Algérie : 11e vendredi de mobilisation, juste avant le début du ramadan (Images)

04-05-2019 11 articles francais.rt.com 9 min #155818

© Ryad Kramdi Source: AFP

Des dizaines de milliers d'Algériens manifestent à nouveau à Alger pour le 11e vendredi d'affilée. Le dernier avant le début du mois de ramadan durant lequel ils comptent continuer de protester pour démentir les craintes d'essoufflement du mouvement.

La mobilisation continue, inlassablement. De très nombreux Algériens sont à nouveau rassemblés dans plusieurs villes du pays pour un 11e vendredi consécutif de manifestations, le dernier avant le début du mois de jeûne musulman de ramadan durant lequel ils ne comptent pas cesser de protester.

A Alger, comme dans les autres villes, les slogans portent principalement sur le rejet des élections qui doivent se tenir le 4 juillet, à l'issue de la période de transition qui a suivi la démission sous la pression de l'ancien président Abdelaziz Bouteflika le 2 avril.

« Makench intikhabet yal 3issabet » (Oh les gangs, il n’y aura pas d’élections).
Les manifestants refusent la présidentielle prévue pour le 4 juillet prochain. #Alger #Algérie

Sur cette pancarte, on peut lire : «Pas d'élections présidentielles sans un organisme indépendant pour les contrôler.»

#11e vendredi - #Constantine : "Non aux élections, sans une instance indépendance de contrôle"
🔴 Suivez notre Direct ➡

Même son de cloche à Constantine, avec une pancarte sur cette image qui affirme : «Non aux élections du 4 juillet sous le patronage du gang.» Pour les contestataires, le terme «gang» désigne désormais l'entourage de Bouteflika au pouvoir durant des années, et qui est personnifié par Abdelkader Bensalah président par intérim et Noureddine Bedoui, Premier ministre du gouvernement de transition.

#Constantine, 11e vendredi : quelques pancartes brandies par les manifestants
🔴 Suivez notre Direct ➡

Les manifestants réclament également l'arrestation et le jugement de Saïd Bouteflika, le frère cadet de l'ancien président, qu'ils soupçonnent d'avoir usurpé le pouvoir depuis qu'Abdelaziz Bouteflika avait vu son état de santé fortement dégradé par un AVC en 2013.

Seule voix audible, en face des manifestants, celle du chef d'état-major de l'armée, le général Ahmed Gaïd Salah, devenu de facto l'homme fort du pays depuis qu'il a poussé Bouteflika à la démission, après lui avoir été loyal durant des années.

Semaine après semaine, il appuie le processus de transition mis en place conformément à la Constitution, dont l'organisation de la présidentielle, convoquée le 4 juillet.  Cette semaine, il a appelé la contestation au «dialogue avec les institutions de l'Etat», martelant le refus de l'armée de «s'écarter de la voie constitutionnelle» : une nouvelle fin de non-recevoir aux revendications des manifestants qui exigent la mise sur pied de structures ad hoc pour gérer l'après-Bouteflika.

Rejetant cette élection, les manifestants s'en prennent désormais à Gaïd Salah, l'accusant d'être avec eux dans les paroles mais avec le gang dans les actes, comme l'a écrit un manifestant constantinois sur sa pancarte.

#Constantine, 11e vendredi : le message des manifestants à #GaidSalah
🔴 Suivez notre Direct ➡

Aucune partie ne semble prête à céder et certains observateurs pensent que le pouvoir mise sur un essoufflement de la mobilisation déclenchée le 22 février, durant le mois de ramadan qui commence dans les prochains jours.

Un mois de jeûne et de privation, durant lequel les Algériens se couchent souvent tard et au fur et à mesure duquel la fatigue se fait de plus en plus sentir. Pour pallier la fatigue, la faim et la soif de la journée, la plupart des manifestants proposent de déplacer pendant le ramadan les marches le soir, après le «ftor», la rupture du jeûne.

 Lire aussi : Algérie : le patron de l'armée promet de nettoyer le pays de la «corruption» et des «corrupteurs»

 francais.rt.com

 Proposer une solution

Articles associés plus récents en premier
19-05-2019 aa.com.tr 3 min #156586

Algérie : Des milliers d'étudiants manifestent à Alger

Algeria

AA/Alger/Hassan Jebril

Des milliers d'étudiants algériens ont participé, dimanche dans la capitale Alger, à une manifestation de protestation contre la persistance au pouvoir des symboles du régime du président démissionnaire, Abdelaziz Bouteflika.

La police a intensifié les mesures sécuritaires et a encerclé tous les chemins qui mènent au siège du parlement.

19-05-2019 reseauinternational.net 7 min #156556

Algérie : les réseaux de l'ex-Drs repassent à l'offensive, rejettent les présidentielles du 04 juillet et mobilisent leurs clientèles contre l'état-major des Armées

La crise politique secouant l'Algérie évolue vers un scénario classique.

