Merkel déclare l'ordre d'après-guerre terminé et appelle l'Europe à s'unir face aux États-Unis

18-05-2019 reseauinternational.net 5 min #156527

Les relations entre les deux alliés, les Etats-Unis et l'UE, en particulier avec l'Allemagne, se sont détériorées depuis que Washington s'est retiré de l'accord nucléaire iranien de 2015, menaçant les entreprises européennes de sanctions et imposant des tarifs d'importation plus élevés. Le dernier appel d'Angela Merkel à resserrer les rangs précède de peu la décision de Donald Trump concernant ses nouvelles fonctions.

Dans une interview accordée au quotidien allemand Zueddeutche Zeitung à la veille des élections européennes, la Chancelière Angela Merkel a exhorté l'Europe à s'unir et à tenir tête aux Etats-Unis, à la Russie et à la Chine. Au milieu de la querelle en cours avec Washington au sujet de l'augmentation des tarifs douaniers à l'importation et du retrait des Etats-Unis de l'accord avec l'Iran, l'un des politiques les plus puissants d'Europe a déclaré que :

« Les vieilles certitudes de l'ordre d'après-guerre ne s'appliquent plus » et s'est dit convaincu que « l'Europe doit se repositionner dans un monde transformé«.

Elle a admis que l'Europe semble faible depuis que les États-Unis se sont retirés du plan d'action global conjoint de 2015 et a souligné que l'euro lutte pour contrer les sanctions étatsuniennes parce qu'il n'est pas la première monnaie mondiale. Elle a toutefois salué le fait que l'Europe n'est pas divisée sur cette question comme elle l'était sur la guerre en Irak.

Mme Merkel a souligné que l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne ont une approche différente de celle des États-Unis et a admis qu'elles partagent des intérêts communs avec la Russie et la Chine.

Cependant, parlant de la Chine, de la Russie et des Etats-Unis, elle a également mis l'Europe dans l'opposition et a déclaré qu'ils « forcent » les Européens à trouver des positions communes, à maintes reprises, comme l'a déclaré Newsweek.

« C'est souvent difficile étant donné nos intérêts différents. Mais nous y parvenons, par exemple, en pensant à notre politique concernant le conflit en Ukraine«, a fait remarquer Merkel, en évoquant également une stratégie commune pour l'Afrique, à titre d'exemple.

Dans le même temps, elle a conclu que le pouvoir politique de l'Europe ne correspond pas encore à ses capacités économiques. Selon elle, les Européens avancent progressivement.

« Nous devons disposer d'une évaluation réaliste de nos capacités et les renforcer pour l'avenir. En ce qui concerne la coopération en matière de défense, nous progressons bien«, a-t-elle ajouté.

Les relations entre les États-Unis et l'UE sont tendues depuis l'année dernière à la suite de plusieurs décisions de l'administration étatsunienne actuelle. Les États-Unis se sont retirés de l'accord nucléaire de 2015, ce qui implique la levée des sanctions anti-Téhéran en échange du maintien par l'Iran du caractère pacifique de son programme nucléaire. Washington a également réimposé toutes les sanctions et en a imposé de nouvelles, avec l'objectif déclaré de ramener les exportations de pétrole de l'Iran à zéro malgré l'opposition en Europe, qui cherche maintenant un moyen de minimiser les conséquences négatives pour ses activités et sa sécurité dans la région.

En outre, l'année dernière, Donald Trump a introduit des droits d'importation plus élevés sur l'acier et l'aluminium, qui ont évolué en un clivage tarifaire avec l'Europe. Par la suite, l'UE a répliqué aux États-Unis en imposant des contre-tarifs sur leurs marchandises. Trump réfléchit depuis un certain temps à l'idée d'utiliser les préoccupations liées à la sécurité nationale pour justifier la mise en œuvre de droits de douane pouvant atteindre 25 % sur les véhicules automobiles. La Maison-Blanche a jusqu'au 18 mai pour décider s'il y a lieu d'imposer des droits de douane sur les importations d'automobiles et de pièces d'automobiles. Toutefois, selon une source informée des pourparlers, un fonctionnaire de l'administration et deux fonctionnaires étrangers cités par CNBC, la décision d'imposer des droits de douane sur les véhicules automobiles pourrait être retardée de six mois, car l'administration risque de provoquer de nouveaux affrontements commerciaux mondiaux dans un contexte de conflit commercial croissant avec la Chine.

source :  Merkel Says Postwar Order Over, Calls on Europe to Unite in Face of US

Traduction SLT

via  le-blog-sam-la-touch.over-blog.com

 reseauinternational.net

 Proposer une solution