Des immigrants riches, Netanyahou et le magnat du cinéma Arnon Milchan Israël, paradis fiscal

15-04-2019 tlaxcala-int.org 7 min #154782

 Eve Mykytyn

Qu'est-ce qui relie les riches immigrés en Israël, Benjamin Netanyahou et Arnon Milchan, (agent opérationnel israélien et producteur de 145 films dont 12 ans d'esclavage et Pretty Woman) ? Ils sont tous en faveur d'une exonération fiscale israélienne destinée à encourager les milliardaires juifs à s'installer en Israël.

Bibi et Arnon, copains comme cochons

Depuis 1950, la loi israélienne du retour offre automatiquement la citoyenneté à toute personne ayant un grand-parent juif qui réside en Israël pendant 90 jours. Malgré certaines tensions, l'immigration a été globalement profitable pour Israël. Afin d'encourager l'immigration, Israël a adopté, pendant la récession financière mondiale de 2008, l'amendement 168 à son code des impôts, qui exempts d'impôt et de déclaration tous les revenus de source étrangère (revenus gagnés hors d'Israël) de nouveaux résidents ou de « retournés ». En exemptant ainsi les nouveaux arrivants, Israël s'est transformé en paradis fiscal.

L'amendement 168 a été appelé la loi Milchan en l'honneur de l'homme qui a fait pression en faveur de l'amendement et, en 2009,  the Tablet a annoncé que l' "héritier de l'entreprise d'engrais devenu magnant du cinéma Arnon Milchan profite des avantages généreux et retourne en Israël".

En réponse à la loi, en 2009-2010, plus d'un milliardaire israélien expatrié ont décidé de retourner dans son pays d'origine et en 2018, le milliardaire juif russe Roman Abramovich est devenu citoyen israélien et est immédiatement devenu le citoyen le plus riche du pays avec une valeur nette, selon Forbes, de 11,5 milliards de $.

En 2015, plus de 4 000 millionnaires ont déménagé en Israël, soit plus de 10 % des 31 013 immigrants de cette année-là. En fait, Israël se classait au quatrième rang des afflux de millionnaires - après l'Australie, les USA et le Canada, dans cet ordre.

Le journal  Haaretz a demandé l'abrogation de l'exemption, soulignant qu'elle procure « un avantage évident aux milliardaires qui économisent de l'impôt pendant 10 ans(...)(et) profitent du brouillard - ne pas avoir à déclarer pendant 10 ans -, un brouillard qui leur donne le temps de cacher leurs actifs et leurs profits ». Ce manque à gagner pour l'État est payé "par les citoyens des pays où les milliardaires n'ont plus à payer d'impôts, et par les citoyens d'Israël, qui ne bénéficient pas d'un impôt sur les revenus des milliardaires".

Le directeur de l'administration fiscale israélienne, le général Moshe Asher, a déclaré que la loi Milchan faisait d'Israël l'un des " paradis fiscaux les plus généreux du monde ". Asher a défini un paradis fiscal comme un endroit où a) on ne paie pas d'impôt et b) il y a une exemption de déclaration de revenu. Et, a souligné Asher : "En Israël, nous avons quelque chose en plus. Nous avons un vaste réseau de conventions fiscales avec les pays développés qu'un paradis fiscal offshore typique n'a pas. Cela signifie que l'immigrant) ne paierait pas d'impôts à l'étranger à cause de la convention fiscale avec Israël, et pas d'impôts en Israël à cause de la loi ici."

Le contrôleur de l'État d'Israël a exprimé sa crainte que l'amendement n'incite les immigrants à blanchir de l'argent ou à utiliser de l'argent blanchi à l'étranger, " des activités qui peuvent encourager la criminalité et nuire à l'intégrité de la société et de l'économie israéliennes ". En 2014, une vérification de 600 comptes bancaires appartenant à des immigrants récents a révélé que cent comptes avaient une activité irrégulière qui a amené la banque à les signaler pour blanchiment d'argent présumé.

L'exemption de déclaration empêche également Israël d'honorer son engagement pris en 2013 de respecter les règles de l'OCDE et de partager des renseignements fiscaux avec d'autres pays. Mais chaque année depuis 2014, une disposition annulant l'exemption de déclaration a été incluse dans la loi et chaque année, elle a été supprimée avant même que la loi ne soit mise aux voix.

Malgré ces problèmes, Netanyahou a tenté de porter la période d'exemption à 20 ans, ce qui aurait aidé Milchan mais a été rejeté par le ministère des Finances. Le procureur général a accusé Nétanyahou de demander la prolongation pour le compte de Milchan.

La biographie de Milchan est digne d'un roman. Alors qu'il dirigeait des entreprises dans des dizaines de pays et produisait des films à succès à Hollywood, Milchan travaillait secrètement pour les services de renseignements israéliens, acquérant des technologies et des armes. Il a notamment aidé Israël à mettre au point ses armes nucléaires en s'approvisionnant en uranium en Afrique du Sud.

Les difficultés de Netanyahou et Milchan ont commencé en 2013, lorsque Milchan a donné une interview à l'émission d'information israélienne  Uvda. Dans l'interview, Milchan a détaillé son travail secret d'espion. Ses révélations ont conduit les USA à refuser à Milchan une prolongation de son visa de résidence de dix ans, compromettant ainsi sa carrière à Hollywood. M. Netanyahou est intervenu au nom de M. Milchan auprès du secrétaire d'État US John Kerry, et Milchan a obtenu une prolongation.

Puis, également en 2013, Milchan a commencé à exprimer sa gratitude en fournissant des produits de luxe et de l'argent comptant que Netanyahu prétend n'avoir été que des cadeaux d'un ami. Sous les questions répétées du procureur général israélien Mandelblit, Milchan a admis que ce que Netanyahou et sa femme avaient reçu n'était pas des " cadeaux entre amis " mais plutôt des réponses à des demandes faites par les Netanyahou.

Mandelblit a annoncé qu'après les élections israéliennes, il a l'intention d'inculper Netanyahou pour avoir reçu des pots-de-vin pour gagner de l' influence et des faveurs politiques. (Les accusations résultant de sa relation avec Milchan ne sont pas les seules.) Empruntant une technique de son ami Donald Trump,  Netanyahou a rejeté l'enquête comme une chasse aux sorcières politique. Autre écho de Trump, les sondages montrent que le Likoud ne perdrait aucun siège à la Knesset s'il devait faire face à des accusations.

Courtesy of  Tlaxcala
Source:  evemykytyn.com
Publication date of original article: 11/04/2019

 tlaxcala-int.org

 Proposer une solution