Réseau social

 Mobilisations du 17 novembre : ce que proposent la gauche et les mouvements sociaux

 Gilets jaunes : nous sommes le peuple

 De la crise symbolique à la crise politique

 Live: France - Gilets jaunes: Nouvelle journée de tensions à Paris

 Gilets jaunes: l'aventure continue

 France/gilet jaunes: mobilisation modérée pour l' » acte 5 » à Paris

 Acte 6 des Gilets jaunes : une diversion organisée à Versailles ?

 Acte 7 des Gilets jaunes : une mobilisation bien plus forte en province qu'à Paris

 Acte 8 des Gilets jaunes : après les vœux de Macron, première mobilisation de 2019 (En Continu)

 Acte 9 : les Gilets jaunes se mobilisent partout en France (En Continu)

 Acte 10 des Gilets jaunes : une mobilisation sur fond de Grand débat national

 Acte 11 : les Gilets jaunes poursuivent leur mobilisation (En Continu)

 Gilets jaunes : un acte 12 en hommage aux blessés et aux victimes (En Continu)

 Acte 13 : les Gilets jaunes à nouveau dans les rues aux quatre coins de la France (En Continu)

 Acte 14 : après trois mois, la mobilisation des Gilets jaunes se poursuit (En Continu)

 Gilets jaunes : un acte 15 marqué par un rebond ? (En Continu)

 Acte 16 : des Gilets jaunes se rassemblent partout en France (En Continu)

 Acte 17 des Gilets jaunes : le maire d'une petite commune prend un arrêté interdisant les Lbd

 Gilets jaunes : un acte 18 pour marquer une nouvelle phase de la mobilisation (En Continu)

 La mission Sentinelle mobilisée et renforcée pour la prochaine manifestation des Gilets Jaunes

 Gilets jaunes : un acte 19 à haut risque (En Continu)

 Acte 20 des Gilets jaunes : Bordeaux au coeur de la mobilisation ? (En Continu)

 Acte 21 : les Gilets jaunes poursuivent leur mobilisation (En Continu)

 Acte 22 : situation tendue à Toulouse, manifestations dans le calme à Paris (En Continu)

 Acte 23 des Gilets jaunes : situation tendue à Paris (En Continu)

 Acte 24 : après les annonces de Macron, les Gilets jaunes de nouveau dans la rue (En Continu)

 Acte 25 : Après le 1er Mai, des rassemblements des Gilets jaunes prévus dans toute la France

 Acte 26 : manifestation dans le calme à Paris, tensions à Nantes et à Lyon (En Continu)

 Acte 27 des Gilets jaunes: de nombreuses manifestations prévues malgré l'essoufflement (En Continu)

 Gilets jaunes : un acte 28 à la veille des européennes (En Continu)

 Gilets jaunes : pour l'acte 29, les irréductibles poursuivent leur mobilisation (En Continu)

Des gilets jaunes s'expriment sur les élections européennes

07-06-2019 wsws.org 8 min #157465

Par nos journalistes
7 juin 2019

Des dizaines de milliers de personnes se sont jointes aux manifestations des gilets jaunes à travers la France samedi, la 29e semaine consécutive de manifestations et la première depuis les élections européennes du 26 mai dernier. Le gouvernement a fait état d'un dénombrement officiel sous-estimé de 9.500 personnes, soit moins de la moitié du nombre rapporté par la page Facebook «Le Nombre Jaune» qui centralise les comptages de chaque manifestation.

Les militants du Parti de l'égalité socialiste (PES) ont distribué des dépliants du World Socialist Web Site commentant les élections européennes «Les élections européennes et la résurgence de la lutte de classe». Ils ont discuté de la nécessité d'une perspective politique socialiste pour la classe ouvrière à la suite du vote.

Comme en 2014, le Rassemblement national d'extrême droite mené par Marine Le Pen a réussi à remporter une courte victoire aux élections de dimanche. Il a exploité la colère sociale généralisée, l'hostilité envers le gouvernement Macron et les politiques pourries de la «gauche» officielle du Parti socialiste (PS) et de la France insoumise (LFI) de Jean-Luc Mélenchon.

