Lors de Tiananmen, la Chine a été sauvée du destin de l'Urss

04-06-2019 histoireetsociete.wordpress.com 11 min #157341

dans mon livre Temps retrouvé d'une communiste je raconte comment en Europe (Hongrie, Pologne, mais aussi Italie et France, j'ai pu assister à la manière dont des dirigeants gorbatchéviens coupés de leur peuple ont prétendu répondre aux aspirations tout à fait contradictoires par la fin du socialisme que personne ne réclamait et comment a été consacrée la fin du socialisme européen. Ici nous avons un article dont l'auteur n'est pas communiste mais un Russe qui fait le bilan de la répression du Tien An Men et la manière dont elle a sauvé le pays. Un texte intéressant quoique l'on pense du choix chinois parce qu'il illustre bien l'état d'esprit majoritaire des Russes (note de Danielle Bleitrach)

4 juin 2019, 08h30
Photo: Vincent Yu / AP / TASS
Texte: Peter Akopov

Il y a trente ans, la Chine a évité l'insurrection - les émeutes de Pékin furent réprimées par la force. L'armée chinoise a nettoyé la place principale du pays des manifestants. Les événements sur la place Tiananmen ont marqué un tournant dans la transition de la Chine du système communiste à une économie de marché dirigée, tout en maintenant une autorité centrale forte et le rôle dirigeant du Parti communiste. En URSS deux ans plus tard, cette transition n'a pas pu avoir lieu.

La place Tiananmen, la plus grande du monde, peut accueillir un million de personnes, mais dans la nuit du 3 au 4 juin, elle comptait plusieurs centaines ou milliers de personnes. Des manifestants en avaient pris possession depuis six semaines déjà.

Les rassemblements ont commencé le 15 avril après la mort de l'ancien secrétaire général du Comité central du PCC, Hu Yaobang, mais ils sont devenus particulièrement populaires à la mi-mai. A ce moment-là, Mikhail Gorbatchev est arrivé à Beijing. Il s'agissait de la première visite du dirigeant de l'URSS en RPC en 30 ans, clôturant l'ère d'hostilité entre les deux pays.

En raison de la manifestation, le programme de visites du Secrétaire général a dû être modifié. En particulier, il n'a pas déposé de fleurs sur le monument situé sur la place et ne s'est pas rendu au Gugong, la Cité interdite, dont les portes donnent également sur Tiananmen. Les étudiants, qui représentaient la partie la plus en vue des manifestants, attendaient Gorbatchev avec des affiches en soutien à la perestroïka et à la glasnost, ainsi que pour exiger des réformes similaires en Chine.

Ils n'ont pas été entendus. Et merci à Dieu, car si le gouvernement chinois avait suivi la voie de Gorbatchev, faisant passer les réformes politiques avant les réformes économiques, la RPC aurait connu le sort de l'URSS. Et avec des conséquences beaucoup plus graves.

C'est pourquoi le dirigeant chinois Deng Xiaoping a mis fin à la fête de l'insoumission à Tiananmen. Plusieurs centaines de personnes ont été tuées, huit instigateurs des émeutes ont été condamnés à mort, mais la Chine a conservé son contrôle et son intégrité. Et a commencé à se développer à un rythme effréné.

Cependant, en Occident, ainsi que dans la conscience de masse internationale, y compris en Russie, Tiananmen est un exemple de la victoire des forces totalitaires brutales: le Parti communiste avait peur de perdre le pouvoir et écrasait les étudiants pauvres qui souhaitaient démocratie et liberté avec des tanks.

Le mythe des événements de Tiananmen est devenu une partie d'une sinaphobie commune - et il est inutile de prétendre discuter cela

Mais il convient de mentionner quelques faits.

Selon les chiffres officiels, 240 personnes sont mortes sur la place, pas même à Tiananmen, mais dans le centre de Pékin lors de la répression des émeutes. Il y avait des barricades et des incendies de matériel militaire. Parmi les personnes tuées, selon les mêmes chiffres officiels, il y avait une vingtaine de policiers et de militaires. Les chiffres officieux atteignent 5 000, malgré le fait qu'il n'y avait pas autant de monde en tout sur la place. Le nombre réel de victimes des événements survenus dans la nuit du 3 au 4 juin dépasse à peine les chiffres officiels: de nombreux chercheurs sérieux sont enclins à une estimation totale de 400 à 500 personnes, ainsi qu'à Beijing dans son ensemble.

