Congrès de la Cgt : pourquoi les débats s'annoncent vifs sur les questions internationales

13-05-2019 bastamag.net 8 min #156273

Les échanges promettent d'être rugueux à l'occasion du 52ème congrès de la CGT, qui se tient à Dijon du 13 au 17 mai dans un contexte difficile pour le syndicalisme de lutte. La CGT peine à mobiliser les salariés pour s'opposer aux mesures néolibérales du gouvernement pendant que le mouvement des gilets jaunes occupe le devant de la scène de la contestation sociale.

Dans le même temps, la confédération s'est fait voler, de justesse dans les urnes, la place de première organisation syndicale au profit de la CDFT. Fin 2018, la CGT a bien conservé sa première place aux élections dans la fonction publique, mais en y perdant 78 500 voix (-1,3%) du fait d'une forte abstention. La centrale de Montreuil est désormais dépassée par la CFDT sur le cumul des secteurs public et privé [1]. Dans ces circonstances, les critiques enflent contre une direction accusée d'être trop molle par une partie des militants représentant l'aile gauche du syndicat.

Critiques d'une « orientation réformiste, soumise au grand capital européen »

« La règle selon laquelle, quand on est en faiblesse et en reflux militant, on s'engueule entre camarades, fonctionne aussi dans une organisation de masse comme la CGT », philosophe le secrétaire d'un syndicat départemental de l'éducation. À Dijon, l'un des sujets de discorde va porter sur l'appartenance à telle ou telle organisation syndicale internationale. Une campagne est en cours depuis des mois au sein de la CGT pour qu'elle quitte la Confédération européenne des syndicats (CES) et la Confédération syndicale internationale (CSI), jugées trop intégrées aux institutions. Elle est menée par des poids lourds comme la fédération de la Chimie, ou les unions départementales des Bouches-du-Rhône et du Val-de-Marne, auxquelles se sont associées des structures moins puissantes et divers courants sans existence statutaire comme le Front syndical de classe.

Pour ces derniers, en restant dans la CES et la CSI, la direction de la CGT a « une approche internationale qui continue de se perdre dans les institutions de la mondialisation capitaliste ». De leur côté, des syndicats d'entreprise, autour du leader des ex-Goodyear ou d'Info'Com (secteur de l'information et de la communication), avancent que la CES est « clairement engagée dans une orientation réformiste, soumise au grand capital européen et à la Commission européenne ». Pour la plupart, leur projet est que la CGT retourne à la Fédération syndicale mondiale (FSM), que la centrale de Montreuil avait quitté en 1995 après la chute du bloc soviétique. Près de 300 amendements ont ainsi été déposés à ce sujet sur le texte d'orientation du congrès proposé par la direction. Mais la proposition de rejoindre la FSM, qui se définit comme une internationale de classe, de masse, anti-impérialiste, suscite de nombreuses réactions hostiles dans la CGT.

Liens avec des dictatures, dont le régime Assad

Si la direction n'a pas croisé le fer sur le fond, d'autres s'en sont chargés à sa place, pour mettre en garde les congressistes. Une vingtaine de militants connus dans la CGT ont écrit un texte intitulé « Pour un internationalisme en actes ». Issus de diverses sensibilités, ils affirment que « la FSM est adepte des déclarations radicales, mais ses actes relèvent d'une tout autre nature ». Ils citent par exemple l'absence de dénonciation de la répression qui s'est abattue sur les syndicalistes iraniens et les femmes à l'occasion du conseil présidentiel de la FSM, qui s'est tenu à Téhéran en février 2018. Les auteurs vilipendent également « la défense du régime de Damas » par cette internationale, ou la participation de ses membres à une conférence sous l'égide du gouvernement turc, malgré les exactions d'Erdogan et les dérives totalitaires du pouvoir turc.