La police s'apprête à encercler et piéger des manifestants à Paris samedi

Ceux qui se sont entretenus avec les militants du PES ont exprimé leur hostilité à l'égard de l'establishment politique. Jennifer, 31 ans, assistait à sa première manifestation des gilets jaunes. Elle travaille comme recruteur d'emploi dans une entreprise privée. Elle n'a pas voté aux élections parce qu'elle a dit qu'elle ne pouvait soutenir aucun des candidats. Elle avait été une des plus de 7 millions de personnes qui ont voté pour Mélenchon à l'élection présidentielle de 2017. Plus de 60 pour cent des électeurs de Mélenchon se sont tournés vers d'autres partis lors de ce vote.

«Je suis venue pour soutenir des personnes qui se battent contre ce gouvernement auquel je m'oppose aussi, et parce que je veux une vraie démocratie», a-t-elle dit. «Mes amis sont ici depuis le début, mais c'est la première fois pour moi. On ne décide rien vraiment aujourd'hui... Il y a 9 millions de Français qui vivent en dessous du seuil de pauvreté. Ce n'est pas acceptable aujourd'hui et dans ces conditions de faire de cadeaux aux riches, tels que mettre fin à l'impôt sur la fortune... [comme Macron]».

«On n'a pas voté pour Macron, mais contre Le Pen. Personnellement, j'ai voté blanc. Mais beaucoup de mes amis ont voté pour Macron pour ne pas avoir Le Pen. Mais ce n'est pas parce que nous le soutenons. Une pétition qui réclame la justice climatique a recueilli plus d'un million de signatures, mais rien n'est encore acquis. Les médias appartiennent aux riches. On est exactement au même niveau qu'en Russie, mais les médias disent que c'est beaucoup moins démocratique là-bas. On nous prend pour des demeurés, on en a marre.»

«En 2017, j'ai voté pour Mélenchon», a dit Jennifer. «Mais plus maintenant, parce que je ne pense plus à lui. Nous ne voulions pas d'un seul homme politique de plus qui ne connaisse pas vraiment les vrais problèmes de la population. Il voulait juste nos votes. C'est comme cet autre député, qui s'est fait dire par un «gilet jaune» qu'il gagnait 1.500 euros par mois, et qui a répondu: «Oh, êtes-vous à temps partiel?»»

Jean Petit

Jean Petit est un logisticien de 60 ans qui charge des palettes dans l'entrepôt d'un équipementier radio situé à 20 minutes au sud de Paris, où il vit. «Dès le départ, ce mouvement a permis aux gens qui ont des soucis, mais qui vivent seuls et croyaient qu'ils étaient seuls, de se retrouver et se rencontrer», a-t-il déclaré aux journalistes du WSWS. «On a eu l'opportunité de savoir qu'on n'est pas seul».

«La réponse de Macron c'est des mesurettes, un peu de SMIC, des retraites. Elles n'ont rien à satisfaire les gens. On a vu ouvrir cette fracture sociale entre: les gens qui "ont", et les gens qui n'ont pas; cette fracture s'accentue d'année en année. Les travailleurs ou la classe moyenne basculent dans la pauvreté petit à petit. La majorité s'enfonce dans la précarité. Là, il y a une prise de conscience qui dit, arrêtons ici. Cette politique va créer deux catégories en France, les nantis et les autres.»

«J'ai 50 ans, si je regarde, il y avait 2 SDF dans ma commune il y a 20 ans. Maintenant c'est plein de personnes de votre âge, ils sont sans domicile fixe et sont physiquement en forme pour vivre une vie normale. Mais le fait de sortir d'un profil type, le papier, le logement, le diplôme, si une de ces choses n'est pas correcte, c'est suffisamment pour se trouver dans le chômage. On a des vétérans de la guerre d'Afghanistan qui se trouvent sans abri...»

