Destitution d'Omar el-Béchir : que s'est-il passé au Soudan ?

11-04-2019 15 articles francais.rt.com 8 min #154636

© Simon Maina Source: AFP

Le ministre de la Défense soudanais a annoncé la destitution et la mise en détention d'Omar el-Béchir. Une décision prise sous la pression populaire qui pose question quant au devenir du chef d'Etat déchu.

Le président soudanais, Omar el-Béchir, au pouvoir depuis trois décennies a été destitué par l'armée au terme d'un mouvement de contestation populaire. Ce 11 avril, le ministre de la Défense Awad Ahmed Benawf a pris la parole sur la télévision d'Etat : «J'annonce, en tant que ministre de la Défense, la chute du régime et le placement en détention dans un lieu sûr de son chef.» Cette annonce fait suite aux nombreuses manifestations que connait le pays depuis plusieurs mois.

Omar el-Béchir, qui a pris le pouvoir en 1989 par un coup d'Etat, a vu son autorité remise en cause depuis la décision du gouvernement de tripler le prix du pain le 19 décembre 2018. Il avait également décrété l'état d'urgence à l'échelle nationale le 22 février. Dans sa déclaration, Awad Ahmed Benawf précise qu'un «conseil militaire de transition» succédera au président déchu pour une durée d'au moins deux ans. Il a par ailleurs entériné la fermeture des frontières et de l'espace aérien soudanais jusqu'à nouvel ordre, ainsi qu'un cessez-le-feu sur tout le territoire, y compris  au Darfour, région à feu et à sang depuis plus de 15 ans.

Attente populaire

Réunie dans le centre de la capitale Khartoum, devant le QG de l'armée depuis six jours, également résidence officielle du président, une immense foule de manifestants brandissant des drapeaux soudanais, convaincus du départ d'Omar el-Béchir, scandait «le régime est tombé», dans l'attente d'une «déclaration importante» de l'armée sur la télévision officielle. Le média d'Etat a d'ailleurs interrompu ses programmes le 11 avril à l'aube pour diffuser en boucle des chants militaires et patriotiques.

«Béchir est parti ! Nous avons réussi», tweetait Alaa Salah, l'étudiante devenue une icône du mouvement. Plus tôt dans la journée, des manifestants ont mené un raid dans un bâtiment des services de renseignements soudanais (NISS) à Kassala, ville de l'est du pays proche de la frontière avec l'Erythrée. L'un d'entre eux, interrogé par l'AFP, indique que les protagonistes ont «pillé tout le matériel» en conséquence du refus des officiers de libérer les prisonniers qui y étaient détenus. Selon l'agence officielle Suna, le NISS s'y serait par la suite résolu.

AL-BASHIR IS OUT !! WE DID IT !!! #Sudan

Des foules se sont aussi rassemblées dans les villes de Madani, Gadaref, Port-Soudan ou encore Al-Obeid. Agitant des drapeaux nationaux et entonnant des chansons révolutionnaires, les contestataires exhortaient l'armée à se joindre à leur mouvement. «Il semble que la police soit avec nous», estimait un manifestant le 10 avril. Néanmoins, depuis le début des troubles en décembre 2018, 49 personnes sont mortes dans des violences liées aux manifestations d'après des sources officielles citées par l'AFP. Le 10 avril, 11 personnes, dont six membres des forces de sécurité ont trouvé la mort à Khartoum selon le porte-parole du gouvernement Hassan Ismail.

Devant le risque de dérive militaire, l' Association des professionnels soudanais, syndicat important et leader de la contestation, appelle les responsables assurant désormais la charge de l'Etat à «rendre le pouvoir au peuple» et à mettre en place «une autorité de transition civile composée d'experts qui n'ont pas été impliqués dans le régime».

Quel avenir pour Omar el-Béchir ?

La destitution d'Omar el-Béchir et son arrestation par l'armée relance la question d'un éventuel procès devant la Cour pénale internationale (CPI). Il est accusé de  crimes de guerres, crimes contre l'humanité et génocide notamment dans la zone du Darfour. Cette région grande comme l'Hexagone connaît des violences qui ont fait plus de 300 000 morts et 2,5 millions de déplacés depuis 2003 selon l'ONU. Dans son enquête, la CPI estime que le président soudanais a «adopté un plan [...] visant à mener une campagne anti-insurrectionnelle» contre des groupes armés s'opposant à la politique gouvernementale.

