Les États-Unis et Israël mèneront-ils une « guerre d'été » ?

09-05-2019 23 articles lesakerfrancophone.fr 10 min #156091

Par  Moon of Alabama − Le 8 mai 2019

Un de nos lecteurs, J. Swift, commente à la fin de notre fil de discussion sur le traité iranien JCPOA (mise en caractères gras ajoutée) :

Après m'être endormi avec toutes les déclarations de plus en plus stridentes de Bolton & Cie, dans le but de renforcer la pression et de rameuter tous les tambours de guerre contre l'Iran, je me suis réveillé avec une pensée étrange ce matin. Depuis quelque temps, il semblerait que Nuttyahoo [Netanyahou, jeu de mot sur Nut (crétin)] envisage une attaque estivale contre le Liban / Hezbollah. Les États-Unis voient leur propre influence diminuer au Liban et, bien sûr, Bolton veut une excuse pour une frappe lourde mais "limitée" contre l'Iran. Je dis "limitée" parce que je suis sûr que les planificateurs militaires actuels ont été assez francs sur ce à quoi ressemblerait une véritable guerre contre l'Iran, et ce ne serait pas bon du tout. Mais tout comme avec le Venezuela, les néocons ont tendance à croire leur propre propagande et pensent que tous leurs ennemis sont sur le point de basculer à cause de toutes leurs guerres économiques, de telle sorte que des frappes militaires sur des infrastructures civiles critiques suffiraient pour que la population "se débarrasse du joug de l'oppression". Je crois comprendre que les États-Unis ont déjà une présence de plus en plus provocatrice au Liban, j'entends tous les avertissements étranges et vagues sur les mandataires iraniens et les attaques imminentes, ainsi que les rumeurs sur les desseins israéliens au Liban, et le "renseignement" ouvertement fourni par Israël. Et si tout est connecté ? Et si les Israéliens avaient convaincu les néocons américains qu'ils étaient prêts à "éliminer" le Hezbollah, afin d'assurer une partie de leur paix et de leur sécurité, et que tout ce que les États-Unis avaient à faire, c'était beaucoup de sale boulot - fournir un appui aérien, etc. Étant donné que le Hezbollah est probablement le "mandataire iranien le plus célèbre", la menace implicite serait que, si le Hezbollah tentait de se défendre ou surtout de riposter contre Israël - ce qui sera évidemment le cas -, Bolton déclarera que l'Iran doit être puni pour son agression contre le bien-aimé Israël et une frappe aérienne et antimissile massive se déchaînera contre l'Iran, dans l'espoir que celui-ci ne puisse que basculer. Si l'Iran tente de fermer le détroit d'Ormuz, le Venezuela sera frappé de la même manière. Oui, je sais que tout cela est fou, mais comme cela décrit à peu près tous les plans de guerre américains des 20 dernières années, on peut se poser la question...

Premièrement : je ne suis pas au courant d'une « présence provocative au Liban » des États-Unis. De temps à autre, quelques  forces spéciales américaines entraînent l'armée libanaise, mais c'est tout.

Il y a en effet de fortes rumeurs d'attaque sur le Liban au cours de cet été. Il y a eu des discussions au sein du Hezbollah au sujet d'une guerre à venir, qui ont été  divulguées à Elijah Magnier et  Abdel Bari Atwan. Le Hezbollah a  démenti ces informations, mais les deux journalistes sont sérieux et disposent des sources nécessaires.

Dans son discours du 2 mai, Hassan Nasrallah, le dirigeant du Hezbollah, a  évoqué une menace de guerre contre le Liban. Selon lui, la menace de guerre n'est pas venue d'Israël, mais de l'administration Trump :

Les diplomates américains font pression sur l'État libanais pour qu'il donne une partie de nos eaux territoriales à Israël pour ses ressources pétrolières et gazières potentielles, mais nous ne leur donnerons même pas un verre d'eau. Les diplomates américains menacent le gouvernement libanais d'une guerre avec Israël s'il ne se débarrasse pas des capacités de missiles balistiques du Hezbollah. Les stratèges israéliens mettent en garde contre les points faibles mortels de l'armée israélienne, malgré l'affirmation de ses points forts. Et je les avertis des points forts mortels du Liban, en dépit de ses points faibles apparents. L'Axe de la résistance, malgré les sanctions, est plus fort que jamais. Tout le monde en Israël convient que toute guerre future avec le Liban doit être brève, décisive et se terminer par une victoire claire du côté d'Israël. Mais qui peut le faire maintenant ? Cette époque-là est révolue. Israël qui craint une guerre avec un Gaza bloqué et encerclé ne peut jamais espérer mettre un pied au Liban. Nous promettons à toutes les unités israéliennes qui envisagent d'entrer au Liban une destruction et une humiliation à la télévision en direct.

