Les négociations commerciales sino-américaines piétinent alors que les positions se durcissent

13-05-2019 wsws.org 7 min #156246

Par Nick Beams
13 mai 2019

Les négociations entre les négociateurs américains et chinois à Washington ont pris fin hier sans aucun accord suite à l'imposition de droits de douane supplémentaires par l'administration Trump sur des marchandises chinoises pour une valeur de 200 milliards de dollars. Aucune date n'a été fixée pour la poursuite des discussions.

La préoccupation la plus immédiate des deux parties, à l'issue de la réunion, était de donner des assurances que les négociations n'étaient pas complètement rompues afin de calmer les marchés financiers.

Le Financial Times, citant une «personne proche des discussions», a déclaré que la Chine n'avait pas cédé du terrain sur les points d'achoppement essentiels, mais que les deux parties «ressentaient le besoin de gérer les attentes du marché et d'éviter la perception d'un échec total».

Il y a une semaine, les discussions devaient aboutir à un accord prêt à être signé par le président Trump et le président chinois Xi Jinping. Mais ce scénario a été capoté lorsque le gouvernement Trump a accusé Beijing de faire marche arrière sur des engagements d'écrire dans la loi des modifications de ses engagements économiques, comme l'exigeaient les États-Unis.

Les nouveaux tarifs, faisant passer les taux de 10 à 25 pour cent, ont été imposés vendredi. Trump a également annoncé qu'il avait initié la paperasse en vue de l'imposition d'un droit de douane de 25 pour cent sur des marchandises chinoises d'une valeur supplémentaire de 325 milliards de dollars non couvertes jusqu'à présent.

Les tarifs n'entreront en vigueur que lorsque les navires qui ont quitté la Chine hier sont arrivés aux États-Unis - une période de trois à quatre semaines. Les cargaisons actuellement en transit ne seront pas assujetties aux taux plus élevés. Cela laisse une petite ouverture pour la reprise des discussions.

Trump a présenté cette perspective dans une série de tweets sur les résultats de la réunion.

«Au cours des deux derniers jours, les États-Unis et la Chine ont eu des entretiens francs et constructifs sur l'état des relations commerciales entre les deux pays», a-t-il déclaré.

«La relation entre le président Xi et moi-même reste très forte et les discussions sur l'avenir se poursuivront. Entre-temps, les États-Unis ont imposé à la Chine des droits de douane, qui pourraient être supprimés ou non, en fonction de ce qui se passera dans les négociations à venir!»

La Chine a également tenté de donner des assurances que les négociations n'étaient pas complètement rompues. Dans une déclaration publiée peu après que les nouveaux tarifs ont été imposés, le ministère du commerce a déclaré qu'il «regrettait profondément» les actions de Trump et a averti que la Chine «prendrait les contre-mesures nécessaires».

Cependant, il a également cherché à adoucir le ton, exprimant l'espoir qu'un règlement pourrait être trouvé et que les deux parties «se rencontreront à mi-chemin».

Le vice-Premier ministre chinois et négociateur en chef du commerce, Liu He, a déclaré à la Télévision centrale de Chine qu'il s'était rendu aux États-Unis «sous pression» et que sa décision était un signe de la «sincérité» de la Chine. «Je pense qu'il y a de l'espoir», a-t-il déclaré.

Les efforts conjugués pour rassurer les marchés ont porté leurs fruits, du moins à très court terme. Wall Street s'est clôturé en hausse de plus de 100 points pour la journée après avoir fortement chuté en ouverture, affichant un écart global de plus de 500 points.

Les négociations de cette semaine ne devaient jamais aboutir à un accord après la hausse des tarifs car Liu n'avait pas reçu la désignation d'envoyé spécial auprès du président. En conséquence, il ne pouvait que rendre des comptes et ne prendre aucun engagement.

Tout en essayant de calmer les marchés, Trump a également publié une série de tweets agressifs. «Je suis différent de beaucoup de gens. Je pense que les tarifs de notre pays ont un effet très puissant», a-t-il déclaré.

Dans un autre tweet, Trump a déclaré que, bien que les États-Unis continuent à négocier, il n'y avait «absolument aucun besoin de se précipiter. Les tarifs rendront notre pays beaucoup plus fort, pas plus faible. Installez-vous et regardez!»

La rhétorique est également montée d'un cran à Beijing. Bien que Lui et même Xi, dans une certaine mesure, soient prêts à faire des concessions aux États-Unis, il existe des forces puissantes dans le régime chinois qui s'opposent à ce qu'elles considèrent comme une capitulation aux États-Unis.

Celles-ci étaient en vue lors d'un forum organisé cette semaine à Beijing, rapporté par le Financial Times, auquel ont participé des représentants de sociétés militaires appartenant à l'État.

Dai Xu, colonel de l'armée de l'air à la retraite et aujourd'hui professeur à l'Université de défense nationale de Chine, a déclaré: «J'espère vraiment que les négociations vont échouer».

À l'instar des emportements de Trump, il a poursuivi: «Une fois les négociations terminées, les États-Unis seront finis, c'est sûr [...] nous renvoyons toutes les sociétés américaines et nous ramenons toutes les nôtres.»

Dai a déclaré qu'il s'opposait aux concepts traditionnels selon lesquels «peu importe combien d'autres ont blessé la Chine, nous sommes éduqués pour oublier... Quelle est la signification de se souvenir de l'histoire sans la haine? Cela n'a pas de sens.»

L'histoire était très présente dans les remarques de Wu Qiang, commentateur et ancien conférencier politique à l'Université Tsinghua. «Xi est très préoccupé par son autorité, car il ne veut pas être vu comme Yuan Shikai», a-t-il déclaré.

Yuan était président de la Chine pendant la Première Guerre mondiale lorsque le Japon, après s'être emparé d'une enclave allemande, émit une série de 21 demandes de droits extraterritoriaux et d'autres concessions radicales. L'accord éventuel de Yuan sur la plupart des exigences provoqua une vague d'opposition à son gouvernement.

Tan Yungang, un colonel de l'armée de l'air, a déclaré au forum: «Les États-Unis nous considèrent ouvertement comme leur plus grand ennemi. Les États-Unis bloqueront la Chine plus qu'ils ne l'ont fait à l'ancienne Union soviétique.»

Washington a mis en place une série de «blocus technologiques» contre la Chine afin de maintenir sa propre domination, a-t-il déclaré.

La politique officielle chinoise consiste toujours à poursuivre les négociations, laissant entrevoir la perspective d'un accord gagnant-gagnant. Mais il y a des indications claires que la belligérance persistante et croissante de l'administration Trump produit une réaction négative dans les cercles dirigeants.

Un article publié sur le blog Taoran Notes, qui semble bénéficier d'un soutien officieux, était intitulé «Si vous voulez parler, nous pouvons parler, si vous voulez vous battre, nous nous battrons aussi».

L'article, qui a été rapidement republié par le People's Daily et l'agence de presse Xinhua, tous deux des médias publics, faisait référence à la guerre de Corée, affirmant que «pendant deux ans, [les parties] se sont battues tout en négociant en même temps».

Ces commentaires mettent en évidence la logique objective sous-jacente de la guerre commerciale - l'éruption d'un conflit militaire, bien plus dévastateur que la guerre de Corée, alors que les États-Unis s'efforcent de maintenir leur domination face à l'expansion économique de la Chine.

(Article paru en anglais le 11 mai 2019)

 wsws.org

 Proposer une solution
 Référencé par : 1 article