La Hongrie, pays membre de l'Union européenne

01-05-2019 investigaction.net 8 min #155624

01 Mai 2019
Article de :  Judith Morva

Viktor Orban, courageux pourfendeur des dikats européens ou maillon utile d'un système qui cache bien son jeu? Pour répondre, il faut se pencher sur le passé du président hongrois, sa formation à l'idéologie libérale par l'Open Society Fondation de George Soros, le contexte des pays de l'Est après la chute du mur de Berlin, les soutiens financiers essentiels de l'Allemagne ou même les déclarations troublantes du principal intéressé: « Ne faites pas attention à ce que je dis, la seule chose dont vous devez tenir compte est ce que je fais. »

Après la chute du mur de Berlin, le basculement d'un régime socialiste en un système capitaliste dans les années 1988-1991, dans la zone de l'Europe de l'Est, a grandement surpris la majorité des populations, à l'Est comme à l'Ouest. Gorbatchev ayant accédé au pouvoir en 1985, les prémisses d'un changement se sont manifestées dès cette époque. En Hongrie, l'Open Society Fondation, le bras agissant de George Soros, a été autorisée à opérer en 1984. Ce qui signifia en pratique que les Occidentaux ont commencé à former une nouvelle élite - à l'époque d'idéologie libérale - pour mettre sur la touche et plus tard, marginaliser, voire même exclure, les dirigeants marxistes. Bien sûr, à coté des institutions de Soros - donc des Américains - d'autres intervenants occidentaux ont également été actifs. Nous pouvons à cet égard mentionner les fondations des partis politiques allemands qui, bien que plus discrètes que les américaines, ont été non moins présentes et efficaces.

L'objectif a très clairement été de sélectionner et de former des nouveaux dirigeants politiques, économiques et administratifs. Le critère a été leur bon vouloir à coopérer avec les pays occidentaux. Ce projet a été mené à grande échelle, plusieurs dizaines, voire centaines de milliers de personnes ont participé à des programmes de formation plus ou moins longs, d'une journée à plusieurs années. Viktor Orbán et son coéquipier de toujours, László Kövér - actuellement président de l'Assemblée Nationale - ont été sélectionnés, formés et mis sur orbite par la Fondation Soros. En tant que boursier, Orbán a ainsi passé l'année scolaire 1989-90 en Angleterre, à Oxford. Il s'affiche alors comme un « libéral » - tout comme son parti, le FIDESZ - et il est même un des vice-présidents de l'Internationale Libérale.

Viktor Orbán ne s'est tourné vers la droite et vers le nationalisme qu'en 1992. A cette époque, il lui apparait clairement que les organisations et les partis politiques qui se revendiquent d'une filiation directe avec les années précédant la 2ème guerre mondiale sont devenus trop archaiques. Il y avait donc, aux yeux d'Orbán une place à prendre, sur la droite de l'échiquier politique, pour une formation nouvelle incarnant les valeurs de la classe moyenne traditionnelle, rassemblant élitisme, nationalisme et appartenance à la communauté religieux locale.

Ce virage idéologique va cependant ouvrir un espace assez étroite pour Orbán. Il doit apparaitre comme le courageux défenseur de la Nation, un souverainiste traditionel, alors que la Hongrie est un pays économiquement dépendant. De ce fait, tout dirigeant politique qui veut se maintenir au pourvoir doit collaborer étroitement avec les Occidentaux. La suite lui donnera raison. En effet, les dirigeants des multinationales installées en Hongrie sont, selon tous les sondages, absolument satisfaits du gouvernement d'Orbán. Bien qu'Orban, personnellement, avec la majorité de son équipe, ait été sélectionné par des Américains, il semble qu'actuellement ce soit le soutien de l'Allemagne qui prime. Il est en bons termes surtout avec les politiciens de la Bavière qui l'aident à se maintenir au pouvoir.

La dépendance économique du pays se pose en termes très clairs : la Hongrie, comme toute la région des anciens pays socialistes de l'Europe de l'Est, est un pays de la semi-périphérie de l'Union européenne, c'est à dire un réservoir de main d'ouvre bon marché pour l'Europe occidentale. L'appauvrissement est tellement marqué que ces pays ont perdu au moins 10% de leur population. Les jeunes émigrent massivement et des usines d'assemblage des multinationales occidentales s'installent dans la région pour profiter du bas niveau des salaires, qui est à peine le tiers de ce qui est pratiqué dans l'Ouest de l'Europe. C'est une situation structurelle stable qui n'offre aucune perspective d'évolution de rattrapage des salaires et donc de niveau de vie avec celui des voisins de l'Europe de l'Ouest.