Les relations actuelles entre le gouvernement libanais et les États-Unis sont  mauvaises. Les États-Unis donneraient sans aucun doute le feu vert à Israël s'il voulait mener une guerre. Ils pourraient même l'inciter à attaquer le Liban. Le but recherché d'une telle guerre serait de détruire les missiles à longue portée du Hezbollah. Un autre objectif serait de placer le gouvernement libanais sous le contrôle d'une direction USrael, amie des États-Unis.

Les deux objectifs sont délirants.

Une grande partie des cibles économiques vulnérables d'Israël seraient touchées avant même qu'une petite partie des missiles du Hezbollah soit trouvée et éliminée. La courte guerre menée récemment contre Gaza a montré une nouvelle fois qu'Israël n'était pas disposé à subir beaucoup de dommages lors d'un combat et avait tenté de l'arrêter le plus rapidement possible.

Le Liban a traversé une longue guerre civile et a trouvé un modus vivendi qui sous-tend le gouvernement actuel. Cela ne peut être changé que par une autre guerre civile que personne au Liban n'est disposé à accepter.

Espérer qu'une guerre contre le Liban résoudrait tous les problèmes d'Israël est irréaliste et ne peut être cru qu'à Washington. Bibi Netanyahoo, en Israël, est conscient du danger et ne prend pas de risques. De plus, la capacité de représailles du Hezbollah n'est que l'une des nombreuses raisons pour lesquelles une guerre semble  peu probable.

Une fois de plus, le Jihad islamique, un groupe qui se bat à côté du Hamas dans la bande de Gaza mais qui est financé par l'Iran, parle également d'une guerre estivale.

Elijah J. Magnier @ejmalrai -  5h05 utc - 8 mai 2019 Le secrétaire général du Jihad islamique palestinien, Ziyad al-Nakhla, à @AlMayadeenNews: "J'attends une grande guerre cet été avec #Israël".

Les partenaires de «l'Axe de la Résistance», le Hezbollah au Liban, la Syrie, l'Iran et les milices chiites en Irak, ont annoncé à plusieurs reprises qu'ils se soutiendraient mutuellement dans une guerre contre Israël. Il est donc probable que toute attaque contre le Liban - ou la Syrie ou l'Iran - susciterait une réaction de la part d'un autre pays. Hassan Nasrallah, par exemple, a déclaré qu'il « ferait son devoir » si l'Iran était attaqué. Toute guerre pourrait donc dégénérer de manière imprévisible.

Aux États-Unis, certains faucons seraient probablement favorables à une telle escalade, mais ni Israël, ni ses alliés silencieux en Arabie saoudite et dans les Émirats arabes unis ne pourraient échapper à des dommages importants. Ils le savent et agiront en conséquence.

Donald Trump est la principale raison pour laquelle une guerre d'été est peu probable. Il veut gagner sa réélection. Des mois de guerre imprévisible qui pourraient causer de graves dommages à Israël et à d'autres alliés des États-Unis dans la région pourraient être catastrophiques pour lui.

Certains de ses conseillers, notamment John Moustache Bolton, mais d'autres aussi, pourraient bien tenter de déclencher une guerre. Mais le décideur ultime est Donald Trump et pour le moment je ne vois aucune raison pour qu'il en déclenche une.

Moon of Alabama

Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Proposer une solution

Articles associés plus récents en premier
21-05-2019 reseauinternational.net 15 min #156666

Netanyahu pousse Trump vers de nouveaux sommets de tension mondiale puis l'abandonne

par Elijah J. Magnier

Le premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a prétendu avoir  convaincu le président américain Donald Trump d'abandonner l'accord sur le nucléaire iranien, et souhaité que l'Iran « disparaisse avec l'aide de Dieu] ». Israël possède beaucoup plus d'expérience pour traiter avec le Moyen-Orient que l'actuel président des USA et toute l'équipe formant son administration.

21-05-2019 chroniquepalestine.com 11 min #156658

Guerre israélo-américaine contre l'Iran ? Un échec annoncé

Corps des Gardiens de la Révolution - Photo : Morteza Nikoubazl

Patrick Cockburn - À quatre reprises, les États-Unis ont commis la même erreur au Moyen-Orient. A présent Trump récidive avec l'Iran.

Dans leur confrontation qui ne cesse de s'accentuer avec l'Iran, les États-Unis commettent la même erreur qu'ils ont commise à maintes reprises depuis la chute du Shah il y a 40 ans : ils ignorent le danger de se mêler à ce qui est en grande partie un conflit religieux entre musulmans sunnites et chiites.

20-05-2019 strategic-culture.org 4 min #156610

Fire the Nutcases Leading Us to War

Editor's Choice

Eric S. MARGOLIS

President Donald Trump claimed this week that he does not want war with Iran. If he really believes this, the president ought to look into what his subordinates are doing.

