Le Venezuela démasque le sénateur étasunien Marco Rubio suite au sabotage électrique (Prensa Latina)

10-03-2019 legrandsoir.info 3 min #153230

Caracas, 8 mars (Prensa Latina) Le gouvernement du Venezuela a aujourd'hui démasqué le sénateur étasunien Marco Rubio, étant démontrée, par un message publié sur le réseau social Twitter, sa complicité concernant le sabotage effectué contre le système électrique national du pays.

Jorge Rodriguez, vice-président des secteurs de la Communication, la Culture et du Tourisme du Venezuela, a manifesté en conférence de presse que Rubio devait rendre des comptes devant le monde pour expliquer comment il a eu connaissance du fait que le système de contrôle automatisé d'urgence de la centrale hydro-électrique de Guri avait été endommagé.

« Cet homme a des dons de devin, moins de trois minutes après le sabotage technique et criminel, Rubio apparait en annonçant l'action », a ironiquement estimé Rodriguez en référence au Twitt de Marco Rubio commentant la coupure quasi-totale d'électricité dans le pays sud-américain moins de trois minutes après les faits.

« Rubio s'est moqué du peuple vénézuélien alors que les citoyens souffraient de cette grave agression », a souligné le fonctionnaire.

« Nous savons déjà d'où a été perpétré l'attentat criminel, et le Twitt de Marco Rubio est en ce sens très révélateur, puisqu'ils ont attaqué de manière cybernétique le système de contrôle automatisé de la centrale hydro-électrique de Guri. En attaquant ce système, les machines de Guri se sont arrêtées pour s'auto-protéger, et ne pouvaient plus générer d'électricité. Comment Marco Rubio savaient cela en moins de trois minutes ? Car il savait ce qui allait se passer ! », a expliqué Rodriguez.

« Il ne s'agit pas là d'une simple attaque, ils n'ont pas bloqué une ligne de transmission, ni attaqué une sous-station, ils ont attaqué El Guri ; même pas les machines, mais les contrôles automatisés par le biais d'une brutale agression », a-t-il souligné.

« Ceux qui sont derrière ce sabotage n'ont aucune considération envers les 30 millions de vénézuéliens ; peu leur importent les patients dans les hôpitaux, les enfants ou autres personnes », a déploré Rodriguez.

« Ce sabotage démontre qu'il ne s'agit pas d'une agression uniquement à l'encontre des chavistes (personnes soutenant le gouvernement actuel, du nom de l'ancien président Hugo Chavez), mais à l'encontre de toutes les personnes vivant au Venezuela. Et qui met en lumière ces faits et y fait face ? Une fois de plus le président du Venezuela, Nicolas Maduro », a manifesté le vice-ministre.

peo/agp/joe

 frances.prensa-latina.cu

 legrandsoir.info

 Proposer une solution