L'ECHIQUIER MONDIAL. Soudan du Sud : la Guerre sans la Paix

Jamais inquiété, ce dernier est visé par  deux mandats d'arrêt internationaux émis par la CPI en 2009 et 2010 pour des crimes commis entre 2003 et 2008 au Darfour. Parmi les chefs d'accusation retenus contre lui figurent meurtre, viol, torture, pillage et transfert forcé. La CPI a conclu qu'il avait «des motifs raisonnables de croire qu'Omar el-Béchir a agi avec l'intention spécifique de détruire» différents groupes ethniques. L'homme âgé de 75 ans a toujours fermement réfuté ces accusations. Plusieurs Etats membres de la CPI ont d'ailleurs refusé d'arrêter le dictateur, comme l'Afrique du Sud ou la Jordanie, lui permettant ainsi de voyager sans encombres.

En théorie, cette destitution devrait augmenter les chances de le voir un jour comparaître devant la CPI. C'est ce qu'explique à l'AFP Christophe Paulussen, expert en droit pénal international à l'Institut Asser de La Haye, ajoutant que son sort dépendrait désormais du nouveau pouvoir en place. «Ils pourraient même décider de le juger [au Soudan]» précise Frederiek de Vlaming, chercheuse en droit pénal international à l'université d'Amsterdam, toujours à l'AFP. Il est le premier président en exercice à faire l'objet d'un mandat d'arrêt délivré par la CPI. Des diplomates américains et européens ont eux demandé une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU.

Alexis Le Meur

 Lire aussi : Sud-Soudan sous perfusion

 francais.rt.com

 Commenter

Articles associés plus récents en premier
13-05-2019 cadtm.org 11 min #156277

Révolution au Soudan : les femmes sont en première ligne comme toujours

De nombreux cortèges sont formés pour demander justice pour les martyrs de la révolution, tués par les forces de sécurité loyales à al-Bashir. © OM

Au Soudan, la presse internationale s'est émue de voir la présence massive des femmes lors de la contestation qui a renversé l'ancien président Omar al-Bashir. Historiquement, ça n'a pourtant rien d'inhabituel pour les Soudanaises.

06-05-2019 tlaxcala-int.org 12 min #155945

Ce « bataillon fantôme » qui a organisé l'insurrection populaire au Soudan

 Sarra Majdoub سارة مجدوب

Le Rassemblement des professionnels soudanais a été le moteur secret de la révolution soudanaise. Son rôle sera décisif dans la transition qui s'est esquissée, face au Conseil militaire de transition.

28 avril 2019. Fresque récemment peinte sur un mur à Khartoum.

01-05-2019 wsws.org 8 min #155622

Soudan: Les dirigeants des manifestations acceptent de collaborer avec le Conseil militaire de transition au Soudan

Par Jean Shaoul et
1 mai 2019

Le Conseil militaire de transition soudanais (CMT) a convenu avec les dirigeants du mouvement de protestation, qui a poussé l'autocrate de longue date Omar al-Bachir à quitter le pouvoir, de former un organe conjoint chargé de diriger une transition de deux ans vers un régime civil. L'armée a évincé Bachir le 11 avril dans une tentative infructueuse de mettre fin à des mois de grèves et de manifestations.

26-04-2019 aa.com.tr 2 min #155420

Protestations populaires au Soudan: 53 morts, 734 blessés (ministère soudanais de la Santé)

Sudan

AA/Khartoum

Le ministère soudanais de la Santé a annoncé que les protestations populaires qui ont secoué la capitale Khartoum, de décembre 2018 à avril 2019, ont fait 53 morts et 734 blessés.

Babakar Mohamed Ali, directeur général des services de Santé à Khartoum, a ainsi affirmé au cours d'une réunion de coordination tenue jeudi dans la capitale soudanaise, que les centres hospitaliers du pays ont procédé à l'admission de 40 dépouilles alors que 13 autres décès ont eu lieu au cours de l'administration des premiers soins.

20-04-2019 voltairenet.org 2 min #155075

Le Soudan est passé sous contrôle saoudien

 voltairenet.org

Nous avons appris que le président Omar el-Béchir n'a pas été renversé par le général Ahmed Awad Ibn Auf, comme nous l'avions écris : celui-ci étant en réalité son beau-frère [1]. Tout cela n'était qu'une mise en scène.

Nul n'a vu le chef d'État en prison. Il semble que lui et sa famille ont été exfil

18-04-2019 orientxxi.info 15 min #154984

La révolution soudanaise face à ses ennemis

La chute du président Omar Al-Bachir n'a été que la première étape d'une lutte qui risque d'être longue et complexe contre la dictature et ses soutiens islamistes, qui contrôlent l'État profond.

La joie du peuple soudanais mercredi 10 avril aura été bien éphémère avant le communiqué tant attendu qui devait annoncer la prise du pouvoir par l'armée et la destitution du président Omar Al-Bachir, un homme qui a régné par le fer et le feu durant trente ans, de 1989 à 2019.

