Matériel militaire québécois au Yémen: Québec interpelle Ottawa

21-04-2019 mondialisation.ca 4 min #155118

La ministre des Relations internationales Nadine Girault se dit préoccupée par la vente d'équipements militaires fabriqués au Québec à des acteurs du sanglant conflit au Yémen.

Elle prie son homologue fédérale, Chrystia Freeland, de se pencher sur la situation dans la foulée de l'adoption de nouvelles dispositions de la Loi sur les licences d'exportation et d'importation (C-47).

Adoptée par le Parlement canadien en décembre dernier, la « loi C-47 » édicte que le gouvernement canadien peut délivrer une licence d'exportation d'armes, de munitions, de matériel ou d'armements de guerre, mais seulement après s'être demandé si ces équipements « contribueraient à la paix et à la sécurité ou y porteraient atteinte » ou encore « pourraient servir à la commission ou à faciliter la commission d'une violation grave du droit international humanitaire, d'une violation grave du droit international en matière de droits de la personne ».

« J'en appelle à votre appui [Mme Freeland] afin que l'application des dispositions de cet article reflète concrètement les valeurs de démocratie, de paix et de primauté du droit que nous partageons », écrit l'élue québécoise Nadine Girault dans une lettre datée du 4 février 2019, dont Le Devoir a obtenu copie.

« Le gouvernement québécois promeut un « nécessaire équilibre entre la protection des droits de la personne et le développement économique durable », poursuit la chef de la diplomatie québécoise.

Plusieurs entreprises québécoises brassent des affaires d'or avec l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et leurs alliés, l'Égypte et la Jordanie, en leur vendant des avions, des hélicoptères, des moteurs ou des simulateurs, qui trouvent leur utilité dans des missions d'espionnage ou de combat au Yémen. Dans bien des cas, une licence de la part d'Ottawa ne leur est pas requise.

Pratt&Whitney Canada,  Bombardier, Bell Helicopter Textron, CAE et Esterline CMC ont vendu du matériel d'une valeur totale de plus de 920 millions de dollars à la coalition saoudienne depuis le début de son offensive contre les Chiites houthis au Yémen, a récemment évalué Le Journal de Montréal grâce notamment à des données colligées par le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI).

Marco Bélair-Cirino

Lire la suite de l'article :

 ledevoir.com

La source originale de cet article est  Le Devoir
Copyright ©  Marco Bélair-Cirino,  Le Devoir, 2019

 mondialisation.ca

 Commenter
 Se réfère à : 1 article