Pierre-Antoine Plaquevent - Soros et la société ouverte

26-05-2019 2 articles lesakerfrancophone.fr 7 min #156941

Métapolitique du globalisme

Par Hervé - Source le Saker Francophone

 Pierre-Antoine Plaquevent

Pierre-Antoine Plaquevent anime un portail méta-politique  les-non-alignés.fr. Il nous avait déjà contactés pour proposer un  article sur Soros il y a 1 an. Depuis c'est dans un livre qu'il développe son propos déconstruisant cet homme, George Soros, qui derrière sa fondation, l'Open Society, semble de tous les combats de la mondialisation, des révolutions de couleurs, aux marches LGBT et même maintenant derrière les vagues de migrants qui ont fait récemment la une des journaux.

 leretourauxsources.com Ce livre est clairement un manuel de contre-insurrection contre ce que l'auteur appelle le « globalitarisme », une volonté palpable d'en finir par la force si nécessaire avec les États-nations, la liquidation de siècles d'histoires, notamment en Europe, avec la promesse d'un avenir radieux sans violence, égalitaire, dans le respect de toutes les minorités.

Dans les milieux souverainistes, Soros est souvent présenté comme l'incarnation du mal, l'Attila de l'identité, de la tradition et de tout ce qui fait qu'un Homme est attaché à sa terre, celle de ses ancêtres.

P-A Plaquevent commence donc habilement par nous présenter Soros, le jeune homme, son histoire, né dans une Hongrie soumise coup sur coup à 2 totalitarismes, ses rencontres plus tard qui vont forger son idéologie et lui donner cet élan qui le fait encore, au seuil de sa mort, être de tous les combats. Si c'est clairement Karl Popper qui va être son mentor et qui va l'aider à structurer sa pensée, cette analyse des racines de la pensée Soros, de son idéologie de la Société ouverte, nous offre une large vue des hommes derrière chaque champ de bataille qui secoue la société européenne lors de cette formidable révolution industrielle, menée tambour battant au 18ème et 19ème siècle.

On y croise les suspects habituels, les Rothschild, Cecil Rhodes et sa Fabien Society, la Société Des Nations ou encore HG Wells et son livre prophétique, le Nouvel Ordre Mondial, « l'édification d'une société ouverte planétaire pilotée par un gouvernement mondial technocratique » et si je peux ajouter et plagier Voltaire, dirigé par « un petit nombre qui fait travailler le grand nombre, est nourri par lui, et le gouverne ».

Mais le message de Soros s'appuie aussi sur une philosophie politique basée sur sa théorie de la réflexivité, le lien entre le présent et le futur, le fait que les perceptions des participants à un système financier ou à une société sont intrinsèquement faussées, comme Heisenberg et son principe d'incertitude en physique. Et l'on comprend en lisant ce livre comment ces réflexions théoriques peuvent servir de bases à des actions politiques, en utilisant le chaos comme mode de gouvernance pour reconfigurer jusqu'à la façon dont pense la population ciblée. C'est d'ailleurs l'un des axes du travail de  Lucien Cerise auteur de la post-face de ce livre.

Cette analyse de la Société ouverte est passionnante et amène l'auteur à nous faire réfléchir sur les grands mouvements idéologiques qui secouent nos sociétés depuis si longtemps, le communisme ; le conflit entre Sparte et Athènes ; comment d'après Carl Schmitt, l'impérialisme économique sait se draper d'atours humanistes pour arriver à ses fins.

Ce livre est une mine d'or pour ceux qui cherchent des outils pour défendre, non des sociétés qui seraient fermées par simple opposition dialectique mais des sociétés suffisamment fortes et stables pour n'accepter de chaque modernité qui passe par là que ce qui est vraiment choisi en conscience, en prenant le temps de l'expérimentation à l'échelle des générations.

Je vous laisse découvrir au fil des pages, l'incroyable réseau Soros, ses complicités à haut niveau, dans les universités, les médias, les liens avec le marxisme culturel, ses origines juives. Je finirai par quelques mots sur la naissance de la cybernétique dans les mêmes années qui constitue un outil socio-technique pour décomposer et recomposer le corps social, l'intuition fondatrice de l'ingénierie sociale, où l'homme n'est plus qu'un système auto-régulé, une suite de commandes pour obtenir un comportement global. Vous pouvez utilement regarder ce film cité par l'auteur :  Das Netz - La construction des Unabombers en référence à Ted Kaczynsky.

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter

Articles associés plus récents en premier
09-06-2019 lesakerfrancophone.fr 19 min #157559

Pierre-Antoine Plaquevent - Soros et la société ouverte - L'interview

Métapolitique du globalisme...
Par Hervé - Source le Saker Francophone...
Pierre-Antoine Plaquevent]...
Pierre-Antoine Plaquevent] à mes questions....
PAP - Pouvez-vous vous présenter rapidement pour nos lecteur...
Après une longue période d'activisme politique, j'ai créé le...
PAP - Pouvez-vous aussi définir votre sous-titre, « mét