Among their bellicose actions are deployment of the 'Abraham Lincoln CVN-72' carrier task force to the coast of Iran, massing a strike package of B-52 heavy bombers in Qatar, just across the Gulf from Iran, positioning more US warplanes around Iran, readying a massive cyber attack against Iran, and trying to stop the export of Iranian oil, upon which its economy depends.

20-05-2019 reseauinternational.net 6 min #156605

John Bolton, le pire cauchemar du monde

par Amy Goodman et Denis Moynihan

« Il reste très peu de temps, mais une attaque pourrait quand même en résulter«, a écrit John Bolton dans un article du New York Times du 26 mars 2015 intitulé « Pour arrêter la bombe iranienne, il faut bombarder l'Iran«.

Le président Donald Trump a adopté une position isolationniste comme pilier de la campagne et a critiqué les enchevêtrements militaires à l'étranger.

20-05-2019 reseauinternational.net 6 min #156603

L'art des affaires de Trump

Afin de trancher le dangereux tohu-bohu militaire s'annonçant dans le golfe Persique, le président Trump s'attendait apparemment à ce que les Iraniens lui téléphonent et commencent à parler business.

La première étape de la manœuvre consistait, pour les États-Unis, à empiler des menaces d'attaque 'implacable' contre la République islamique, la deuxième étape consistant, pour le président Trump, à faire miroiter comme une incitation au dialogue avec Téhéran, afin d'éviter la guerre.

19-05-2019 thesaker.is 5 min #156555

Resistance report - Us threats against Tehran will never break the Islamic Republic

By Aram Mirzaei for the Saker blog

Tensions are reaching critical levels as Washington continues to threaten Iran while the madmen Bolton and Pompeo are growing bolder by the day. It seems as if the White House fool Trump has given up on foreign policy altogether and allowed Bolton and Pompeo to have free reigns on pushing Washington further into the abyss.

Bolton has reportedly requested 120 000 troops to be sent to the Middle East, about the same number of troops sent for the tragic Iraq war.

18-05-2019 strategic-culture.org 5 min #156546

Us-Iran Showdown Is One False-Flag Attack Away From Global Calamity

Robert Bridge

Hypocritical to the core, the execution of false-flag events spare aggressive states the ignominy of appearing in public as the warmongering psychopaths they are, lest their subjects get the wrong idea as to exactly who is governing over them.

The last thing tyrannical rulers want, after all, are battles raging on two fronts, especially if one of those fronts just happens to be back in the Heartland.

18-05-2019 reseauinternational.net 17 min #156528

L'Iran coincé entre les psychopathes impériaux et les lâches européens

par Pepe Escobar

Berlin, Paris et Londres ont estimé que Téhéran ne pouvait pas se permettre de quitter l'Accord de Vienne sur le nucléaire iranien (JCPoA) même s'il ne recevait aucune des récompenses économiques promises. Aujourd'hui, l'UE3 est confrontée à l'heure de vérité.

L'administration Trump a triché unilatéralement sur l'accord nucléaire iranien multinational de 2015 approuvé par l'ONU, le JCPoA.

17-05-2019 mondialisation.ca 12 min #156496

Quel serait le rôle de l'Irak en cas de guerre Usa-Iran?

Il n'est pas possible de formuler une réponse claire et nette à la question de savoir quel rôle jouerait l'Irak en cas de guerre USA-Iran. La réponse dépend de l'ampleur de la menace qui pèsera sur l'Iran et de la belligérance des USA. Deux grands facteurs sont à prendre en considération : la marjaya (leadership religieux) à Nadjaf, qui exprime la volonté de la majorité de la population, et le gouvernement irakien.

17-05-2019 wsws.org 8 min #156464

Washington ordonne au personnel américain de quitter l'Irak tandis que s'intensifient les préparatifs de guerre contre l'Iran

Par Bill Van Auken
17 mai 2019

Washington a exacerbé les tensions de guerre dans le golfe Persique en ordonnant l'évacuation de tout le personnel américain non essentiel de son ambassade à Bagdad et de son consulat à Erbil, la capitale de facto de la région kurde d'Irak.

Un porte-parole du département d'État a déclaré que cette mesure draconienne avait été prise en réponse à la «multiplication des menaces que nous voyons en Irak», mais a refusé de fournir des détails sur le danger supposé.

16-05-2019 lesakerfrancophone.fr 16 min #156445

La folie de mener une guerre contre l'Iran...

...alors que c'est la Chine et la Russie qui la gagneront

Par  Moon of Alabama - Le 15 mai 2019

nié l'existence] d'une telle menace dans la zone relevant de sa responsabilité :

"Non - il n'y a pas de menace accrue de la part des forces soutenues par l'Iran en Irak et en Syrie", a déclaré le Cdt Christopher Ghika, commandant adjoint de l'opération Inherent Resolve (OIR), la coalition responsable des opérations antiterroristes contre État Islamique en Irak et en Syrie, dans un briefing vidéo, selon le Guardian.