«Un jour le patron me dit: 'Je n'ai pas les moyens de payer le montant que vous recevez'. Il a engagé de jeunes hommes de 30 ans à côté de moi qui font la même chose que moi pour 200 euros de moins par mois».

«L'intérim était autrefois l'affaire des employeurs qui décidaient si vous étiez un bon travailleur; aujourd'hui, il est permanent. Si vous essayez d'obtenir un prêt pour une maison aujourd'hui et que vous n'avez pas de contrat à durée indéterminée, la banque vous dira non immédiatement. Il y a un tel besoin de travail chez les jeunes, et les entreprises en profitent. Ils embauchent des gens pour un mois, deux mois à la fois. Les jeunes travailleurs de mon entreprise, vous remarquez qu'ils ont peur de parler au travail. Vous seriez comme ça aussi si l'employeur pouvait décider qu'il n'a plus besoin de vous la semaine suivante».

Jean s'en est pris aux syndicats, qu'il considère comme responsables de l'application des attaques des entreprises et du gouvernement, supprimant ainsi une lutte unie des travailleurs. «Les syndicats sont morts - en fait, c'est les entreprises et le gouvernement qui les paient. Alors pourquoi agiraient-ils contre les gens qui les paient? Et, ce n'est plus les membres qui les paient maintenant».

Jean s'est dit attiré par le dépliant distribué par les militants du Parti de l'égalité socialiste parce qu'il était international, publié par une publication mondiale. «C'est un type de lutte qui est international», a-t-il dit, «et nous avons déjà vu les gilets jaunes en Irak. Je suis venu ici précisément pour parler à des gens qui avaient davantage à dire des questions plus vastes. Je suis curieux au sujet de ce site parce que ce qui y est écrit est plus qu'une simple réflexion sur la question de savoir si les gens de ma région vont venir protester ou non. Vous parlez des problèmes du 20e siècle».

Une manifestante à la protestation de samedi

Jef, un travailleur de l'aéronautique, a également parlé de sa désillusion face à l'establishment politique et à la vie intellectuelle et culturelle officielle actuelle. Il a noté que le parti «La République en marche» de Macron (LRM) «s'empare de tous les libéraux du marché libre, le Parti socialiste (PS), l'aile du marché libre des Républicains (LR)... Donc une grande coalition de droite PS-LR-LR-LRM est en train d'émerger». Il a ajouté que voter pour les partis conservateurs ou sociaux-démocrates «c'est la même chose».

Il a ajouté qu'il ne croyait pas les affirmations des médias que les manifestations des gilets jaunes sont de plus en plus impopulaires. Il a dit: «Je pense qu'il y a beaucoup de manipulation, mais le soutien aux revendications essentielles du mouvement a toujours été très fort, comme vous le dites, contre les inégalités. Vous verrez que c'est encore populaire».

Il a souligné les problèmes liés à un climat politique et intellectuel plus large: «Les gens ne savent pas, on leur a en quelque sorte lavé le cerveau avec le capitalisme, le capitalisme, la privatisation totale. Ils constatent que la simple privatisation ne mène nulle part. Les salaires sont en baisse. Je pense donc qu'il est nécessaire de développer la conscience, d'éduquer les gens.»

Jef a également souligné le fait que l'énorme impact international de l'existence de l'Union soviétique est constamment minimisé: «Lors de la Seconde Guerre mondiale, qui a subi le plus de pertes? Tout le monde dirait les Américains, mais c'était les Russes. Avant 1968, vous avez posé la même question et tout le monde disait les Russes. Maintenant, ils diraient que ce sont les Américains. C'est ainsi que l'état d'esprit a changé au fil du temps, mais il y a aussi des gens qui peuvent raconter l'histoire. Il y a des personnes âgées qui peuvent raconter l'histoire, les choses peuvent être confirmées. Les anciens combattants de 1968 et la Résistance sont toujours parmi nous.»

(Article paru en anglais le 3 juin 2019)

 wsws.org

 Commenter
 Se réfère à : 1 article