Après une première phase durant laquelle l'état-major des Armées avait pris l'initiative de l'action et entamé le démantèlement des réseaux de l'ex-DRS (Direction du Renseignement et de la Sécurité, ex-dénomination de la police politique algérienne), ces derniers mobilisent leurs innombrables clientèles au sein de la société et des faux partis politiques et repassent à l'offensive générale en exploitant les hésitations du haut commandement des Armées.

17-05-2019 francais.rt.com 10 min #156503

Après avoir évité le printemps arabe, pourquoi les Algériens veulent «qu'il dégagent tous» ?

© Meriem Laribi / RT France

Le système Bouteflika et tous ses satellites sont dans le viseur des Algériens mobilisés en masse depuis trois mois. A l'origine de ce mécontentement dont le mot d'ordre exige «qu'ils dégagent tous», 20 ans de règne soufflant le chaud et le froid.

Le mouvement de contestation qui  s'est mis en marche en Algérie depuis le 22 février est-il une surprise ? Quelles sont les sources de ce mécontentement dans un pays qui s'était distingué en ne basculant pas dans  le sillage des printemps arabes en 2011 ?

15-05-2019 histoireetsociete.wordpress.com 2 min #156375

Algérie : Qui commande en Algérie: une interview de Notre ami sociologue Said Belguidoun

Comprendre le système de l'oligarchie pour mieux le combattre

 Qui commande en Algérie?

Dans une interview radiophonique donnée en novembre 2011, je faisais une analyse sur la réalité du pouvoir en Algérie, sa nature néo patrimoniale et oligarchique. Cette analyse est toujours d'actualité et peut aider à mieux comprendre les enjeux actuels.
Confronté au plus puissant mouvement populaire depuis l'indépendance, ce pouvoir, dont les capacités de résilience sont énormes, tente d'imposer sa feuille de route en essayant de faire croire au changement par l'élimination de l'ancienne équipe.

14-05-2019 cetri.be 5 min #156300

« Ni le Ramadhan ni Gaïd Salah n'arrêteront la mobilisation du peuple »

 Meziane Abane

Il ne reste plus rien à dire, vu que tout est décidé par le chef d'état-major, Gaïd Salah. Désormais, penser à une autre feuille de route de « sortie de crise », comme il décrit lui-même la situation politique actuelle, en dehors de la sienne est considéré comme un acte de « trahison », lit-on dans l'article de l'APS qui reprend l'éditorial paru mercredi dans le dernier numéro de la revue El Djeïch.

13-05-2019 wsws.org 7 min #156249

Alors que les manifestations se multiplient, l'armée algérienne arrête la dirigeante du Parti des travailleurs

Par Will Morrow
13 mai 2019

Jeudi après-midi, le gouvernement algérien contrôlé par le général Ahmed Gaid Salah a fait arrêter la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT) Louisa Hanoune et l'a fait emprisonner suite à une audience du tribunal militaire. Elle serait accusée de s'«attaquer à l'autorité de l'armée» et de «conspiration contre l'autorité de l'État».

Le Parti de l'égalité socialiste condamne l'arrestation et la détention de Hanoune, sur des accusations sans fondement et pour lesquelles l'armée n'a apporté aucune preuve.

11-05-2019 aa.com.tr 2 min #156183

Algérie : douzième vendredi de protestations populaires

Algeria

AA/Alger/Abdel Razek Abdallah

Des centaines de milliers de manifestants se sont rassemblés au centre d'Alger pour le douzième vendredi de protestations populaires contre les cadres du régime de l'ancien président, Abdelaziz Bouteflika, et les élections du 04 juillet annoncées par le président par intérim, Abdelkader Bensalah.

Les manifestants ont afflué vers la place de la Poste centrale à Alger et les places publiques de plusieurs autres villes algériennes.

08-05-2019 cadtm.org 12 min #156009

Algérie post-Bouteflika : pour une transition démocratique

Manifestante exposant une pancarte avec une citation de Matoub Lounès lors de la marche à Alger du 12 avril 2019. Photo : Jérôme Duval.

En Algérie, le slogan Yatnahaw ga', « qu'ils dégagent tous », résume bien la volonté populaire largement partagée de mettre fin au « système Bouteflika ». Il s'agit de mettre en branle un processus de transition vers une IIe République.

06-05-2019 reseauinternational.net 3 min #155914

Algérie: l'état-major des Armées frappe le noyau dur des réseaux occultes qui s'étaient accaparé le pouvoir politique et économique durant plusieurs décennies

04-05-2019 mondialisation.ca 13 min #155833

Courage et maturité du peuple. L'Algérie en apesanteur

«Si voter changeait quelque chose, il y a longtemps que ce serait interdit.» Coluche

La situation est délicate et les Algériennes et les Algériens n'ont pas l'air de se rendre compte. Dans un partage des rôles invisibles, le peuple se donne rendez-vous les vendredis pour clamer encore une fois des slogans qui ont évolué avec le temps; Il reste cependant, un slogan qui a la vie dure: «Irouhou ga'e!» «Ils doivent tous dégager!»