«Pendant qu'ils font leurs génuflexions à Notre-Dame, on compte les morts» : les policiers à bout

19-04-2019 francais.rt.com 10 min #155041

© Christophe Petit Tesson Source: Reuters

La cote d'Emmanuel Macron gagne trois points après l'incendie de Notre-Dame de Paris, mais dans le même temps, trois nouveaux suicides ont été recensés à la police nationale. Les associations espèrent un sursaut du ministère de l'Intérieur.

Lire aussi

Suicides dans les forces de l'ordre : le compteur de la honte reprend dans une relative indifférence

Trois suicides en une semaine, dont deux le 18 avril. Les jours se suivent et se ressemblent au sein des forces de sécurité et le compteur de la honte, tenu par  la page Facebook «Citoyen solidaire» continue de tourner. Celui-ci répertorie tous les morts en uniformes. Aux policiers nationaux qui ont mis fin à leurs jours depuis le début de l'année 2019, viennent ainsi s'ajouter deux agents pénitentiaires, un soldat affecté à la mission Vigipirate, deux policiers municipaux, deux gendarmes et un agent de la brigade ferroviaire. Ce 19 avril, le compteur affiche donc 37 morts. Pour la police nationale, le chiffre est de 29, selon ce même décompte qui varie d'une source à l'autre, mais indique bien une tendance indéniable : les forces de sécurité sont frappées par un immense malaise et, face à ce mal, les fonctionnaires de police sont en première ligne.

L'ensemble des syndicats de police appellait ce 19 avril à des rassemblements de 11h30 à midi «devant leurs services respectifs en hommage» aux collègues décédés.

Surtout, après les suicides dans la même journée d'une capitaine de police mère de deux enfants à Montpellier et d'un jeune policier de 25 ans à Paris, les organisations professionnelles veulent être reçues «en urgence» par Christophe Castaner. Elles précisent dans leur communiqué intersyndical : «Les journées dramatiques s'enchaînent à un rythme insoutenable et jamais connu.»

Unis dans la douleur.
Unis pour dénoncer.
Unis pour trouver des solutions et mettre un terme à cette hécatombe.
Rassemblement de tous les policiers devant les commissariats demain à 11H30.#FDO#policiers #suicides

Etre reçues à Beauvau, c'est précisément ce que réclament à cor et à cri plusieurs associations défendant policiers et uniformes, qui alertent depuis des mois et même des années sur le sujet du suicide.

Il faut arrêter avec la minute émotion à l'hôpital des policiers ou à Notre-Dame de Paris. On ne va pas jeter les morts de la police dans les cendres de la cathédrale !

Christelle Teixeira, fondatrice et présidente de l'association Uniformes en danger (UED) a déjà sollicité un entretien au ministère de l'Intérieur, mais en vain. Elle a alors écrit des courriers à tous les députés de la majorité pour les interpeller sur le sujet, puis elle les a relancés... Sans grand résultat, exceptés quelques encouragements.

Alors que Christophe Castaner semble déterminé à accélérer la mise en œuvre du plan anti-suicides mis en place par Gérard Collomb au printemps 2018, les associations de police estiment qu'il est déjà bien trop tard. Au téléphone, exsangue, Christelle Teixeira d'Uniformes en danger déplore dans un souffle : «On revient à la case départ d'un plan qui n'a pas marché et évidemment, on ne parle que de la police nationale et de la gendarmerie.»

Les forces de l'ordre se rassemblent à Paris contre le fléau du suicide dans leurs rangs (IMAGES)

Effectivement, en visite à l'hôpital des gardiens de la paix dans le 13e arrondissement de Paris le 12 avril,  Christophe Castaner avait eu un mot pour ces deux institutions. Il avait également annoncé la création d'une «cellule alerte prévention suicide».

Les syndicats exigent d'être reçus, peut-être obtiendront-ils gain de cause. En revanche, les associations de police désespèrent : «On ne veut pas la révolution, on veut juste être pris en compte», explique Christelle Teixeira.