16-04-2019 voltairenet.org 9 min #154841

Le renversement d'Omar el-Béchir

par Thierry Meyssan

Certaines poches du Soudan sont toujours en guerre et le gouvernement de Karthoum est toujours militaire. Rien n'a changé bien que le président Omar el-Béchir ait été renversé. Pour Thierry Meyssan, le problème du Soudan est avant tout culturel après 30 ans de dictature des Frères musulmans. Les événements actuels n'ont aucun rapport avec une aspiration à la liberté, mais uniquement avec la faim.

14-04-2019 histoireetsociete.wordpress.com 4 min #154759

Soudan : une femme devient l'icône de la contestation et chante la «révolution»

10 avril 2019
 Brèves

Commentaires ferméssur Soudan : une femme devient l'icône de la contestation et chante la «révolution»

Cette image d'Ala'a Salah, chantant la «révolution» au milieu d'une foule de manifestants à Khartoum, lundi 8 avril, a fait le tour des réseaux sociaux.
© Courtesy Lana H. Haroun/via REUTERS

Au Soudan, depuis samedi dernier, des dizaines de milliers de personnes sont rassemblées sur la place devant le quartier général militaire.

14-04-2019 reseauinternational.net 4 min #154753

Omar el-Béchir ne sera pas extradé du Soudan, affirme le nouveau pouvoir militaire

Le Conseil militaire de transition, au pouvoir au Soudan depuis la destitution de Omar el-Béchir, a annoncé vendredi que l’ancien président ne serait pas extradé. Il a promis « un gouvernement civil ».

Le Conseil militaire de transition qui a déposé, le 11 avril, le président Omar el-Béchir a annoncé vendredi 12 avril que le chef d’État déchu serait jugé au Soudan pour les crimes dont il est accusé, et qu’il ne serait pas extradé pour répondre d’accusations de crimes de guerre.

13-04-2019 aa.com.tr 2 min #154734

Soudan : la transition assurée par un Conseil militaire et un Gouvernement civil

Sudan

AA/Khartoum

Le Président du Conseil militaire transitionnel soudanais, Abdel Fatah al-Borhan, a annoncé la formation d'un Conseil militaire et d'un Gouvernement civil issus du consensus entre les différentes entités politiques soudanaises. Ils se chargeront, ainsi, de la gestion des affaires de l'Etat au cours de la phase de transition.

Al-Borhan a également annoncé la levée du couvre feu instauré par le précédent président du Conseil militaire transitionnel.

13-04-2019 aa.com.tr 2 min #154717

Des milliers de Soudanais dans la rue pour célébrer le départ de Bin Ouf du Conseil militaire

Sudan

AA - Khartoum

Des milliers de Soudanais sont redescendus dans les rues de la capitale Khartoum et plusieurs autres villes, vendredi, pour célébrer le départ du ministre de la Défense Awad bin Ouf du Conseil militaire.

Bin Ouf a annoncé sa démission du poste de président du Conseil militaire créé jeudi, 24 heures après avoir prêté serment.

"En révolutionnaires libres, nous poursuivons notr

13-04-2019 aa.com.tr 2 min #154716

Soudan: Bin Ouf quitte son poste de président du Conseil militaire

Sudan

AA - Khartoum

Le ministre soudanais de la Défense, Awad Bin Ouf a annoncé, vendredi, sa démission du poste de président du Conseil militaire créé jeudi pour superviser la période de transition après la destitution par l'armée du chef de l'État, Omar el-Béchir.

Bin Ouf a quitté son poste 24 heures après avoir prêté serment.

Le général Abdel Fattah al-Borhane a été nommé en remplacement de Bin Ouf, selon la déclaration de ce dernier diffusée en direct par la Télévision soudanaise.

12-04-2019 reseauinternational.net 5 min #154676

Le Président du Soudan a été destitué et ses proches ont été arrêtés

Le Président du Soudan et ses proches ont été arrêtés, selon une source au sein du service de sécurité. Le ministre soudanais de la Défense, Ahmed Awad Ibn Auf, a confirmé sa détention au cours d’une allocution télévisée.

Le Président soudanais Omar el-Béchir, au pouvoir depuis trois décennies, a été destitué et arrêté ce jeudi 11 avril.

12-04-2019 tlaxcala-int.org 14 min #154671

Un portail vers le Soudan de demain : voix de l'intérieur du sit-in qui a fait tomber le dictateur El Béchir

 Mel Plant

Pendant six jours, des masses de manifestants soudanais se sont mobilisées jour et nuit pour mettre fin au régime qui les gouverne depuis trois décennies. Ils ne s'arrêtent pas maintenant.

 alaraby.co.uk

Tôt jeudi matin, le Soudan a été témoin de ce qui semblait être une conclusion dramatique de trois décennies douloureuses de son histoire,

 Se réfère à : 1 article