En septembre 2015, la FSM a ainsi organisé un rassemblement de 200 représentants syndicaux à Damas, en soutien au régime de Bachar al-Assad qui, parmi d'autres crimes de masse, a méthodiquement  torturé et assassiné des dizaines de milliers de ses opposants depuis 2011. Comme l'a révélé  l'Obs, deux secrétaires de section de la CGT-Cheminots, instrumentalisés à des fins de propagande, y étaient présents. Jusqu'en 2016, la FSM était même présidée par le Syrien Muhammad Shaaban Azzouz, également président du syndicat unique en Syrie, l'Union générale des syndicats, soumis au pouvoir. Son successeur à la tête de l'organisation syrienne Jamal Kadri est aujourd'hui encore vice-président de la FSM.

« En Corée du Nord, pas besoin du droit de grève, puisqu'il s'agit d'un état ouvrier... »

La Fédération syndicale mondiale revendique aujourd'hui 100 millions de membres à travers le monde. Or pour de nombreux observateurs, ce chiffre est largement surestimé. Elle est composée de syndicats très divers. Certaines fédérations ou unions départementales de la CGT y ont adhéré ces dernières années de leur propre initiative, ou sont en voie de le faire. Des syndicats combatifs comme ceux des travailleurs anglais des transports ou des syndicats de base italiens y côtoient des structures syndicales inféodées à des régimes politiques autoritaires ou dictatoriaux.

« La FSM est dans l'incantatoire, en réalité pas grand-chose ne se fait, et leur syndicalisme de classe est à géométrie variable, s'exaspère Tony Fraquelli, un des signataires du texte. Où ils considèrent que les gouvernements représentent la classe ouvrière, ils ne défendent pas le droit de grève. Ainsi, en Corée du Nord, pas besoin du droit de grève, puisqu'il s'agit d'un état ouvrier... » Pour ce cheminot, la volonté d'adhésion à la FSM est plus l'affirmation d'un pôle de radicalité en interne, face à la direction de la CGT, qu'une adhésion idéologique à ce qu'il considère comme la dernière représentation du stalinisme dans le monde.

Autre argument des détracteurs d'un retour à la FSM : un isolement pour la CGT. La CSI regroupe les principales structures syndicales mondiales. Elle compte 300 organisations dans 150 pays, essentiellement des confédérations, et revendique 176 millions de syndiqués. En France, en plus de la CGT, Force ouvrière, la CFDT et la CFTC en sont membres, comme la plupart des syndicats européens. La controverse a fait sortir Bernard Thibault de sa retraite. L'ancien secrétaire général de la CGT entre 1999 et 2013 s'est fendu d'un texte sur le syndicalisme européen où il exprime qu'une sortie de la CES serait faire un cadeau à ceux qui veulent isoler la centrale de Montreuil. Bien que respecté dans la confédération, l'ancien leader des grèves cheminotes de 1995 a peu de chance de convaincre les opposants à la ligne de Philippe Martinez. Très associé à la CES, il siège aujourd'hui dans une autre institution : l'Organisation internationale du travail (OIT).

Ceux qui rejettent une adhésion à la FSM soulignent tous, dans le même temps, les insuffisances de la CSI et de la CES aujourd'hui. « Dans la CES, il y a beaucoup trop de travail institutionnel et nous ne travaillons pas assez en réseau », souligne Tony Fraquelli. Mais pour les signataires du texte « Pour un internationalisme en actes », comme pour le syndicat du livre CGT qui s'est fendu d'une contribution, ces structures comptent aussi en leur sein des syndicats combatifs avec lesquels la CGT doit travailler. Lors du dernier congrès de la CSI, « les organisations prônant une orientation d'action et de mobilisation ont réussi pour la première fois à cumuler 48 % des voix », argumentent-ils. Malgré ces arguments, la presque certaine nomination de Laurent Berger, le patron de la CFDT, à la tête de la CES à son prochain congrès fin mai ne jouera pas en leur faveur.

Stéphane Ortega /  Rapports de force

Photo : Mobilisation pour les Fralib en 2011 / CC marcovdz

Notes

[1] Avec 1,83 million de voix contre 1,84 million. Une différence étroite, mais un symbole important.

 bastamag.net

 Proposer une solution