Les autorités ont été forcées de recourir au pouvoir militaire après que les manifestants eurent refusé de se disperser et d'obéir aux forces de l'intérieur non armées. D'abord, après que les rassemblements du 20 mai à Beijing aient été officiellement interdits, puis lorsque la tentative du 30 mai de les évincer avec l'aide de troupes internes non armées a échoué. Il était impossible d'attendre la fin du rassemblement: il durait depuis plus d'un mois et demi et les événements de Beijing commençaient déjà à faire écho dans les régions, y compris Shanghai, la deuxième ville de Chine.

Tout a commencé le 15 avril - la mort de Hu Yaobang a été le prétexte du début des troubles. Parce que deux ans auparavant, le secrétaire général avait été démis de ses fonctions pour libéralisme excessif. C'est-à-dire pour avoir eu l'intention d'affaiblir le rôle dirigeant du parti, d'abandonner le maoïsme et pas seulement ses excès, de jouer à la démocratie à la chinoise. Et bien qu'en 1987, les dirigeants de la République populaire de Chine n'aient pas encore sous les yeux de l'expérience de l'Union soviétique, la perestroïka ne faisait que commencer, les personnes âgées et expérimentées ont rapidement compris ce qui se jouait avec le gorbatchévisme de Hu Yaobang.

En tant que président du Conseil militaire du Comité central du PCC, Deng Xiaoping, qui était le véritable chef du pays, a remplacé Hu par Zhao Ziyang, l'ancien Premier ministre. Mais à l'époque de Tiananmen le nouveau secrétaire général lui-même avait commencé à «dériver». Ses démarches auprès des manifestants n'ont abouti à rien et il n'a pas voulu décider d'une dispersion forcée. Cependant, personne parmi les dirigeants chinois ne voulait du sang, mais les dirigeants chinois voulaient encore moins de chaos et de drame.

Deng Xiaoping, âgé de 85 ans, a décidé de faire venir des troupes et, quelques jours plus tard, il a remplacé Zhao Ziyang par Jiang Zemin, en lui donnant le pouvoir au complet. Jiang est devenu non seulement le secrétaire général, mais également le conseiller militaire principal, c'est-à-dire qu'il a reçu un poste clé dans la hiérarchie du pouvoir chinois. Bien sûr, Deng était toujours attentif à la situation et tenait bon, mais après trois ans, il a finalement pris sa retraite et a vécu cinq ans de plus dans le rôle de patriarche. En passant, Jiang est toujours en vie et cette année, ayant survécu à Deng, il est déjà devenu le plus vieux dirigeant chinois (il aura 93 ans en août).

Pour comprendre le type de dilemme auquel la Chine était confrontée le 4 juin 1989, il faut prendre la place de Deng Xiaoping et connaître l'histoire chinoise récente.

La Chine est tombée malade au début du 19e siècle, au début de la pénétration active des pays occidentaux, en premier lieu de la Grande-Bretagne. Les guerres de l'opium perdues, la perte de souveraineté, les soulèvements et les troubles internes, l'intervention directe étrangère, y compris à Beijing - tout cela s'est terminé en 1911 avec une révolution, la chute de l'empire.

Le pays s'est effondré, la guerre civile a commencé, le gouvernement central a perdu le contrôle, puis il y a eu une guerre entre les communistes et le Kuomintang, puis les Japonais sont venus. La Chine n'est sortie de la maladie mortelle qu'en 1949 - avec la victoire de Mao et la proclamation de la RPC. Autrement dit, le pays a connu presque un siècle de confusion, mais ce n'était pas la fin.

En 1966, la «révolution culturelle» a commencé - une nouvelle agitation qui a entraîné un changement de cap et de pouvoir (Mao a réprimé la plupart des dirigeants, y compris Deng Xiaoping). Pendant quelques années, tout était en équilibre au bord du chaos. Afin de pacifier la gauche incontrôlable, la jeunesse, prenant la parole pour le changement total de tous les responsables, il fallut utiliser l'armée.

