Les États-Unis et Israël mèneront-ils une « guerre d'été » ?

09-05-2019 50 articles lesakerfrancophone.fr 10 min #156091

Par  Moon of Alabama − Le 8 mai 2019

Un de nos lecteurs, J. Swift, commente à la fin de notre fil de discussion sur le traité iranien JCPOA (mise en caractères gras ajoutée) :

Après m'être endormi avec toutes les déclarations de plus en plus stridentes de Bolton & Cie, dans le but de renforcer la pression et de rameuter tous les tambours de guerre contre l'Iran, je me suis réveillé avec une pensée étrange ce matin. Depuis quelque temps, il semblerait que Nuttyahoo [Netanyahou, jeu de mot sur Nut (crétin)] envisage une attaque estivale contre le Liban / Hezbollah. Les États-Unis voient leur propre influence diminuer au Liban et, bien sûr, Bolton veut une excuse pour une frappe lourde mais "limitée" contre l'Iran. Je dis "limitée" parce que je suis sûr que les planificateurs militaires actuels ont été assez francs sur ce à quoi ressemblerait une véritable guerre contre l'Iran, et ce ne serait pas bon du tout. Mais tout comme avec le Venezuela, les néocons ont tendance à croire leur propre propagande et pensent que tous leurs ennemis sont sur le point de basculer à cause de toutes leurs guerres économiques, de telle sorte que des frappes militaires sur des infrastructures civiles critiques suffiraient pour que la population "se débarrasse du joug de l'oppression". Je crois comprendre que les États-Unis ont déjà une présence de plus en plus provocatrice au Liban, j'entends tous les avertissements étranges et vagues sur les mandataires iraniens et les attaques imminentes, ainsi que les rumeurs sur les desseins israéliens au Liban, et le "renseignement" ouvertement fourni par Israël. Et si tout est connecté ? Et si les Israéliens avaient convaincu les néocons américains qu'ils étaient prêts à "éliminer" le Hezbollah, afin d'assurer une partie de leur paix et de leur sécurité, et que tout ce que les États-Unis avaient à faire, c'était beaucoup de sale boulot - fournir un appui aérien, etc. Étant donné que le Hezbollah est probablement le "mandataire iranien le plus célèbre", la menace implicite serait que, si le Hezbollah tentait de se défendre ou surtout de riposter contre Israël - ce qui sera évidemment le cas -, Bolton déclarera que l'Iran doit être puni pour son agression contre le bien-aimé Israël et une frappe aérienne et antimissile massive se déchaînera contre l'Iran, dans l'espoir que celui-ci ne puisse que basculer. Si l'Iran tente de fermer le détroit d'Ormuz, le Venezuela sera frappé de la même manière. Oui, je sais que tout cela est fou, mais comme cela décrit à peu près tous les plans de guerre américains des 20 dernières années, on peut se poser la question...

Premièrement : je ne suis pas au courant d'une « présence provocative au Liban » des États-Unis. De temps à autre, quelques  forces spéciales américaines entraînent l'armée libanaise, mais c'est tout.

Il y a en effet de fortes rumeurs d'attaque sur le Liban au cours de cet été. Il y a eu des discussions au sein du Hezbollah au sujet d'une guerre à venir, qui ont été  divulguées à Elijah Magnier et  Abdel Bari Atwan. Le Hezbollah a  démenti ces informations, mais les deux journalistes sont sérieux et disposent des sources nécessaires.

Dans son discours du 2 mai, Hassan Nasrallah, le dirigeant du Hezbollah, a  évoqué une menace de guerre contre le Liban. Selon lui, la menace de guerre n'est pas venue d'Israël, mais de l'administration Trump :

Les diplomates américains font pression sur l'État libanais pour qu'il donne une partie de nos eaux territoriales à Israël pour ses ressources pétrolières et gazières potentielles, mais nous ne leur donnerons même pas un verre d'eau. Les diplomates américains menacent le gouvernement libanais d'une guerre avec Israël s'il ne se débarrasse pas des capacités de missiles balistiques du Hezbollah. Les stratèges israéliens mettent en garde contre les points faibles mortels de l'armée israélienne, malgré l'affirmation de ses points forts. Et je les avertis des points forts mortels du Liban, en dépit de ses points faibles apparents. L'Axe de la résistance, malgré les sanctions, est plus fort que jamais. Tout le monde en Israël convient que toute guerre future avec le Liban doit être brève, décisive et se terminer par une victoire claire du côté d'Israël. Mais qui peut le faire maintenant ? Cette époque-là est révolue. Israël qui craint une guerre avec un Gaza bloqué et encerclé ne peut jamais espérer mettre un pied au Liban. Nous promettons à toutes les unités israéliennes qui envisagent d'entrer au Liban une destruction et une humiliation à la télévision en direct.

