La véritable origine de la loi Helms-Burton

14-05-2019 reseauinternational.net 8 min #156306

par Jésus Arboleya

En 1998, à peine deux ans après l'adoption de la loi Helms-Burton, le Center for Public Integrity (CPI), une organisation à but non lucratif reconnue et dédiée au journalisme d'investigation dans le but manifeste de « révéler les abus de pouvoir et la corruption des institutions publiques et privées » aux États-Unis, a publié un rapport détaillé sur l'origine de cette loi, qui à ce jour ne s'est pas démenti 1.

Selon le CPI, tout a commencé lorsque le républicain Jesse Helms a assumé la présidence du Comité sénatorial des Relations Étrangères et proposé un programme en dix points visant à modifier l'orientation de la politique étrangère du président de l'époque Bill Clinton.

Peut-être parce que Cuba lui a semblé être l'un des rares vestiges du socialisme dans le monde, l'île apparaîtra en tête de cet agenda. Rien d'autre ne pouvait être attendu d'un fanatique anticommuniste, qui avait voté contre la fin de la ségrégation raciale, contre les droits des homosexuels, contre la recherche sur le sida et contre toutes les propositions de propositions sociales qu'il a vues passer devant lui, pendant 30 ans de permanence dans le corps législatif.

Pour accomplir cette tâche, Helms a nommé son assistant Dan Fisk, qui a rassemblé une équipe comprenant les membres du Congrès républicain cubano-américain Lincoln Diaz Balart et Ileana Ros-Lehtinen, ainsi que les sénateurs démocrates Bob Menendez et Robert Torricelli, qui avaient tous travaillé sur une législation anti-Cuba auparavant.

Comme partenaire de Helms, le député républicain Dan Burton, alors à la tête de la sous-commission de l'hémisphère occidental de la Chambre des représentants, a été élu à la Chambre basse, malgré le fait que l'une de ses propositions les plus célèbres était de déployer des navires américains près des côtes de Bolivie afin de mettre fin au trafic de drogue.

Dan Burton

Originaire de l'Indiana, Burton était célèbre pour ses talents pour le golf, discipline pour laquelle il passait la plupart de son temps, et pour son soutien au régime d'apartheid en Afrique du Sud. Bien qu'il ne sache probablement pas non plus où placer Cuba sur une carte, il a reçu plus de contributions de Miami que de son État natal.

Pour prendre en charge la « mission cubaine », Burton nomma Roger Noriega, alors un obscur fonctionnaire de la Chambre des représentants, qui a fait carrière dans la promotion des politiques américaines les plus agressives en Amérique latine.

Le CPI nous dit que le chapitre I de la loi était essentiellement un recueil des propositions que Diaz Balart avait déjà faites au Congrès contre Cuba. Le chapitre II était essentiellement le travail de Bob Menéndez, qui s'intéressait à l'établissement des conditions du changement de régime et à la levée de l'embargo, et le chapitre IV n'était pas nouveau, puisqu'il faisait référence aux sanctions applicables aux étrangers qui ne respectaient pas les dispositions américaines, chose assez courante dans la politique étrangère du pays.

Toutefois, le CPI a considéré le chapitre III comme très original, puisqu'il présente le budget de l'assimilation des droits de propriété, des hommes ou environnementaux devant le droit international. Pour Fisk, toujours étudiant en droit à l'Université de Georgetown, si une personne torturée peut poursuivre ses tortionnaires en justice, la même logique devrait prévaloir dans le cas d'une personne privée de ses biens par n'importe quel gouvernement.

Contrairement à l'opinion largement répandue selon laquelle la Fondation Nationale Cubano-américaine (FNCA), alors l'organisation la plus puissante de l'extrême droite cubano-américaine, avait joué un rôle déterminant dans la rédaction de la loi, la CPI affirme qu'elle a été rejetée de ce processus en raison de la stridence de ses positions. En outre, selon le CPI, la FNCA a préconisé que les propriétés « récupérées » à Cuba soient mises aux enchères, ce qui va à l'encontre des intérêts des demandeurs.

