Justice

 Mobilisations du 17 novembre : ce que proposent la gauche et les mouvements sociaux

 Gilets jaunes : nous sommes le peuple

 De la crise symbolique à la crise politique

 Live: France - Gilets jaunes: Nouvelle journée de tensions à Paris

 Gilets jaunes: l'aventure continue

 France/gilet jaunes: mobilisation modérée pour l' » acte 5 » à Paris

 Acte 6 des Gilets jaunes : une diversion organisée à Versailles ?

 Acte 7 des Gilets jaunes : une mobilisation bien plus forte en province qu'à Paris

 Acte 8 des Gilets jaunes : après les vœux de Macron, première mobilisation de 2019 (En Continu)

 Acte 9 : les Gilets jaunes se mobilisent partout en France (En Continu)

 Acte 10 des Gilets jaunes : une mobilisation sur fond de Grand débat national

 Acte 11 : les Gilets jaunes poursuivent leur mobilisation (En Continu)

 Gilets jaunes : un acte 12 en hommage aux blessés et aux victimes (En Continu)

 Acte 13 : les Gilets jaunes à nouveau dans les rues aux quatre coins de la France (En Continu)

 Acte 14 : après trois mois, la mobilisation des Gilets jaunes se poursuit (En Continu)

 Gilets jaunes : un acte 15 marqué par un rebond ? (En Continu)

 Acte 16 : des Gilets jaunes se rassemblent partout en France (En Continu)

 Acte 17 des Gilets jaunes : le maire d'une petite commune prend un arrêté interdisant les Lbd

 Gilets jaunes : un acte 18 pour marquer une nouvelle phase de la mobilisation (En Continu)

 La mission Sentinelle mobilisée et renforcée pour la prochaine manifestation des Gilets Jaunes

 Gilets jaunes : un acte 19 à haut risque (En Continu)

 Acte 20 des Gilets jaunes : Bordeaux au coeur de la mobilisation ? (En Continu)

 Acte 21 : les Gilets jaunes poursuivent leur mobilisation (En Continu)

 Acte 22 : situation tendue à Toulouse, manifestations dans le calme à Paris (En Continu)

 Acte 23 des Gilets jaunes : situation tendue à Paris (En Continu)

 Acte 24 : après les annonces de Macron, les Gilets jaunes de nouveau dans la rue (En Continu)

 Acte 25 : Après le 1er Mai, des rassemblements des Gilets jaunes prévus dans toute la France

 Acte 26 : manifestation dans le calme à Paris, tensions à Nantes et à Lyon (En Continu)

Gilets jaunes : 1 500 euros d'amende pour avoir crié «Castaner assassin» au ministre

16-05-2019 francais.rt.com 2 min #156422

© KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Deux Gilets jaunes ayant crié «Castaner assassin» lors d'une visite du ministre à Besançon en mars ont été condamnés à 1 500 euros d'amende avec sursis. Un troisième manifestant devra payer 1 000 euros d'amende pour les mêmes faits.

Trois Gilets jaunes ont été condamnés le 15 mai à Besançon à des amendes - une ferme, deux avec sursis - pour outrage après avoir crié «Castaner assassin» au ministre de l'Intérieur lors d'une visite de Christophe Castaner dans la ville en mars, selon leur avocat Jean-Michel Vernier.

Deux d'entre eux, un représentant syndical FO et son épouse, ont été condamnés à 1 500 euros d'amende avec sursis. L'avocat a précisé que le couple allait faire appel de sa condamnation. Le troisième a écopé de 1 000 euros d'amende qu'il devra payer, «son casier judiciaire lui interdisant de bénéficier d'un sursis».

Lire aussi

Convoquée pour violence contre les policiers avec son fauteuil roulant, une Gilet jaune se confie

Les trois Gilets jaunes ont en revanche été relaxés des faits de rébellion, selon leur conseil, qui avait plaidé la relaxe lors du procès le 29 avril devant le tribunal correctionnel de Besançon, qui jugeait les trois individus pour outrage envers le ministre de l'Intérieur.

Les faits ont eu lieu mi-mars, lors d'une visite de Christophe Castaner à Besançon pour l'inauguration d'un commissariat dans le quartier sensible de Planoise.

Les trois prévenus avaient lancé au ministre «Castaner assassin !». A l'audience, ils avaient insisté sur la dimension politique de l'apostrophe. «[Ils voulaient dire] "assassin de la liberté" ou "assassin du droit de manifester"», a expliqué Jean-Michel Vernier à l'AFP.

«C'est une problématique qui semble liée à la liberté d'expression», a ajouté l'avocat. «Ces mots prononcés ne sont jamais arrivés jusqu'aux oreilles du ministre, qui n'a pas déposé plainte et qui n'était pas partie civile [dans ce dossier]», a-t-il encore souligné.

 francais.rt.com

 Commenter