Les relations actuelles entre le gouvernement libanais et les États-Unis sont  mauvaises. Les États-Unis donneraient sans aucun doute le feu vert à Israël s'il voulait mener une guerre. Ils pourraient même l'inciter à attaquer le Liban. Le but recherché d'une telle guerre serait de détruire les missiles à longue portée du Hezbollah. Un autre objectif serait de placer le gouvernement libanais sous le contrôle d'une direction USrael, amie des États-Unis.

Les deux objectifs sont délirants.

Une grande partie des cibles économiques vulnérables d'Israël seraient touchées avant même qu'une petite partie des missiles du Hezbollah soit trouvée et éliminée. La courte guerre menée récemment contre Gaza a montré une nouvelle fois qu'Israël n'était pas disposé à subir beaucoup de dommages lors d'un combat et avait tenté de l'arrêter le plus rapidement possible.

Le Liban a traversé une longue guerre civile et a trouvé un modus vivendi qui sous-tend le gouvernement actuel. Cela ne peut être changé que par une autre guerre civile que personne au Liban n'est disposé à accepter.

Espérer qu'une guerre contre le Liban résoudrait tous les problèmes d'Israël est irréaliste et ne peut être cru qu'à Washington. Bibi Netanyahoo, en Israël, est conscient du danger et ne prend pas de risques. De plus, la capacité de représailles du Hezbollah n'est que l'une des nombreuses raisons pour lesquelles une guerre semble  peu probable.

Une fois de plus, le Jihad islamique, un groupe qui se bat à côté du Hamas dans la bande de Gaza mais qui est financé par l'Iran, parle également d'une guerre estivale.

Elijah J. Magnier @ejmalrai -  5h05 utc - 8 mai 2019 Le secrétaire général du Jihad islamique palestinien, Ziyad al-Nakhla, à @AlMayadeenNews: "J'attends une grande guerre cet été avec #Israël".

Les partenaires de «l'Axe de la Résistance», le Hezbollah au Liban, la Syrie, l'Iran et les milices chiites en Irak, ont annoncé à plusieurs reprises qu'ils se soutiendraient mutuellement dans une guerre contre Israël. Il est donc probable que toute attaque contre le Liban - ou la Syrie ou l'Iran - susciterait une réaction de la part d'un autre pays. Hassan Nasrallah, par exemple, a déclaré qu'il « ferait son devoir » si l'Iran était attaqué. Toute guerre pourrait donc dégénérer de manière imprévisible.

Aux États-Unis, certains faucons seraient probablement favorables à une telle escalade, mais ni Israël, ni ses alliés silencieux en Arabie saoudite et dans les Émirats arabes unis ne pourraient échapper à des dommages importants. Ils le savent et agiront en conséquence.

Donald Trump est la principale raison pour laquelle une guerre d'été est peu probable. Il veut gagner sa réélection. Des mois de guerre imprévisible qui pourraient causer de graves dommages à Israël et à d'autres alliés des États-Unis dans la région pourraient être catastrophiques pour lui.

Certains de ses conseillers, notamment John Moustache Bolton, mais d'autres aussi, pourraient bien tenter de déclencher une guerre. Mais le décideur ultime est Donald Trump et pour le moment je ne vois aucune raison pour qu'il en déclenche une.

Moon of Alabama

Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Proposer une solution

Articles associés plus récents en premier
13-06-2019 68 articles francais.rt.com 7 min #157750

Golfe d'Oman : deux navires pétroliers auraient été attaqués, la marine américaine a reçu des Sos

© Hamad I Mohammed Source: Reuters

La cinquième flotte américaine a reçu des appels de détresse après que deux pétroliers auraient été attaqués dans le Golfe d'Oman. Les deux navires auraient été évacués. Les prix du pétrole ont bondi à la suite de cette annonce.

Au moins un pétrolier aurait été touché par des torpilles au large des Emirats arabes unis dans le golfe d'Oman ce 13 juin.

11-06-2019 reseauinternational.net 10 min #157643

La mission de médiation d'Abe à Téhéran pèse dans la balance

par M.K. Bhadrakumar

A deux jours de l'arrivée du Premier Ministre japonais Shinzo Abe à Téhéran pour une mission de paix visant à promouvoir les pourparlers américano-iraniens, on assiste à une foule de spéculations en tout genre. En général, il y a beaucoup d'excitation dans les médias. Ainsi, les médias occidentaux ont mis en avant les remarques du commandant du groupe d'attaque américain Lincoln, le contre-amiral John F.

