Les politiciens célèbrent la «Journée mondiale de la liberté de la presse» alors que Julian Assange languit en prison

06-05-2019 wsws.org 9 min #155899

Par David Walsh
6 mai 2019

Le 3 mai est la Journée mondiale de la liberté de la presse, parrainée chaque année par l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO).

L'UNESCO organise cet événement pour célébrer «les principes fondamentaux de la liberté de la presse, évaluer la liberté de la presse dans le monde, défendre les médias contre les atteintes à leur indépendance et rendre hommage aux journalistes qui ont perdu la vie dans l'exercice de leur profession», déclare-t-elle.
Ces affirmations sont creuses et trompeuses, comme les faits le démontrent.

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, reste incarcéré dans une prison de haute sécurité à Londres et fait face à la menace de restitution aux États-Unis. Pourquoi? Parce que lui et son organisation ont pris au sérieux «les principes fondamentaux de la liberté de la presse» et ont activement mis en lumière à la fois la corruption et la criminalité quotidiennes des gouvernements et des entreprises au niveau international et les activités meurtrières de l'armée américaine en particulier. Comme l'a fait remarquer l'un des avocats d'Assange, Washington «cherche à extrader un journaliste étranger pour qu'il soit poursuivi au pénal pour avoir publié des informations véridiques.»

Entre-temps, une autre instance de l'ONU, son Groupe de travail sur la détention arbitraire, a enregistré vendredi sa désapprobation de la «peine disproportionnée» de 50 semaines d'emprisonnement infligée à Assange pour violation de sa liberté sous caution, qu'il a qualifiée de «légère violation». En 2015, le Groupe de travail, qui fait partie du système des droits de l'homme de l'ONU, a estimé qu'Assange était «détenu arbitrairement» par les gouvernements suédois et britannique et qu'il avait «droit à sa liberté de mouvement et à réparation». Cette opinion a été ignorée par le gouvernement britannique, comme ce sera le cas vendredi.

En tout état de cause, personne associé à l'UNESCO ou à la Journée mondiale de la liberté de la presse n'a fait mention d'Assange lors des événements de cette semaine. En effet, l'un des orateurs principaux de la célébration principale à Addis-Abeba, en Éthiopie, accueillie par l'Union africaine, était le ministre britannique des Affaires étrangères, le très honorable Jeremy Hunt.

Le «très honorable» M. Hunt était l'un des responsables du gouvernement britannique chargé de la saisie brutale et de l'incarcération d'Assange le 11 avril. Après l'arrestation de l'éditeur de WikiLeaks, Hunt a déclaré dans une déclaration: «Ce que nous avons montré aujourd'hui, c'est que personne n'est au-dessus de la loi. Julian Assange n'est pas un héros. Il s'est caché de la vérité pendant des années et des années et il est juste que son avenir soit décidé dans le système judiciaire britannique.»

Dans son discours à Addis-Abeba, Hunt, selon un communiqué de presse, «a exposé sa vision pour améliorer la liberté des médias.» On pourrait nous pardonner de suggérer que le ministre des affaires étrangères, en présidant la persécution vindicative du journaliste d'investigation le plus célèbre du monde, avait déjà «exposé sa vision», non pas par des remarques préparées d'avance mais par la dure violence de la Police métropolitaine de Londres.

Au cours de son discours, un tissu de mensonges purs et simples, Hunt a déclaré à son auditoire en Éthiopie que «le progrès de l'humanité montre clairement que la sagesse naît de la compétition ouverte entre les idées lorsque différents points de vue reçoivent l'oxygène nécessaire pour lutter librement et équitablement.» Hunt aurait pu ajouter: «Tant que ces différents points de vue soutiennent le point de vue officiel. Sinon, l'alimentation en oxygène sera coupée.»
Les présentations à Addis-Abeba ont été dominées par les craintes de tous les participants, qu'il s'agisse des politiciens impérialistes ou des politiciens bourgeois africains, d'un mécontentement populaire croissant et de la nécessité perçue de supprimer les voix d'opposition.

C'est ainsi que les discours de Hunt et d'autres - et l'approche générale actuelle des autorités du monde entier sur la question de la «liberté de la presse» - ont donné leur caractère tordu et malhonnête de «double langage». Ce que les gouvernements veulent en réalité, c'est d'être libérés de la «liberté de la presse». Les élites dirigeantes elles-mêmes veulent pouvoir opérer librement, c'est-à-dire sans l'ingérence de voix dissidentes et «perturbatrices».

Ces préoccupations sont à l'origine de l'effort systématique de censure et de stérilisation d'Internet, justifié par des références pieuses aux dangers des discours haineux, de la xénophobie, du harcèlement en ligne, des statistiques concoctées, des reportages trompeurs, de la manipulation présumée des élections et de la «rhétorique populiste». Bien sûr, la désinformation, la tromperie et l'incitation à toutes les formes d'attitudes et de préjugés arriérés sont partout, depuis des temps immémoriaux, le fonds de commerce des médias bourgeois, dont personne en position d'autorité ne s'est jamais plaint. C'est précisément l'effondrement des mécanismes efficaces de désinformation et de tromperie jusqu'à présent, qui a rameuté les autorités constituées et alimenté la férocité de la persécution d'Assange.