Les associations de police demandent aussi plus de soutien psychologique. Interrogé par RT France, Jean-Pierre Colombies, porte-parole de l'Union des policiers nationaux indépendants est furieux : «On va arrêter le sketch là. Pour une population policière de 30 000 fonctionnaires en Ile-de-France, vous savez combien il y a de psychologues ? Neuf. Il faut arrêter l'hypocrisie. Quand il y a eu 35 suicides en un an chez Orange, on a tous remis en cause, notamment le management. Là, on arrive à des chiffres dramatiques et pendant quatre jours, on ne nous parle que de Notre-Dame de Paris. Alors, oui c'est un drame et nous avons tous été très émus, mais les membres du gouvernement, pendant qu'ils font leurs génuflexions à Notre-Dame, nous, on compte les morts. Il va falloir revenir aux sujets de fond maintenant.»

Un policier se suicide tous les quatre jours en France : à quand une réaction de Beauvau ?

Effectivement, l'implication du gouvernement a peut-être bénéficié à la cote de confiance d'Emmanuel Macron auprès de la population française. L'enquête mensuelle réalisée par BVA pour  La Tribune-Orange-RTL qui signale que 32% des Français ont une opinion favorable d'Emmanuel Macron en avril contre 29% en mars.

Ce que dénoncent ces responsables d'associations de policiers en colère, c'est aussi la casse du service public qui a, selon eux, commencé il y a longtemps, ainsi que le dit Jean-Pierre Colombies : «On a cassé la dynamique collective dans la police nationale, au moins depuis Sarkozy. Le modèle de l'entreprise privée a contaminé le secteur public, or c'est une institution qui ne fonctionne que dans le collectif. Il n'y a pas de "grand flic", comme on le lit parfois, il n'y a que de grandes équipes. Alors quand on nous parle de fiches d'évaluation annuelles directement venues du privé, c'est aberrant. On ne peut pas exiger du rendement de la part des policiers, on ne fabrique pas des cacahuètes, nous.»

Si Christelle Teixeira assure ne pas vouloir «faire la révolution», le porte-parole de l'UPNI a pour sa part des idées bien tranchées, affûtées par l'expérience d'un policier en retraite souvent sollicité sur le sujet du suicide et le mal-être dans la police pour des consultations ou des réflexions qui ont, selon lui, fini sur des étagères poussiéreuses : «C'est toute une philosophie qui est à revoir. Cette institution est sclérosée et prône le "diviser pour mieux régner". Ce ministre de l'Intérieur ne fait que secouer un tapis poussiéreux avec son énième plan anti-suicide, mais il ne crée rien de nouveau et ne s'attaque pas au fond. Il faut arrêter avec l'affichage, avec la minute émotion, que ce soit à l'hôpital des policiers ou à Notre-Dame de Paris. On ne va pas jeter les morts de la police dans les cendres de la cathédrale !»

Epilogue

A la fin de ces deux entretiens menés le 18 avril, le téléphone a sonné dès qu'il a été raccroché : la nouvelle du suicide d'un jeune fonctionnaire de la Direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC) venait de tomber. Christelle Teixeira n'en revenait pas, au bout du fil : «C'est dingue, je n'ose même plus regarder mon portable. On se sent si inutile, parfois. J'ai ce grand sentiment d'impuissance... Il faut faire quoi pour être entendue ? S'enchaîner au ministère ?»

Puis le téléphone sonne à nouveau, c'est Jean-Pierre Colombies qui lâche, dépité : «Et voilà, un deuxième suicide la même journée», avant de préciser : «Et qu'on ne vienne pas mettre ça sur le dos des Gilets jaunes. Cette crise sociale met en relief des problèmes qui sont là depuis bien longtemps, c'est juste un révélateur, en fait.»

 Les associations de police avaient déjà marché dans les rues de Paris le soir du 12 mars pour alerter sur le fléau qui frappe actuellement leur profession, mais le ministère de l'Intérieur n'avait pas réagi, malgré la présence de deux personnalités politiques : François Grosdidier, sénateur Les Républicains, et Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France.

Antoine Boitel

 Lire aussi : «La police et la gendarmerie ne sont pas malades du suicide», selon Christophe Castaner

 francais.rt.com

 Commenter
 Se réfère à : 1 article