10-06-2019 lesakerfrancophone.fr 25 min #157606

À l'aube de la guerre, ou pourquoi l'Iran ne pliera pas

Par  Yossef Bodansky − Le 19 mai 2019 − Source  oilprice.com

Madjles].

Khamenei a analysé la situation actuelle, puis détaillé les prochaines mesures prises par Téhéran, indiquant que l'Iran ferait tout son possible pour éviter la guerre avec les États-Unis tout en poursuivant avec ténacité son ascension en tant que puissance régionale de premier plan.

08-06-2019 les-crises.fr 2 min #157524

Interdit d'interdire : Vers une guerre Etats-Unis / Iran ?

07-06-2019 lesakerfrancophone.fr 8 min #157499

Dix signes qui indiquent une possible guerre entre les États-Unis et l'Iran

Par  Gasanov Kamran - Le 24 mai 2019 - Source  Katehon.com

L'analyse des événements récents suggère l'inéluctabilité d'une confrontation militaire entre les États-Unis et l'Iran. Mais la Maison-Blanche est-elle vraiment prête à s'embarquer dans la plus grande opération militaire du XXIème siècle ?

07-06-2019 reseauinternational.net 11 min #157481

Pourquoi Trump veut maintenant des pourparlers avec l'Iran

par Pepe Escobar

Si Téhéran bloque le détroit d'Ormuz, le prix du pétrole pourrait monter en flèche et provoquer une récession mondiale.

Contrairement à la légendaire 'Smoke on the Water' de Deep Purple, « Nous sommes tous venus à Montreux, sur les rives du lac Léman«, la 67ème  réunion du groupe Bilderberg n'a produit ni feu ni fumée au luxueux Hôtel Fairmont Le Montreux Palace.

04-06-2019 reseauinternational.net 22 min #157337

Bolton accuse l'Iran de sabotage maritime, mais des éléments de preuve indiquent d'autres faits

par Whitney Webb

Les accusations contre l'Iran interviennent quelques semaines seulement après que des navires et des plongeurs américains aient effectué des exercices dans la même zone que celle où les incidents de sabotage présumés ont eu lieu.

Mercredi, le conseiller à la sécurité nationale John Bolton  a déclaré à un groupe de journalistes à Abu Dhabi que des « mines navales provenant presque certainement d'Iran » avaient été utilisées pour mener l'attaque présumée de « sabotage » contre quatre navires commerciaux au large des côtes du port de Fujairah, aux Émirats Arabes Unis, au début du mois.

03-06-2019 francais.rt.com 3 min #157297

Exercices militaires : Washington mène des simulations de frappes aux portes de l'Iran

© US Navy / MC1 Brian M. Wilbur

En pleine crise diplomatique avec Téhéran, Washington montre ses muscles dans le golfe persique. Des avions de chasse ont été déployés par l'armée américaine afin de mener des exercices militaires.

Le 1er juin, se sont déroulés des exercices militaires américains dans le ciel et en mer au large de l'Iran : les Etats-Unis ont déployé un bombardier stratégique B-52 et un porte-avion de leur flotte dans le golfe persique pour un exercice conjoint.

02-06-2019 francais.rt.com 4 min #157259

«Vos forces seront exterminées» : le Hezbollah met en garde Washington d'une attaque contre l'Iran

© Aziz Taher Source: Reuters

Allié de Téhéran, le Hezbollah libanais a prévenu les Etats-Unis et leurs alliés - l'Arabie saoudite et Israël - qu'une guerre contre l'Iran mèneraient à la destruction totale de leurs forces, et créerait le chaos dans toute la région.

«Une guerre contre l'Iran signifierait que toute la région serait mise à feu et à sang» : le dirigeant du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a prévenu Washington et ses alliés des conséquences désastreuses qui les attendaient en cas de conflit avec Téhéran.

02-06-2019 lesakerfrancophone.fr 2 min #157253

Les États-Unis tirent la sonnette d'alarme

L'Iran rapproche de plus en plus son pays de ses troupes !

Le Jeudi 16 mai 2019 − The Postillon

Washington, Téhéran (dpo) - Les tensions entre Washington et Téhéran continuent de s'intensifier. À présent, les États-Unis accusent l'Iran de déplacer ses frontières de plus en plus près des troupes américaines. À tel point que les soldats américains sont presque à portée de tir.

02-06-2019 mondialisation.ca 8 min #157244

La démocratie génocidaire

S'exprimant devant les diplômés de l'académie militaire de West Point, le vice-président américain Mike Pence vient de leur annoncer qu'ils iraient bientôt se battre « contre les terroristes en Afghanistan et en Irak », bien sûr, mais aussi « contre la Corée du Nord qui continue de menacer la paix », « contre la Chine qui défie notre présence dans la région » et « contre la Russie agressive qui cherche à redéfinir les frontières par la force ».