Cette réalité crée une situation politique forcément instable. En effet, il est difficile de faire accepter par la population que, même à long terme, il faudra s'accomoder d'un niveau de vie fortement inférieur à celui des pays situés à seulement quelques kilomètres.

Pour maintenir cette situation, l'Union européenne accorde à la Hongrie un financement annuel substantiel, de l'ordre de 4 % du budget de l'Etat. Ainsi, tandis qu'Orbán apparait à l'intérieur du pays, voire dans toute l'Europe, comme un politicien qui tient tête, qui est téméraire et défend les intérêts de son pays contre la colonisation occidentale, contre la bureaucratie de Bruxelles et, depuis 2015, contre des migrants, dans la réalité il doit veiller à maintenir ce flux de financement une année sur l'autre. Il est très volontiers provocateur - comme l'a revélé Wikileaks - et a ouvertement annoncé aux diplomates en poste à Budapest en 2006 : « Ne faites pas attention à ce que je dis, la seule chose dont vous devez tenir compte est ce que je fais". Il y a donc un clivage très net entre les actions du gouvernement et la propagande politique destinée à maintenir sa popularité.

Un « ordre de pouvoir semi-féodal »

En dehors du financement régulier que lui accorde Bruxelles, Orbán et l'Union européenne travaillent main dans la main sur le projet d'assouplissement du code du travail. L'appauvrissement d'une partie importante de la population exige que l'Etat s'occupe de son sort, car 10 à 12% des gens vivent dans une grande misère et dans l'ensemble 40% de la population vit autour du niveau du seuil de pauvreté.
Orbán a mis en place un système de travail dit « d'utilité publique », qui connait un succès indéniable et renforce la stabilité du gouvernement. L'État emploie dans ce cadre des centaines de milliers de personnes en chômage de longue durée, et remplace de fait l'indemnisation du chômage qui est limitée à trois mois. Les salaires de ces travaux ne sont pas uniformes et sont nettement inférieurs au salaire minimum. La tâche à réaliser peut être utile ou complètement inutile, et il arrive que le travailleur soit placé dans une entreprise privée où il ne recevra pas le salaire de ses collègues. Le système repose sur un traitement individuel et une dépendance personnelle importante. Ce qu'une sociologue de renom, Erzsébet Szalai, appelle un « ordre de pouvoir semi-féodal ». L'essence de ce système consiste à diluer le champ d'application du code du travail, à rendre les salaires, les horaires et autres conditions de travail, occasionnels et arbitraires. De plus, le gouvernement peut augmenter ou diminuer très rapidement le nombre de ces emplois d'utilité publique, ce qui constitue un outil d'influence politique immédiate. A la veille d'élections, l'Etat recrute plus largement. Dans les régions les plus pauvres, il s'agit souvent de la source de revenus la plus importante pour la population. Avec ce système de travail d'utilité publique, Orbán a réussi à obtenir le soutien des plus grands perdants du capitalisme : ceux qui sont vulnérables et mènent une vie dans la pauvreté. Paradoxe de cet état de fait : ces derniers votent massivement pour Orbán.

Depuis le mois de décembre 2018, des manifestations sont massives dans la capitale, à Budapest et, fait nouveau, également dans les villes de la province. Tout ca ne semble pas trop inquiéter Orbán et son équipe. Car le soutien de l'Union Eeuropéenne est infaillible. Qualifiée hier de « baraque la plus gaie du camp socialiste », la Hongrie est devenue un des ateliers industriels de l'Europe capitaliste. Tandis que les gens battent le pavé dans le froid et sous la neige, l'UE a viré un forte somme, de près de 3 milliards d'euros au gouvernement d'Orbán.

Cette réponse à la colère des Hongrois a choqué bien des manifestants. Il est probable que les drapeaux européens, qui flottaient régulièrement dans les manifestations à Budapest, seront moins nombreux á l'avenir !

Source:  Investig'Action

 investigaction.net

 Commenter