L'Europe suspend les importations de pétrole russe

27-04-2019 reseauinternational.net 5 min #155456

L'Europe suspend les importations du pétrole russe en raison de problèmes de qualité.

Alors que les États-Unis ont décidé de ne pas renouveler les exemptions qui permettaient à huit acheteurs de continuer à importer du pétrole iranien et que les importations de pétrole russe vers l'Europe ont été interrompues, les prix du pétrole ont dépassé la barre de 75 dollars pour la première fois au cours des six derniers mois.

Plusieurs pays européens ont suspendu leurs importations de pétrole en provenance de Russie après que des hydrocarbures contaminés ont été découverts dans un important pipeline transportant le pétrole du deuxième plus grand exportateur de brut au monde.

La suspension soudaine des importations en provenance du pipeline de Droujba de construction soviétique a perturbé l'approvisionnement des raffineries européennes.

L'Allemagne, la Pologne et la Biélorussie ont toutes suspendu leurs livraisons via la ligne de Droujba, et des sources commerciales indiquent que la République tchèque a également interrompu ses importations, selon S & P Global Platts.

La société estime que 700 000 barils de pétrole russe transitant habituellement par la ligne de Droujba ont été suspendus. Au moins cinq pétroliers contenant de l'huile contaminée sont également partis du port baltique d'Ust Luga.

Selon Chris Midgley, responsable mondial de l'analyse chez S&P Global Platts, l'incident entraînera des perturbations de l'approvisionnement à court terme, pouvant déboucher sur une réduction de l'activité des raffineries concernées. Cela devrait faire monter les prix des produits et les marges des raffineries dans le nord-ouest de l'Europe.

La Russie envisage actuellement de commencer à pomper du carburant propre via Droujba le 29 avril.

Le pipeline de Droujba peut livrer jusqu'à 1 million de bpj, soit environ 1 % de la demande mondiale. La ligne alimente des succursales au nord pour approvisionner la Pologne et l'Allemagne et une fourche au sud pour acheminer du brut russe vers la République tchèque, la Hongrie et la Slovaquie.

Des usines allemandes ainsi que des raffineries appartenant aux sociétés seraient toutes menacées.

La Russie a clairement indiqué qu'elle chercherait à résoudre les problèmes de qualité liés au niveau de chlore dans les prochains jours, probablement d'ici la fin de la semaine.

Les cours du pétrole grimpent

Les analystes du marché de l'énergie ont déclaré que l'incident représente un risque important pour l'approvisionnement, ce qui explique pourquoi les prix du pétrole ont grimpé en flèche jeudi, mais il n'est pas clair si cela aurait un impact durable.

Le Brent, un indice de référence international, s'est négocié autour de 75,47 dollars lors des transactions matinales, en hausse de plus de 1,2 %, tandis que le brut West Texas Intermediate (WTI) américain s'est établi à 66,20 dollars, soit une hausse d'environ 0,5 %.

Les problèmes concernant la qualité du pétrole russe acheminé vers l'Europe septentrionale et centrale sont apparus pour la première fois la semaine dernière lorsque des écoulements pétroliers via Ust Luga et l'oléoduc de Droujba ont été contaminés par de fortes concentrations de chlorure organique, un composé de chlore combiné à un autre élément.

Le matériau est souvent utilisé pour augmenter la production de pétrole, mais il doit ensuite être séparé du pétrole avant expédition, car il peut détruire les équipements de raffinage.

L'agence de presse nationale biélorusse Belta a annoncé que son voisin polonais avait cessé d'accepter des livraisons de brut russe à 20 heures.

Les cours du baril de Brent ont dépassé les 75 dollars hier, jeudi 25 avril. Le risque de pénurie mondiale s'accroît, après la décision des États-Unis de ne pas reconduire les dérogations accordées aux pays importateurs de pétrole iranien.

Les stocks de pétrole brut aux États-Unis ont enregistré une hausse plus forte que prévu la semaine dernière.

Les réserves commerciales de brut ont augmenté le 19 avril de 5,5 millions de barils pour s'établir à 460,6 millions, là où les analystes interrogés par l'agence Bloomberg anticipaient une progression plus modeste de 1 million de barils.

Les stocks de brut WTI du terminal de Cushing (Oklahoma) ont, eux, augmenté de 500 000 barils, pour s'établir à 44,5 millions de barils.

source :  parstoday.com

 reseauinternational.net

 Commenter