Les rédacteurs de la loi ont préféré se tourner vers les avocats et les lobbyistes des grandes entreprises cubaines nationalisées en 1960. Bacardi, en particulier, a joué un rôle décisif dans le processus de conception et d'approbation de la loi. Manuel J. Cutillas, directeur exécutif de la société, puis le lobbyiste Otto Reich, et Ignacio Sanchez, associé de Kelly-Drye et Warren, un cabinet new-yorkais représentant les intérêts de Bacardi, ont joué un rôle très actif dans la rédaction du texte et dans la recherche du consensus pour son approbation.

Au-delà d'une longue tradition d'activités contre le gouvernement cubain, dont la promotion de groupes terroristes, Bacardi avait un intérêt particulier pour la loi Helms-Burton car, comme l'explique le rapport du CPI, il ne s'agissait pas d'une société cubaine ou nord-américaine, mais bahamienne, de sorte que grâce au chapitre III, sa filiale à Miami pouvait apparaître en demandeur et recourir aux tribunaux américains.

Au départ, l'administration de Bill Clinton s'opposait fermement à cette loi. Selon le CPI, cette position a été officiellement transmise à Ricardo Alarcón, alors président de l'Assemblée nationale cubaine, par Peter Tarnoff, sous-secrétaire d'État, dans le cadre de pourparlers secrets entre les deux gouvernements, qui avaient lieu à Toronto, au Canada, et qui ont abouti à l'adoption en 1994 de l'accord d'immigration entre ces deux pays.

Jesse Helms

Convoqué par Helms lui-même en juin 1995, Tarnoff a présenté les arguments de l'administration au Sénat. Premièrement, a déclaré Tarnoff, la loi violait les droits constitutionnels du pouvoir exécutif de mener la politique étrangère du pays, plusieurs traités internationaux, les obligations des États-Unis envers le FMI et la Banque mondiale, ainsi que les relations avec des partenaires étrangers qui, en représailles, pourraient prendre des mesures similaires contre des entreprises américaines.

Se référant au chapitre III, Tarnoff a averti que si les États-Unis arrogeaient de tels pouvoirs à leurs tribunaux, rien n'empêchait les autres pays de faire de même. Selon Tarnoff, cette loi affecterait le fragile système juridique international, qui a résolu des dizaines de milliers de contentieux au nom de citoyens américains dans diverses parties du monde.

En ce qui concerne l'octroi du droit d'intenter des poursuites devant les tribunaux américains à des personnes qui n'étaient pas américaines au moment de la nationalisation, Tarnoff a déclaré qu'en vertu du droit international, les États-Unis n'avaient pas le droit d'intervenir dans une affaire concernant un État étranger.

Ces arguments, avancés par le gouvernement qui a finalement adopté la loi, auraient dû suffire à la faire rejeter. Mais le CPI fait également état de l'opposition du Comité Conjoint des Plaintes à Cuba, composé d'entreprises américaines nationalisées en 1960, dont la Chase Manhattan Bank, Coca Cola et ITT.

Selon leurs porte-parole :

« La reconnaissance d'un autre groupe de requérants retarderait et compliquerait le règlement des revendications certifiées dans les négociations avec Cuba«.

L'adoption de la loi Helms-Burton annulerait également les accords directs avec le gouvernement cubain qui étaient envisagés par des sociétés comme Amstar, héritière d'American Sugar, qui possédait plus de 1 600 mètres carrés de terres à Cuba.

Bien que la loi Helms-Burton ait finalement été adoptée sous prétexte de l'attentat à la bombe contre deux avions de l'organisation « Brothers to the Rescue », qui a violé à plusieurs reprises l'espace aérien cubain en 1996, tout semble indiquer que la véritable raison en est l'intérêt de Clinton à ne pas renoncer au soutien de l'extrême droite cubano-américaine lors des élections cette année-là.

Or, avec la mise en œuvre du Chapitre III par l'administration Trump, alors que la logique préconise de le maintenir suspendu pendant 23 ans, le critère selon lequel les élections américaines sont très dangereuses est confirmé.

---------- 1 Patrick J. Kiger : Squeeze Play : The United States, Cuba and the Helms-Burton Act, Center for Public Integrity, 1998

Source :  El verdadero origen de la Ley Helms-Burton

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Proposer une solution
 Se réfère à : 1 article