01-06-2019 thesaker.is 3 min #157206

Nasrallah: 'In Iran war, all Us forces/interests to be eradicated, Israel/saudi to pay price' - English Subs

 Nasrallah: 'In Iran war, all US forces/interests to be eradicated, Israel/Saudi to pay price' - English Subs - video dailymotion

Description:

Hezbollah leader Sayyed Hassan Nasrallah says that the US government knows very well that a war with Iran will entail the eradication of all its forces and interests in the Middle East, and that Israel, the House of Saud and all those who "colluded and schemed" with the US will "pay the price".

Speaking at a ceremony to mark 'International Quds Day', Nasrallah was gi

01-06-2019 wsws.org 9 min #157198

Les États-Unis intensifient la menace de recours à la force contre l'Iran

Par Bill Van Auken
1 juin 2019

Les deux principaux architectes de l'intensification de la guerre de l'impérialisme américain contre l'Iran sont en train d'effectuer une série de visites à l'étranger visant à pousser l'Europe à se ranger derrière la campagne d'agression de Washington et à renforcer l'axe anti-iranien soutenu par les États-Unis, composé des émirats pétroliers sunnites du Golfe Persique, menés par l'Arabie saoudite.

31-05-2019 dedefensa.org 15 min #157174

La Menace transmutée en Simulacre

31 mai 2019 - Il y a quarante années, lorsqu'on discutait des relations Est-Ouest, et par conséquent des relations avec la Russie, on parlait aisément, nous voulons dire sans plus de précisions, de "la Menace" (The Threat), - d'une façon quasiment institutionnalisée puisque majusculée comme on le voit. Le Pentagone avait traduit cela de façon plus précise en une luxueuse publication annuelle qui dura tout au long des années 1980, - production typique de l'administration Reagan, - sous le titre de Soviet Military Threat.

30-05-2019 reseauinternational.net 5 min #157114

Une option militaire Us contre l'Iran est quasiment impossible sauf si les États-Unis engagent l'ensemble de leurs ressources comme lors de la Seconde Guerre Mondiale

Le théâtre des opérations ou le front d'une éventuelle guerre américaine contre la République Islamique d'Iran est tellement étendu et complexe que toute option militaire sérieuse exigera la mobilisation totale de l'ensemble des ressources des États-Unis et de leurs alliés comme lors de la seconde guerre mondiale (1939-1945).

Cette option risque de paralyser les approvisionnements mondiaux en hydrocarbures et de causer une hausse des prix du brut infiniment plus importante que celle du choc pétrolier de 1973.

30-05-2019 mondialisation.ca 8 min #157096

Etats-Unis vs Iran - A propos du placement de l'Ong New Horizon sur la liste noire du terrorisme

Photo : New Horizon: Les participants à la Conférence de Mashhad (mai 2018)

Le 13 février dernier, le Département du Trésor américain a décidé  d'interdire toute transaction et contact avec l'ONG iranienne New Horizon accusée d'aider la Force al-Qods des Gardiens de la Révolution à recruter des agents étrangers.

29-05-2019 mondialisation.ca 7 min #157048

L'histoire se répète: dans les années 1980, l'Iran s'était déjà opposé aux États-Unis dans le détroit d'Ormuz

"Nous allons intercepter et stopper toutes les exportations de pétrole de la région (Moyen-Orient) si on nous empêche d'exporter notre pétrole. Nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour fermer le détroit d'Hormuz. Si - en envoyant des avions à réaction, des transporteurs - les Etats-Unis veulent simplement renforcer leurs positions et leur statut au sein de la communauté internationale, ça ne nous concerne pas.

28-05-2019 lesakerfrancophone.fr 19 min #157043

Iran : la pathologie des « fake news »

...Le New York Times retransmet en boucle des déclarations mensongères à propos d'un « programme iranien d'armes nucléaires » qui n'existe pas.

Par  Moon of Alabama − Le 27 mai 2019

Lors d'une conférence de presse au Japon, le président américain Donald Trump  a déclaré aujourd'hui ( vidéo) :

28-05-2019 lesakerfrancophone.fr 11 min #157029

Échec et mat pour l'hégémon

Par Dmitry Orlov - Le 21 mai 2019 - Source  Club Orlov

Selon les analyses de beaucoup de commentateurs intelligents et bien informés, une guerre entre les États-Unis et l'Iran pourrait éclater à tout moment. Leur preuve en faveur de ce point de vue consiste en quelques porte-avions américains qui sont censés être en route vers le golfe Persique, que l'Iran a menacé de bloquer en cas d'attaque.

 Référencé par : 2 articles