro est inattaquable. Le fait est que les difficultés économiques des Vénézuéliens sont devenues si insupportables qu'il y a des fissures dans la base de soutien de Maduro. Maduro n'en rajoute pas en arrêtant Guaidó et en l'envoyant en prison ou en l'intimidant physiquement, ce qui montre qu'il est conscient de l'opinion publique, qui atteint les limites de sa patience. Maduro a préféré conserver son avantage en tant que défenseur du statu quo.

Compte tenu de l'échec complet du projet de l'administration Trump au Venezuela, la voie à suivre semble être la construction du processus de paix d'Oslo, qui a débuté le 16 mai. Le ministère norvégien des Affaires Étrangères a déclaré que les représentants du gouvernement vénézuélien et de l'opposition, qui sont arrivés à Oslo pour discuter de la possibilité d'entamer des négociations directes, ont démontré leur volonté d'aller vers la recherche d'une « solution coordonnée et constitutionnelle » au blocage politique. Selon Maduro, une délégation gouvernementale a été envoyée en Norvège, composée du ministre des Communications et de l'Information Jorge Rodriguez, du ministre des Affaires Étrangères Jorge Arreaza et du gouverneur de l'État Miranda Hector Rodriguez.

Maduro a récemment révélé :

« Cela fait déjà deux ou trois mois que nous avons des discussions secrètes, puis nous nous sommes assis à la table des négociations en Norvège. Je veux parvenir à un accord de paix pour le Venezuela ». 

Mercredi, Maduro a ajouté :

« Nous sommes prêts à organiser des élections législatives. Le pays veut que la composition de l'Assemblée Nationale soit renouvelée«.

Mais il a aussi ajouté :

« L'impérialisme américain essaie chaque jour de faire du mal au Venezuela depuis l'intérieur et depuis l'extérieur«.

Il a raison. Dans l'état actuel des choses, accepter la défaite est une pilule amère à avaler pour les États-Unis. Pour le président Trump, une « victoire » de politique étrangère au Venezuela devient un pari important de sa candidature pour sa réélection en 2020, compte tenu de la population hispanique de l'État « balancant » de Floride, qui peut faire toute la différence pour sa base de soutien.

Comme on pouvait s'y attendre, Moscou se félicite des plans visant à poursuivre les consultations entre le gouvernement vénézuélien et l'opposition dans la capitale norvégienne d'Oslo plus tard dans la semaine, a déclaré lundi dernier le ministre russe des Affaires étrangères dans une déclaration. Pour citer la déclaration :

« Moscou se félicite de l'annonce de la poursuite des contacts entre le gouvernement vénézuélien et l'opposition qui se tiennent à Oslo grâce aux bons services de la Norvège. Nous appelons tous les États impliqués dans la situation au Venezuela à soutenir le lancement du processus politique sous la forme de pourparlers entre les principales forces du pays, en s'abstenant de lancer des ultimatums aux dirigeants du Venezuela«.

Le ministère russe des Affaires Étrangères a ajouté :

« De notre côté, nous sommes prêts à tout mettre en œuvre pour faciliter le dialogue si ses participants le jugent nécessaire. Dans le même temps, nous tenons à réitérer que nous rejetons fermement toute idée qui permettrait une intervention énergique dans les affaires intérieures du pays«.

De ce point de vue, il est tout de suite évident que la volonté de la Chine de s'identifier à la position russe sur le processus d'Oslo aura une incidence significative sur les développements futurs. Le président Xi Jinping a déclaré aux médias russes dans une interview accordée à la veille de sa visite d'État de trois jours en Russie le 5 juin :

« Sur le Venezuela, la position de la Chine est cohérente et claire. Compte tenu de l'importance du respect de la Charte des Nations Unies et des normes fondamentales régissant les relations internationales, la Chine maintient que la question devrait être laissée au gouvernement et à l'opposition vénézuéliens pour qu'ils la résolvent par un dialogue politique inclusif et des consultations indépendantes dans le cadre constitutionnel. La Chine s'oppose à l'intervention extérieure, aux sanctions unilatérales et à l'usage de la force ou à la menace. La Chine travaillera avec le reste de la communauté internationale pour jouer un rôle positif et constructif sur cette question, aider à faciliter les pourparlers de paix et défendre l'équité et la justice internationales, les buts et principes de la Charte des Nations Unies, ainsi que la paix et la stabilité régionales pour aider le Venezuela à retrouver le plus rapidement possible la voie du développement normal«.

Trump lui-même n'a pas caché sa frustration face à la stratégie imparfaite poursuivie par son administration. Il a même publiquement pris ses distances par rapport au cri de guerre de John Bolton, conseiller à la sécurité nationale. Paradoxalement, le président russe Vladimir Poutine, qui critique le projet américain au Venezuela, fait toujours partie d'une poignée de voix qui semblent avoir l'écoute de Trump, et pourrait être un facteur déterminant pour aider à mettre un frein aux extrémistes de Washington.

 M.K. Bhadrakumar

Source :  Venezuela Explores Peace Talks. Will US Allow It?

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Proposer une solution