Après l'offensive américaine contre Huawei, Pékin va-t-il déclencher la guerre des terres rares ?

24-05-2019 reseauinternational.net 5 min #156840

Dans un article d'une page, Jean-Paul BAQUIAST nous apprend que la Chine ne manque pas de moyens de riposter intelligemment aux mesures hostiles prises contre le géant chinois des télécoms HUAWEI.

L'atout des « terres rares » dont nous parle Jean-Paul Baquiast, vient en effet s'ajouter à deux autres atouts chinois :

1 - la possession de 1120 milliards de dollars de dette US donne aux Chinois la possibilité de déstabiliser l'économie US lorsqu'ils le voudront en remettant sur le marché une part importante de ce « produit à risque ». Notons qu'ils ont commencé à le faire progressivement, en 2018. Depuis le début des hostilités lancées par Trump, entre mars 2018 et mars 2019, les Chinois ont réduit de 67 milliards de dollars leur exposition à la dette US (-5% en un an) (/mfh.txt), alors même que cette dette continue d'exploser... (actuellement à 22 313 milliards de dollars en augmentation de 3 milliards par jour...)

2 - Gros acheteurs de gaz liquéfié (GNL) US et plus gros importateurs de gaz du monde, les Chinois n'ont importé sur les 4 derniers mois que 300 000 tonnes de gaz US contre 1,4 million de tonnes pour la même période de l'an dernier. En imposant désormais une taxe de 25% sur le GNL US, la Chine va réduire ses importations en provenance des USA au niveau zéro pour ce type de produit, devenu trop cher pour les importateurs chinois. La mise en service du North-Stream 2,fin 2019 ou 2020, va compliquer sérieusement la vente du gaz américain qui va non seulement perdre le marché chinois mais voir les Européens se tourner vers un gaz russe beaucoup moins cher.
 fr.sputniknews.com

Mais il n'est pas exclu que Trump, adepte des volte-faces et du poker menteur, revienne prochainement, et après réflexion, sur ses décisions récentes...

Wait and See.

Bonne lecture

Général Dominique Delawarde

***

par Jean-Paul Baquiast

La Chine détient actuellement l'essentiel des gisements mondiaux de terres rares rapidement exploitables. Celles-ci sont indispensables dans la fabrication des appareils électroniques tels que les smart phones et les futures voitures électriques.

Il était prévisible que Pékin riposterait sur ce terrain à l'offensive américaine contre Huawei, menacé par un embargo américain sur des composants électroniques qui lui sont indispensables.

Washington vise à exclure Huawei de toutes les applications de demain, telles que la 5 G, au prétexte que le géant chinois pourrait espionner les firmes américaines travaillant pour la défense.

Or le président chinois Li Jinping vient de visiter une société productrice de terres rares.

Même s'il n'a fait aucune déclaration à ce sujet, il est évident que cette visite n'était pas de routine.

Elle voulait faire peser la menace d'un embargo chinois sur l'exportation de terres rares. Pékin prend son temps cependant avant de déclencher la guerre. Il craint manifestement que les Américains ne trouvent des substituts aux terres rares.

Cependant cela demandera du temps et nécessitera des crédits de recherche considérables.

Dans les prochains mois, l'arme des terres rares serait donc utilisable et pourrait considérablement affecter toutes les filières technologiques américaines, ainsi d'ailleurs que les Européens qui en sont totalement dépendants. On notera cep que la France pourrait extraire des terres rares dans son domaine maritime, mais avec de grands risques pour la vie océanique

La Chine produit actuellement 95% des terres rares nécessaires à l'industrie. Les États-Unis en importent environ 80%. Un consultant américain, président de ThREE Consulting, a prévenu qu'un embargo chinois pourrait compromettre tous les fabricants non chinois de produits électroniques, y compris ceux utilisée dans le domaine de l'aviation commerciale et de l'industrie militaire.

En 2014 l'Organisation Mondiale du Commerce avait accusé la Chine d'enfreindre les règles de la concurrence en limitant les exportations de ces terres, au prétexte des dégâts à l'environnement provoqués par leur extraction.

Ceci dit l'United States Geological Survey avait estimé en 2018 que la planète disposait de 120 millions de tonnes de gisements, dont 44 millions en Chine, mais aussi 22 au Brésil et 18 en Russie. Ces deux derniers pays avaient jusqu'ici préféré ne pas exploiter leurs réserves, compte tenu du fait que cette exploitation rejette des quantités considérables de produits toxiques et peut-être radioactifs. La Chine apparemment ne s'en préoccupe pas.

Une intervention de Pékin bloquant ou rendant difficiles les exportations de terres rares sera considérée aux États-Unis comme une accélération de la guerre commerciale. De plus, dans le cas encore improbable de conflits militaires avec la Chine dans le Pacifique Sud, il s'agira d'une arme qui devra être prise en considération par les stratèges du Pentagone.

envoyé par  Général Dominique Delawarde

 reseauinternational.net

 Commenter