C'est dans cette optique que «Journalisme, fausses nouvelles et désinformation: Manuel pour l'éducation et la formation en journalisme» (2018) de l'UNESCO affirme que les "sources faisant autorité" et le «journalisme crédible» ont été endommagés par ce qu'il appelle, pour reprendre une expression impérissable, le «trouble de l'information» actuel.

Les auteurs soutiennent que les médias sociaux «sapent la démocratie» en «créant des chambres d'écho, une polarisation et une hyper-partisanerie», en «transformant la popularité en légitimité» et en «permettant la manipulation par les dirigeants populistes, les gouvernements et les acteurs marginaux.»

Le «Manuel» attire avec anxiété l'attention sur le phénomène des «éditeurs d'actualités qui s'efforcent d'attirer l'attention de leur public alors que les obstacles à la publication sont enlevés et en donnant à toute personne ou entité les moyens de produire du contenu, de contourner les contrôleurs traditionnels et de faire concurrence pour attirer l'attention.» Et il avertit en outre que dans «l'information à grande vitesse libre pour tous sur les plates-formes de médias sociaux et l'Internet, tout le monde peut être un éditeur. Par conséquent, les citoyens luttent pour discerner ce qui est vrai et ce qui est faux. Le cynisme et la méfiance règnent. Les opinions extrêmes, les théories du complot et le populisme s'épanouissent et les vérités et institutions autrefois acceptées sont remises en question.»

La véhémence de leurs opinions conservatrices, antidémocratiques et pro-establishment et la profondeur de leur désir de protéger «les vérités et les institutions jadis acceptées» expliquent pourquoi les organisateurs très respectables et bien connus de la Journée mondiale de la liberté de la presse espèrent qu'Assange et tous ses semblables pourriront en prison jusqu'au bout des temps.

Si l'UNESCO et le reste de ces gens prenaient au sérieux la «désinformation» et la «fausse information», ils présenteraient en tout cas comme pièce à conviction n° 1 la campagne mensongère et calamiteuse des médias américains sur les «armes de destruction massive» en Irak, la plus grande opération de «fausse nouvelles» des temps modernes, qui a fait plus d'un million de morts et a détruit une région entière.

Léon Trotsky observa un jour que «chaque époque historique n'a pas seulement sa propre technique et sa propre forme politique, mais aussi une hypocrisie qui lui est propre.»

Comment Hunt peut-il annoncer, d'une part, que lui et d'autres responsables lancent «une campagne mondiale pour protéger les journalistes qui font leur travail et promouvoir les avantages d'une presse libre» et, d'autre part, faire de son mieux pour museler et, si possible, faire taire Assange à jamais?

En fait, cela va au-delà de la simple hypocrisie. John A. Hobson, économiste et sociologue anglais, dans son précieux Impérialisme: Une étude (1902) soutenait que ce «cloisonnement» officiel, ce «génie de l'incohérence, de la simultanéité d'idées ou de sentiments contradictoires», n'était «ni un cas d'hypocrisie, ni une simulation consciente délibérée de faux motifs.» Il soutenait que c'était plutôt «la condition que Platon appelle «le mensonge dans l'âme» - un mensonge qui ne se sait pas lui-même qu'il est un mensonge.» Hobson soutenait que c'était «l'éthique et la sociologie» du stade impérialiste du développement, avec son «tissage élaboré de défenses intellectuelles et morales.»

«L'agent de contrôle et de direction de l'ensemble du processus», a-t-il écrit, «est la pression de motifs financiers et industriels, opérés pour les intérêts matériels directs, à court terme, de petits groupes capables et bien organisés dans une nation.

Assange est un prisonnier de la guerre de classe, détenu au nom des riches et des puissants, ce «petit groupe capable et bien organisé», parce qu'il a révélé certains de leurs crimes contre les opprimés.

Jeremy Hunt avait raison sur une chose à Addis-Abeba. «Si les problèmes et les tensions s'accumulent, ils risquent beaucoup plus de déborder», a-t-il averti. «La vérité, c'est que lorsque les gouvernements commencent à fermer des journaux et à supprimer les médias, ils risquent davantage d'accumuler des problèmes pour l'avenir que de préserver l'harmonie.»
Il n'en a tout simplement aucune idée.

Partout dans le monde, les travailleurs sont engagés dans un mouvement de grève croissant pour défendre leurs emplois, leurs salaires et leurs droits sociaux. C'est cette force sociale, et non les représentants corrompus de l'oligarchie capitaliste, qui forment la véritable base sociale de la défense des droits démocratiques.
Samedi, le Comité international de la Quatrième Internationale tiendra sa sixième célébration annuelle en ligne de la Journée internationale des travailleurs. Un point central de l'événement sera l'organisation de la classe ouvrière pour défendre Assange et la lanceur d'alerte Chelsea Manning. Nous exhortons tous les lecteurs du WSWS et tous ceux qui cherchent à défendre la liberté d'expression à s'inscrire et à participer.(Article paru en anglais le 4 mai 2019)

 wsws.org

 Commenter
 Se réfère à : 1 article

 Référencé par : 2 articles