16-05-2019 investigaction.net 10 min #156426

La politique de Trump pour l'Iran devient dangereuse

16 Mai 2019
Article de :  Colin Kahl

La tension monte entre les Etats-Unis et l'Iran. Washington a mis fin aux exceptions des sanctions imposées à Téhéran pour l'étouffer davantage. John Bolton hausse le ton et renforce la présence militaire US dans le Golfe Persique. Si bien que même le journal Foreign Policy, pas vraiment reconnu pour ses penchants anti-impérialistes, se montre critique à l'égard de la politique du gouvernement Trump contre l'Iran.

16-05-2019 wsws.org 8 min #156401

Non à la guerre contre l'Iran!

Par Bill Van Auken
16 mai 2019

La menace d'une guerre totale au Moyen-Orient est plus grande aujourd'hui qu'à tout autre moment depuis l'invasion de l'Irak par les États-Unis en 2003 et les conséquences potentielles sont beaucoup plus graves.

L'information selon laquelle le Pentagone a élaboré des plans pour l'envoi de 120.000 soldats et marines américains au Moyen-Orient en vue d'une guerre d'agression contre l'Iran doit être prise extrêmement au sérieux par la classe ouvrière.

15-05-2019 lesakerfrancophone.fr 15 min #156385

Les États-Unis augmentent le risque de guerre contre l'Iran sans voie de repli

Par  Moon of Alabama − Le 14 mai 2019

L'armée américaine, qui a perdu ses puissantes positions à la Maison-Blanche, essaie-t-elle de faire renvoyer le conseiller en sécurité nationale John Bacchantes Bolton ?

Une fuite dans le New York Times  accuse Bolton de se préparer à la guerre contre l'Iran :

15-05-2019 mondialisation.ca 8 min #156381

Pas de guerre opposant l'Iran et les Usa prochainement: Trump ne sait pas comment négocier avec l'Iran

La perspective d'une guerre entre les USA et l'Iran est peu probable dans les deux prochains mois, malgré les campagnes médiatiques, les sanctions unilatérales des USA et le renforcement des forces US au Moyen-Orient. Les sanctions des USA contre l'Iran remontent à 1979 et ont pris pendant la présidence d'Obama une ampleur beaucoup plus grande que celles imposées l'an dernier par l'actuelle administration américaine.

15-05-2019 reseauinternational.net 5 min #156351
F-35
Iran

Des F-35 et B-52 mènent leur première mission de déploiement contre l'Iran

Les chasseurs US F-35 et les bombardiers stratégiques B-52 ont achevé leur première mission de patrouille aérienne au-dessus du golfe Persique en décollant de leur nouvelle base au Qatar comme un message direct à l'Iran.

Les bombardiers B-52, commandés par la Maison-Blanche pour contrer des menaces non spécifiées de l'Iran, sont arrivés à une base aérienne américaine majeure au Qatar, a déclaré vendredi l'US Air Force.

15-05-2019 wsws.org 9 min #156342

Washington pousse à la guerre contre l'Iran

Par Bill Van Auken
15 mai 2019

Le voyage abrupt organisé par le secrétaire d'État américain Mike Pompeo à Bruxelles pour pousser la ligne dure de Washington contre l'Iran, combiné au déploiement d'encore plus de moyens militaires américains dans le golfe Persique, indique l'escalade calculée par Washington d'une crise guerrière dans la région.

Lundi, le New York Times a publié un article sous le titre «La Maison-Blanche passe en revue les plans militaires contre l'Iran, dans des échos de la guerre en Irak».

14-05-2019 chroniquepalestine.com 8 min #156304

Israël pousse à la guerre entre les États-Unis et l'Iran

Abdel Bari Atwan - Photo : Quantara.de

Abdel Bari Atwan - Israël a fourni un prétexte pour une guerre imminente contre l'Iran. Il pourrait ensuite décider d'allumer la mèche.

Les informations selon lesquelles les Israéliens auraient informé les États-Unis d'une menace iranienne imminente pour leurs intérêts en Irak ne sont toujours pas claires. Ils ont donc été incités à lancer le porte-avions Abraham Lincoln, une flotte de transports de missiles et un groupe de bombardiers géants B-52 dans la région du Golfe.

13-05-2019 lesakerfrancophone.fr 15 min #156281

Les médias alimentent la propagande de guerre contre l'Iran...

...en élaborant des renseignements mensongers

Par  Moon of Alabama - Le 11 mai 2019

L'administration Trump a lancé une campagne de propagande pour préparer le public à une guerre contre l'Iran. La campagne est semblable à celle menée par l'administration Bush en 2002 et 2003 pour préparer la guerre en Irak.

 Référencé par : 2 articles