Au début de 1976, après la mort du Premier ministre Zhou Enlai, Deng Xiaoping, qui était revenu à la direction depuis seulement trois ans, est de nouveau limogé. En avril, des émeutes ont éclaté à Tiananmen. La cause en était l'enterrement de Zhou et la cause du mécontentement général envers les autorités. On y a vu les machinations de Deng et il a été mis en résidence surveillée.

Cependant, Mao est décédé en octobre et tous ses adeptes gauchistes, y compris sa femme, ont été arrêtés. Ensuite, Deng reviendra au pouvoir en 1978, proclamant la politique de réforme économique et, en 1980, deviendra la première personne du pays. Il y avait un grand mécontentement avec les réformes du marché. Ils ont conduit à la stratification et même les Chinois qui vivaient dans la pauvreté depuis toutes ces années ne s'attendaient à rien de bon. Il n'y avait pas non plus d'unité dans la direction: certains considéraient que les réformes allaient trop vite, d'autres étaient en faveur d'une réforme politique.

Dans une telle situation, Tiananmen est arrivé, où se trouvaient en fait une variété de personnes insatisfaites, allant des étudiants aux travailleurs, de ceux qui voyaient dans les réformes une «contre-révolution rampante» à ceux qui voulaient que «le parti dirige». Il était impossible de satisfaire leurs demandes. Par exemple, abandonner le principe d'unité de commandement et le rôle de premier plan du PCC dans la transition vers un véritable système multipartite constituerait une lutte pour le pouvoir, puis un déplacement du centre de gravité de Pékin vers les provinces et, en conséquence, un nouveau trouble, voire la désintégration de la Chine.

Nous avons pu observer un certain analogue du rassemblement de Tiananmen avec février 1991 à Moscou, alors que plusieurs centaines de milliers de personnes assistaient à une manifestation place du Manège. Les revendications face au kremlin étaient différentes: on n'aimait pas la démocratisation lente (bien que l'article de la Constitution sur le rôle dirigeant du PCUS ait déjà été aboli), d'autres étaient contre les fonctionnaires corrompus (les privilèges de l'appareil du parti - comme on a su plus tard, étaient ridiculement bas), d'autres réclamaient Eltsine. Cependant, à ce moment-là, le processus de l'effondrement de l'URSS avait déjà atteint un point tel que même la tentative désespérée du Comité d'État de sauvegarde de l'État de le sauver n'a abouti à rien.

Cependant les événements du 19 au 21 août 1991 et du 15 avril au 4 juin 1989 soient essentiellement les mêmes. Là-bas, le sort d'un grand pays se décidait. Deng (qui, après sa rencontre avec Gorbatchev en mai 1989, l'a qualifié de fou) n'a pas peur de prendre une décision - dans l'intérêt de son peuple et de son avenir. Quelle est la raison d'une telle différence?

Il semble que Gorbatchev et Deng n'étaient plus déjà très communistes à cette époque. Serait-ce une question de caractère et de sagesse? Ici, bien sûr, il ne peut y avoir de comparaison.

Mais l'important est ailleurs. Deng Xiaoping connaissait bien l'histoire de son peuple. Après 85 ans, il en faisait déjà partie (après avoir connu la guerre civile, le rôle de dirigeant et l'exil), tandis que le pur apparatchik Gorbatchev ne connaissait ni ne sentait pas la Russie.

Souvent, quand on dit que la Chine a eu de la chance, les gens sous-entendent que « Deng a osé Tiananmen, il a versé du sang - et sauvé le pays ». Mais la question n'est pas du tout une affaire de sang - mais bien dans la connaissance des lois de l'histoire de son pays, dans le sens de la responsabilité qui incombe à l'avenir, des contours et des principes que le sage dirigeant imagine.

 Abonnez-vous à VIEW Yandex News

Vous pouvez commenter les documents du journal VIEW en vous  inscrivant sur le site RussiaRu.net. Lisez la politique éditoriale concernant les commentaires  ici.

 histoireetsociete.wordpress.com

 Commenter
 Se réfère à : 1 article